1 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Naville, La Révolution et les intellectuels (novembre 1928)
1 d’aller plus loin et de prendre une connaissance positive de ce qu’il y a sous cette réalité. Il est certain que s’ils avaient
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
2 celles de mes pensées qui exigent des apparences positives. Ainsi donc, j’ai cherché la Pierre des philosophes. D’autres aussi,
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
3aine menacée par le matérialisme : c’est un idéal positif, immédiat parce qu’éternel. Là où Keyserling dit seulement adaptation
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
4 celles de mes pensées qui exigent des apparences positives. Ainsi donc, j’ai cherché la Pierre des philosophes. D’autres aussi,
5 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
5r un principe destructeur. C’est au nom d’une foi positive que l’on attaque ici le moralisme survivant, c’est au nom d’une grand
6 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
6idéaux, demande des apaisements ou des directions positives. Faut-il encore ajouter à son trouble, l’aggraver, le rendre littéral
7 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
7re christianisme contre le monde, comme une force positive contre une force de même ordre. Assez de cette « politique chrétienne
8 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
8ques apportez-vous ? On voudrait quelque chose de positif… » Nous avons accueilli cette question de la façon dont nous voudrion
9voilà bien la seule acception chrétienne du mot « positif ». Pour les uns, « positif », c’est ce qui rapporte. Pour les autres,
10on chrétienne du mot « positif ». Pour les uns, « positif », c’est ce qui rapporte. Pour les autres, ce qui rassure. Pour le ch
11 donner des directives pratiques et des solutions positives, « discutables, certes, mais positives ». Si nous avions écrit, dans
12 solutions positives, « discutables, certes, mais positives ». Si nous avions écrit, dans notre premier numéro, que la solution d
13vé, qu’enfin ! nous apportions quelque chose de « positif » ! Comme si le christianisme n’était qu’une politique possible, entr
14 selon certaines règles et certaines directives « positives »… Mais si ces directives venaient à nous manquer, que ferions-nous d
15faveur de cette « conversion », la notion même de positif est bouleversée. Critiquer les doctrines qui prétendent résoudre huma
16r salut, — telle est la seule tâche véritablement positive que notre effort, ici, peut s’assigner sans fol orgueil. « Positif »
17 effort, ici, peut s’assigner sans fol orgueil. « Positif » est ce qui rapproche du Réel. Cela prend bien souvent l’aspect d’un
9 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
18onstamment ces deux attitudes l’une à l’autre, la positive et la négative, à expliquer le oui par le non, et le non par le oui,
10 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
19 qui ne vide pas le loisir de toute signification positive mais bien au contraire en figure la plénitude, ce travail véritable a
11 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
20ue j’embrasse. Il me reste à le définir en termes positifs, cette fois. Les dieux, les mythes du siècle, sont tout puissants sur
12 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
21re christianisme contre le monde, comme une force positive contre une force de même ordre. Assez de cette « politique chrétienne
13 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
22 qui ne vide pas le loisir de toute signification positive mais bien au contraire en figure la plénitude, ce travail véritable a
14 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
23ue j’embrasse. Il me reste à le définir en termes positifs, cette fois. Les dieux, les mythes du siècle, sont tout-puissants sur
15 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
24oncrète à l’être. Démarche négative du désespoir, positive de l’espérance, — elles sont inséparables jusqu’au bout, note M. Marc
16 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
25nécessité intérieure, — c’est-à-dire sans message positif et populaire — n’ait été finalement utilisée par des puissances qu’el
17 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
26 ne me propose pas du tout de décevoir ce goût de positif que mes contemporains, à tort et à [p. 44] travers, opposent à toute
27’affirment dans l’Europe d’aujourd’hui. Ce projet positif présente un gros défaut pratique : il conduit à poser de vraies quest
18 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
28ommunauté, contre toutes ses caricatures. L’idéal positif du siècle était en vérité une caricature d’idéal, aussi ne trouva-t-i
19 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
29et très sévère. Il s’agit, pour parler un langage positif, de rétablir une situation désespérée qui fut notre douceur de vivre,
20 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
