1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1e les rares passages où il expose directement les principes de sa « révolution » semblent au contraire tirés de quelque terne man
2rne manuel de philosophie ou de psychanalyse. Ces principes ? Ils se laissent hélas résumer en un court article de dictionnaire :
3 l’existence d’une littérature fondée sur de tels principes ? Le Rêve est la seule matière poétique. Dans le monde du Rêve autant
4mystification est [p. 776] dans la logique de ses principes, mais je lui conteste le droit de faire suivre son manifeste de prose
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
5qu’une supériorité provisoire et qui porte en son principe le germe de sa destruction.) Il y a enfin ceux qui refondent et combi
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Alix de Watteville, La Folie de l’espace (avril 1926)
6tilshommes archéologiques et les vieilles dames à principes. Voilà, n’est-ce pas, un amusant sujet de conte moral, avec ses perso
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
7etient les éléments de la personnalité moins le « principe unificateur » — que la psychologie freudienne et proustienne a porté
5 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
8dez, « retient tous les éléments du moi, moins le principe unificateur ». [p. 21] De quelques sophismes libérateurs La foncti
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
9diquer aucun endroit par où elle pèche contre les principes chers à l’auteur du Secret professionnel et de la préface des Mariés
10ecret professionnel et de la préface des Mariés — principes dont l’énoncé brillant et définitif restera l’un des titres les plus
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
11 dans un décor très pauvre, légèrement coloré. Le principe est simple : « Je vous aime » se traduit par trois ou quatre claques
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
12urdes, vivants, libres. Avec la poésie contre vos principes. Avec l’esprit contre votre raison. Et avec Aragon lorsqu’il vous cri
13ous faut des entrepreneurs de tempêtes. Un grand principe de violence commandait à nos mœurs. … et nous portant dans nos action
14imisme, tyranniques évidences, ordre et désordre, principes de Descartes, mathématiques aux pinces de crabe, examens de conscienc
15nt vous vous êtes tellement amusés avec vos chers principes. [p. 144] Révolution, ce n’est plus détruire, ce n’est plus combattr
9 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
16ir raison. Je sens aussi bien que vous ce que mes principes peuvent avoir de « bien jeune », de banal presque, et, pis, d’agréabl
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conseils à la jeunesse (mai 1927)
17norance systématique, le mépris enfin de tous les principes qui sont à la base de la société même. »   Ceci est tiré d’un livre r
18nte Raison utilitaire au service des sacro-saints Principes au nom desquels tout se ligue aujourd’hui pour anéantir la seule chos
11 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
19voix s’élève pour mettre en doute l’excellence du principe de l’instruction publique, on crie sur tous les bancs : « Alors, vous
20tte lâcheté devant la discussion précise de leurs principes par quoi se [p. 10] signalent bien souvent nos tolérants par inertie,
21ité avec laquelle ils brouillent les faits et les principes. Tourmentés par les scrupules de leur conscience libérale, ils fuient
12 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
22donc ce conformisme indispensable aux « immortels principes ». Je n’allai pas tout de suite jusqu’à les mettre en doute : mais un
23 mais un jour je compris que ce n’étaient que des principes. Et ce fut ma seconde découverte : ce monde simplifié, si évident, si
13 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
24des instituteurs, ou bien préexiste-t-il dans les principes mêmes de l’École, et attire-t-il les petits bourgeois comme le portra
14 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
25est temps que je fasse passer un petit examen aux principes de cette institution passionnément détestée. Vous allez voir comment
26ruction publique, ceux que n’atteignent dans leur principe ni les réformes de détail ni les modalités locales de réalisations pr
27eurent pas. [p. 25] 3.b. Les examens Ce sont en principe des « contrôles » comparables à ceux que l’on établit lors des grande
28e même temps. Contentons-nous de remarquer que ce principe est à la base du système ; qui repose donc sur une tranquille méconna
29nt subies. 3.h. Le dilemme J’ai indiqué que les principes de l’instruction publique ne coïncident qu’accidentellement avec ceux
30e. D’autre part, il est aisé de voir que tous ces principes dérivent nécessairement du fait que l’école est publique, obligatoire
15 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
31lissement où l’on s’efforce d’enseigner selon des principes tirés de l’observation des enfants, c’est-à-dire : en contradiction s
32eure de réformer l’école primaire sans toucher au principe de l’instruction publique. Les réformes qu’ils ont proposées jusqu’ic
33e ces jeunes gens qui appliquent avec ferveur les principes de l’école libre, qui se moquent des programmes et dont les classes s
16 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
34peu de chaleur d’âme pour amorcer le dégel de ces principes, et ce peut être le signal de la grande débâcle printanière. Il n’y a
