1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les derniers jours (juillet 1927)
1s hommes se révolteront contre le joug atrocement positiviste des Maurras et des Mussolini, des Lénine et des Ford. Alors les homme
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
2e, vous êtes un pauvre utopiste, etc. Ce sont les positivistes qui parlent ainsi, ceux qui croient aux faits. Je leur réponds : 1° q
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
3ux d’un Frommel sur les écrivains qu’il appelle « positivistes » restent à peu [p. 754] près les seuls valables, à nos yeux, qui aie
4 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
4e leurs inéluctables conséquences. » Du bourgeois positiviste au marxiste orthodoxe, on passe sans heurt ni saut, par une simple ac
5 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
5se alors fièrement aux ils des sociologues et des positivistes. Cette opération magistrale porte un nom en politique. C’est le fasci
6 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
6’Esprit ne va-t-il pas « réaliser » un vieux rêve positiviste et donner corps à l’utopie d’un sanctuaire de la Pensée laïque ? Il f
7 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
7ès de ce volume, vaut-elle mieux que l’étroitesse positiviste, qui réduira tout cela au jeu des complexes freudiens ? Tout dépend d
8 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
8els ont succombé aux tentations de la scolastique positiviste, surtout en France, c’est à cause de la haine secrète qu’ils vouent à
9de plus innocemment idéaliste, de plus faussement positiviste, de plus bourgeois. Leur langage est devenu celui des instituteurs et
9 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
10 un nous, que l’on oppose aux ils des sociologues positivistes. Cette opération magistrale porte un nom en politique : c’est le fasc
10 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
11mystiques élémentaires après un siècle de science positiviste. Est-il vrai que la nuit et le rêve n’ont rien à révéler qui importe
11 1944, Les Personnes du drame. Introduction
12e obéissance à l’Éternel. Cependant que l’analyse positiviste pourra toujours attribuer à ces actes des déterminations purement hum
12 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
13mystiques élémentaires après un siècle de science positiviste. [p. 202] Est-il vrai que la nuit et le rêve n’aient rien à révéler
13 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
14le qui règne sur l’école primaire et ses routines positivistes. C’est à ces novateurs, anciens et modernes, que l’on doit attribuer
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
15tif », il fonde à son tour une secte, la Religion Positiviste, dont il sera le grand prêtre. Il fonde surtout, la sociologie modern
16s, et celle de Comte en particulier : Calendrier positiviste ou système général de commémoration publique, destiné surtout à la tr
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
17le qui règne sur l’école primaire et ses routines positivistes. C’est [p. 257] à ces novateurs, anciens et modernes, que l’on doit a