1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1, — cette semaine de leur jeunesse où ils ont cru pressentir de grandes choses généreuses autour d’eux… Cela s’oublie. Et l’amour,
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
2 vagues d’un groupe tel que Philosophies laissent pressentir des révolutions plus réelles. On souhaite qu’après faillite faite, le
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
3mans, c’est aussi une liquidation : les faits s’y pressent et s’y bousculent ; de temps à autre une notation d’artiste ou de psy
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Cécile-Claire Rivier, L’Athée (mai 1926)
4théorique mais intelligent d’un problème que l’on pressent trop complètement résolu dès les premières pages, mais qu’il faut lou
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
5nt surtout à sa forme : il est parfois agaçant de pressentir sous l’expression trop technique ou obscure, une richesse d’idées neu
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
6le était réalisée, on ne s’en apercevrait pas. Je pressens encore dans vos poèmes les plus obscurs des allusions furtives à cert
7 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Saisir (juin 1929)
7ouvant, c’est ici l’approche d’un silence partout pressenti, qui s’impose, qui apaise le vain débat de notre esprit : « Car l’on
8 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
8 « réfléchir » sa création. De là sa folie, qu’il pressent. Et M. Babelon cite à ce sujet des phrases très frappantes : « L’un g
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
9es puissances d’évasion intérieure. Et souvent je pressens qu’il existe une clef : délivré de moi, j’entrerais en plein Moi… Une
10 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
10uger les jambes. Nous suivons à tâtons. Ce que je pressentais ne tarde pas à se produire : des aboiements fous et une effusion de l
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
11s dans l’acceptation d’un devoir. Gide aurait-il pressenti que l’ère n’est plus de certaines complaisances ? Pourquoi faut-il qu
12 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
12Bugatti pour brûler les étapes d’un destin qu’ils pressentent absurde. Rien désormais ne pourra plus nous rendre le silence et la l
13 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
13es puissances d’évasion intérieure. Et souvent je pressens qu’il existe une clef : délivré de moi-même j’entrerais en plein Moi…
14 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
14, — cette semaine de leur jeunesse où ils ont cru pressentir de grandes choses généreuses autour d’eux… Cela s’oublie. Et l’amour,
15 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
15uger les jambes. Nous suivons à tâtons. Ce que je pressentais ne tarde pas à se produire : des aboiements fous et une effusion de l
16 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
16 Le livre est mal composé. Ses phrases courtes se pressent en paragraphes hachés, sur un ton uniformément péremptoire, ironique
17 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
17du Royaume des Cieux. Il reste que les temps nous pressent de toutes parts au choix, jusque dans nos admirations, nous pressent
18parts au choix, jusque dans nos admirations, nous pressent d’affecter toute chose, même spirituelle, d’une sorte de coefficient
18 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
19ue trop bien dans les vôtres ! Déjà les hommes le pressentent : il n’y a rien d’autre à attendre que cette force surhumaine d’entre
19 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
20question simple que nous pose l’époque. Vous avez pressenti le parti que j’embrasse. Il me reste à le définir en termes positifs,
20 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
21ue trop bien dans les vôtres ! Déjà les hommes le pressentent : il n’y a rien d’autre à attendre que cette force surhumaine d’entre
21 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
22 Le Bonheur est un mythe. C’est un état vaguement pressenti de réussite permanente, un ensemble de [p. 175] facilités matérielles
22 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
23question simple que nous pose l’époque. Vous avez pressenti le parti que j’embrasse. Il me reste à le définir en termes positifs,
23 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
