1 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Bopp, Interférences (décembre 1927)
1ligeantes de voir juste. Et quand son bonhomme se plaint de ce que son œuvre lui apparaît en même temps que « fatale », « si a
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
2temps est précieux. D’ailleurs, les enfants ne se plaignent pas, de quoi vous plaignez-vous, vous ? — Mais on fausse l’esprit de
3rs, les enfants ne se plaignent pas, de quoi vous plaignez-vous, vous ? — Mais on fausse l’esprit de ces enfants… — Mais on nous
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
4isite à Babits Personne, à ma connaissance, ne se plaint de ce qu’il y a peu de poètes par le monde. C’est dans l’ordre des ch
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
5ufs parmi les trams. Les habitants de Debrecen se plaignent de n’avoir pas ce faux confort que nous n’avons qu’au prix de tout ce
5 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
6ditez un peu cette note de Beausire : « Barrès se plaint très souvent de ses migraines, de ses gastrites, de sa fatigue. Pour
6 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
7isite à Babits Personne, à ma connaissance, ne se plaint de ce qu’il y ait peu de poètes par le monde. C’est dans l’ordre des
8ufs parmi les trams. Les habitants de Debrecen se plaignent de n’avoir pas ce faux confort que nous n’avons qu’au prix de tout ce
7 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
9e risque, et non plus un refuge idéal. Ne nous en plaignons pas : le risque est la santé de la pensée. [p. 39] ⁂ Destin du siècle
8 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
10ment les plus concrètes, les modernes, qu’il faut plaindre, disent et croient presque qu’on est inefficace. Ils ne veulent pas q
11lus d’élite ? Il n’y aura plus personne pour s’en plaindre ; mais plus personne non plus pour rien connaître de la nature du lit
9 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
12éresser. Ou, s’il le fait, il perd le droit de se plaindre quand les affaires, à son avis, vont mal. Ainsi parle un grossier bon
13une découverte. Ils découvrent que le droit de se plaindre, dont ils avaient toujours usé, entraîne le devoir de modifier la sit
14ne le devoir de modifier la situation dont ils se plaignent. Conséquence pour eux si nouvelle, qu’ils éprouvent le besoin de « ju
15vous aimez ça, restez dedans. Mais alors, ne vous plaignez plus. Et si notre mariée vous paraît trop belle, nous la réserverons
10 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
16e risque, et non plus un refuge idéal. Ne nous en plaignons pas : le risque est la santé de la pensée. ⁂ Destin du siècle ! Expr
11 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
17 (août 1934) t On appelle l’esprit… De quoi se plaint l’intelligence ? Si l’on en croit les écrits les plus dignes de formu
12 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
18 élève à la hauteur de l’invective prophétique : Plains-toi, l’Éternel ne craint rien, il peut bien se défendre ; mais commen
19is comment le pourrait-il quand personne n’ose se plaindre comme il sied à un homme ? Parle, élève la voix, parle fort, Dieu peu
13 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
20aque, lorsqu’on crée, je serais le dernier à m’en plaindre. Mais il s’agit ici, tout simplement, de s’évader d’une réalité qu’on
14 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
21ble-t-il. Nous serons bien les derniers à nous en plaindre. Nous avons pris un peu d’avance : ils rejoindront. Voici trois manif
22rrait l’attirer ». Mais il y a plus. Montagnon se plaint de ce que le parti socialiste « meurt d’ignorance », et il s’écrie :
15 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
23le du cliché. On blâme cet instituteur. Qui va se plaindre à son député. Lequel interpelle les Communes. Qui à leur tour inflige
16 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
24voici, tout est vanité et poursuite du vent. » Je plaindrais l’homme d’action qui n’aurait jamais eu ce cri, qui n’aurait jamais é
17 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
25berté d’opinion, c’est pratiquement liberté de se plaindre, mais de se plaindre sans passion profonde. La misère n’est encore qu
