1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1ste en quelque sorte, supposant une décomposition primitive en plans. C’est ainsi qu’il atteint d’emblée dans ses statues à un be
2 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
2ditionnée jusque dans le détail par une idée fixe primitive. Considérons-la sous cet angle. Il y a d’abord la vision de l’auto ro
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
3gnes (les brahmanes par exemple, le christianisme primitif) — la pauvreté est considérée de nos jours comme un mal absolu et hon
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
4t, ceci peut sembler vague. Mais le sens chrétien primitif n’est-il pas, avant tout, le sens de la pauvreté ? Qu’un Kagawa nous
5 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
5] Protestants (mars 1933) d Si le christianisme primitif est une révolution, — et la plus profonde de toute l’histoire — le pr
6 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Pourquoi ils sont socialistes (juillet 1933)
6isme sentimental. (Voir Lévy-Brühl : La Mentalité primitive.) Il y a quelques vieux proudhoniens : c’est un malentendu. (Qu’ils p
7 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
7 vous n’avez pas, avant tout, retrouvé le rapport primitif, le rapport véritablement humain, celui qui unit l’homme à son procha
8 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
8istingue du groupe naturel, et s’isole. Le groupe primitif, la tribu, est lié par le lien du sang, des morts communs, et par cel
9aux, objets d’effroi, que se rassemble la société primitive. Ce qu’elle adore, c’est ce qu’elle craint, c’est ce qui la terrorise
10rts, ce mouvement de dissolution de la communauté primitive, c’est la naissance même de la Grèce. Sur le fond indistinct des peup
11re figure, donc à s’individualiser. Dans la tribu primitive, [p. 196] certains hommes se singularisent : on les considère comme d
12les. Ou bien l’on cherche à recréer la communauté primitive, à base de sang et de liens sacrés : c’est une régression vers la bar
13ument nouvelle : l’Église. Qu’est-ce que l’Église primitive, du point de vue sociologique où je me place ici ? C’est une communau
14et dans le sujet précis qui nous occupe. L’Église primitive a repris peu à peu l’héritage de l’Empire romain. Elle s’est peu à pe
15te la pureté de la foi serait confuse. » L’Église primitive était une communauté spirituelle de personnes, d’hommes nouveaux, à l
9 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
16 vous n’avez pas, avant tout, retrouvé le rapport primitif, le rapport véritablement humain, celui qui unit l’homme à son procha
10 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
17énologie du savant, sur la psychologie morbide et primitive, sur les nomades, sur Nietzsche ou Diderot, sur des questions de droi
11 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
18 Il voit la réalité fondamentale du christianisme primitif dans le contact d’homme à homme, dans la confession mutuelle des péch
12 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
19 les autres, bien sûr — et détournés de leur sens primitif, de sorte qu’ils trahissent la pensée de ceux qui les répètent, mais
13 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
20nous pouvons, cet esprit qui dansait sur les eaux primitives, et les lois de mon corps sont celles de la poussière ? — Rien, l’esp
14 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
21aradoxe profond, que si l’on se réfère au rapport primitif qui fonde la personne humaine : le rapport de l’homme à son Créateur.
15 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
22tragique évoque ce combat d’aveugles peint par un primitif Flamand. L’humanité pâtit à tous les coups, soit que triomphe un spir
16 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
23l’on voit bien ce qui pouvait pousser les auteurs primitifs à colorer leur relation, on voit mieux encore le préjugé moderne qui
17 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
24nouveau rêve et veille, et de ressusciter le type primitif des sociétés irrationnelles, « sous une forme supérieure ». Selon Tza
18 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
25e elle qui nous a délivrés de l’empire des magies primitives 10 . Il y a une santé authentique dans sa révolte et dans son sceptic
26effort pour surmonter les illusions de la panique primitive, et les fantasmes cruellement utilisés par tous les prêtres des faux
27se et quand retombent les passions, l’agressivité primitive se retourne soudain contre l’homme. La raison, qui n’est plus soutenu
19 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
28a mentalité du poète lyrique se ramène à celle du primitif… » « La foi n’est pas autre chose que… » etc. [p. 182] Posez au cler
20 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
29rmanente et actuelle de toute répétition du péché primitif, nous pouvons la nommer, la décrire. Ainsi, dans une certaine mesure,
21 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
30nte et les dénombre et les connaît dans leur sens primitif, dans le sens de la création qui tout entière advient à l’homme. Ains
31, les pousser jusqu’à l’expression de leur nature primitive, produire au jour leur forme restaurée, — c’est le mouvement unique d
22 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
32eureusement elles ne s’entendent pas toujours. La primitive église était constituée par des esclaves et des gens pauvres. Depuis
33aître dans leur existence le beau mythe du peuple primitif aux prises avec les éléments hostiles. En vérité, ils vivent à peine.