24ien je l’imagine, et mon discours est vain. À qui pressent, dans sa réalité brutale, dans son sérieux dernier, et son risque abs
24 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
25tervient pas ailleurs que dans l’« abîme ». On la pressent d’abord dans l’œuvre d’art à certaine qualité du pessimisme qui s’en
25 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
26s’il connaît un au-delà du désespoir. Faute de le pressentir, ils ont méconnu leur angoisse ; faute du courage de la considérer en
26 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
27mmunier » avec la Nature, révèlerait encore qu’il pressent une séparation dont, par ailleurs, son optimisme, hérité d’une foi mo
28existentiel de la question. Un seul, peut-être, a pressenti le sens chrétien de la Nature, c’est Benjamin Constant : on l’accusa
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
29 déjà un essai de le résoudre, et la preuve qu’on pressent sa solution. Et qu’ainsi toute critique réelle suppose une intention
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
30e qu’il veut. Car il veut bien cette fin, mais il pressent parfois qu’elle n’est pas la fin absolue. Il veut bien sacrifier sa l
31e par la science et l’orgueil de l’homme, mais il pressent parfois que c’est une vanité que de gagner le monde si l’on y perd so
29 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
32 réponses. — C’est pour avoir deviné cet appel et pressenti l’ampleur de l’angoisse qu’il trahit, c’est pour l’avoir épousé et gu
30 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — Préambule
33ers ce que je crois qui doit être, vers ce que je pressens, vers cette nouvelle mesure que l’élan seul pour la saisir va précise
34 les aspects de la mesure que nous ne faisons que pressentir. C’est pourquoi, laissant dans les marges les grandes incidences poli
31 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
35ls ou sociaux. L’élite intellectuelle, en France, pressent déjà que son affadissement vient de ce qu’elle a perdu le contact ave
32 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
36es réponses. C’est pour avoir deviné cet appel et pressenti l’ampleur de l’angoisse qu’il trahit, c’est pour l’avoir épousé et gu
33 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
37cœur d’un homme. Je dois à ces rencontres d’avoir pressenti quelquefois — assez pour en garder une inquiétude constante — ce qu’i
38iste, que vous avez toujours soutenu les gros qui pressent les petits ! — Les gros ! mon bon. Mais c’est donc vous, qui nous pre
34 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
39s ses deux genoux qui enserrent les miens me font pressentir Belzébuth. Je me dégage. Il revient avec un genou. Je bouge encore, v
35 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
40ent de notre vie. C’est un mystère que le croyant pressent et vit au seul moment de la prière. « Demandez et l’on vous donnera »
36 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
41ains [p. 315] jeunes qui ne les valent pas. Je ne pressens rien de créateur, ni rien de réellement destructeur dans cette réacti
37 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
42cœur d’un homme. Je dois à ces rencontres d’avoir pressenti quelquefois — assez pour en garder une inquiétude constante — ce qu’i
38 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
43réforme légale ne suffirait à l’assainir. Et l’on pressent déjà que le problème déborde infiniment le plan technique : c’est tou
39 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
44 la fin d’une étude sur Goethe : « Les temps nous pressent de toutes parts au choix, jusque dans nos admirations, nous pressent
45parts au choix, jusque dans nos admirations, nous pressent d’affecter toutes choses, même spirituelles d’une sorte de coefficien
40 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
46es. Si maintenant il tentait de se recomposer, on pressent qu’il ne trouverait plus de résistances assez solides pour lui servir
47re pas que la passion serait un malheur — mais on pressent que ce serait un malheur plus beau et plus « vivant » que la vie norm
41 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
48chappe encore. L’aveu sera jugé insolite. Mais je pressens d’assez profondes raisons de le consentir. J’ai voulu décrire la pass
49olontaire ou cette expression fascinante, mais il pressent, à peine tenté, le mystère difficile et grave d’une existence autonom