26t pratiquement liberté de se plaindre, mais de se plaindre sans passion profonde. La misère n’est encore qu’à la porte, mais on
27’ont plus de liberté, mais du travail. Elles s’en plaignent d’ailleurs de moins en moins. En Russie, en Allemagne, en Italie, il
28upprimer finalement les raisons matérielles de se plaindre. Et après cela, commencera la conquête d’un avenir de joie et de forc
18 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
29d’y déposer. Mais je me moque, et il faudrait les plaindre : car c’est aux hommes qui n’ont plus de pitié, de bonhomie ni de vio
30ls ont laissé se faire, tout ce dont on aime à se plaindre en vertu d’un snobisme de belle âme, tout ce que l’on protège cependa
19 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
31berté d’opinion, c’est pratiquement liberté de se plaindre, mais de se plaindre sans passion profonde. La misère n’est encore qu
32t pratiquement liberté de se plaindre, mais de se plaindre sans passion profonde. La misère n’est encore qu’à la porte, mais on
33’ont plus de liberté, mais du travail. Elles s’en plaignent d’ailleurs de moins en moins. En Russie, en Allemagne, en Italie, il
34upprimer finalement les raisons matérielles de se plaindre. Et après cela, commencera la conquête d’un avenir de joie et de forc
20 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
35t de sa formation ? » 30 . Autrement dit, on nous plaint d’être abandonnés à la seule inspiration de l’Esprit, à laquelle on n
21 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
36éresser. Ou, s’il le fait, il perd le droit de se plaindre quand les affaires, à son avis, vont mal. Ainsi parle un grossier bon
37une découverte. Ils découvrent que le droit de se plaindre, dont ils avaient toujours usé, entraîne le devoir de modifier la sit
38ne le devoir de modifier la situation dont ils se plaignent. Cette conséquence est pour eux si nouvelle, qu’ils éprouvent le beso
39vous aimez ça, restez dedans. Mais alors, ne vous plaignez plus. Et si notre mariée vous paraît trop belle, nous la réserverons
22 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
40 m’a décrit son existence sans amertume. Il ne se plaint que de son isolement intellectuel. Il trouve normal de vivre une vie
41constater qu’ici les paysans travaillent trop, se plaignent du mauvais rendement de la terre, et refusent cependant de rien chang
42n peu lent de geste et de parole ; prudent. Il se plaint de son isolement. « On nous laisse seuls, sans direction. Nous ne sav
23 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
43, leur énergie sérieuse, cette façon de ne pas se plaindre de son sort… Pourtant, il en est peu de cette espèce, semble-t-il. On
44tualisme ! » Est-ce qu’il y a vraiment lieu de se plaindre de ce que les hommes modernes aient trop d’idées ? Se plaint-on qu’il
45e que les hommes modernes aient trop d’idées ? Se plaint-on qu’ils aient trop de sensations ? [p. 150] On proteste contre le f
46ve à la cuisine sa fille et une voisine. Elles se plaignent du froid. Le fourneau est rouge, mais la porte donne au nord-ouest, d
47 Giono l’héroïne d’une de ses nouvelles : elle se plaint de ce que les auteurs des romans qu’on lui donne à lire « passent à c
48ux apaisements qu’elle leur donne et dont elle se plaint aussitôt, toute la misère des millions d’isolés qui font nos foules e
49amicale d’« accidentés » est sans doute la plus à plaindre : elle témoigne en effet, malgré elle, d’une certaine vitalité qui do
50la gorge brûlante après un verre »). Enfin ils se plaindront de ce que dans leur pays, il n’y a plus de vie, d’initiative, de vrai
51de jeunes gens — si jamais ils en ont assez de se plaindre des villes, où ils s’incrustent — la province deviendra vivable. La r
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
52 dans mon coin d’ombre ? Des esprits exigeants se plaignent : il n’y aura plus de tension créatrice chez ces hommes grossièrement
25 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
53constater qu’ici les paysans travaillent trop, se plaignent du mauvais rendement de la terre, et refusent cependant de rien chang