17 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
35e rationalisme-là triomphe non seulement dans les principes démocratiques, et dans ceux de l’École, mais encore dans toute la con
18 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
36sément. Ce qui manque à l’homme moderne, c’est un principe d’harmonie qui lui garantisse le caractère « d’humanité » de ses déma
19 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
37téresse, l’artiste a besoin plus que quiconque de principes définis — je ne dis pas de cadres — qui lui servent de thèmes dans se
20 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
38plus vite de cet horrible endroit et de jeter les principes philanthropiques à tous les vents ; de rentrer bien vite dans sa mais
21 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
39n et mon cerveau pris au défaut de sa carapace de principes et d’évidences opaques. Nous sortîmes de l’Opéra, Gérard de Nerval et
22 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
40amais de démolir, mais bien plutôt de dénoncer un principe destructeur. C’est au nom d’une foi positive que l’on attaque ici le
23 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
41 comme devant la « révélation divine du plus haut principe de la morale », tout en vénérant également le soleil, comme une « rév
24 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
42it plus efficace si on la sentait inspirée par un principe spirituel capable de rendre une force offensive à cette personne huma
25 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
43steurs et quelques écrivains vont faire appel aux principes suprêmes (c’est-à-dire fondamentaux) de l’éthique, devant huit offici
44our accueillaient certaines tirades sur le fameux principe de la liberté de conscience. Cela prenait « dans cette enceinte » un
45 3° Les actes politiques déduits par accident des principes fondamentaux du régime sont en contradiction formelle avec les actes
46de faits — si l’on peut [p. 300] dire — des mêmes principes. Sangnier devait relever l’anomalie : Briand met la guerre hors-la-lo
47’aucune sorte. Qui trompe-t-on ici ? Les « grands principes » de 89 ou les commanditaires de la prochaine dernière ? Il reste que
48a seule logique de la décomposition nécessaire de principes faux en faits absurdes, le geste de Martin, détaché de ses considéran
26 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
49en près d’abandonner. Il nous est indifférent, en principe, de nous opposer à telles idées courantes, ou de confirmer telles aut
27 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
50 [p. 23] Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932) b …que nous fai
51cherche à la supprimer, est antichrétienne en son principe. Ainsi se trouvent définies les trois hérésies politiques que nous av
52t de salut qu’en la foi, qui transcende le monde. Principe de l’individualisme anarchique ; point de vue qui rend absurde le fai
53la nous est [p. 25] à jamais impossible. C’est le principe de cet activisme que les Européens trouvent commode de nommer « améri
54té d’une chose si nécessaire. Telle est, dans son principe, la seule attitude politique que puisse adopter le protestant : la po
55entre eux qui perdaient la foi, — c’est-à-dire le principe animateur — n’en continuaient pas moins d’agir en vertu du principe d
56 — n’en continuaient pas moins d’agir en vertu du principe d’inertie (tout corps en mouvement tend à conserver son mouvement). C
57et nunc. Peut-être.) Je ne veux parler ici que du principe de notre politique ; il est bien clair qu’elle condamne, dans la mesu
58e statique des relations humaines, d’un visible « principe d’union » (terme de l’encyclique Quadragesimo anno), tout à fait étra
28 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
59e civilisation dont on refuserait de dénoncer les principes ou plutôt la carence de principes directeurs dignes de ce nom ? Serai
60de dénoncer les principes ou plutôt la carence de principes directeurs dignes de ce nom ? Serait-ce que la mauvaise humeur du bou
29 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
61 faire ? le chrétien n’a donc rien à répondre, en principe. Il ne peut que renvoyer à la seule force d’où provient l’ordre vérit
30 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
62u conflit permanent ; qu’il y ait au contraire un principe de dégradation éthique dans toute recherche de la synthèse et plus sû
63actualité, ce refus de toutes les synthèses et ce principe de synthèse qu’il contient. Accusation qui ne porte pas sur le détail
31 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
64 ? Une économie de travail. Le machinisme est, en principe, destiné à créer du loisir, dans une société dont la religion dominan
32 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
65veau. D’une part nous sommes convaincus que si le principe de toute liberté humaine ne se trouve pas à l’origine d’un système, i
66 vertu des évidences que nous venons de poser, ce principe ne sera jamais effectif s’il n’entre [p. 15] pas immédiatement en act
67dont l’acte ordonnateur n’a pas encore détruit le principe agissant. Une révolution s’accomplit matériellement dans la mesure où
68la résistance : elle va d’autant plus loin que ce principe est plus violent. Elle ira jusqu’au bout des faits, si nous restons a