50t, on ne connaît jamais que les problèmes dont on pressent au moins la solution, le dépassement. Or le moyen de dépasser notre d
51, singulière et incomparable, qu’on ne saurait en pressentir la gravité sans invoquer la foi de Kierkegaard. Selon lui, l’homme fi
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
52e certaines réalités humaines que nous sentons ou pressentons fondamentales. Le mythe exprime ces réalités, dans la mesure où notre
53, non sans une inconsciente sagesse : c’est qu’on pressent qu’elle n’est pas sans danger. Elle nous met en effet au cœur de tout
54 empêcher Tristan de se dédire. C’est que l’amant pressent, dans cette nouvelle épreuve qu’il s’impose, l’occasion d’un progrès
55e mélodie Un résumé objectif du Roman nous a fait pressentir certaines contradictions. L’hypothèse d’une opposition, que l’auteur
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
56 d’où vient le mythe, et où il mène. Et peut-être pressentons-nous — mais alors c’est intraduisible — comment il peut se recréer da
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
57à va au Diable, disait énergiquement Luther.) Ils pressentent que la Nuit est un mystère du Jour, dont le Jour seul détient le secr
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
58 du Roman ». Car pour l’atteindre ou seulement la pressentir, il eût fallu pousser jusqu’à la mort, — cette mort que Racine ne jug
59l’esprit, à la résignation des sens. Et déjà l’on pressent que cet abandon au « mal du siècle » (sécularisation de la passion) n
60-il. Et il rêve un peu là-dessus. On dirait qu’il pressent quelque chose… Mais non : « Vingt anecdotes que je pourrais citer mon
61va leur imposer — c’est la passion — ils ont déjà pressenti l’autre mort, celle qui est le seul accomplissement de leur amour. Le
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
62anger de maître par ambition ou par avarice ». On pressentit dès lors d’inévitables carnages. Et en effet au combat de Rapallo, to
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
63es. Si maintenant il tentait de se recomposer, on pressent qu’il ne trouverait plus de résistances assez solides pour lui servir
64re pas que la passion serait un malheur — mais on pressent que ce serait un malheur plus beau et plus « vivant » que la vie norm
65e féminin sur le patriarcat 199 — tout cela fait pressentir la possibilité d’une vaste évolution de la psyché moderne, dont le pr
48 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
66chappe encore. L’aveu sera jugé insolite. Mais je pressens d’assez profondes raisons de le consentir. J’ai voulu décrire la pass
67olontaire ou cette expression fascinante, mais il pressent, à peine tenté, le mystère difficile et grave d’une existence autonom
68t, on ne connaît jamais que les problèmes dont on pressent au moins la solution, le dépassement. Or le moyen de dépasser notre d
69, singulière et incomparable, qu’on ne saurait en pressentir la gravité sans invoquer la foi de Kierkegaard. Selon lui, l’homme fi
49 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Propos sur la religion, par Alain (avril 1939)
70iens vivant selon la foi et capables de lui faire pressentir que ses observations toujours ingénieuses, souvent justes, ne portent
50 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
71rait pour les violer. Et c’est cela qui nous fait pressentir la nature spirituelle de son secret, si bien masqué par le prétexte d
51 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
72répondre en toute franchise ; et à la seconde, il pressent bien qu’on ne pourrait que répondre non. D’où sa myopie et son imprév
52 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
73certaines allusions, et beaucoup de silence, font pressentir un drame secret, un nœud vital où peut-être réside la cause des plus
53 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
74eu de plaisir… 46. Le Diable tire les cartes On pressent assez facilement pourquoi les arts divinatoires sont liés, dans l’ima
75à l’origine de ces « nécessités » elles-mêmes, je pressens notre obscur désir de fuite dans l’anonyme irresponsable, et la très
54 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
76 des foules rend à quelque idéal très obscurément pressenti. L’effort présent doit se porter vers une définition intransigeante e
77our, qui forment un accord profond et animé. J’en pressens d’autres. C’est le plus beau jeu ! Je me plais à copier des phrases d