54n peu lent de geste et de parole ; prudent. Il se plaint de son isolement. « On nous laisse seuls, sans direction. Nous ne sav
26 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
55ruiné leur autorité. Ils sont donc mal venus à se plaindre. Mais la société en pâtit, plus gravement qu’elle ne le croit, sans d
27 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
56 m’a décrit son existence sans amertume. Il ne se plaint que de son isolement intellectuel. Il trouve normal de vivre une vie
28 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
57ient dire ; essaye de les comprendre quand ils se plaignent ou quand ils rient : tu ne verras, tu n’entendras et tu ne comprendra
29 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
58guisé, répètent-ils. Drôle de « rempart ». Ils se plaignent de ce que toutes les réformes soient en faveur des [p. 17] ouvriers e
59 et enfants. — Déjeuner chez un avocat. Madame se plaint : « Il n’y a plus de vie de famille possible, avec ce système. Tous l
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
60r est ma santé. Je ne vois donc pas de quoi je me plains, car mon mal me vient de ma volonté ; c’est mon vouloir qui devient m
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
61 d’elles et que je vais dans un autre pars, je me plains, je soupire et je languis. Est-il vraiment possible, se demande le l
62ar chemins Puisque celle qui peut me guérir ne me plaint … et ce désir Prévaut — bien que fait de délire — Sur tout autre… S’
63ts ne paraissent présenter aucun sens, et l’on se plaint de leur monotonie ; toujours les mêmes images érotiques et sanglantes
64quels nous constatons cette contradiction ne s’en plaignent pas ! On dirait qu’ils ont trouvé le secret d’une conciliation vivant
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
65 Eckhart et saint Jean de la Croix. Les amants se plaignent parfois de leur passion et maudissent le poison fatal, cause de leurs
66res. La passion qui décolore tout autre amour. Se plaindre d’un mal que l’on préfère cependant à toute joie et à tout bien terre
67178] mystiques, et sainte Thérèse la première, se plaignent de n’avoir pas de mots nouveaux (nuevas palabras) pour louer les œuvr
68sure, lorsque Thérèse écrit à un religieux qui se plaint de ressentir une émotion des sens chaque fois qu’il entre en oraison 
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
69il emporte sa lyre — et ce « pouvoir » dont il se plaint tout en sachant qu’il l’a voulu fatal : Et pour que mon martyre au p
70Le cas vaut d’être analysé. Voici comme Alidor se plaint au premier acte : Ce n’est qu’en m’aimant trop qu’elle me fait mouri
71que. « J’ai honte de souffrir les maux dont je me plains », dit-il plus bas. C’est donc la honte qui est cause de son mensonge
72nteux d’avouer cette souffrance, il imagine de se plaindre d’être trop enchaîné par cette fidélité — alors qu’on voit tout au co
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
73orale. Hitler est plus brutal : il se fâche et se plaint en même temps ; il ne persuade pas, il envoûte ; il invoque enfin le
35 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
74us si, en 1522, un pamphlet catholique anonyme se plaint de ce que les réformés invoquent sans cesse les conseils de l’ermite
36 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
75iter des avantages de la folie moderne, et qui se plaignent aujourd’hui de devoir payer leur part minime dans la banqueroute euro
37 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
76 de l’Ouest, venant à New York, ont coutume de se plaindre de l’inhumanité que revêtent ici le climat et les rapports humains. I
38 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
77 du solitaire 1. On appelle l’esprit… De quoi se plaint l’Intelligence ? Si l’on en croit les écrits les plus dignes de formu
39 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
78ie, pour la tuer. En même temps, les producers se plaignent de ce que les auteurs n’aient plus d’idées… Je vais leur donner grati
40 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
79rtisan des vacances payées, et n’ai donc pas à me plaindre, personnellement. Quant au principe, c’est plus grave. [p. 76] Céder