30’agissait de remplir. C’est en vertu d’une vision positive et créatrice, nous l’avons dit, que nous pouvons critiquer la culture
21 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
31muz, dont il est bien facile de tirer une épreuve positive : « Sa poésie commence avec le commencement de sa personne ; elle pre
22 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
32égoïstes plutôt que d’une considération virile et positive de la mission de l’esprit inventeur ; enfin que c’est le système capi
23 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
33’est l’évidence, parce qu’elles n’exigent rien de positif, ne construisent rien, n’animent rien, s’épuisent en excitations verb
34. Ils ne songent pas à en tirer le moindre profit positif. Ils se nourrissent mal (légumes, soupes, fruits de mer, seiches et p
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
35une communauté, il faut d’abord un but commun, et positif, un principe créateur et pas seulement de la révolte. Ensuite, il fau
25 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
36’est l’évidence, parce qu’elles n’exigent rien de positif, ne construisent rien, n’animent rien, s’épuisent en excitations verb
37. Ils ne songent pas à en tirer le moindre profit positif. Ils se nourrissent mal (légumes, soupes, fruits de mer, seiches, et
26 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
38nes médiocres. Vous donnez par exemple une valeur positive à un principe fédéraliste qui ne traduit historiquement — de même que
27 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
39 disait l’abbé Grégoire. C’est le « christianisme positif » du 24e point d’Hitler, la « piété » des Deutsche Christen, la « foi
28 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
40mme du Parti n’entend parler que de « religiosité positive ». C’est uniquement parce que la religiosité courante en ce pays étai
41arté, qu’on a utilisé le terme de « christianisme positif ». La formation politico-culturelle consiste dans une prise de consci
29 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
42concret de la vie. Aimer devient alors une action positive, une action de transformation. Éros cherchait le dépassement à l’infi
30 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Propos sur la religion, par Alain (avril 1939)
43 Point d’anticléricalisme, car « devant le regard positif, toute religion finit par être vraie », et même « l’obligation de cro
31 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
44nes médiocres. Vous donnez par exemple une valeur positive à un principe fédéraliste qui ne traduit historiquement — de même que
32 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
45 l’intérêt de l’Europe entière. Seule, la mission positive de la Suisse rend un sens et un poids aux arguments que nous jugions
33 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
46on « par en haut », elles auront eu pour résultat positif de réveiller des préoccupations civiques, et d’accélérer certaines év
34 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
47ureuse critique, d’une critique [p. 324] utile et positive, qui prépare et qui définisse les reconstructions nécessaires. ⁂ La g
48 la manie de discuter. Elle attend des directions positives. Elle est prête à croire, et elle demande à la prédication de parler
49lasse ; ou pour montrer à notre peuple sa mission positive dans l’Europe d’aujourd’hui. Toutes ces choses peuvent et doivent êtr
35 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Dieu premier servi » (26 avril 1940)
50 données communes un sens spirituel, une vocation positive. Car le chrétien est, si j’ose dire, un spécialiste de la vocation. C
36 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
51re où nous aurions besoin, dit-on, d’un « message positif » et rassurant ? Eh bien, surtout que l’on ne se rassure pas ! L’une
37 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
52 propre. Sa qualité de n’être pas ceci ou cela de positif lui donne une liberté indéfinie d’action, d’incognito et d’alibis à p
38 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VII : La cinquième colonne (26 novembre 1943)
53 propre. Sa qualité de n’être pas ceci ou cela de positif lui donne une liberté indéfinie d’action, d’incognito et d’alibis à p
39 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
54ortrait de Ramuz. Essayons d’en tirer une épreuve positive : « Sa poésie commence avec le commencement de sa personne ; elle pre
40 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
55 d’après-guerre ne seront pas nécessairement plus positives ou plus cyniques — tout en prétendant l’être, à coup sûr. Mais sans a
41 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
56ressemble à l’ONU comme le négatif d’un cliché au positif de la photo que l’on va proposer à notre admiration. Elle tient ses d
42 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
57er aux théologiens le soin de définir la doctrine positive de l’union au nom de laquelle doit être condamnée l’hérésie unitaire.
