1 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
1la frappe n’est pas même compensée par une réelle prise de conscience. Car voici bien le triomphe du sentiment : c’est qu’en définitive il
2 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
2rès sur la libre-pensée : il force au choix, à la prise de conscience. [p. 484] La révolution menaçante viendra comme le châtiment de ceux
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
3tra-t-elle, par la vivacité même du paradoxe, une prise de conscience plus juste et plus efficace des puissances goethéennes. ⁂ Rimbaud enf
4 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
4jours et tout d’abord enseignement, orientation — prise de conscience. C’est là, dit-on, l’aspect primaire de toute doctrine militante. Qu’
5 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
5rutal soient en train de provoquer chez Tzara une prise de conscience toute nouvelle, et qu’à cette réflexion, plus réellement dramatique,
6 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
6 restera le premier témoignage important de notre prise de conscience culturelle, j’entends de notre prise de mauvaise conscience. C’est au
7 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
7a formation politico-culturelle consiste dans une prise de conscience de l’âme raciale inconsciente et endormie… Il faudra en venir à une l
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
8ns l’œuvre d’art. Amener quelques esprits à cette prise de conscience ne peut être tout à fait vain. Car s’il est vrai que les mutations du
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
9a condition suffisante de leur aveu, donc de leur prise de conscience. À défaut de cette rhétorique, ces sentiments existeraient sans doute
10 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
10ermettra-t-elle, par la vivacité du paradoxe, une prise de conscience plus juste et plus efficace des vraies puissances goethéennes. [p. 24
11 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
11e notre vie la neutralise. D’où vient alors cette prise de conscience, d’une menace, mais aussi de l’incapacité où se trouve l’homme à pens
12 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
12t sa situation, jugée désespérée. Cette époque de prise de conscience fut aussi celle du « double refus ». Il semblait que l’Europe ne pût
13 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
13 [p. 57] II Une seconde étape de la prise de conscience qui forme le sujet de ce recueil fut marquée à Montreux, un an après
14 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
14 nous, Européens, la culture véritable naît d’une prise de conscience de la vie. Se cultiver, bénéficier de la culture, prendre une part à
15 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
15concernent pas l’homme de la rue. Elle naît d’une prise de conscience de la vie, d’un besoin perpétuel d’approfondir la signification de l’
16 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
16me donc condamné au choix perpétuel, et donc à la prise de conscience, et donc d’abord à la mise en question de tous les résultats et de to
17ation, et leur transmission ; ou encore comme une prise de conscience de la vie, comme une extension progressive de la maîtrise de l’homme
18 les cerveaux et dans les cœurs. Elle suppose une prise de conscience. Et toute volonté de réveil de la conscience commune européenne, dans
17 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
19itions, de ses risques. Je crois à la vertu de la prise de conscience : c’est d’une part le début de la guérison, quand le mal est d’ordre
18 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
20itions, de ses risques. Je crois à la vertu de la prise de conscience : c’est d’une part le début de la guérison, quand le mal est d’ordre
19 1951, Preuves, articles (1951–1968). Culture et famine (novembre 1951)
21e de cette erreur. Si la culture est tout d’abord prise de conscience de l’homme en tant que créateur, elle est moyen de libération dans to
20 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
22 problèmes. Le premier me paraît être celui de la prise de conscience d’une époque non par ses héritiers, mais par ceux qui la vivent. On n
21 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Présentation du Centre européen de la culture (mars 1952)
23aintenant d’accélérer et d’élargir au maximum une prise de conscience de l’Europe. Sans elle, les constructions de la politique resteront l
24pagande intense est nécessaire, pour amener cette prise de conscience. Mais bien plus efficaces encore sont les exemples, les précédents cr
22 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