33 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
69 plus quotidiens, les plus angoissants. Le fameux principe du tiers [p. 57] exclu est nié par l’angoisse de tout homme qui tente
34 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
70que est beaucoup plus perfide : elle consiste, en principe, à exiger de l’intellectuel une adhésion sentimentale, un enthousiasm
35 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
71ue à hauteur d’homme, c’est une politique dont le principe de cohérence s’appelle la responsabilité de la personne humaine. En d
36 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
72ance désintéressée, nous ne trouvons jamais aucun principe qui unifie. Mais, au contraire, dès que nous nous posons la question
73on découvre dans la société humaine repose sur le principe démissionnaire par excellence du déterminisme, qui peut se formuler a
74sement de ces mythes. On a cru trouver en eux les principes d’une communauté nouvelle que l’individualisme avait dissoute. Il n’y
37 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
75rincipale de prévoir. Il y a là une opposition de principe qui me paraît irréductible. Si chacun prétend suivre sa vocation, les
38 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
76 n’y a pas, à la base d’une doctrine politique un principe d’actualité, nulle « période de transition » ne sera capable de l’eng
39 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
77pour nous, se confondre avec un progrès du salut. Principe d’une politique du pessimisme actif. Une phrase de Kierkegaard résum
40 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
78cherche à la supprimer, est antichrétienne en son principe. Ainsi se trouvent définies les trois « hérésies politiques ». 1° L’h
79t de salut qu’en la foi, qui transcende le monde. Principe de l’individualisme anarchique ; point de vue qui rend absurde le fai
80e que cela nous est à jamais impossible. C’est le principe de cet activisme que les Européens trouvent commode de nommer « améri
81té d’une chose si nécessaire. Telle est, dans son principe, la seule attitude politique [p. 89] que puisse adopter le chrétien :
82entre eux qui perdaient la foi, — c’est-à-dire le principe animateur — n’en continuaient pas moins d’agir en vertu du principe d
83 — n’en continuaient pas moins d’agir en vertu du principe d’inertie (tout corps en mouvement tend à conserver son mouvement). C
41 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
84monde, les hommes ont toujours appelé « dieu » le principe de cohérence de leur vie sociale et privée. Le fascisme aboutit donc
85e par la force, à tous les domaines de la vie, un principe de cohérence étroit, pauvre et stérilisant. Toutes les méthodes fasci
86 tant que méthode d’extension, par la force, d’un principe de soi sans puissance : c’est le mot allemand Gleichschaltung — mise
87s’oppose à l’esprit unitaire et qui sauvegarde le principe fédéraliste. Dans l’ordre politique, ce sont les groupes « personnali
42 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
88’excite pas sur l’idée de sécurité. Il demande un principe de grandeur, ou simplement quelque chose à faire. La paix n’est pas u
89ster, une fois de plus, sur cette absence de tout principe vivant d’unité et d’union, qui est la marque de notre temps, et la ca
90 Considérer l’homme en tant qu’individu abstrait (Principes de 89) et fonder sur cet individu toutes [p. 157] les institutions, e
91té avec l’homme concret, n’ont pas compté avec le principe de tout conflit, et sont sans forces contre les conflits qui surgisse
92sait en effet, dans notre monde tel qu’il est, un principe entre tous néfaste : celui de la comparaison perpétuelle. À qui falla
93i comptent avec l’homme concret, comptent avec le principe de tout conflit, et ont pour but de rendre les antagonismes féconds p
94r ici qu’à définir une attitude spirituelle. Les principes qui seront à la base de l’économie et de politique nouvelles sont ide
43 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
95 bien armé qu’il soit, s’écroule, dès lors que le principe de son pouvoir se montre défaillant. Car, en fait comme en droit, l’a
44 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
96 la Réforme dans l’évolution de l’Europe, et quel principe central elle doit y incarner, de nos jours sans doute plus que jamais
97 aux liens sacrés du groupe, et par là-même à son principe de tyrannie. Ce mouvement d’arrachement au sacré sombre, à l’empire d
98 la notion d’atome, les philosophes à formuler le principe d’individuation, les législateurs et les artistes à concentrer leur a
45 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
99 ? Une économie de travail. Le machinisme est, en principe, destiné à créer du loisir, dans une société dont la religion dominan
46 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
100veau. Cherchons à voir d’abord ce qui les unit en principe : 1° Quelques refus massifs, refus du capitalisme créateur d’injustic
101r service. Il est facile d’indiquer rapidement le principe de cohésion de ces trois ordres. Dans l’ordre philosophique, L’Ordre
47 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
102’est-ce que la politique ? 1. La politique est en principe ce qui intéresse la cité. Aucun des habitants de la cité n’a donc le
48 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