34 surnaturelle, la mission de restaurer l’harmonie primitive, que ce scrupule se justifie : il apparaît alors comme le dernier éch
23 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
35les pointus tout frisés d’oliviers, un paysage de primitifs italiens. Le mas au flanc de la colline, déjà dans l’ombre, paraissai
36 buissons de lauriers. Ah ! les beaux « instincts primitifs » ! Le bonheur idyllique de la nature ! Littérateurs, allez-y voir de
24 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
37eureusement elles ne s’entendent pas toujours. La primitive église était constituée par des esclaves et des gens pauvres. Depuis
38aître dans leur existence le beau mythe du peuple primitif aux prises avec les éléments hostiles. En vérité, ils vivent à peine.
25 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
39 buissons de lauriers. Ah ! les beaux « instincts primitifs » ! Le bonheur idyllique de la nature ! Littérateurs, allez-y voir de
26 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
40nner à l’homme civilisé la force de ses instincts primitifs ». Comme si l’instinct primitif ne poussait pas l’homme à exploiter s
41de ses instincts primitifs ». Comme si l’instinct primitif ne poussait pas l’homme à exploiter son semblable, pour peu qu’il en
27 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
42 surnaturelle, la mission de restaurer l’harmonie primitive, que mon scrupule se justifie : il apparaît alors comme le dernier éc
28 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
43rtant d’une analyse approfondie des cinq légendes primitives de Tristan et Iseut, l’auteur a été conduit à rechercher les origines
44la vie en général : dernier relent de la mystique primitive. De la poésie à l’anecdote piquante, la passion c’est toujours l’aven
45tte sur nos psychologies la connaissance du mythe primitif, le succès du roman et du film apparaissent comme les signes certains
46illée et défraîchie que soit l’empreinte du mythe primitif, c’est pourtant là qu’est le secret de l’inquiétude qui tourmente auj
29 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
47: celle au moins de l’orthodoxie contre l’hérésie primitive, mais encore plus agressive, sans doute, puisqu’il n’est plus questio
48trahit encore l’obscure survivance de la religion primitive. Religion antérieure à notre « instinct » moderne, et qui détient l’i
49et qui tendrait à restaurer le Cosmos dans sa loi primitive, troublée par le péché ? La volonté chrétienne de transformer le péch
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
50 une grande image simple, comme une sorte de type primitif de nos tourments les plus complexes. Et de même que pour se tirer des
51res vertus, la passion « contenue » dans le mythe primitif se répandra dans la vie quotidienne, envahira le subconscient, appell
52ythe qui nous tourmente. Qu’il ait perdu sa forme primitive voilà précisément ce qui le rend si dangereux. Les mythes [p. 24] déc
53l’on songe qu’il se traduisait, dans les sociétés primitives, non par cette répugnance que je prévois, mais par la mise à mort du
54. Dresser le mythe de la passion dans sa violence primitive et sacrée, dans sa pureté monumentale, comme une ironie salutaire sur
55r amour et ils y cèdent. (Notons ici que le texte primitif, suivi par le seul Béroul, limitait l’efficacité du philtre à trois a
56question de savoir si les auteurs des cinq poèmes primitifs étaient ou non conscients de la portée de leur œuvre. En tout état de
57ant le problème qui se posait à l’auteur du Roman primitif. De quel matériel symbolique — apte à cacher ce qu’il fallait traduir
58 et qui est enfin racheté. Cette analyse du mythe primitif livre quelques secrets dont l’importance est appréciable — mais dont
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
59s et les interdictions sacrées chez les peuplades primitives. C’est un jeu que de retrouver l’« origine » sacrée des motifs caract
60es Celtes. Sur quoi le christianisme triompha. La primitive Église fut une communauté de faibles et de méprisés. Mais à partir de
61ligions nouvelles, sans excepter le christianisme primitif. Et il est juste de citer ici le jugement d’un dominicain qui eut l’o
62eu des quatre rois qui dominaient le jeu [p. 123] primitif, on voit la Dame (ou Reine) prendre le pas sur toutes les pièces, sau
63leux facile, de naïvetés touchantes, de fraîcheur primitive, etc. « Poèmes incohérents, personnages sans caractères ni couleurs,
64 le plus conscient des cinq auteurs de la légende primitive, suffiront à faire concevoir l’originalité du mythe courtois. On y tr