78e de vie plus dur et plus joyeux… J’appelle et je pressens — c’est une phrase de Poe qui depuis quelque temps me fascine — « une
55 1944, Les Personnes du drame. Introduction
79 intuitions. Avec leur aide, je pourrai désormais pressentir, dans une œuvre qu’ils jalonnent, [p. 16] l’orientation secrète, la c
56 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
80du Royaume des Cieux… Il reste que les temps nous pressent de toutes parts au choix, jusque dans nos admirations, nous pressent
81parts au choix, jusque dans nos admirations, nous pressent d’affecter toute chose, même spirituelle, d’une sorte de coefficient
57 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
82bien je l’imagine et mon discours est vain. À qui pressent dans sa réalité brutale, dans son sérieux dernier et son risque absol
58 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
83cette psychologie de l’angoisse quotidienne, l’on pressent chez Kafka des intentions religieuses, et la recherche au moins d’une
84une sorte de révélation, un « ailleurs » au moins pressenti, qu’il s’agirait de retrouver au travers des lacunes du réel. De quel
85e minime et humiliante. Et peu à peu nous croyons pressentir qu’ils sont de mèche avec le Juge ! Du moins nous le laissent-ils ent
86 il le sait d’une manière négative, ou plutôt, il pressent qu’il l’a su, et cela suffit à réveiller en lui le sens obscur d’une
59 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
87ent de notre vie. C’est un mystère que le croyant pressent et vit au seul [p. 139] moment de la prière. « Demandez et l’on vous
60 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
88 certaines allusions et beaucoup de silences font pressentir un drame secret, un nœud vital où peut-être réside la cause des plus
89e-t-elle dire après Montaigne. Et cependant, nous pressentons qu’elle masque une arrière-pensée polémique, certain désir aussi de j
61 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
90nt souple avec un sourire parfait, un pas où l’on pressent déjà la danse, un sourire gentiment courageux — vous allez croire à d
62 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
91 pionniers qui luttaient sur la « frontière ». Il pressent qu’il a fait son plein ou qu’il est bien près de le faire dans les li
63 1946, Journal des deux Mondes. 6. Intermède
92 qu’Hitler sévissait en Europe. [p. 80] Enfin, je pressentais que dans la lutte en cours, perdue sur notre continent, l’élément déc
64 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
93 17 septembre 1940 Chaque soir, les passagers se pressent devant la porte de la cabine du capitaine, avec l’espoir d’entendre l
65 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
94 souvient que tout peut arriver, même le pire. Il pressent que le sort, l’État, la science, le monde moderne et sa prospérité ne
95ertaines phrases, à user de certains tours que je pressens intraduisibles, au sens le plus large du terme. Car il ne s’agit pas
96ément.) ⁂ Classicisme moderne. — Le monde actuel pressent qu’il a besoin de maîtres et de directeurs de conscience, [p. 189] pl
66 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
97it… Le pire c’est que tout le monde le sait ou le pressent depuis un certain temps déjà, du moins ici en Amérique. Jamais on n’a
67 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
98la gravité de ce qui vient de se passer. Je ne la pressens encore qu’à peine, pour ma part.
68 1946, Lettres sur la bombe atomique. iii. La guerre des gaz n’a pas eu lieu
99s avons repris nos sens. Et beaucoup d’entre nous pressentent déjà que la [p. 127] Bombe est en train de se dégonfler, pour ainsi d
69 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
100 ne sera résolu de ce fait. Tout le monde sent ou pressent d’ailleurs que les deux [p. 634] termes de cette alternative sont éga
70 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
101 sévère, propre à guérir un peuple intoxiqué ? Je pressens que l’exercice de la seconde méthode n’aurait pas seulement pour effe
71 1946, Combat, articles (1946–1950). Post-scriptum (24 mai 1946)
102u soit loué, nous avons repris nos sens. Certains pressentent déjà que la bombe est en train de se dégonfler, pour ainsi dire. Aprè
72 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
103on, ce serait celle dont j’essayais de vous faire pressentir la limite, en parlant d’un langage inexplicable et pourtant évident.