103ance désintéressée, nous ne trouvons jamais aucun principe qui unifie. Mais, au contraire, dès que nous nous posons la question
104on découvre dans la société humaine repose sur le principe démissionnaire par excellence du déterminisme, qui peut se formuler a
105sement de ces mythes. On a cru trouver en eux les principes d’une communauté nouvelle que l’individualisme avait dissoute. Il n’y
49 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
106n même temps les méfaits du désordre établi et le principe vivant du nouvel ordre. Ce pouvoir, nous le connaissons, dans la mesu
107dans les partis, dans l’État ou dans la nation un principe de grandeur qui n’est plus que dans l’homme. Mais si nous trouvons ce
108t plus que dans l’homme. Mais si nous trouvons ce principe, nous aurons trouvé du même coup la mesure du monde nouveau. Cette me
109 mesure concrète, cette référence universelle, ce principe de grandeur que nous proposons tous ici, c’est l’homme considéré dans
50 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
110et un tu par un lien de responsabilité 7 . En son principe, l’erreur fasciste consiste à considérer cette communion non plus com
111association humaine : on s’unit par la force d’un principe transcendant, — et tant qu’il règne on peut mépriser la police ; puis
51 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
112couper les arbres et peupler les déserts ; sur le principe animateur des choses, elle est sans prise. Elle ne règne vraiment que
52 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
113’excite pas sur l’idée de sécurité. Il demande un principe de grandeur, ou simplement quelque chose à faire. La paix n’est pas u
114ster, une fois de plus, sur cette absence de tout principe vivant d’unité et d’union, qui est la marque de notre temps, et la ca
115 Considérer l’homme en tant qu’individu abstrait (Principes de 89 — Marxisme) et fonder sur cet individu toutes les institutions,
116té avec l’homme concret, n’ont pas compté avec le principe de tout conflit, et sont sans forces contre les conflits qui surgisse
117sait en effet, dans notre monde tel qu’il est, un principe entre tous néfaste : celui de la comparaison perpétuelle. À qui falla
118i comptent avec l’homme concret, comptent avec le principe de tout conflit, et ont pour but de rendre les antagonismes féconds p
119on d’une part, et la Fédération de l’autre.) Les principes qui sont à la base de l’économie et de la vie politique O.N. sont ide
53 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
120ends, par sens social, la connaissance vivante du principe spirituel, affectif et communautaire de la nation. Qu’est-ce qu’un pl
121 qu’un plan de gouvernement qui paraît ignorer ce principe ? Qui ne le nomme pas, qui n’essaye même pas de le trouver, qui en fa
122’est-à-dire la nation elle-même. Or c’est bien le principe d’une communauté nouvelle, ce ferment révolutionnaire, qui fait défau
54 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
123 maximum de spiritualisme distingué. Le culte des principes en soi : voilà ce qu’il faut au régime des requins. La preuve en est
124ssé, au sens subtil où il l’entend, c’est nier en principe que l’esprit soit responsable de ce qui se passe dans le monde. C’est
55 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
125ement le problème, et à formuler, si possible, le principe critique qui nous rappellera constamment la vraie nature, le caractèr
56 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
126 ! Et non pas pour la condamner ou la nier dès le principe ! Car je reconnais avec vous qu’il faut d’abord l’avoir éprouvée jusq
57 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
127n, c’est une science de la guérison fondée sur le principe hippocratique des similia similibus, principe qu’on retrouve à la bas
128 le principe hippocratique des similia similibus, principe qu’on retrouve à la base de l’homéopathie moderne, du traitement par
58 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
129arnelles et temporelles, à s’oublier en Dieu, son principe ». La question est alors de savoir s’il existe une mystique vraiment
59 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
130ment de leur activité constitue un obstacle et un principe de mort pour l’épanouissement et l’exercice de la personne. Car la pe
131sation. Par « mesure », nous voulons désigner le principe normatif d’une civilisation ; non point toujours son principe officie
132matif d’une civilisation ; non point toujours son principe officiel, mais son principe effectivement puissant, et honoré de sacr
133on point toujours son principe officiel, mais son principe effectivement puissant, et honoré de sacrifices quotidiens. C’est ain
134re vivante, ce n’est pas un étalon fixe. C’est un principe dynamique, c’est une tension permanente et féconde. Nous voyons aussi
135raire infiniment vivante : car la personne est un principe universel, et quand bien même tous les hommes seraient devenus des pe
136r une « personnalisation » infinie de l’humanité. Principe de la véritable « démocratie » culturelle : une élite dont le sens et
137ique se recréerait parallèlement en vertu du même principe. Ils travailleraient en toute confiance dans un ensemble organiquemen
60 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