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
65question résulte d’une profanation de la mystique primitive. ⁂ Cependant, la conscience moderne montre une si grande répugnance à
66ui qui concerne la sensation physique, tenue pour primitive. Il se peut. Mais d’où le sait-on ? Les personnes qui croient cela, l
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
67ez incompatible, on l’a bien vu, avec l’intention primitive. En 1554, en Espagne, paraît un livre de Hyeronimo de Sempere portant
68e de l’effort littéraire ? Si l’on songe au mythe primitif, dont l’Astrée reprend tous les thèmes, l’on est frappé de constater
69prement parler n’est pas une renaissance du mythe primitif de Tristan. Il n’a pas la violence sauvage de la légende, et encore m
70le romantisme va tâcher de rejoindre une mystique primitive qu’il ignore, mais dont il redécouvre, par éclairs, la vertu sacrale
71init beaucoup plus mal — se rapprochant du modèle primitif — l’on arrive à Jean-Paul, à Hölderlin, à Novalis. Dans la panique de
72a provoqué de nos jours une révolte qui se veut « primitive ». Ce n’est plus le sentiment que l’on idéalise, c’est l’instinct. Je
73 parfait » — l’on prétend s’enfoncer dans le flot primitif de l’instinct, dans le larvaire, dans le non-fait, dans l’« infait »,
74 plus, dans l’homme d’aujourd’hui, d’authenticité primitive. Ce que l’on appelle hérédité, dans le jargon de notre siècle, ce que
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
75Roi — action sacrée et rituelle dans les sociétés primitives — redevient quelque chose d’horrifiant et d’attirant à la fois. C’est
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
76la vie en général : dernier relent de la mystique primitive. De la poésie à l’anecdote piquante, la passion c’est toujours l’aven
77tte sur nos psychologies la connaissance du mythe primitif, les succès du roman et du film apparaissent comme les signes certain
78llée, et défraîchie que soit l’empreinte du mythe primitif, c’est pourtant là qu’est le secret de l’inquiétude qui tourmente auj
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
79: celle au moins de l’orthodoxie contre l’hérésie primitive, mais encore plus agressive, sans doute, puisqu’il n’est plus questio
80trahit encore l’obscure survivance de la religion primitive. Religion antérieure à notre « instinct » moderne, et qui détient l’i
81et qui tendrait à restaurer le Cosmos dans sa loi primitive, troublée par le péché ? La volonté chrétienne de transformer le péch
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
82elle seule que je parle quand je parle du mythe « primitif ». Il serait aisé de se prévaloir du caractère sacré que certains aut
38 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
83l’humanité. Et tandis que dans sa panique l’homme primitif s’était tourné vers la raison libératrice, au terme des époques appau
39 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
84 Juan ni chez les « bons sauvages » ni chez les « primitifs » qu’on nous décrit. Don Juan suppose une société encombrée de règles
40 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
85de retrouver les noms réels et les « signatures » primitives dans le jeu des symboles et des correspondances. C’est l’ambition que
41 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
86istingue du groupe naturel, et s’isole. Le groupe primitif, la tribu, est lié par le lien du sang, des morts communs, et par cel
87ets [p. 16] d’effroi, que se rassemble la société primitive. Ce qu’elle adore, c’est ce qu’elle craint, c’est ce qui la terrorise
88rts, ce mouvement de dissolution de la communauté primitive, c’est la naissance même de la Grèce. Sur le fond indistinct des peup
89re figure, donc à s’individualiser. Dans la tribu primitive, certains hommes se singularisent : on les considère comme des crimin
90les. Ou bien l’on cherche à recréer la communauté primitive, à base de sang et de liens sacrés : c’est une régression vers la bar
91ument nouvelle : l’Église. Qu’est-ce que l’Église primitive, du point de vue sociologique où je me place ici ? C’est une [p. 23]
92et dans le sujet précis qui nous occupe. L’Église primitive a repris peu à peu l’héritage de l’Empire romain. Elle s’est peu à pe
93te la pureté de la foi serait confuse. » L’Église primitive était une communauté spirituelle de personnes, d’hommes nouveaux, à l
42 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
94éveille toujours en temps de guerre. [p. 61] Les primitifs ont l’habitude de personnifier les forces mauvaises qui les menacent.
