1 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
1 reste ? À table, il mange les trois quarts d’une pomme en l’honneur de la Trinité, et le dernier quart par amour pour la Mèr
2our pour la Mère céleste qui donnait à manger une pomme à son tendre enfant Jésus ; et ce dernier quart, il le mange avec la
3 parce que les petits garçons ne pèlent pas leurs pommes. Après Noël, au temps où l’Enfant est trop jeune pour manger des frui
2 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
4ous la pluie, dans les vergers où l’on écrase des pommes mal mûres, dans des cuisines de ferme, dans cette chambre boisée… Con
3 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
5 le faire. Ève ne pensait même pas à manger cette pomme avant que le Serpent n’ait mis en doute la réalité de l’ordonnance de
6 chose mauvaise, mais par une fort belle et bonne pomme, agréable à la vue et précieuse pour l’esprit. Elle ne fut pas tentée
7idée-là et l’excluait de sa réalité. Manger cette pomme et se diviniser de cette manière convoiteuse, il se trouvait qu’aux y
8lie. Si Ève n’avait pas été libre de manger cette pomme interdite, Ève n’aurait pu pécher, ni Adam après elle. Ainsi la gloir
4 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
9inverse de ce qu’ils voulaient. Si vous mangez la pomme vous ne mourrez pas dit le Serpent. Ils la mangent, et ils entrent da
10nel fut l’acte sexuel, dont la consommation de la pomme serait le symbole, c’est parce qu’ils assimilent le péché en général
11it, notez que ce n’est pas le geste de manger une pomme qui était mauvais aux yeux de l’Éternel, ni la pomme en soi (au contr
12me qui était mauvais aux yeux de l’Éternel, ni la pomme en soi (au contraire), mais seulement la révolte d’Ève et son désir d
13hinan ! » dit-il d’un air ému, et il mord dans la pomme. C’est à ce moment que le mal est vraiment « consommé ». La femme n’e
5 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
14lie. Si Ève n’avait pas été libre de manger cette pomme interdite, Ève n’aurait pu pécher, ni Adam après elle. Ainsi la gloir
6 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
15nel fut l’acte sexuel, dont la consommation de la pomme serait le symbole, c’est parce qu’ils assimilent le péché en général
16it, notez que ce n’est pas le geste de manger une pomme qui était mauvais aux yeux de l’Éternel, ni la pomme en soi (au contr
17me qui était mauvais aux yeux de l’Éternel, ni la pomme en soi (au contraire), mais seulement la révolte d’Ève et son désir d
7 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
18 le faire. Ève ne pensait même pas à manger cette pomme avant que le Serpent n’ait mis en doute la réalité de l’ordonnance de
19 chose mauvaise, mais par une fort belle et bonne pomme, agréable à la vue et précieuse pour l’esprit. Elle ne fut pas tentée
20idée-là et l’excluait de sa réalité. Manger cette pomme et se diviniser de cette manière convoiteuse, il se trouvait qu’aux y
8 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
21ous la pluie, dans les vergers où l’on écrase des pommes mal mûres, dans des cuisines de ferme, dans cette chambre boisée… Con
9 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
22châteaux rouges ou violets, sur des pelouses vert pomme aux opulents ombrages. Toutes les chromos du monde avaient raison, pu
10 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
23e d’une main, et de l’autre porte à sa bouche une pomme qu’elle mord en galopant. Nouveaux éclairs. Tous les chiens du chenil
24ande femme bottée, sauvage et belle, qui mord une pomme, et son torse paraît nu dans un fin sweater jaune. Elle rit, jette la
25 nu dans un fin sweater jaune. Elle rit, jette la pomme, et nous salue de la main. Le jeune homme mince, immobile sur son che
11 1946, Lettres sur la bombe atomique. 13. La pensée planétaire
26idérée partout et de tout temps comme objet rond, pomme, sphère ou sceptre d’or, que ce soit l’Univers, ou l’Empire, ou l’Ato
12 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
27e d’une main, et de l’autre porte à sa bouche une pomme qu’elle mord en galopant. Nouveaux éclairs. Tous les chiens du chenil
28ande femme bottée, sauvage et belle, qui mord une pomme, et son torse paraît nu dans un fin sweater jaune. Elle rit, jette la
