1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
1nous tromper en nous inquiétant de faire, à notre place modeste, si peu que ce soit pour la paix », c’est une affirmation [p.
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2x dire. Il faudrait balayer, — et mettre qui à la place ? Nos penseurs, nos écrivains ont perdu le sens social. Cela devient
3 ; et les dissonances les plus aiguës prennent la place d’honneur dans des esthétiques construites en hâte à l’usage de sensi
4 terrestres, les Caves du Vatican et Dada, il y a place pour tous les chaînons d’inquiétude, de malaises, de révoltes plus ou
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
5ie. C’est ainsi que le problème de l’Urbanisme se place au croisement [p. 798] des préoccupations esthétiques et sociales d’a
4 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
6i d’emboîter le pas, mais seulement de retenir sa place au spectacle qu’ils offrent et de les considérer avec sympathie. Il e
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
7ait-ce vous. Je ne saurai jamais. À l’arrêt de la Place [p. 71] Saint-Michel, elle sortit, en me frôlant, sans me regarder. J
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
8 à ceux du paradis : « Qui va à la chasse perd sa place, nous nous comprenons. » On lui offrit immédiatement un fauteuil et u
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les derniers jours (juillet 1927)
9. Nous regrettons de n’en pouvoir citer, faute de place, que ces quelques phrases de Drieu : « On voit déjà éclater dans les
8 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
10ie. Mais, sans qu’on s’en doute, cela en prend la place. Les facultés de l’âme, inutilisées, s’atrophient. Pourvu, dit-on, qu
11sprit ne peut les supporter. Il abandonne donc la place, mais c’est pourtant lui seul qui nous permettrait de jouir de notre
9 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
12Ce récit de la révolution cantonaise en 1925 nous place au nœud du monde moderne : on y voit s’affronter en quelques hommes d
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
13ue son ignorance respectait, et ne lui donne à la place que des laideurs et de la prétention. L’autre, avec l’ironie tranquil
11 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
14chaque jour, je pense que tout cela tient trop de place dans notre enfance. À cinq ans, j’avais appris à lire, en cachette av
12 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
15ailleurs ne peut être qu’à l’avantage des gens en place, vieille histoire. On m’objectera sans doute quelques « brillantes ca
13 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
16citer par cœur et à rebours, les noms des rues et places de leur ville, comme s’ils étaient tous destinés à la profession de c
14 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
17urs. On me demande encore ce que je mettrais à la place. Et parce que je ne propose rien de bien précis, on triomphe grossièr
15 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
18ous lui demander de plus, s’il laisse en blanc la place de Dieu. Mais où trouver les lévites assez purs pour garder vierge pa
16 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
19[p. 414] 7. Les magnats en taxis [p. 414] La place Saint-Georges, à Bude, est une place vraiment royale. Vide, elle pren
20[p. 414] La place Saint-Georges, à Bude, est une place vraiment royale. Vide, elle prend toute sa hauteur. Silencieuse, sole
21rdes. Traversant dans sa longueur toute l’immense place, les automobiles passèrent lentement, l’une après l’autre, durant une
17 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
22 un quart de tour à gauche ; pirouetter seuls sur place ; de nouveau frapper le sol des talons, alternativement ; saisir la d
23iles en silence au-dessus du gouffre. Je vole sur place, mais tout se met à fuir, alors il faut voler plus vite pour rattrape
24and souffle qui se serait mis à tourbillonner sur place. 14. L’amour en Hongrie (généralités) Les Allemands aiment les femm
25maisons jaunes immensément alignées, autour d’une place rectangulaire qui ressemble à un jardin public, [p. 583] flanquée d’u
26e rythme obstiné de cette hurlante bousculade sur place qu’est un voyage en express. Mais je ne trouvais pas la pente de mon
18 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
27, si vous êtes seul, un fantôme, d’office, a pris place. On lie bien vite connaissance, pourvu qu’on sache un peu d’allemand,
28ée des Mongols dans Paris et leurs établissements Place de la Concorde. Notre conteur est vêtu de la gloire d’un pourpoint [p
19 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
29 « couleur », « architecture ». Et Dieu avait une place plus grande dans la joyeuse lumière de notre ciel simplifié. Et voil