95persistons tous, plus ou moins, dans la manie des primitifs : nous rendons responsables de nos maux — les autres, uniquement les
96cle de notre ère, par les communautés de l’Église primitive. Le chrétien primitif est un homme qui, du fait de sa conversion, se
97es communautés de l’Église primitive. Le chrétien primitif est un homme qui, du fait de sa conversion, se trouve chargé d’une vo
43 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
98 sont ni les idées qui ont « inspiré » son statut primitif, ni la nature qui l’a « dicté » ; mais ce statut est né de l’arrangem
99iciellement la Confédération. Cette confédération primitive, nous l’avons vue s’accroître organiquement par un jeu d’alliances tr
100ent sans jamais se recouvrir exactement. Le noyau primitif des cantons forestiers s’allie aux villes de Lucerne et Zurich ; puis
44 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
101 qui se réveille toujours en temps de guerre. Les primitifs ont l’habitude de personnifier les forces mauvaises qui les menacent.
102persistons tous, plus ou moins, dans la manie des primitifs : nous rendons responsables de nos maux — les autres, uniquement les
103cle de notre ère, par les communautés de l’Église primitive. Le chrétien primitif est un homme qui, du fait de sa conversion, se
104es communautés de l’Église primitive. Le chrétien primitif est un homme qui, du fait de sa conversion, se trouve chargé d’une vo
45 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
105ut de suite un repère : les paroisses de l’Église primitive étaient de vraies communautés. On y mettait tout en commun, même les
46 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
106ui existe. Telle est la situation fondamentale et primitive. Cependant, le Diable étant jaloux de Dieu, il entend nous faire croi
47 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
107de siège ou état de grâce. Telle la Fête chez les primitifs, la guerre était le « grand Temps » de l’humanité moderne, la seule e
48 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
108nom. 25. Notre primitivisme Chacun sait que les primitifs de la Mélanésie, victimes des plus célèbres études sociologiques du s
49 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
109 des grands débats théologiques aux siècles de la primitive Église. Notre musique, notre sculpture, notre peinture sont nées dans
110ute évidence le principal Entrepreneur de la Tour primitive et de ses répliques modernes. (Je ne fais pas allusion aux gratte-cie
50 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
111es » (10 décembre 1943) o Chacun sait que les « primitifs » de la Mélanésie, victimes des plus célèbres études sociologiques du
51 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
112ire), les dénombre, et les connaît dans leur sens primitif, dans le sens de la création qui tout entière advient à l’homme. Ains
113, les pousser jusqu’à l’expression de leur nature primitive, produire au jour leur forme restaurée, — c’est le mouvement unique d
52 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
114l’humanité. Et tandis que dans sa panique l’homme primitif s’était tourné vers la raison libératrice, au terme des époques appau
53 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
115a dépense en fin d’année, est-elle comme chez les primitifs la manière de conjurer le sort ? Plus que dix jours pour s’assurer un
54 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
116sif, exactement prévu. Plus une trace de campagne primitive ne subsiste, plus un seul coin de terre à nu, et plus une ligne indéc
55 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
117 dépense, en fin d’année, est-elle comme chez les primitifs une manière de conjurer le sort, et de se rendre l’an nouveau propice
56 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
118ération on [p. 11] ne trouve plus trace du remède primitif, pas même une seule molécule. Il n’y a plus que de l’eau pure. Et cep
57 1946, Lettres sur la bombe atomique. 16. Le goût de la guerre
119de siège ou état de grâce. Telle la Fête chez les primitifs, la guerre était le « Grand Temps » de l’humanité moderne, la seule e
58 1946, Politique de la Personne (1946). Préface pour l’édition de 1946
120 nous oblige à certaines révisions du vocabulaire primitif. [p. 9] Cette mise au point se trouve grandement facilitée par le fa
59 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
121sif, exactement prévu. Plus une trace de campagne primitive ne subsiste, plus un seul coin de terre à nu, et plus une ligne indéc
60 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
122nse éternelle de l’Église. Qu’est-ce que l’Église primitive, dans la perspective sociologique où nous nous plaçons ici ? Une comm
61 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
123 dépense, en fin d’année, est-elle comme chez les primitifs une manière de conjurer le sort et de se rendre l’an nouveau propice 
62 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