25culturelle, — s’il est vrai que la culture est la prise de conscience de ce que signifie l’existence, un besoin perpétuel d’approfondir la
26ses à cette union ; pas de participation sans une prise de conscience des problèmes de l’Europe en relation avec nos vies quotidiennes ; en
23 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
27ssement possible réside, par conséquent, dans une prise de conscience du drame présent et des désastres qu’il annonce, car seule l’inconsci
24 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
28 [p. 4] Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953) p L’une des œuvres les plus cél
29à la seule condition de les mettre en commun. Une prise de conscience. Un réveil. Telle paraît donc la condition première de toute action c
25 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
30ronde de l’Europe (janvier 1954) k I. Pour une prise de conscience européenne L’une des œuvres les plus célèbres de Gauguin s’intitule :
31à la seule condition de les mettre en commun. Une prise de conscience. Un réveil. Telle paraît donc la condition première de toute action c
26 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
32on les cas, soit une confusion générale, soit une prise de conscience, subite et dramatique. Sur la confusion générale, n’insistons pas. Ma
33r la confusion générale, n’insistons pas. Mais la prise de conscience peut et devrait surgir du seul contraste entre deux conférences, cell
27 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
34issance incontrôlable. Mais le seul fait de cette prise de conscience fixe enfin l’un des objectifs proprement humains de la technique. Ce
28 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
35de morale des Européens eux-mêmes. À défaut d’une prise de conscience assez rapide et générale du danger que courent ensemble tous nos pays
29 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
36issance incontrôlable. Mais le seul fait de cette prise de conscience fixe enfin l’un des objectifs proprement [p. 209] humains de la techn
30 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
37les de ces recherches. Or c’est précisément notre prise de conscience de l’ambiguïté essentielle des résultats de la science et de la techn
38’options toujours plus signifiantes, exigeant une prise de conscience plus profonde de ses buts derniers. Tout acte créateur, en résolvant
39a personne dans notre société qu’on en jugera. La prise de conscience élargie de l’espace et du temps historique, la connaissance approfond
31 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
40sans doute qu’un signe, entre mille autres, de la prise de conscience occidentale qui marquera le xxe siècle. Comme il arrive toujours, un
41 xxe siècle. Comme il arrive toujours, une telle prise de conscience est motivée par un arrêt de l’action normale : échec brutal, mise en
42upérieure et antérieure à ses nations. Mais cette prise de conscience, prélude indispensable à tout essai d’union sur le plan politique, n’
32 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
43r de cette prolifération, qui est la preuve d’une prise de conscience généralisée de l’utilité des recherches et du développement culturel,
33 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
44 acquis leur vraie valeur éducative : celle d’une prise de conscience. [p. 30] L’information européenne Mais toute éducation comporte un
34 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
45 prestiges. La lente et fascinante histoire de la prise de conscience, puis du choix de cet amour, par deux êtres en tous points normaux, s
35 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Henri Brugmans, Les Origines de la civilisation européenne (septembre 1959)
46 comme une « psychanalyse collective », comme une prise de conscience du groupe humain, qui le prépare à sa mission présente « en l’émancip
36 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
47ive, les Fleurs du Mal, Tristan, témoignent d’une prise de conscience très profondément renouvelée des relations entre l’amour humain, la v
37 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
48tion devant nous, qui soudain nous provoque à une prise de conscience trop longtemps différée. Mozart est le plus grand interprète de Don J
38 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — h. Pour une mythanalyse de la culture
49smutation ; et qu’elle n’est pas de fuite mais de prise de conscience, de prise de possession de nous-même et des choses, au nom d’un sens
39 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
50 prestiges. La lente et fascinante histoire de la prise de conscience, puis du choix de cet amour, par deux êtres en tout point normaux, su
40 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