104, et qui voudrait retrouver sa vision et la faire pressentir à d’autres hommes. Une vision ne se transmet pas, c’est le contraire
73 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
105rmanique du mythe. [p. 58] Dès le début, j’avais pressenti qu’une fable à ce point célèbre chez un peuple ne pouvait exprimer qu
74 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
106rait pour les violer. Et c’est cela qui nous fait pressentir la nature spirituelle de son secret, si bien masqué par le prétexte d
75 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
107nt souple avec un sourire parfait, un pas où l’on pressent déjà la danse, un sourire gentiment courageux — vous alliez croire à
76 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
108 pionniers qui luttaient sur la « frontière ». Il pressent qu’il a fait son plein ou qu’il est bien près de le faire dans les li
109er-qui-dort ne s’est pas réveillé. (Sauf quand il pressentait du Japonais dans l’air, voir les récits de la guerre dans le Pacifiqu
77 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
110ion actuelle des mœurs américaines, c’est qu’on y pressent un avenir qui sera sans doute celui de la Russie soviétique et d’une
78 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
111its de la Résistance pour que certains Américains pressentent enfin que la France est le pays du sérieux sobre, de l’intransigeance
79 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
112 — suffiront à titre d’exemples : elles nous font pressentir la nature et les causes d’une capacité spécifique de l’Européen : cel
80 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
113e du plus intime d’entre eux, tel que j’ai cru le pressentir : celui de l’homme entre le mythe et la personne. Les autres sont ass
81 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
114r, afin de rétablir la légitimité. Et Kierkegaard pressent sa vocation, qui sera de dénoncer l’usurpation religieuse, afin de ré
82 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
115nes que dans le jeu des forces mondiales qui nous pressent. Et certes, il faudra bien liquider nos querelles : mais c’est la seu
83 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
116é originelle. Nous le savons, ou du moins nous le pressentons. Mais nous reculons aussi devant l’imagination de leur guérison souda
84 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
117licité originelle. Nous le savons, ou du moins le pressentons. Mais nous reculons aussi devant l’imagination de leur guérison souda
85 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
118u monde, sans espoir de salut individuel 46 — je pressens qu’ils trahissent un dépit amoureux au moins autant qu’un fléchisseme
86 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
119u monde, sans espoir de salut individuel 58 — je pressens qu’ils trahissent un dépit amoureux au moins autant qu’un fléchisseme
87 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
120flèche au centre de la cible, les yeux fermés… Je pressentais maintenant ce que le Zen signifiait et dans quel rapport il pouvait ê
88 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
121de rétablir la légitimité. Et [p. 87] Kierkegaard pressent sa vocation, qui sera de dénoncer l’usurpation religieuse, afin de ré
89 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
122 les violer. Et c’est cela qui nous [p. 103] fait pressentir la nature spirituelle de son secret, si bien masqué par le prétexte d
90 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
123ne un corps ! » gémit-il dans son Journal) et qui pressent son génie d’écrivain et sa vocation religieuse ? Don Juan est de tout
124indique, une conclusion que l’on n’était pas sans pressentir dévoile enfin son visage ambigu. Les deux mythes les plus prestigieux
91 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
125r forfanterie d’immoraliste. Or le jeune Gide, en pressent l’épouvante, s’il vient à désirer une femme qu’il aime. Tout à la fin
92 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
126flèche au centre de la cible, les yeux fermés… Je pressentais maintenant ce que le Zen signifiait et dans quel rapport il pouvait ê
93 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
127re et de l’Ange en la femme, que l’on pourrait en pressentir l’ultime secret. (Ici, donc, toute morale commune ou rationnelle, non
128t ce qui fait que je la vois unique : ce vrai moi pressenti par l’amour seul, et qui est elle-même. Tu dis le Soi, ce n’est perso
129 à nourrir, et demain de cerveaux à diriger. Nous pressentons dans la terreur et l’espérance ce que l’Occident peut devenir : soit
94 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
130concevables calculées à partir de nos formes. (Je pressens trop de raccourcis, et qu’on trouvera !) Mais je crois bien n’avoir j
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.1. Sur plusieurs siècles de silence « européen »
131 de nouveau obscurément, comme le nouveau symbole pressenti d’une unité qui allait de soi, et que l’Empereur, pas plus que le Pap
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
132es États de l’Europe courir à leur ruine », et il pressentait que l’avenir appartiendrait « soit à la Russie soit à l’Amérique ». V
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
133t-Simon. Il essaye plutôt de conjurer les méfaits pressentis de passions nationales qu’on a trop lyriquement célébrées pour oser s
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
134lle existât. Napoléon semble être le seul qui ait pressenti ce qui devait se produire et ce qui pourrait s’entreprendre. Mais il
135s sur la tragédie qu’on vient de vivre, — et l’on pressent qu’elle n’est encore qu’au premier Acte. … Paul Valéry (1871-1945), e
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
136l existe certaines données qui nous permettent de pressentir de quel côté à peu près nous devrions chercher pour distinguer, ne fû
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
137ue. 313 H. de Keyserling, dans le même temps, pressent lui aussi que l’union est inscrite dans la logique profonde de l’Euro