1 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
1 ils s’adressent au duc à la deuxième personne du pluriel, qui n’est pas sans produire un effet singulier. Sully, qui espère ag
2 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
2 qui s’adressent au duc à la deuxième personne du pluriel — vous arrivâtes, vous dîtes, vous fûtes reçu… — et qui lui racontent
3 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
3mble des habitants d’un même pays : tandis que le pluriel nationes, dès Tertullien, au iie siècle, va s’appliquer aux nations
4, s’écrit mieux encore dans l’Europe classique au pluriel qu’au singulier » (p. 69). Mais quoi ? Sans pluralité des États, comm