138aniaque de l’unité —, on est fondé à dire que les principes qui furent à l’origine de l’Édit, clairement manifestés par son « app
61 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
139« intellectuels » qui se perdent à rechercher les Principes d’un ordre nouveau. « Voyez net. Pensez simple. Soyez des réalisateur
140vrier. Ce serait ici le lieu de rappeler le grand principe tactique et doctrinal — ces deux aspects restant inséparables — formu
141t l’amorce de ce que nous appelons la dichotomie, principe de notre service civil. Nous pensons avoir été plus loin que la simpl
62 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
142ion, qui traduit l’ignorance commune, et quelques principes sacro-saints dont ils ont perdu le secret : c’était le secret d’une c
143onde et être sauvé dans l’autre” » (page 137). Ce principe nous est devenu familier. Mais au déclin du Moyen Âge il apparaît com
144tuelle de l’erreur qui, peut-être, affecta dès le principe l’éthique et la culture bourgeoises. Quelques remarques préliminaires
63 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
145onalisme bourgeois Si l’on se demande quel est le principe central de notre société bourgeoise, son lieu commun fondamental, son
146e : c’est le mot de rationalisme. De même que le principe central, la vertu décisive et première de la société féodale fut l’ho
64 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
147n de la France ». La Révolution est achevée : son principe est passé au rang de lieu commun. Alors paraissent les grands docteur
148es lois calquées sur la nature des choses. Si le principe du mouvement, du Progrès, si le dynamisme de l’histoire réside dans l
149chies à leur tour cessent de valoir, puisque leur principe même est contesté, qui veut que l’esprit soit responsable de l’action
150 corrompent. [p. 54] La destruction des lieux ou principes communs à la pensée et à l’action, je dis aux penseurs comme tels et
65 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
151 à la fois utilitaire et scientifique, qui fut le principe efficace de la culture bourgeoise militante, est aussi le principe co
152 de la culture bourgeoise militante, est aussi le principe corrupteur de la culture bourgeoise triomphante. En d’autres termes,
153ercevoir qu’une culture peut être définie par son principe régulateur, pour autant que ce principe est vraiment immanent à tout
154e par son principe régulateur, pour autant que ce principe est vraiment immanent à tout progrès normal de la culture, dont il es
155ité d’une culture n’est autre que la vérité de ce principe. Et la logique interne de celui-ci détermine le destin historique de
156s consacrés à la critique et à la connaissance du principe qui domine l’action et la pensée de leur époque. Nous avons vu que l’
157. Nous avons vu que l’époque bourgeoise honore un principe rationnel. Or la raison dont il s’agit ici est d’abord un agent de di
66 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
158i-même est vrai. Et certes, l’absolue vérité d’un principe téléologique n’est définie que par la vérité du telos même. Mais je n
67 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
159 fait qu’il ruine le langage. Cette absence d’un principe communautaire vivant et puissant dans nos vies, c’est le drame de la
68 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
160ait eu le courage de donner. Ainsi se termina, en principe du moins, l’épisode du Proletkult, autrement dit de la culture prolét
161de cinq ans devait manifester l’insuffisance d’un principe de communion aussi pauvre. Car une fois le pain assuré, quand les poè
162our l’intégrer, dans le monde le plus dépourvu de principes spirituels ordonnateurs. Qu’on baptise cette nouvelle anarchie « huma
163t la grande masse. Mais elle est réfutée dans son principe par la création culturelle, dès lors que cette création vint s’« insé
164données de ce drame. Le communisme est parti d’un principe qu’il tirait [p. 99] logiquement de Marx, et dont il entendait faire
69 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
165t l’empire sont gouvernés et administrés selon le principe du chef (Führergrundsatz). On devient chef en donnant à sa suite (Gef
166t légal ; ce qui peut lui nuire est illégal. » Ce principe fondamental de la constitution hitlérienne a son pendant exact dans l
70 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
167u’elles portent en elles une division secrète, un principe de dissolution. C’est alors l’avènement des fins qu’elles préparaient
71 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
168lités internes qui aboutirent à la dissolution du principe vivant des sociétés, et de la société bourgeoise notamment. Or il est
169 régime libéral n’a plus la force de concevoir un principe d’action créatrice, ou une bonne guerre d’agression qui lui permette
170e plus redouter la pauvreté. (Les civilisations à principe spirituel puissant y parviennent seules : yoghis, ordres mendiants, m
72 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
171ection Alcan, mais dont ils ne peuvent définir le principe ni les limites, à quoi se résout-il effectivement ? À ce recours à un
73 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
172 mot « original » dans la littérature moderne. Le principe de cette altération est d’ailleurs symbolique du relâchement que nous