20 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
30 ce livre, point trop volumineux — il trouvera sa place dans votre valise — et d’une érudition très aérée. Comment ne point p
21 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
31suffirait à la critique pour maintenir à Gide une place instructive, qu’il est, depuis l’Édit de Nantes, notre seul notable é
22 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
32 retard, un peu ennuyé de me trouver à côté d’une place vide : la jolie femme qu’on attend dans ces circonstances, une fois d
33e des barbares, ils s’imaginent pouvoir faire une place dans leur vie aux « divertissements » entre 10 heures du soir et 4 he
34en un quart d’heure, il n’y eut plus personne, la place s’éteignit. Mais Gérard ? Ses yeux s’étaient fixés intensément, à la
35refois. Il avait murmuré : Marie Pleyel. Quand la place se fut apaisée, je m’aperçus que j’étais seul. Une dernière auto, ext
23 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
36 Hongrie. [p. 81] vii Les magnats en taxis La place Saint-Georges, à Bude, est une place vraiment royale. Vide, elle pren
37 en taxis La place Saint-Georges, à Bude, est une place vraiment royale. Vide, elle prend toute sa hauteur. Silencieuse, sole
38rdes. Traversant dans sa longueur toute l’immense place, les automobiles passèrent lentement, l’une après l’autre, durant une
3995] quart de tour à gauche ; pirouetter seuls sur place ; de nouveau frapper le sol des talons, alternativement ; saisir la d
40iles en silence au-dessus du gouffre. Je vole sur place, mais tout se met à fuir, alors il faut voler plus vite pour rattrape
41and souffle qui se serait mis à tourbillonner sur place. xiv L’amour en Hongrie (généralités) Les Allemands aiment les fe
42maisons jaunes immensément alignées, autour d’une place rectangulaire qui ressemble à un jardin public, flanquée d’un temple
43e rythme obstiné de cette hurlante bousculade sur place qu’est un voyage en express. Mais je ne trouvais pas la pente de mon
24 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
44sse la tête au ras des herbes, se lève, saute sur place, — n’est plus là. — J’ai poursuivi longtemps le reflet rouge de ses y
45mais sans cesse des hommes entrent, cherchent une place, ouvrent la fenêtre, ou bien c’est un contrôleur, ou bien c’est encor
25 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
46 les hôtes qui se précipitent pour atteindre leur place en même temps que le maître la sienne : car à peine arrivé il crie le
26 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
47, si vous êtes seul, un fantôme, d’office, a pris place. On lie bien vite connaissance, pourvu qu’on sache un peu d’allemand,
48ée des Mongols dans Paris et leurs établissements place de la Concorde. Notre conteur est vêtu de la gloire d’un pourpoint « 
27 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
49ris de M. Benda sont couverts par la rumeur de la place. Dans toute la jeune génération littéraire et philosophique, c’est en
28 1932, Esprit, articles (1932–1962). À l’index (Première liste) : Candide (octobre 1932)
50ut prix ? [p. 195] Au niveau de jugement où nous place M. Hermann, tout Allemand a le crâne rasé, s’appelle Fritz, a volé de
29 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
51ification précise, et que nous en parlons à cette place. André Bridoux, dans les remarques à mon sens si importantes par lesq
30 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
52umise à ce dieu imbécile qu’elle honore sur les « places » et qui s’appelle Production, il y a lieu et ordre d’attester qu’« u
31 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
53e refuse encore à la souffrance et la crie sur la place. Un peu plus de souffrance, plus intimement ancrée, et voici l’autre
32 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
54 sa vertu : dépassement. Jouhandeau à son tour se place dans ces marches extrêmes du bien et du mal où l’apologie de l’un équ
33 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
55nt un monde qu’on serait sûr de retrouver bien en place le lendemain. L’angoisse qui plane vaguement, et parfois précisément,
34 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
56as de l’existence, inconcevable pour celui qui se place en dehors du cas. Cette révélation ne peut pas être formulée en terme
35 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
57 qu’il faut croire. Dissymétrie vertigineuse : la place qui nous est assignée dans ce monde « nous situe plus profondément da
36 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
58et loin d’exploiter l’avantage de cette surprise, place aussitôt une citation, oublie d’avoir raison, et nous laisse admirer
37 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