41 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
80erd ? Les Allemands en effet, même victorieux, se plaignent encore comme des victimes. Et les Anglais, même battus, se comportent
42 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
81 de l’Ouest, venant à New York, ont coutume de se plaindre de l’inhumanité que revêtent ici les rapports quotidiens. Ils pensent
43 1946, Journal des deux Mondes. 17. Le mauvais temps qui vient
82n ne leur demande ni de s’en féliciter ni de s’en plaindre, mais de se préparer sérieusement pour la suite, pour l’heure où ils
44 1946, Lettres sur la bombe atomique. 9. Paralysie des hommes d’État
83le dans le grand art de prendre son temps. Je les plains. Cependant s’ils s’obstinent, je serai forcé de les traiter d’usurpat
45 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
84 de l’Ouest, venant à New York, ont coutume de se plaindre de l’inhumanité que revêtent ici les rapports quotidiens. Ils pensent
46 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
85us de quoi manger et qu’au surplus, loin qu’on le plaigne, on l’accuse formellement de s’être rendu coupable du crime le plus é
47 1946, Combat, articles (1946–1950). Paralysie des hommes d’État (21 mai 1946)
86 dans le grand art de prendre son temps. ⁂ Je les plains. Cependant, s’ils s’obstinent, je serai forcé de les traiter d’usurpa
48 1946, Réforme, articles (1946–1980). À hauteur d’homme (1er juin 1946)
87nce, c’est le jeu des partis : tout le monde s’en plaint, mais y joue de plus belle. En Amérique, c’est le jeu des pressions,
49 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
88s, argentin, sortant de la messe à St-Patrick, se plaignait de l’absence toute « protestante » du désordre gentil, de la distract
50 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
89e commercial de l’Amérique, d’une part, et qui se plaignent de ce que l’Amérique ne leur vende pas assez de blé, d’autre part. Qu
51 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
90oins d’envie le débauché, dont il faudrait encore plaindre l’arrière-pensée, l’impuissance à choisir sans retour. Vivre est impu
52 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
91e commercial de l’Amérique, d’une part, et qui se plaignent de ce que l’Amérique ne leur vende pas assez de blé, d’autre part. Qu
53 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
92ie, pour la tuer. En même temps, les producers se plaignent de ce que les auteurs n’aient plus d’idées… Je vais leur donner grati
93vait que j’avais exagéré. — Au fond, de quoi vous plaignez-vous ? dit-il enfin. Votre article était bon, tel qu’il fut publié. I
94argentin, sortant de la messe à Saint-Patrick, se plaignait de l’absence toute « protestante » du désordre gentil, de la distract
54 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
95 qu’on ne s’en vante jamais. L’Américain moyen se plaint beaucoup des mille complications de sa feuille d’impôts (et cependant
96jour qu’il en remplit 145 pour sa société). Il se plaint, mais il met son point d’honneur à payer ce qu’il doit, toutes déduct
55 1947, Carrefour, articles (1945–1947). La France est assez grande pour n’être pas ingrate (26 novembre 1947)
97e ne me trompe) : il y a trente ans que nous nous plaignons de leur lenteur à répondre à nos SOS (eh quoi ! onze mois pour créer
56 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
98 on leur ôte le droit de grève, et le droit de se plaindre d’une inégalité de salaires sans précédent dans les pays capitalistes
57 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
99éliciter, bien entendu, M. Hugh Dalton, pour s’en plaindre (et cette confirmation n’est pas la moins valable). On ne s’en étonne
58 1949, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les écrivains romands et Paris (10 septembre 1949)
100ues ou financiers. Je ne sais trop s’il faut s’en plaindre. Tout cela se crée naturellement autour des « grands », et ils sont à
59 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
101rnaux et trop de partis, et même le droit de s’en plaindre ou de s’en moquer ? Si nous perdions demain ces droits, qui peuvent p
60 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