43 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
58ressemble à l’ONU comme le négatif d’un cliché au positif de la photo que l’on va proposer à notre admiration. Elle tient ses d
44 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
59t réciproquement. Ils conditionnent d’une manière positive l’action conjointe des trois partis qui les revendiquent principaleme
45 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
60] aucune base de compromis, c’est-à-dire d’action positive. À ces deux conditions de l’union, — les mieux faites pour la rendre
46 1950, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Europe unie et neutralité suisse (novembre-décembre 1950)
61 perpétuelle. En même temps, elle prend un aspect positif. On sait en effet que le Traité de Vienne dit en tous termes que « la
62e soutenir que la neutralité représente un apport positif à la fédération du continent, c’est-à-dire à ses vrais intérêts. Mais
47 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
63e aucune base de compromis, c’est-à-dire d’action positive. À ces deux conditions de l’union, — les mieux faites pour la rendre
48 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
64ne morale qui ne sait plus lui donner des raisons positives de vivre. L’homme qui se sent vaguement coupable, sans trop savoir de
65e et en Amérique — avec des résultats concrets et positifs. Tous les pays totalitaires l’ont supprimé, et c’est même à cette sup
49 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
66ustifier son abstention. Mais sur quelles valeurs positives Nehru peut-il fonder le double refus qui paraît inspirer sa politique
50 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
67avoir si le Progrès, au total, a vraiment un sens positif ? Dans l’ensemble, il se peut qu’il n’en ait point, qu’il n’ait aucun
51 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
68icisme romain, d’autre part une tournure d’esprit positive et volontiers simpliste, une horreur congénitale de la rhétorique sou
52 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
69es mois qui viennent, de mettre en valeur le côté positif de cette opération. Un délai de grâce pour l’Europe Les Russes reno
53 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
70 de l’Europe. Si quelques conclusions communes et positives se dégagent de la confrontation de nos jugements sur le Projet, cette
54 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
71nt les sceptiques pour mieux refuser toute action positive, mais qu’il s’agit maintenant de prendre au sérieux. p. 14 n. « 
55 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
72, procède des options de Nicée. Le rapport est-il positif, dialectique, ou purement négatif ? Les aspects négatifs du rapport r
73renouveler la question et de rappeler les aspects positifs : ceux-ci sont à la fois plus « nouveaux » (voire choquants) pour les
56 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
74 les défaitistes de l’Occident, ils n’ont rien de positif à proposer aux Russes, et ne peuvent pas prétendre à représenter l’op
75position gratuite et ouverte à tous des résultats positifs de nos libres discussions, constitue l’argument fondamental de l’Occi
57 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour les grands festivals de musique l’Europe est faite ! (octobre 1955)
76ement d’une œuvre « européenne », au sens le plus positif du terme. p. 17 y. « Pour les grands festivals de musique l’Euro
58 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
77. L’Humanité n’en a pas moins loué « le caractère positif et progressiste » de la saisie du canal de [p. 55] Suez. Qu’importe l
59 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
78, procède des options de Nicée. Le rapport est-il positif, dialectique, ou purement négatif ? [p. 162] Les aspects négatifs on
79renouveler la question et de rappeler les aspects positifs : ceux-ci sont à la fois plus « nouveaux » (voire choquants) pour les
60 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
80 Jurons de faire l’Europe. C’est la seule réponse positive et finalement active dans l’Histoire. Mais en même temps, il faut agi
61 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
81nnel des programmes ne dit-elle pas d’une manière positive ce qu’une telle mise en garde aurait pour but de signaler ? Sans comp
62 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
82des objections pour arriver à une définition plus positive de la communauté de culture propre à l’Europe, c’est-à-dire de l’unit
63 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
83u repères ? Je fonderais pour ma part une réponse positive sur quelques motifs généraux que je ne puis qu’énumérer ici. Il m’app
64 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
84sence du sexe, donc du péché, plutôt que le signe positif d’une filiation divine… 6 En revanche, les Églises chrétiennes, sui
65 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
85hristianisme, en apportant au monde le « principe positif de l’Esprit », qui exclut le sensuel, a posé du même coup le sensuel
86u Mari, entre la décision négative et la décision positive du spirituel, l’érotisme kierkegaardien noue sa problématique absolum
66 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
87t que la résultante de ce système d’échanges soit positive, pour l’une et l’autre des personnes composant le couple. Une telle s
67 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
88te tout autant que vous sur le sien ? Une réponse positive à cette question serait bien faite pour confirmer, par recoupement, m
68 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
89étienne de l’homme, l’amour de soi est le rapport positif entre l’individu et le vrai moi. Le second commandement qui résume to
69 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
90 loin de conduire à la conscience d’une politique positive, visant à juguler l’anarchie des États. Voici d’abord des pages peu c
70 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
91 tirer des extraits qui rendent justice aux idées positives de l’Abbé ou qui en dégagent l’originalité. Cependant, pour leur inté
71 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
92esi ce qui est juste in thesi, à défaut de l’idée positive d’une « république mondiale », il n’y a (si l’on ne veut pas tout per
72 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
93e ; de même qu’ils étaient basés sur des coutumes positives et sur le droit individuel, au lieu d’être fondés sur la théorie pure
94el (et romantique à sa façon, quoiqu’il se dise « positif ») dans lequel se meut généralement la pensée européenne des saint-si