59e point imposer par la « réussite classique ». Il place Saint-Évremond, théoricien spirituel et serein de la sagesse du grand
38 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
60ce qu’ils croyaient être des intérêts ont cédé la place aux gens de gauche qui défendent ce qu’ils croient être des idées) ne
61ent n’agit pas, non seulement il laisse agir à sa place des fonctionnaires dont ce n’est pas le rôle, mais il oblige ceux-ci
62st pas un concours auquel on se présente, pas une place qu’on sollicite, pas même une démarche régulière qu’on entreprenne sa
39 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
63ignification réelle. C’est l’argument des gens en place qui, chaque fois que nous venons dire : voici ce qu’il faut faire, no
64-même. Tous donc, nous avons reçu, chacun à notre place et dans nos circonstances particulières, une vocation personnelle. Pe
40 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
65 morale qui exige de chaque homme qu’il tienne sa place unique dans la communauté. Qu’il ait à en répondre. Il n’y a d’ordre
66à même solidariste : il faut que chacun soit à sa place. Est-ce trop simple pour les évasifs et les désespérés qui nous entou
41 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
67 bien facile et jeune. Qu’avez-vous à mettre à la place ? — Ceci, et cela, pour telles raisons déduites de la nature des chos
68ont les derniers », c’est-à-dire : ce que l’homme place au premier rang d’un « ordre » humain et rien qu’humain sera au derni
69re qu’il est infaillible ; et pour gouverner à sa place, sans raison et sans loyauté, mais dans la tolérance qu’on accorde au
70st avant tout une entreprise qui ne laisse aucune place au tourment de la recherche du bonheur. Quant à l’Égalité, chacun le
42 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
71ssez tragiquement cette thèse. Que se passait-il, place de la Concorde, au moment où les gardes mobiles s’ébranlèrent ? [p. 1
72 inverse.) 2. Ne rien utiliser qui n'ait déjà sa place prévue dans un Ordre nouveau. (Condamnation des partis purement élect
43 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
73 primitive, du point de vue sociologique où je me place ici ? C’est une communauté spirituelle formée d’un grand nombre de pe
74responsabilité unique dans la société, à sa juste place. Notons que si la personne doit être respectée par l’État, ce n’est p
44 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
75ignification réelle. C’est l’argument des gens en place qui, chaque fois que nous venons dire : voici ce qu’il faut faire, no
76-même. Tous donc, nous avons reçu, chacun à notre place et dans nos circonstances particulières, une vocation personnelle. Pe
45 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
77ions : un certain altruisme d’abord, qui prend la place de l’acte de miséricorde ; une pitié veule et platonique qui est le c
46 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
78 pensé. Les plus hardis parlent déjà de rendre sa place à « l’esprit »… Mais, quel esprit ? Et qui l’a laissé perdre ? Et que
79tu, n’ont aucune réalité si chacun n’est pas à sa place là où la vocation de Dieu l’a mis. Supposez qu’un tel homme existe. Q
80radiction nous oblige à choisir, fait à la foi sa place, nous contraint à l’originalité. « Mais quoi, professeurs et disciple
47 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
81rçon, reprise par nécessité… Nous arrivons sur la place de mon village. « Je vous dépose ici ? Où voulez-vous ? Tenez, on va
48 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
82ans l’homme entièrement humain, il n’y aurait pas place pour la psychologie, car elle est liée à l’angoisse, c’est-à-dire à l
83ien encore l’apparition d’une vocation en lieu et place d’un individu. La psychologie de la personne parfaite se réduirait pu
49 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
84geté » d’un tel cas se voilait et faisait bientôt place à la satisfaction pauvrette d’une âme flattée de s’admirer dans l’inf
50 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
85 morale qui exige de chaque homme qu’il tienne sa place unique dans la communauté. Qu’il ait à en répondre. Il n’y a d’ordre
86à même solidariste : il faut que chacun soit à sa place. Est-ce trop simple pour les évasifs et les désespérés qui nous entou
51 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
87 juste, il est nécessaire de mettre l’esprit à sa place — s’écriait le fameux romancier —, à sa place qui est la première, et
88 sa place — s’écriait le fameux romancier —, à sa place qui est la première, et de l’y mettre en pleine clarté. Cela dit, tou
89u soucieux par exemple de qui l’inventa, et de la place qui lui revient dans l’économie générale 29 . De là à se figurer, d’a
52 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