173er. Sous cette forme générale, nous posons ici le principe d’une ascèse d’incarnation : volonté d’assumer dans une prise unique
174tienne est une lutte contre le péché même, en son principe, lutte qui se sait sans fin dans cette vie, et dont la mesure n’est j
175 du péché, qui ne serait pas une lutte contre son principe même. Par exemple, tout ce qui voudrait réduire le corps au profit de
176me, il n’y a guère que deux types de mesures : le principe spirituel ou le cadre institutionnel. Le grand prestige de l’Église c
177it ce que devait faire notre génération. C’est le principe spirituel de la mesure qu’il nous faut tout d’abord définir, et le si
178’abord définir, et le signe naîtra ensuite. Or ce principe me paraît défini tout à la fois par la tradition même de l’Occident,
179e. Mais j’indiquerai les suites communautaires du principe personnel, tel qu’il est défini d’une manière à peu près unanime par
180’uniformes ou de chemises de même couleur. En son principe, l’erreur fasciste consiste à imposer cette communion ; et du fait qu
181ait erreur sur la personne. Si la personne est au principe la mise en question d’un je par un tu, donc une rencontre, cette renc
182istance, ni dans le temps ni dans l’espace, ni de principe ni de fait, entre théorie et pratique. C’est là son réalisme et sa vi
74 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
183ait eu le courage de donner. Ainsi se termina, en principe du moins, l’épisode du Proletkult, autrement dit de la culture prolét
184de cinq ans devait manifester l’insuffisance d’un principe de communion aussi pauvre. Car une fois le pain assuré, quand les poè
185t la grande masse. Mais elle est réfutée dans son principe par la création culturelle, dès lors que cette création vient s’« ins
186données de ce drame. Le communisme est parti d’un principe qu’il tirait logiquement de Marx, et dont il entendait faire la mesur
75 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
187mal qui apparaît maintenant était en germe dès le principe. (Ce que nous écrivions ici le mois dernier.) C’est ici tout le probl
76 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
188r époque et de leur formation ? Par la Bible ? En principe, oui. Mais le principe a beau être affirmé en droit, il est en fait n
189mation ? Par la Bible ? En principe, oui. Mais le principe a beau être affirmé en droit, il est en fait négligé, et à tel point
77 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
190our assurer l’ordre et le pain du corps (c’est le principe !). La liberté condamne la dictature, mais dès qu’elle la supprime pr
78 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
191on dans une société O.N., rappelons cependant les principes fondamentaux à faire valoir dans ce domaine : 1° Les institutions son
79 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
192olitique ? (juin 1936) u 1. La politique est en principe ce qui intéresse la cité. Aucun des habitants de la cité n’a donc le
80 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
193 instaurer un régime tant soit peu conforme à ses principes ; et cela, quelles que fussent les conditions du pays au début de l’e
81 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
194lité. Le jacobinisme, l’esprit centralisateur, le principe de la nation armée, disciplinée dans un cadre rigide, tout cela ne ce
82 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
195, à droite et à gauche de l’appareil, assurent en principe la pression du gaz. On risque toujours de pomper un peu trop fort et
196ition des terres était conçue non point selon les principes égalitaires, mais selon le bon sens pratique. Comment espérer un déve
197, de Marx, ou de l’inimitable Lawrence Sterne. Le principe de toute culture véritable n’est-il pas cette commune mesure, sinon d
83 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
198 hasards de l’éducation primaire, bienfaisante en principe il est vrai, mais tristement abstraite, étroite, appauvrissante en fa
199is je n’ai engagé de chômeurs, monsieur, c’est un principe. Nous ne voulons que des ouvriers honnêtes. Pensez donc, deux femmes
200eut qu’on soit pour ou contre, et il se méfie par principe de celui qui distingue et nuance. On ne tiendra jamais assez compte d
201le que la santé elle-même ou que l’application du principe économique du moindre effort. » C’est la fin de la phrase qui m’a éto
202. S’engager au lieu de s’indigner : voilà bien le principe de la guérison que j’attends. Je n’ose croire qu’il me soit bien util
203té, il faut d’abord un but commun, et positif, un principe créateur et pas seulement de la révolte. Ensuite, il faut que les fem
84 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
204aient la vérité désintéressée, — respectaient les principes éternels, — la liberté individuelle, — l’intellectualisme, — la pensé
85 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
205l’Europe : la Suisse doit être la gardienne de ce principe central, fédératif ; et elle ne peut être autre chose, de par sa natu
206 Et c’est au nom de cette mission de gardienne du principe commun que la Suisse peut et doit maintenant revendiquer face à l’Eur
207ou de la gauche allemande émigrée, mais au nom du principe fédéral que nous avons à incarner, on pourra dire que la Suisse a ret
208t le péché même d’idolâtrie qui consiste dans son principe à adorer les instruments d’un culte, oubliant le dieu qu’il célèbre.