95 dans son œuvre capitale, le Cours de philosophie positive 190 Comte entend donner une solide base critique [p. 228] à son eur
73 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
96e et improbable face à la politique courte mais « positive » de la Sainte Alliance des Rois. Puis les derniers saint-simoniens,
97t cela à cette époque, messieurs, tous les hommes positifs, tous les gens sérieux, tous les grands politiques d’alors se fussent
98s, réinstallant le droit des gens sur les assises positives qui lui ont fait complètement défaut ces derniers temps. Ce nouveau
74 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
99à nos yeux la conscience des liens intimes — soit positifs, soit négatifs — qui n’ont cessé d’exister entre les grandes confessi
100antisme de ces époques, tant par ses réalisations positives que par ses échecs. Retenons donc ceci : l’Europe, du ixe au xixe s
75 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
101 à long terme en ce qui concerne la signification positive de la culture européenne ; à plus de pessimisme en ce qui concerne le
102 tâche véritable pour continuer d’être un facteur positif dans le développement de l’humanité. Sa suprématie matérielle est évi
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
103apparaît dès maintenant disponible pour un effort positif et qui réponde à un ordre nouveau. Heure décisive, où l’Europe attent
77 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
104t que la résultante de ce système d’échanges soit positive pour l’une et l’autre des personnes composant le couple. Une telle sy
78 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
105étienne de l’homme, l’amour de soi est le rapport positif entre l’individu et le vrai moi. Le second commandement qui résume to
79 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
106étexte opportun, il permet de dramatiser la thèse positive que l’on défend, c’est-à-dire la paix, la communauté spirituelle ou l
80 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Enquête sur l’enseignement civique dans les pays européens [Avant-propos] (mai 1963)
107ne dans le domaine de l’éducation. Cette réaction positive, sans réserves, est particulièrement frappante dans des pays qui, jus
81 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
108ns cette expérience passionnante, remarquablement positive et tellement opportune à l’échelle mondiale ? Pourquoi cette timidité
109n de l’Europe. Telle serait à mes yeux la mission positive de la Suisse. Mais j’ai montré pour quels motifs en apparence paradox
82 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
110 dogmatique de l’Église doit être estimé négatif, positif ou indifférent. J’ajoute que le physicien ne saurait pas davantage si
83 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
111 dogmatique de l’Église doit être estimé négatif, positif ou indifférent. J’ajoute que le physicien ne saurait pas davantage si
84 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
112rôle négatif au xiiie siècle, mais c’est le rôle positif du col du Saint-Gothard qui explique les libertés des Waldstätten. Et
85 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
113ngli. Il traduit d’une part une tournure d’esprit positive et volontiers simpliste, une horreur congénitale de la rhétorique sou
86 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
114ns cette expérience passionnante, remarquablement positive et tellement opportune à l’échelle mondiale ? Pourquoi cette timidité
115n de l’Europe. Telle serait à mes yeux la mission positive de la Suisse. Mais j’ai montré pour quels motifs, en apparence parado
87 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
116 ce que tu es. Avec quoi nous passons aux aspects positifs et créateurs des expressions et des devises dont je viens de signaler
88 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
117ue respectifs » 159 . Finalement, tout le contenu positif du Rapport passera dans la résolution votée à l’unanimité : Centre cu
89 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
118nd elle ne se réduit pas à dire non à des mesures positives, ou bien à consentir un abandon (parfois opportun). Ainsi, elle perme
90 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
119le manière que la résultante de leur tension soit positive. (On dirait, dans le langage de la théorie des jeux de von Neumann et
91 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
120 morales aux échanges doit correspondre un effort positif. Il serait en effet insuffisant et vain de vouloir revenir à la condi
92 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
121se donner des disciplines efficaces et un contenu positif ? C’est à ce prix seulement qu’elle pourrait redevenir, pour l’homme
122édérale de l’Europe, cette défense prend l’aspect positif d’un rassemblement créateur. On peut donc dire que l’unité de notre c
93 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
123 dogmatique de l’Église doit être estimé négatif, positif ou indifférent. J’ajoute que le physicien ne saurait pas davantage si
94 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
124olitique véritable et — seule initiative à valeur positive — droit d’abaisser les barrières douanières. En dehors de ces interdi
95 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
125. Toutes les raisons du monde, tant négatives que positives, nous commandent d’unir l’Europe, mais le fait est que rien ou presqu
96 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
126ès ? Qui peut affirmer qu’au total il ait un sens positif ? Dans l’ensemble, il se peut qu’il n’en ait point, qu’il n’ait aucun
97 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
127le manière que la résultante de leur tension soit positive. (On dirait, dans le langage de la théorie 22 des jeux de von Neuman
98 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
128es de l’union fédérale. Non pas comme une réalité positive, mais bien comme un prétexte à refuser les évidences. Refoulée du dom
129eur balance commerciale (laquelle ne saurait être positive, me semble-t-il, dans tous les pays à la fois…) ne sont pas le type m
99 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
130le manière que la résultante de leur tension soit positive. (On dirait, dans le langage de la théorie des jeux de von Neumann et
100 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
131eur balance commerciale (laquelle ne saurait être positive, me semble-t-il, dans tous les pays à la fois…) ne sont pas le type m