1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1cour sans issue, cette tulipe bizarre, cette tête prisonnière qui regarde ailleurs… Qu’il sorte enfin et se mette à graver les scèn
2 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Prison. Ailleurs. Étoile de jour (mars 1929)
2 Ailleurs. Étoile de jour (mars 1929) s Prison Prisonnier de la nuit mais plus libre qu’un ange prisonnier dans ta tête mais li
3 Prisonnier de la nuit mais plus libre qu’un ange prisonnier dans ta tête mais libre comme avant cette naissance aux lents vertige
4nts vertiges Quand la nuit s’effeuille et se fane prisonnier d’une saison morte au tombeau des fleurs obscures les mains de l’abse
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
5 Celui qui ne croit pas à la vertu des noms reste prisonnier de ses sens ; mais celui-là est véritablement voyageur qui n’a pas re
4 1930, Articles divers (1924–1930). Le prisonnier de la nuit (avril 1930)
6 [p. 10] Le prisonnier de la nuit (avril 1930) o I Depuis le temps qu’on tire du canon à
7re au jour dans l’aube sans refuges… [p. 12] VI Prisonnier de la nuit mais plus libre qu’un ange prisonnier dans ta tête mais li
8 Prisonnier de la nuit mais plus libre qu’un ange prisonnier dans ta tête mais libre comme avant cette naissance aux lents vertige
9s vertiges — quand la nuit s’effeuille et se fane prisonnier d’une saison morte au tombeau des fleurs obscures les mains de l’abse
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
10 Celui qui ne croit pas à la vertu des noms reste prisonnier de ses sens ; mais celui-là est véritablement voyageur qui n’a pas re
6 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
11impuissant, la même, exactement, qu’on laisse aux prisonniers 3 — ou bien elle s’engage dans un conflit concret, — et découvre bie
7 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
12 celle du bourgeois attaché à son bas de laine ou prisonnier des assurances. Pour nous, la liberté ne consistera jamais dans la su
8 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
13s moyens de la fin. (Les staliniens me paraissent prisonniers d’une maxime inverse.) 2. Ne rien utiliser qui n'ait déjà sa place p
14u sans influence sociale, que mille sympathisants prisonniers du désordre établi. (Car cet homme convaincu sera l’impondérable dont
9 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
15! Si Niemöller est dans un camp de concentration, prisonnier personnel du Führer, ce n’est point parce qu’on lui reproche son éner
10 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
16ne pourrait pas « vivre sa vie ». Il se sentirait prisonnier. Il en viendrait peut-être à des actes irréparables. Mais il y a les
11 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
17un tiers, se trouvent du même coup objectivés, et prisonniers de ce rapport, le nous. Le groupe ainsi formé est défini par sa circo
12 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
18 celle du bourgeois attaché à son bas de laine ou prisonnier des assurances. Pour nous, la liberté ne consistera jamais dans la su
13 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
19 hommes, entièrement hommes, entièrement [p. 393] prisonniers de la forme mauvaise du monde. C’est là le fait. Mais notre foi prote
20apparue, et dans l’élan de notre action de grâce, prisonniers que nous sommes de la forme terrestre, nous prêchons une victoire acq
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
21. (Ce qui fait dire à certains [p. 23] écrivains, prisonniers des catégories anciennes, que le monde devient « impensable ».) Ce re
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
22istes, mythe créé par l’angoisse et l’orgueil des prisonniers d’une raison brutale : il aura sans doute la vie dure, comme tout ce
16 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
23es professionnels, coupés de la nation vivante et prisonniers d’une tradition qui survit sans grandeur à ses racines. Notre seule c
17 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
24 un tiers, se trouvent du même coup objectivés et prisonniers de ce rapport, le nous. Le groupe ainsi est défini par l’extérieur, d
18 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
25the créé par l’angoisse et l’orgueil [p. 259] des prisonniers d’une raison brutale : il aura sans doute la vie dure, comme tout ce
26es professionnels, coupés de la nation vivante et prisonniers d’une tradition qui survit sans grandeur à ses racines. Notre seule c
19 1937, Esprit, articles (1932–1962). Marius Richard, Le Procès (juin 1937)
27lades dans les hôpitaux « qui ont des chemises de prisonniers » et « n’ont plus guère que le nom de leur mal » et même « du polémis
20 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
