1 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
1ïen, qui a répandu dans notre monde occidental le poison de l’ascèse idéaliste — et tout ce qu’un Nietzsche absurdement reproc
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
2 ils ne s’aiment pas ! Q’el m’aime, c’est par la poison Ge ne me pus de lié partir, N’ele de moi… Ainsi parle Tristan. Et Is
3 et elle le trompe mieux que quiconque : c’est le poison qui le « demeine par force ». Et cependant, qu’il ait choisi cette de
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
4à la recherche du baume salutaire qui chassera le poison de son sang. C’est le type même du départ mystique, de l’abandon à l’
5t avec un livre à imprimer. D’autres cultivent ce poison qui donne des visions pittoresques. Presque tous publient le secret…
6laignent parfois de leur passion et maudissent le poison fatal, cause de leurs terribles souffrances. « Amor par force les dem
7rive comme à ces animaux venimeux qui changent en poison tout ce qu’ils mangent… » ⁂ [p. 182] De la comparaison formelle des
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
8ïen, qui a répandu dans notre monde occidental le poison de l’ascèse idéaliste — tout ce qu’un Nietzsche injustement reproche
5 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). « Le matin vient, et la nuit aussi » (7 juin 1939)
9 Tout dépend de l’usage que l’on en fait. Le même poison, selon la dose, paralyse, ou tonifie. Dans l’atmosphère de catastroph
6 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
10l’attrape comme une maladie. Cet homme secrète un poison salutaire, dont nul ne trouvera l’antidote ; qu’il en soit mort, atte
7 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
11 Tout dépend de l’usage que l’on en fait. Le même poison, selon la dose, paralyse ou tonifie. Dans l’atmosphère de catastrophe
8 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
12qui infeste les forêts de l’Est et que l’on nomme poison ivy. Son contact, ou parfois sa seule proximité, produit une sorte d’
9 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
13témoin de la vérité ». Dans cette phrase était le poison, pour Kierkegaard. Car toute son œuvre, toute sa carrière d’auteur n’
10 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
14iqueur tout d’abord enivrante est bientôt devenue poison. C’est à nous [p. 8] qu’il appartient donc d’inventer l’antidote de c
11 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
15iqueur tout d’abord enivrante est bientôt devenue poison. C’est à nous qu’il appartient donc d’inventer l’antidote de ce toxiq
12 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
16témoin de la vérité ». Dans cette phrase était le poison, pour Kierkegaard. Car toute son œuvre, toute sa carrière d’auteur n’
13 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
17sonne, ce qui est remède pour l’un sera peut-être poison pour l’autre au même dosage, ou simplement [p. 282] indifférent. Or,
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
18— dans les laboratoires européens, on prépare des poisons destinés à l’anéantissement des femmes et des enfants de l’Europe. Av
15 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
19iqueur tout d’abord enivrante est bientôt devenue poison. C’est à nous qu’il appartient donc, aujourd’hui, d’inventer l’antido
16 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
20ans mode d’emploi, et nos remèdes deviendront des poisons. Il est donc temps, pour nous Occidentaux, d’adjoindre à l’assistance
17 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
21é nos machines, nos doctrines, nos remèdes et nos poisons, et beaucoup de nos secrets de puissance matérielle — en un mot, le m
22qui permettront au genre humain de résister à nos poisons, au virus du nationalisme et [p. 107] au virus du matérialisme, cette
18 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
23e (p. 40) : Tristan : Qu’el m’aime, c’est par la poison Ge ne me pus de lié partir N’ele de moi… Et Iseut : Il ne m’aime pa
24le rêve de la drogue (« S’il m’aime, c’est par la poison »…), et quand l’amant se retrouve devant l’Iseut réelle, il s’aperçoi
25t le retour avec Iseut, la scène du philtre, « la poison » bue. Le dernier est celui d’Iseut voguant vers son amant pour tente
26seut intervient pour guérir Tristan des effets du poison, puis ils sont de nouveau séparés. Mais quand ils boivent ensemble le
19 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
27nous en aurons assez de respirer ou de manger des poisons, certains seront tentés par l’exportation de nos industries, donc de
20 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
28 pesticides qui les combattent. Pas seulement les poisons, propagandes et drogues que tous dénoncent, mais la fertilité incontr