90ercice de leur culte. Or, l’Édit, en donnant cent places fortes aux Réformés, et certains privilèges théoriques (tels que l’in
53 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
91dans nos vies, elles laissent toujours une petite place à notre doute, à nos questions, à notre sentiment privé. Il ne faut d
54 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
92it permis de vaincre. Elle se met à régner à leur place, et sa tyrannie se révèle plus inhumaine encore que n’étaient leurs c
55 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
93s ordres 23 ne sont-elles pas le signe qu’il y a place désormais dans sa visée pour autre chose que l’unique nécessaire ? Le
56 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
94Si par hasard la boule et le maillet restaient en place, c’était alors l’arceau-soldat qui se levait et s’en allait un peu pl
95 ne fait pas pour l’homme, le Diable le fait à sa place, et contre l’homme, qu’il séduit et qu’il trompe. Cette fin commune,
96 si la propagande et la publicité qui ont pris la place des lieux communs spirituels et affectifs ne nous ordonnent qu’à des
57 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
97 l’esprit se trouve fort en peine de reprendre sa place dans un ensemble très rigide, qu’il n’a pas réglé dès le début, et qu
58 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
98ntaux !) Il faut que le sentir cède maintenant la place au faire, et cela dans tous les ordres de nos activités, non seulemen
59 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
99, debout parmi la foule qui n’avait pas trouvé de places assises dans une halle de 30 000 places, et qui attendait, massée au
100trouvé de places assises dans une halle de 30 000 places, et qui attendait, massée au fond, dans les travées et les porches, d
101ndaient sous les haut-parleurs. Et sur toutes les places de la ville, depuis le matin, et dans 45 salles où les formations d’a
60 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Échos (janvier 1936)
102tion : puis rasée par les communistes, et qu’à la place on élevait maintenant des milliers de poulets kolkhoziens. Elle souri
61 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
103e communaliste, pour l’exercice de l’autorité sur place, par des hommes responsables et qui savent ce qu’ils font, dans un ca
62 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
104— également ennemis de l’État — avant de céder la place aux bourgeois, qui à leur tour… Est-il possible de tirer quelques con
63 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
105] contourne la panse de l’église, et aboutit à la place principale. Au milieu de cette place, qui est un vaste rectangle de t
106aboutit à la place principale. Au milieu de cette place, qui est un vaste rectangle de terre jaune, les habitants plantèrent
107ne perruque du grand siècle. De trois côtés de la place généralement vide, les maisons s’alignent en ordre modeste, peintes e
108épices. Alors il faut aller de l’autre côté de la place, chez Mélie. Ce n’est pas simple d’éviter d’être vu par l’une, entran
109tament. [p. 43] Nous faisons les cent pas sur la place. M. Palut sait que je suis écrivain, il a lu un de mes articles. Je l
110ion, aucun doute et aucune angoisse ne trouvaient place où se glisser entre mon jugement et ma vie. (Fausse reconnaissance, d
111homme s’endort à imaginer un ordre du monde où sa place serait réservée, alors qu’il s’agirait au contraire de créer cet ordr
112s, décès et naissances) tiennent presque toute la place. Abîme entre la politique des amis du peuple, et la réalité du peuple
113francs sur deux [p. 81] cent mille, ou perdre une place de quatre-vingt mille pour en retrouver une de vingt-quatre mille ; o
114 Aujourd’hui, les stations d’autocars sont sur la place principale. C’est de là qu’on part au milieu d’une grande affluence d
115tion des diverses voitures qui stationnent sur la place. C’est que chaque ligne a sa tête de ligne chez un bistrot différent,
116 province ? Qu’on arrive enfin à se gouverner sur place, dans chaque commune ? On sent bien ce qu’il faudrait. Mais qu’est-ce
117de existence. » « Je me suis hâté d’aller voir la Place Saint-Marc, et mon esprit maintenant est enrichi et agrandi de cette
64 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
118s à la fontaine qui coule son filet sur la grande place, juste à côté de la pissotière et de l’arrêt des autocars. Pittoresqu
119ar jour. Pendant ce temps, les hommes sont sur la place et protestent contre le gouvernement. Ce sont les radicaux et les soc
120vent réactionnaires et se mêlent peu à ceux de la place. Enfin ceux qui sont occupés par l’imprimerie du journal local, par l
121rçon, reprise par nécessité… Nous arrivons sur la place de mon village. « Je vous dépose ici ? Où voulez-vous ? Tenez, on va