209 des cols, dirait Liehburg ; milice au service du principe constituant de la fédération — et c’est pourquoi elle appartient à l’
210 Vous donnez par exemple une valeur positive à un principe fédéraliste qui ne traduit historiquement — de même que la neutralité
86 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
211 de quoi s’arrêter de penser, si l’on pouvait. Le principe de toute culture véritable n’est-il pas cette commune mesure, sinon d
87 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
212 apparaître comme une évidence à tous et comme le principe d’actes révolutionnaires qui incarneront dans la réalité sociale notr
213e toute tentative d’ordination de la société à un principe matériel (comme l’abondance ou la prospérité) ou irrationnel et mythi
214ouloir prendre une déclaration inaugurale pour un principe régulateur donné de la vie publique, comme l’ont fait les républicain
215ence à tous permet aujourd’hui d’en témoigner. Le principe de la commune mesure n’est donc pas un principe statique déterminant 
216e principe de la commune mesure n’est donc pas un principe statique déterminant ; il est un principe de finalité qui exprime la
217 pas un principe statique déterminant ; il est un principe de finalité qui exprime la communion entre les membres du corps socia
218nt que personnes dans une perspective commune. Ce principe de communion ne consiste cependant pas en une sorte d’émanation de la
219ne action judiciaire en toute circonstance où les principes fondamentaux de la société O.N. peuvent être mis en jeu. Il pourra do
220re de la fédération devra avoir la possibilité de principe de réclamer l’intervention du Conseil suprême en toute circonstance o
221ue tels ou tels agissements vont à l’encontre des principes révolutionnaires du personnalisme, tout de même qu’un citoyen américa
222ne extérieure et unifiée à une fédération dont le principe commun est justement « personnaliste », c’est-à-dire à une fédération
88 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
223 sur mille — moi par exemple — oppose un refus de principe à ces bruyantes sollicitations. Le spectacle des pauvres gens assaill
224ce, comme vous l’affirmez, préfère en général les principes à ses intérêts, pourquoi s’allie-t-elle avec Staline ? Il a fait pire
225table : Robespierre n’a pas réussi, il a posé les principes dans l’abstrait. Il fallait le génie prussien pour organiser cette af
226serne. J’espérais provoquer quelques jugements de principe sur la valeur de cette institution. Je les connais assez, personnelle
89 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
227un régime totalitaire. Il ne s’agit jamais que du principe unique au nom duquel s’opère la « totalisation ». Ce principe peut s’
228que au nom duquel s’opère la « totalisation ». Ce principe peut s’appeler l’étatisme, à condition que l’on donne au mot son sens
229 Mais ce qu’on laisse toujours échapper, c’est le principe d’actualisation des phénomènes, ou si j’ose dire : c’est la grâce eff
230 feuilles d’impôt, l’armée et la police ; où tout principe d’union sociale et spirituelle, toute commune mesure a disparu, — dan
231. C’est à ce formidable appel des peuples vers un principe d’union, donc vers une religion, que les dictateurs ont su répondre.
232’entente avec les dictatures qu’ils condamnent en principe. C’est ainsi qu’ils apportent leur petite contribution, toute bénévol
90 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
233pire. Le jacobinisme, l’esprit centralisateur, le principe de la nation armée, disciplinée dans un cadre rigide, tout cela ne ce
91 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
234altait un ensemble de valeurs d’où résultait — en principe tout au moins — la condamnation du mariage. Le jugement porté sur l’a
92 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
235de cet essai, il suffira sans doute de dégager le principe de correction que nos recherches sur la passion peuvent établir. ⁂ Le
236t et j’y insiste encore : condamner la passion en principe, ce serait vouloir supprimer l’un des pôles de notre tension créatric
93 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
237aties de l’Ouest avaient fondé leur paix sur deux principes : droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, arbitrage international.