51e qui pourrait aussi bien être la leur, exige une prise de conscience objective de leur véritable nature, et des fins vers lesquelles nous
41 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
52s Grandes Découvertes n’entraînent pas encore une prise de conscience nouvelle de la singularité de l’Europe dans le monde (il faut attendr
42 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
53 moins à les combattre qu’à les dépasser, par une prise de conscience nouvelle de nos grandeurs spirituelles : Nul doute que le concept d’
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
54des auteurs qui ont contribué au xxe siècle à la prise de conscience de notre unité de culture, la conçoivent comme unité dans la diversit
44 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
55e qui pourrait aussi bien être la leur, exige une prise de conscience objective de leur véritable nature, et des fins vers lesquelles nous
45 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
56ut autant de sa vocation active — j’entends de la prise de conscience de cette vocation assumée par ceux qui en sont les responsables — et
46 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
57ls ; leurs élites s’efforcent de les amener à une prise de conscience et à une affirmation renforcée de leurs caractères et valeurs spécifi
58un véritable dialogue peut favoriser à la fois la prise de conscience par chaque culture de ses apports spécifiques, la compréhension des a
59iques, trop générales ou trop spécialisées. — une prise de conscience des besoins spécifiques de chaque culture, dans l’état présent de son
60mment les échanges, mais d’abord à un problème de prise de conscience d’elle-même que le dialogue avec l’Europe, l’Amérique latine, le Mond
61 européennes, etc., etc.). 2. Contribution à la prise de conscience, dans une région donnée, de son unité et des valeurs propres de sa cu
47 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
62ement — guère avant les débuts de ce siècle — une prise de conscience toute nouvelle du fédéralisme comme doctrine. [p. 101] La chose étai
48 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
63 de Bâle sur l’Europe et le monde veut marquer la prise de conscience de ce nouveau motif, le motif planétaire. L’idée maîtresse qui l’insp
64grès, marquant avec éclat la prise au sérieux, la prise de conscience commune du problème symbolisé par l’ellipse Europe-Monde. Le groupe a
49 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Entretien avec Denis de Rougemont (6-7 avril 1968)
65mme Esprit, L’Ordre nouveau témoignèrent de cette prise de conscience. Nous ne partions pas d’une insatisfaction de notre sort. Nous pensio
50 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
66’en sommes encore, aujourd’hui, qu’au stade de la prise de conscience du phénomène région et des motifs de son apparition en ce moment préc
67 concepts et de catégories politiques qu’exige la prise de conscience du phénomène régional opposé au stato-national. Et d’abord, un change
51 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.4. Naissance d’une Fondation
68de morale des Européens eux-mêmes. À défaut d’une prise de conscience assez rapide et générale du danger que courent ensemble tous nos pays
52 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.2. Préface à « L’Œuvre du xxe siècle »
69et faire voir au lieu de faire croire. Mais cette prise de conscience du siècle en marche revêt, qu’on le veuille ou non, le caractère et l
70 problèmes. Le premier me paraît être celui de la prise de conscience d’une époque non par ses héritiers, mais par ceux qui la vivent. On n
53 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
71t disposer — à la seule condition de s’unir. Une prise de conscience. Un réveil. Telle paraît donc la condition première de toute action c
54 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
72s, peut-être destructrices de nos valeurs. » ⁂ La prise de conscience des besoins et des dangers spécifiques de chaque culture, par rapport
73ssante de la civilisation par la technique, cette prise de conscience m’apparaît comme une nécessité commune à tous les peuples de la Terre
74s, mais elle doit résoudre d’abord un problème de prise de conscience d’elle-même et de son unité : le dialogue non seulement avec l’Europe
75mmun à l’échelle du genre humain. Je citerai : la prise de conscience des nouveaux ensembles culturels ; leur adaptation à la civilisation
55 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
76 l’éveil d’un sentiment nouveau 8 . Cependant, la prise de conscience d’une entité européenne ne peut être attestée qu’à partir de l’an 130
56 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