102uels. Spender insiste, interroge anxieusement, se plaint de notre sens du péché. Les Indiens continuent de sourire : non vraim
103 leur politique, on les rend hésitants et l’on se plaint de leur retard, mais si l’URSS nous envoie deux wagons de céréales, o
61 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
104rrible erreur d’aiguillage ! » Puis il tousse, se plaint de fumer trop, et de n’arriver point à se contraindre. Les jours suiv
62 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
105trefaçons multipliées chez nous. Notre élite s’en plaint, il est vrai. Mais l’élite des USA aussi. Personne encore n’a proposé
63 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
106trefaçons multipliées chez nous. Notre élite s’en plaint, il est vrai. Mais l’élite des USA aussi. Personne encore n’a proposé
64 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
107s partis et des groupes d’intérêts économiques se plaignent du manque de passion dont les masses et même les élites témoignent à
65 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
108ne souffre pas du « gavage » intellectuel dont se plaint le français. Moins libre et turbulent que le premier, moins brillant
66 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
109demain. Il n’était pas « grand orateur », et s’en plaignait parfois avec humour. Mais pourquoi faudrait-il qu’un homme d’État fût
67 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
110recte, mais on laisse aux victimes le droit de se plaindre un peu, c’est nouveau, c’est la mode à Moscou… (Togliatti a saisi l’o
68 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
111comprend très bien. Mais vous auriez tort de vous plaindre. C et D. N’empêche que nous sommes seuls à relever un défi qui s’adre
69 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
112al ? Une progressiste, appuyant le communiste, se plaint que l’Europe ne se fasse que « par en haut », ce qui n’est pas démocr
113 Europe qui ne serait pas déjà faite, quitte à se plaindre, alors, qu’on les en a exclus. 5. — Non, car l’Europe est coupable :
70 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
114t nouveaux, et privée du même coup du droit de se plaindre qu’elle n’a pas le temps de se cultiver ! Bien sûr, nous ne confondro
71 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
115le, qu’on prétend surtout financière ? M. Berl se plaint d’une étrange absence d’éléments d’appréciation, faute desquels il es
72 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
116taient ensemble… en Amérique. Mais ici, chacun se plaint de manquer de fonds, parce que chacun s’enferme dans son trop petit p
73 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
117ncore l’amour. Donc, tandis que nous croyons nous plaindre de la violence d’un instinct, c’est au fond un instinct qui se plaint
118e d’un instinct, c’est au fond un instinct qui se plaint d’un autre instinct. 40 Passage capital pour mon propos ! Ce que N
74 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
119rrible erreur d’aiguillage ! » Puis il tousse, se plaint de fumer trop, et de n’arriver point à se contraindre. Les jours suiv
120il seulement cédé à ce curieux besoin (dont il se plaint souvent) d’abonder dans le sens de l’interlocuteur — quitte à se repr
121s le sens du mythe. Comme Kierkegaard, Gide s’est plaint très souvent d’une « écharde dans la chair » qui, pensait-il, le rend
75 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — ii. Misère et grandeur de saint Paul
122liée à cette « écharde dans la chair » dont il se plaint souvent mais en termes obscurs. Haine du corps et du sexe, méfiance p
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
123oug en deux. Mon fils tombe ; son père, prêt à le plaindre, Darios, paraît à ses côtés ; mais, dès qu’il le voit, Xerxès déchire
77 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
124té Européenne : mais s’il y a quelque sujet de se plaindre de quelqu’un des Membres ou quelque demande à lui faire, il fera donn
78 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
125sseau accepte ce travail considérable, tout en se plaignant de son état « qui lui laisse à peine la faculté de lier ses idées ».