238mêmes, arbitrage international. Au nom du premier principe fut créé l’État tchèque, au nom du second, la SDN. Mais le jacobinism
239dans le fait à toute application honnête des deux principes. D’une part la SDN ne fut pas une Fédération, aucun des États constit
240aser leurs revendications, à la fois sur l’un des principes que les Démocraties prétendaient défendre, et sur le système qu’elles
241rava-t-il subitement ? — Le litige était réglé en principe. Mais alors (entrevue de Godesberg), Hitler démasqua l’aspect origina
242’Allemands », une rodomontade gratuite, puisqu’en principe tout était résolu. Seul, le Premier ministre anglais sut voir et dire
243ccords de Munich ? — Cette victoire symbolique du principe fédératif ne fut pas exploitée par les nations qui l’avaient remporté
94 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
244n’a peut-être pas vu qu’elle rend ce lien, dès le principe, insupportable ? Je constate que l’Occidental aime au moins autant ce
245 ? ⁂ Nous avons vu que le progrès du roman a pour principe les séparations et les revoirs successifs des amants 9 . Or les cause
95 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
246e « unité » que celle d’une civilisation, dont le principe spirituel était maintenu par le collège sacerdotal des druides. Ce co
247nflits douloureux, passion exaltée. [p. 75] Le principe d’explication de ce tableau est assez simple. Le platonisme, au temps
248ue [p. 83] (tardif il est vrai) le Livre des deux Principes 30 s’ajoutant à la restitution d’un Nouveau Testament et de rituels
249les corps. En retour (en revanche, dirait-on), un principe féminin, préexistant à la création matérielle, joue dans le catharism
250iel plane son pouvoir. Cet Amour un en trois, ce principe féminin (Amor en provençal est du genre féminin) qui chez Dante va « 
251), ni la Maria-Sophia des hérésies gnostiques (le Principe féminin de la divinité), ne serait-elle pas l’Anima, ou plus précisém
252èbre la Dame des pensées, l’idée platonicienne du principe féminin, le culte de l’Amour contre le mariage, en même temps que la
253l ; le poids de l’interdit lié à la mère (donc au principe féminin) inhibe l’amour : tout ce qui touche à la femme reste « impur
254 Imaginons maintenant un état de la société où le principe de cohésion se relâche ; où la puissance économique détenue par le pè
255t d’une idéalisation, voire d’une divinisation du principe féminin. Ce qui ne peut qu’aviver la contradiction entre les idéaux (
256t à la Déesse… Le culte se concentre autour de ce principe cosmique féminin ; la méditation tient compte de ses « pouvoirs », la
257homme. La femme reste passive, impersonnelle, pur principe, sans visage et sans nom. Une école mystique du tantrisme tardif, le
258prolonger la jeunesse et la vie en économisant le principe vital 73 , plutôt que de conquérir la liberté spirituelle par la déif
259onscience et de l’expression lyrique de l’âme, le Principe Féminin de la çakti, le culte de la Femme, de la Mère, [p. 136] de la
260imé et commenté en termes étonnamment modernes le principe de cohésion qu’apporte la mystique courtoise aux éléments religieux,
261piques, hérités [p. 146] du vieux fond breton. Ce principe, c’est l’amour de la douleur considérée comme une ascèse, le « mal ai
96 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
262 dans l’ensemble, et si l’on considère surtout le principe interne de l’action, Tristan évoque par la plupart de ses situations
263ent profane et naturel. Voici, me semble-t-il, le principe véritable de l’opposition des deux mystiques. L’orthodoxe aboutit au
97 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
264ame, lorsqu’un Guido Guinizelli en parle comme du principe de « notre foi » : Elle passe par le chemin, si pleine de grâce et d
265me eux, Milton croit que le bon désir procède des principes intellectuels, et qu’il doit nous purger de notre mauvais désir, de l
266olyeucte et le Cid. Il a voulu sauver au moins le principe de la liberté, c’est-à-dire de la personne — sans lui sacrifier toute
267formes extérieures, deviendra ce qu’il est en son principe : une autodestruction voluptueuse du moi. « On est détrompé sans avoi
268rituelle et conduite entre les deux sexes sur les principes de la justice… » Il finira, bien entendu, par les citer, ces anecdote
98 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
269 les fêtes et les jeux symboliques. « En tant que principe militaire, la chevalerie était devenue insuffisante ; la tactique ava
270 possible de méconnaître, comme ce Bonaparte, les principes les plus élémentaires de l’art de guerre. » 9. La guerre nationale
271e l’a fort bien marqué le maréchal Foch, dans ses Principes de la guerre : La guerre fut nationale au début pour conquérir et ga
272 de notre société). Ce n’était plus, en effet, un principe spirituel qui inspirait les « formes » et les conventions, mais des c
99 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
273altait un ensemble de valeurs d’où résultait — en principe tout au moins — la condamnation du mariage. Le jugement porté sur l’a
274oire européenne 195 . Quant au mariage, il fut en principe balayé durant la période des Soviets. La morale des intellectuels nih
275 ou l’annonce répétée d’une revanche imminente du principe féminin sur le patriarcat 199 — tout cela fait pressentir la possibi
276une vaste évolution de la psyché moderne, dont le principe et le sens nous demeurent cachés, mais qui donnera peut-être aux hist
100 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
277 cet ouvrage, il suffira sans doute de dégager le principe de correction que nos recherches sur la passion peuvent établir. ⁂ Le
278t et j’y insiste encore : condamner la passion en principe, ce serait vouloir supprimer l’un des pôles de notre tension créatric