122is ils ont peur. C’est toujours la question de la place à traverser. — ? — Oui, vous savez que nos temples du Midi sont const
123temples du Midi sont construits en général sur la place du village. En face ou à côté, il y a les cafés, les terrasses sous l
124op rapide et conventionnelle. Quand je vois cette place où des retraités tirent leurs savates, quand j’écoute ce qui se dit c
125tre impression que j’ai eue cet après-midi sur la place : celle d’être devant un film dont la musique vient de se taire. Une
126 descendent de la montagne et viennent prendre la place. « On les appelle ici les illettrés. Ça veut dire que c’est des gens
127ompe à eau et ma lampe à pétrole. 21 mars 1935 Place aux vieux ! — Je lis dans un journal socialiste du Midi sous la rubri
128nné comme un soufflet à la Réaction insolente : « Place aux Vieux ! » On se demande s’il est au monde un seul pays, hormis la
129ait. Ensuite une sorte d’épagneul impur a pris sa place. Deux ou trois autres mâles faméliques reniflaient la trace de la chi
130n chalet de nécessité pour hommes et dames sur la place principale. Si c’est cela l’antifascisme, les fascistes doivent être
131roposeront quelque réforme pratique : faire de la place aux jeunes en abaissant la limite d’âge dans les chemins de fer et l’
132mes, ou leurs fils… — Demain, il faut remettre en place les aquarelles, les guéridons et les dessus de cheminée. Après demain
65 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
133 de cette Porte, je n’avais pas été au delà de la Place d’Italie. [p. 240] Cet après-midi, première incursion dans le centre
134a terrasse des mêmes cafés. Chaque chose est à sa place dans l’espace et l’histoire, chaque nuance de la Tradition possède sa
135 Londres, le libéral à Nuremberg, le « national » place de la République, le « populaire » au haut des Champs-Élysées. Qu’est
136balbutie, tremblant de colère : « Vous avez de la place à côté, Monsieur. » Il n’entend rien. Que va-t-il se passer ? Simplem
137 réponds qu’ils s’ennuieront. J’en réponds à leur place. Je le sais et c’est plus grave qu’ils ne le croient. L’ennui dans le
138du chômage : il vous oblige à prendre la première place qu’on vous offre, fût-elle la plus contraire à votre vocation, sous p
66 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
139: « badaud de la République des Lettres, ayant sa place à la terrasse du café de leur commerce, emboîtant le pas à leurs musi
140l où Rimbaud, Sénancour et Stendhal trouvent leur place. Mais que dire de l’absence de Proudhon, grand écrivain français pour
67 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
141nne. Ils permettent en particulier de situer à sa place centrale la conception du « retour éternel » et de la volonté d’étern
68 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
142ait. Ensuite une sorte d’épagneul impur a pris sa place. Deux ou trois autres mâles faméliques reniflaient la trace de la chi
143n chalet de nécessité pour hommes et dames sur la place principale. Si c’est cela, l’antifascisme, les fascistes doivent être
69 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
144 témoignages littéraires (septembre 1937) ak La place qu’il conviendrait de donner à la littérature, dans Esprit, c’est une
145le, la question de la littérature en soi et de la place qu’il conviendrait de lui donner dans la cité, se trouve être posée à
70 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
146e trop bien. Mais cela nous donne justement de la place pour parler d’ouvrages « spéciaux » que tout le monde passe sous sile
71 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
147 sein duquel il est urgent que nous trouvions une place nettement redéfinie. Bref, tout nous pousse à un réveil de notre cons
72 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
148ui contourne la panse de l’église et aboutit à la place principale. Au milieu de cette place, qui est un vaste rectangle de t
149aboutit à la place principale. Au milieu de cette place, qui est un vaste rectangle de terre jaune, les habitants plantèrent
150ne perruque du grand siècle. De trois côtés de la place généralement vide, les maisons s’alignent en ordre modeste, peintes e
151épices. Alors il faut aller de l’autre côté de la place, chez Mélie. Ce n’est pas simple d’éviter d’être vu par l’une, entran
73 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
152 milliers d’hommes : on lui fera tout de même une place dans le fameux comité. Le gouvernement français, inventeur de la non-
74 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
153 nu, au fond de sa pelouse soignée. Au coin de la place de l’Opéra, une demi-douzaine de SS bottés me barrent la route, agita
154ènes de la Bible — c’est à peine si je trouve une place assise. Je note la proportion considérable des hommes dans l’assemblé
