1 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
1 patrie. » 3.f. La préparation civique Tous les pontifes de l’instruction publique sont d’accord sur ce point : l’école primai
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
2-européens : mages iraniens, brahmanes de l’Inde, pontifes [p. 64] et flamines de Rome. Le flamen porte d’ailleurs le même nom q
3 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
3ppée d’anathème ! — le concile avait substitué un pontife unique et romain. On avait condamné Jean Huss, le premier qui eût osé
4 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.1. Sur plusieurs siècles de silence « européen »
4remière nation qui défie à la fois l’Empire et le Pontife : la France de Philippe le Bel ? (L’attentat d’Anagni date de 1303.)
5 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
5suprématie du Saint-Empire que celle du Souverain Pontife. Philippe le Bel, contre l’Empereur et contre Boniface VIII, représen
6lles soient amendées et changées par le Souverain Pontife, si cela est juste ; si non elles doivent être confirmées et enregist
7 corps de l’Europe restèrent sourds aux appels du Pontife, comme à ceux de son rival le roi de Bohême. Il eut beau joindre à se
8chef auquel tous veuillent obéir. Ni au Souverain Pontife ni à l’Empereur on ne rend leur dû. Il n’est plus de respect ni d’obé
6 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
9pport d’union « dialectique » : « La dictature du Pontife, chargé de la direction politique de l’Italie et de l’organisation de