29 nu dans un fin sweater jaune. Elle rit, jette la pomme et nous salue de la main. Le jeune homme mince, immobile sur son chev
13 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Demain la bombe, ou une chance d’en finir avec la terre (30 juin 1946)
30vermeilles, malignement réduites en cendres : des pommes de Sodome après le contact flétrisseur… Le principal bruit vivant, ic
14 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
31de d’une main et de l’autre porte à sa bouche une pomme qu’elle mord en galopant. Nouveaux éclairs. Tous les chiens du chenil
32ande femme bottée, sauvage et belle, qui mord une pomme, et son torse paraît nu dans un fin sweater jaune. Elle rit, jette la
33 nu dans un fin sweater jaune. Elle rit, jette la pomme, et nous salue de la main. Le jeune homme mince, immobile sur son che
15 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
34serait entré dans la peinture, dit-elle, avec les pommes de Cézanne, pommes de pure forme, sans contenu social. De ce péché or
35a peinture, dit-elle, avec les pommes de Cézanne, pommes de pure forme, sans contenu social. De ce péché originel naquit le fo
16 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
36s au passage cette nouveauté.) « J’ai cueilli une pomme ; je l’ai trouvée bonne. J’en vois une autre : rien de plus raisonnab
37es. C’est qu’il oublie qu’une femme n’est pas une pomme. Et qu’elle en voudra mortellement à celui qui ne l’aura pas « prise 
38 d’observer d’ailleurs que le Don Juan mangeur de pommes, qu’on vient de citer, reste un peu court. Il n’accédera jamais à l’é
17 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
39s au passage cette nouveauté.) « J’ai cueilli une pomme ; je l’ai trouvée bonne. J’en vois une autre : rien de plus raisonnab
40es. C’est qu’il oublie qu’une femme n’est pas une pomme. Et qu’elle en voudra mortellement à celui qui ne l’aura pas « prise 
41 d’observer d’ailleurs que le Don Juan mangeur de pommes qu’on vient de citer reste un peu court. Il n’accédera [p. 37] jamais
18 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.1. Puissance du mythe
42ux et fondant d’un seul trait d’arbalète dans une pomme la plus ancienne démocratie du monde. Du premier chroniqueur national
19 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
43. Mis au défi par le bailli Gessler de percer une pomme placée sur la tête de son fils, Tell réussit cet exploit qui le sauve
44quelques épisodes de la légende, dont celui de la pomme. Le Livre Blanc et le poème se seraient-ils inspirés de traditions pl
45ie sauve que s’il parvient à percer d’un trait la pomme placée sur la tête de son fils. Les historiens suisses d’aujourd’hui
46re dira : « Il faut convenir que l’histoire de la pomme est bien suspecte… » Mais Voltaire a douté de tant de choses… Il ne f
47traits mythiques de la légende (la flèche dans la pomme, par exemple) défend l’historicité de certains de ses épisodes (le ch
48us un peu partout, de l’Archer infaillible, de la Pomme, du Chapeau emplumé, du Saut libérateur, du Meurtre du Tyran par un S
20 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.2. Préface à « L’Œuvre du xxe siècle »
49serait entré dans la peinture, dit-elle, avec les pommes de Cézanne, pommes de pure forme, sans contenu social. De ce péché or
50a peinture, dit-elle, avec les pommes de Cézanne, pommes de pure forme, sans contenu social. De ce péché originel naquit le fo
21 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
51calcule au centième de seconde la rencontre d’une pomme en chute libre et du sol. Un tel modèle provocateur et monitoire, est
22 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
52issance qui correspond à l’acte d’Ève croquant la pomme, et qui entraîne les mêmes conséquences selon Hésiode et selon la Gen
23 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
53calcule au centième de seconde la rencontre d’une pomme en chute libre et du sol. Un tel modèle provocateur et monitoire, est
24 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
54ation » — inaugurée par Ève lorsqu’elle croqua la Pomme. C’est en somme le contrat social selon Rousseau, dans toute la mesur