1 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
1te cellule sociale ». Et je les traite de mauvais plaisants. Admirez mon extrême modération. Ceci fait, constatez avec moi que la
2 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
2e Mac-Avoy est tout animé de blancs vivants. Très plaisant « Essai pour une Italie protestante » de P. Romane-Musculus. Des lith
3 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
3ar Albert-Marie Schmidt (octobre 1933) m Il est plaisant de voir un jeune auteur obtenir de nos jours un effet de surprise par
4 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
4soit parfois diminué par certains calembours trop plaisants. Je dirai, pastichant M. Monod, que ces ébauches suggestives ne vont
5 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
5oin, mais non jamais par gourmandise. » — (Il est plaisant de rapprocher Goethe et Gide ; mais comparez aussi, Venise et Moscou
6 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
6tation ordinaire. On ne peut rien désirer de plus plaisant que cet intérieur. Des chaises au siège de bois poli, une lourde tabl
7 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
7tation ordinaire. On ne peut rien désirer de plus plaisant que cet intérieur. Des chaises au siège de bois poli, une lourde tabl
8 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un salon atomique (26 décembre 1945)
8ntrait plein d’humour. On n’avait jamais été plus plaisant à propos de massacres en masses. Ce que j’aime, dans le monde, c’est
9 1946, Lettres sur la bombe atomique. 8. Un salon atomique
9ntrait plein d’humour. On n’avait jamais été plus plaisant à propos de massacres en masse. Ce que j’aime, dans le monde, c’est q
10 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
10tre qu’il s’agit là d’un passe-temps absorbant et plaisant, il est non moins généralement admis que ce n’est pas un sport public
11 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
11t s’asseoir au bar et déjeuner, n’ont rien que de plaisant) les différentes régions de l’Amérique se ressemblent bien moins entr
12 1948, Suite neuchâteloise. VIII
12s n’en peuvent rien ; dans lequel s’encoubler est plaisant, meilleur temps utile, le reste mauvais ou atroce.) Mais l’accent, c’
13 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
13chez lui, ma femme et moi. Le studio est vaste et plaisant, agrémenté d’un escalier conduisant à une large galerie. Par une port
14 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
14t, nous arrivons chez lui. Le studio est vaste et plaisant, agrémenté d’un escalier conduisant à une large galerie. Par une port
15 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
15oltaire put écrire : « On n’avait jamais été plus plaisant à propos de famine. » Sa correspondance avec Mme d’Épinay reflète [p.
16 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
16ar leurs habitants et leur offrir un cadre de vie plaisant » et qui préconise au surplus de « petites cellules urbaines à l’éche
17 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
17ar leurs habitants et leur offrir un cadre de vie plaisant », et qui préconise au surplus de « petites cellules urbaines à l’éch