124 Juan ni chez les « bons sauvages » ni chez les « primitifs » qu’on nous décrit. Don Juan suppose une société encombrée de règles
63 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
125che, notre foi diminue, notre attente faiblit. La primitive Eglise, au début de notre ère, vivait dans la pensée de la fin immine
64 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
126ses censeurs de plus en plus timides, la violence primitive et la santé de l’instinct soient justement [p. 133] les vraies créatr
65 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
127egard de l’esprit trouverait-il encore ce mystère primitif qui lie l’homme à ses dieux comme une ombre à la nuit ? Ne trouverait
66 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
128testablement — encore une fois — au christianisme primitif. Toutes les religions antiques et celles de l’Asie, étaient des relig
67 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
129tement utilitaire qu’ils élargirent leur alliance primitive. Les trois groupes de communes d’Uri, Schwyz et Unterwald s’aperçuren
130s seigneurs voisins. Ainsi fut constitué un noyau primitif de quatre cantons. Il ne tarda guère à s’allier avec la ville impéria
131me, sobriété, spiritualité, fidélité à l’Alliance primitive. Au solitaire laïque s’oppose trait pour trait cet ambitieux prince d
68 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
132ient il y a cent ans ses adversaires. Les cantons primitifs conservent leur primitivisme, si on les compare à Zurich ou à Bâle, b
69 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
133 temporelle avec les grands féodaux : les cantons primitifs devront s’armer contre eux aussi souvent que contre les Habsbourg. L’
134ui d’Einsiedeln, situé en plein cœur de la Suisse primitive, et d’ailleurs continuellement attaqué par les Schwyzois. Or c’est pr
70 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
135que celle qui résultait implicitement des chartes primitives, mais elle en est cependant une conséquence pratique. Et les traités
71 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
136ment va-t-il se comporter dans le monde ? L’idéal primitif de la nation, confisqué par l’État français, a conduit à des guerres
72 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
137trois termes qui, finalement détaché de son objet primitif, est devenu une forme de notre esprit 21 .   b) La valorisation du m
138r une science périmée, tout comme les rites des « primitifs » continuent des gestes sacrés dont le secret semble perdu, ou comme
139e l’Abbé Lemaître et de Gamow, né d’une explosion primitive, et qui reviendra peut-être à son point initial, vous n’irez pas plus
73 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
140ant le goût du temps plus que la réalité. L’homme primitif — qui vit encore en chacun de nous — a-t-il vraiment rêvé de dominer
141it, une résistance à la technique sous ses formes primitives, comme la mystique était un mouvement de dépassement (ou de retrait e
74 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour les grands festivals de musique l’Europe est faite ! (octobre 1955)
142Centre les 8 et 9 octobre, a démontré que l’idéal primitif avait victorieusement subi l’épreuve de quatre ans de travail en comm
75 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
143 en retrouver des traces en Gaule. Cette identité primitive, peut-être, cette parenté certaine au départ, ne rendent que plus fra
144 de mystère, nettoyées de toute trace de religion primitive et de vénération pour les choses, les plantes, les animaux ou le surn
76 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
145it la science même quand il en oublie l’impulsion primitive et la liaison sublime avec nos buts derniers. p. 43 14. Alexandr
77 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
146de l’histoire. Voici le schéma. Le clan, la tribu primitive, lie les êtres nés dans sa sphère par les liens du sang et de la terr
147es zones géographiques déterminées. Le grégarisme primitif et sa magie vivent encore dans la paysannerie de tous les pays de l’E
148ndement, l’aurait transmise aux Pères de l’Église primitive ? La parenté formelle est indéniable et le langage était le même. Pou
78 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
149ment va-t-il se comporter dans le monde ? L’idéal primitif de la nation, confisqué par l’État français, a conduit à des guerres
79 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
150trois termes qui, finalement détaché de son objet primitif, est devenu une forme de notre esprit 56 . [p. 167] b) La valorisati
151par une science périmée, tout comme les rites des primitifs continuent des gestes sacrés dont le secret semble perdu, ou comme ce
152Lemaître et de [p. 181] Gamow, né d’une explosion primitive, et qui reviendra peut-être à son point initial, vous n’irez pas plus
80 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
153ant le goût du temps plus que la réalité. L’homme primitif — qui vit encore en chacun de nous — a-t-il vraiment rêvé de dominer