79 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
126 une fois qu’il aura poussé il ne faudra pas vous plaindre si vous constatez qu’un gland de chêne a produit un chêne au lieu de
80 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
127ncore l’amour. Donc, tandis que nous croyons nous plaindre de la violence d’un instinct, c’est au fond un instinct qui se plaint
128e d’un instinct, c’est au fond un instinct qui se plaint d’un autre instinct. » 114 Passage capital pour mon propos ! Ce que
81 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
129 — sauf peut-être en Allemagne, et encore — on se plaint de l’indifférence politique des élèves et de leur apathie civique. Ce
130’Europe, à cet égard, c’est que les États-Unis se plaignent d’insuffisances qu’ils vont donc essayer d’amender, tandis que l’Euro
131n 33  ». Voilà donc un pays où l’on ne saurait se plaindre de ce que l’instruction civique ne tienne pas un compte suffisant des
82 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
132 les militants de l’Europe unie n’ont cessé de se plaindre de l’indifférence qui répondait à leurs appels, et de la lenteur scan
83 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est d’abord une culture (30 juin 1962)
133dence. Mais nous aurons perdu le droit de nous en plaindre. p. 13 n. « L’Europe est d’abord une culture », Gazette de La
84 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
134cialistes d’une culture différente n’ont pas à se plaindre (en Occident du moins) : instituts, fondations, revues, éditeurs, bou
85 1963, Preuves, articles (1951–1968). Le mur de Berlin vu par Esprit (février 1963)
135? Mais j’allais oublier le plus beau. M. Dehem se plaint : « On m’a littéralement proscrit pour avoir écrit que le mur ne me f
86 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’éloge, l’élan, l’amour, le monde ouvert à ceux qui s’ouvrent, cela existe… (2-3 février 1963)
136hibitions, de pièges, de frustrations, et l’on se plaint de manquer d’instruments adéquats pour exprimer ces thèmes rebattus !
87 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
137 d’entre nous tiennent le plus : le droit de nous plaindre. À quoi l’on pourrait ajouter : 1°) que s’il est vrai que notre neutr
138rance : c’est le pays du monde dont je préfère me plaindre. La Suisse est le pays dont je souhaite le plus qu’il communique sa g
88 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
139 par des soldats et des officiers suisses, qui se plaignaient de n’avoir pas reçu leur solde. « Les Suisses ne se paient pas de par
89 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
140est bien fait, et aurait le plus grand tort de se plaindre qu’elle se rend de la sorte « dépendante » du bon vouloir de ses vois
90 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
141tents de leur niveau de vie, tandis que 38 % s’en plaignent et que 14 % n’en pensent rien, une majorité écrasante de 88 % des Sui
142ne souffre pas du « gavage intellectuel » dont se plaint le français. Moins libre et turbulent que le premier, moins brillant
91 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
143 d’entre nous tiennent le plus : le droit de nous plaindre. À quoi l’on pourrait ajouter : 1° que s’il est vrai que notre neutra
144rance : C’est le pays du monde dont je préfère me plaindre. La Suisse est le pays dont je souhaite le plus qu’il communique sa g
92 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
145ions et nos réflexes ! Et notez bien que je ne me plains pas — ce serait d’ailleurs tout à fait vain — des moyens que la techn
93 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
146ntents de leur niveau de vie, tandis que 38% s’en plaignent et que 14% n’en pensent rien, une majorité écrasante de 88 % des Suis
94 1966, Preuves, articles (1951–1968). André Breton (novembre 1966)
147mission avec tous les snobismes à l’affût.) Il se plaignit, très gentiment, de ce que durant nos années parisiennes nous n’ayons
95 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Stampa, vieux village… (15-16 janvier 1966)
148là, il triturait une mince colonne de terre et se plaignait — « c’est l’enfer ! » disait-il. De la matière fuyait entre ses doigt
96 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). André Breton à New York (8-9 octobre 1966)
149mission avec tous les snobismes à l’affût.) Il se plaignit, très gentiment, de ce que durant nos années parisiennes, nous n’ayon
97 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
150res mêlés, peut-être quatre, et qui voudrait s’en plaindre ? (C’eût été bien mal vu des professeurs dans ma jeunesse, ils croyai
98 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
151oyens, cependant que la minorité contestataire se plaint surtout d’être minoritaire ! (Je viens de l’entendre dire à la radio
99 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
152 (comme l’Autriche, le Danemark, l’Italie), on se plaint plus qu’ailleurs des taxes d’État qui frappent lourdement l’exploitat
100 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
153taient ensemble… en Amérique. Mais ici, chacun se plaint de manquer de fonds, parce que chacun s’enferme dans son trop petit p