155t de ceux que l’on voit encore dans un café de la place de l’Opéra paraissent, il faut l’avouer, justifier les slogans grossi
156litique. De plus, elle a la charge de trouver des places pour ses subordonnées, de s’occuper des secours à donner aux plus pau
157ou tard, il nous faut l’étudier de très près, sur place, avec une passion froide. Car il y va de toute notre culture. Comment
158bourgeoisés. 7 mars 1936 Comme je traversais la place de l’Opéra, hier vers minuit, des camelots criaient une édition spéci
159 ! » C’est pour après-demain, à la Festhalle. Les places sont déjà plantées de hauts mâts blancs. Des équipes du service de tr
160z voir ! Du seuil du café, l’on aperçoit toute la place de [p. 47] l’Opéra. Des milliers de SA et de SS y sont déjà rangés, i
161omment fait-on pour occuper en dix minutes 35 000 places assises ? Je me glisse dans des rangs compacts derrière les bancs. Je
162nouissent, on les emporte, et cela fait un peu de place pour respirer. Sept heures. Personne ne s’impatiente, ni ne plaisante
163a chose qui est en jeu là-bas : il m’a fallu, sur place, des mois pour la comprendre. Je m’étonne après coup de mon aveugleme
75 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
164e communaliste, pour l’exercice de l’autorité sur place, par des hommes responsables et qui savent ce qu’ils font, dans un ca
76 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
165sse d’être un démon 97 . Et il retrouve sa juste place, et vivifiante, dans l’économie provisoire de la Création, de l’humai
77 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
166e trop irrémédiable 1 , et qui ne laisse point de place aux formes de passage sans lesquelles nous ne saurions vivre. Aux his
78 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
167Ni que les vérités utiles soient avouables sur la place. Mais quelle que soit « l’utilité » de mon entreprise, notre sort n’e
168eiller, il prend l’épée de Tristan et dépose à sa place l’épée royale. Les trois ans écoulés, le philtre cesse d’agir (selon
169te le cas particulier de notre mythe. Pour qui se place, par un effort d’abstraction, à l’extérieur du phénomène commun au ro
170 pardon — et celui du roi Marc pour Iseut. Ici se place le court dialogue si dramatique entre l’ermite et les deux repentants
79 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
171s près d’elle qu’on ne l’a fait — tout près : sur place, dans le milieu même où elle est née. Et non pas dans le milieu purem
172ité. Mais sitôt absorbé, le philtre de la passion place ses victimes dans un au-delà de toute morale, qui ne saurait être que
173amants « communient » dans la passion. En lieu et place du miracle eucharistique, de la transsubstantiation des espèces matér
174 foncièrement hérétique et dualiste. Il n’y a pas place, ici, pour le moindre hasard, ni pour cette suspension des conclusion
80 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
175manière il inaugura son ministère : sur la grande place d’Assise, en présence de l’évêque et d’une foule immense, il se dépou
176ns le Midi de la France : par les routes, sur les places, de village en château. Les poèmes de Jacopone da Todi, « jongleur de
177d’une anthologie qui tiendrait décidément trop de place 113 , bornons-nous à énumérer les principaux thèmes communs aux troub
81 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
178plus éclatante. On connaît le curieux sujet de la Place Royale, comédie fort désobligeante. Alidor amant d’Angélique, et aimé
179ns le plan purement psychologique où Corneille se place, le sens du mythe qui gouverne cette action ne peut que lui échapper,
180célérate, tels sont les parangons qui prennent la place de l’idéal détruit par le xviie siècle. Ce refoulement du mythe par
82 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
181cles. 178 [p. 279] Avec Vauban, le siège d’une place forte devient une sorte d’opération de l’esprit dont les péripéties s
182res a perdu ou gagné plusieurs pièces — villes ou places fortes — alors vient la grande bataille : du sommet de quelque coteau
183ent que les peuples employaient pour se faire une place dans le monde en tant que nations, elle devient le moyen qu’ils prati
83 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
184se d’être un démon 202 . Et il retrouve sa juste place dans l’économie provisoire de la Création, de l’humain. Le païen ne p
84 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
185suite un régime personnaliste ; mais de créer sur place des foyers communautaires. 24. C’est un but essentiellement fédéralis
186pouvoir impuissant, mais d’exercer le pouvoir sur place, à l’échelle des réalités que l’on maîtrise. 26. Si peu que ce soit,
85 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