154ait une résistance à la technique sous ses formes primitives, comme la mystique était un mouvement de dépassement ou de retrait en
81 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
155 : le Progrès linéaire, continu, partant du chaos primitif pour se diriger sans relâche vers l’ordre et la justice totale, devie
82 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
156ental, fauteur de la technique, et des sociétés « primitives » par rapport à ce mode de vie, celles qui se trouvent sans défense c
83 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
157 déjà nous voyons s’approcher la fin de cette ère primitive, inhumaine et cruelle, de la technique occidentale. Chose étrange et
84 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
158ectés par nos mœurs en transition rapide du sacré primitif vers une hygiène scientifique : l’amour des petites nymphes et l’ince
159litique et sociale en URSS, donc extérieure, plus primitive en quelque sorte, elle ne met pas en jeu les mêmes ressources que dan
85 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Neuf expériences d’éducation européenne [Introduction] (décembre 1959)
160 la Ford Foundation, permettait d’élargir le plan primitif et de prolonger la durée totale des expériences jusqu’à 1959. [p. 2]
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Note liminaire
161rtant, à y bien regarder, on verra que mes thèses primitives sont plutôt rectifiées que niées. Quelques oppositions ont perdu de l
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
162he dans leurs doctrines par les Pères de l’Église primitive, rigoureusement persécutés plus tard par le christianisme établi, ils
163’hier et de l’Amazonie d’aujourd’hui, et même les primitifs de la Polynésie, aux mœurs si douces, observent tous des rites plus c
88 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
164ation de l’innocence, même enfantine ; la pariade primitive, ou, au contraire, la passion la plus insolite, exaltées comme étant
89 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
165ectés par nos mœurs en transition rapide du sacré primitif vers une hygiène scientifique : l’amour des petites nymphes et l’ince
166litique et sociale en URSS, donc extérieure, plus primitive en quelque sorte, elle ne met pas enjeu les mêmes ressources que dans
90 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
167 Juan ni chez les « bons sauvages » ni chez les « primitifs » qu’on nous décrit. Don Juan suppose une société encombrée de règles
91 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
168 ou le héros divin dans les religions antiques et primitives : celui qui est assez saint ou assez fort pour oser assumer les péril
169Don Juan de sa haine, parce que, selon la légende primitive — que nous rappelle un analyste freudien — « il ne lui a pas donné l’
92 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
170héros, que l’on peut interpréter (dans la légende primitive et l’opéra) comme un amour dédié à sa propre âme 113 , dont Iseut ne
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
171iècle, se borne à résumer en deux lignes le récit primitif : il l’introduira de la sorte, grâce au succès durable de ses Étymolo
172 deviendront des Dieux ! [p. 22] Entre le mythe primitif et la réalité — le drame de l’Europe dans l’histoire — ces poètes ont
173s par le premier de ces mythes, par le panthéisme primitif et informe : l’adoration de la terre et de la fécondité, la Grande Mè
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.5. Les étymologies
174pose de rechercher des significations, tenant les primitives pour plus authentiques que les actuelles, qui en seraient dérivées. E
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
175 tous les recoins de ces pays. Et comme la souche primitive de la race humaine fut plantée aux rivages de l’Orient, et que de là
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
176nes, restituant plus ou moins fidèlement le texte primitif, souvent « amélioré ». Ces Mémoires 93 furent composés par quatre se
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
177cœur en fuyant une Europe intolérante. L’éloge du Primitif lointain sert d’abord d’argument contre certains voisins. De là les n
178r à ces aristocraties ; ce fut également la forme primitive, la première à apparaître avec l’union des pères, ces véritables rois
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
179 anglais (C. étant partisan des Anciens et B. des Primitifs) 131  : C. — Seriez-vous assez hardi pour me soutenir que vous autre
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
180, par les mêmes coutumes et les mêmes conceptions primitives des forêts de Germanie, ils furent aussi liés les uns aux autres, dep
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
181 de Cham a pris une autre route. Depuis les temps primitifs jusqu’à ceux que nous voyons, toujours elle a dit à un homme : Faites
182s langues de l’Orient, pour y chercher l’histoire primitive de l’homme, tantôt ils vont à Jérusalem pour faire sortir des ruines