77’en sommes encore, aujourd’hui, qu’au stade de la prise de conscience du phénomène régional et des motifs de son apparition en ce moment pr
57 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
78ntisch mit Formwerdung ». Ce qui veut dire que la prise de conscience d’une réalité psychique est inséparable de sa mise en forme (plastiqu
58 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
79t des réalités proches et visibles, aboutir à une prise de conscience de la communauté de culture des Européens, ouverte sur le monde ; « I
59 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
80hez quelques-uns, dans notre siècle, une première prise de conscience du mouvement général des civilisations : « Il va de l’agriculture au
81eux réactions contradictoires : tout d’abord, une prise de conscience des réalités écologiques et des dangers de la pollution beaucoup plus
82moqueurs, révélant une réaction de refus de cette prise de conscience, analogue au rejet d’une greffe, réaction de scepticisme qui cache pr
83traliser ces nuisances ? Au fur et à mesure de la prise de conscience des réalités écologiques, qui s’opère avec une rapidité et une ampleu
60 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
84ssée. Grâce à la crise de l’environnement et à la prise de conscience écologique qui ont marqué ces dernières années, les Européens sont en
85voire toute mise en question sérieuse, empêche la prise de conscience de tant d’absurdités flagrantes. La force principale de l’État-nation
61 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
86ordre chronologique de leur apparition et de leur prise de conscience par les Européens, les motifs principaux qui nous ont amenés à l’idée
87me national si elle ne répondait en réalité à une prise de conscience européenne et d’horizon mondial. La conscience de la nécessité de féd
62 1977, L’Avenir est notre affaire. Introduction. Crise de l’Avenir
88ent permis à l’homme de notre siècle une première prise de conscience et une première formulation du mouvement général des civilisations :
63 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
89étrole qu’avant ; mais ce malentendu provoque une prise de conscience subite et générale de l’état de crise dans lequel vit l’Occident. Et
90tat de crise dans lequel vit l’Occident. Et cette prise de conscience va changer beaucoup de choses. Elle radicalise le débat nucléaire. El
64 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
91lendemain de la bombe d’Hiroshima, comme première prise de conscience d’un danger mortel pour l’espèce, porte les marques de cette double o
92s au cours des deux décennies suivantes, dans une prise de conscience de plus en plus précise et même chiffrée, l’homme a senti qu’il pourr
65 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
93 serait tentant de faire émerger, d’inciter à une prise de conscience. Non, ce n’est pas au terme d’une enquête sociologique ou économétriq
94i l’ethnie peut devenir l’agent déterminant d’une prise de conscience régionale, et l’est devenue effectivement au cours de la dernière déc
66 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
95es, parfois spectaculaires, non seulement dans la prise de conscience [p. 130] du phénomène régional, mais déjà dans la mise en forme des m
67 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
96par exemple, mais plutôt de sa nostalgie et d’une prise de conscience diffuse et très tardive de sa chute. Il n’est pas né, non plus, de qu
97isse, la menace et le désastre qui ont suscité la prise de conscience de quelque chose de grand qui nous englobe, qui peut périr et qui att
68 1981, Cadmos, articles (1978–1986). L’apport culturel de l’Europe de l’Est (printemps 1981)
98urope : il constitue en quelque sorte la première prise de conscience du continent comme unité politique virtuelle — et il n’est pas indiff
69 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Conclusions (été-automne 1984)
99usant sans la moindre précaution, sans la moindre prise de conscience, sans les moindres réserves, sans le moindre sens des cultures différ
70 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
100que en tous domaines et de contribuer ainsi à une prise de conscience par les Européens de l’importance des valeurs culturelles. À cette fi
101 ans, ce n’est pas l’heure des bilans, mais d’une prise de conscience plus impérieuse des vraies urgences, celles qu’aggrave aujourd’hui l’
102, pourra-t-il être une occasion privilégiée de la prise de conscience que j’appelle ? Vers quoi tend cette prise de conscience ? Qui va pre
103e conscience que j’appelle ? Vers quoi tend cette prise de conscience ? Qui va prendre l’initiative d’en tirer d’immédiates conclusions ? Q