187 qui, loin de le sublimer, lui redonnera sa juste place dans l’humain. Ma thèse centrale présentée de la sorte — n’est-ce pas
86 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
188 primitive, du point de vue sociologique où je me place ici ? C’est une [p. 23] communauté spirituelle formée d’un grand nomb
189responsabilité unique dans la société, à sa juste place. Notons que si la personne doit être respectée par l’État, ce n’est p
87 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
190s mots, la propagande brutale s’en chargera. À la place des grands lieux-communs chargés de sens traditionnel, nous aurons de
88 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
191 sein duquel il est urgent que nous trouvions une place nettement redéfinie. Bref, tout nous pousse à un réveil de notre cons
89 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
192rgent, si nous étions contraints de leur céder la place ? Sommes-nous vraiment plus dignes et plus conscients que d’autres de
193age bien faite, digne d’être exposée, et en bonne place, comme un modèle valable pour l’Europe de demain. Voilà un travail im
90 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
194ne créature la conscience d’avoir quitté sa juste place dans le monde. Tombé de l’éternel, Satan veut l’infini. Tombé de l’Êt
195accuse avec une angélique précision, sans laisser place à la pensée d’une possible réparation. Il est au monde une seule chos
91 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
196. (Ainsi le mariage d’amour sentimental a pris la place du mariage de raison conclu par les parents et les notaires ; et c’es
92 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
197onsables de nos actes, mais elles le sont à notre place. Et comme elles-mêmes n’ont à répondre auprès d’aucune instance supér
93 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable XI : Le Diable dans nos dieux (24 décembre 1943)
198onsables de nos actes, mais elles le sont à notre place. Et comme elles-mêmes n’ont à répondre devant aucune instance supérie
94 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
199s dans un ordre extérieur qui lui assignerait une place, une carrière prévisible et convenable dans un monde ordonné comme un
95 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
200, il ne doit pas, bien entendu, rester la moindre place dans une telle existence. Sous cette réserve, on peut louer ce sage :
201n y a pensé. Les plus hardis parlent de rendre sa place à « l’esprit »… Mais, quel esprit ? Et qui l’a laissé perdre ? Et que
202tu, n’ont aucune réalité si chacun n’est pas à sa place, là où la vocation de Dieu l’a mis. Supposez qu’un tel homme existe.
203radiction nous oblige à choisir, fait à la foi sa place, et nous contraint à l’originalité. « Mais quoi, professeurs et disci
96 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
204ours, c’est un esprit d’autocritique qui prend la place, en moi, de l’effort créateur. J’imagine un recueil de Contredits où
97 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
205re du bréviaire. Il faut que chacun se batte à sa place. Et dans l’attente d’un combat qui tarde encore, il faut que chacun t
206a catastrophe elle-même, un moment imprévu a pris place, et il s’étire interminablement depuis des mois. Tout est changé, la
98 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
207te mes téléphones.) Le risque individuel prend sa place normale dans le risque collectif. Cet accord supprime la réflexion se
99 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
208ire que tout est impossible : qu’il n’y a plus de place dans l’avion, par exemple. En insistant, on en trouve toujours. Ils o
209-plein — beaucoup de voyageurs n’ont pu y trouver place et tenteront de prendre celui de demain soir — et sans avoir dîné, fa
210our une heure dans un village. Nous dînons sur la place, à des tables rapidement dressées. Toute la population assiste à ce r
211be troupeau de bœufs à grandes cornes traverse la place au dessert. À Lisbonne, nous avons trouvé une chambre immense pour no
212e me faufiler, R. s’extrait du groupe, me cède sa place, et je l’entends dire à sa femme qui attendait un peu en arrière : « 
213ssez à l’épreuve suivante. Docile, j’ai repris ma place dans une queue silencieuse. Tous les yeux sont fixés sur cette table
100 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
214aintenir pour y loger ceux qui ne trouvent pas de place ailleurs, les déracinés permanents, diplomates, fonctionnaires à l’es
215avancer, qu’elles se soulèvent et s’abaissent sur place, et que celui qui s’y abandonne n’en retire qu’un sérieux mal de mer.
216autres bourgs de ce pays, l’on y trouve une vraie place, au carrefour de trois rues, et des cafés où vers six heures du soir