28i plus tard, si la célébrité se dessine, se verra prisonnier d’un contrat de débutant, précisément ! Au bénéfice de l’éditeur, cel
21 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
29se une condition qui n’est pas seulement celle du prisonnier proprement dit, mais, peu ou prou, de chaque individu soumis aux lois
22 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
30 Jour 10 . Elles le méprisent. Tristan s’est fait prisonnier d’un délire auprès duquel pâlissent toute sagesse, toute « vérité »,
23 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
31es, c’est la nature divine ou angélique de l’âme, prisonnière des formes créées et de la nuit de la matière. Issu de la lumière et
32Ciel. Tentée par la liberté, elle devient en fait prisonnière d’un corps aux appétits terrestres, soumis aux lois de la procréation
33s (en enfer) ; en tous lieux je me tiens pour ton prisonnier et, réconforté par toi sur toutes choses, j’espère que tu seras mon g
24 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
34on était fatale entre l’Éros divinisant et l’Éros prisonnier de l’instinct. De là vient que la passion « enthousiaste », la joy d’
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
35n : Don Juan est le démon de l’immanence pure, le prisonnier des apparences du monde, le martyr de la sensation de plus en plus dé
36us décevante et méprisable — quand Tristan est le prisonnier d’un au-delà du jour et de la nuit, le martyr d’un ravissement qui se
37deuxième acte est le chant de la passion des âmes prisonnières des formes. Tous les obstacles surmontés, quand les amants sont seuls
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
38ique de la courtoisie, c’est l’amant qui sera son prisonnier en même temps que son vainqueur. Il deviendra le vassal de cette suze
39e ouvrage, on voit deux capitaines se disputer un prisonnier devant le chef : « C’est moi qui l’ai saisi le premier dit l’un, par
40r tactique consistait essentiellement à faire des prisonniers et à désorganiser les corps ennemis. Parfois — c’était leur suprême r
41ert d’armes et assuré de la vie lorsqu’on se rend prisonnier… La vie des vaincus et presque toujours respectée. Ils ne sont pas lo
42que toujours respectée. Ils ne sont pas longtemps prisonniers et ils recouvrent très aisément la liberté. Une ville a beau se révol
27 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
43! Si Niemöller est dans un camp de concentration, prisonnier personnel du Führer, ce n’est point parce qu’on lui reproche son éner
28 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
44usse où se fixa la graine, les animaux muets sont prisonniers de l’ordre intarissablement prodigue de l’instinct. Mais l’homme a re
29 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
45usse où se fixa la graine, les animaux muets sont prisonniers de l’ordre intarissablement prodigue et infaillible de l’instinct. Ma
30 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
46e éternelle a perdu la vision de sa fin. Le voici prisonnier des formes et des nombres, esclave des lois d’un monde sur lequel il
31 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
47 Joseph K. a vu le monde avant d’agir, et demeure prisonnier de cette vision, qui ne lui [p. 110] laissera plus jamais qu’une libe
32 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
48 exciterait probablement chez ceux qui ne sont ni prisonniers ni libres. Le Dandy et le Martyr se comprennent mieux l’un l’autre, q
33 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
49 m’ont prouvé que jusqu’à nouvel ordre je suis le prisonnier de mon livre et ferais bien de ne plus m’en échapper. Je devais aller
50ion que Laval diaboliquement baptise « relève des prisonniers » ; donner des recettes de sabotage, qui seront reprises par la press
34 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
51nion fédérale de l’Europe réalisée. Nos cultures, prisonnières des cadres nationaux, ne doivent pas chercher des moyens de correspon
35 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
52lance internationale. Des dizaines de milliers de prisonniers, malades ou grands blessés des deux camps, y furent transportés et so
36 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
53moyen tient le protestant pour un demi-incrédule, prisonnier d’une morale austère. Le plus curieux, c’est que beaucoup de protesta
37 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
54its par les cantons. De 1939 à 1947, l’Agence des prisonniers de guerre, installée à Genève par les soins du Comité international d
55 dispersées dans d’autres cantons, a transmis aux prisonniers et à leurs familles près de 120 millions de messages. En même temps,
38 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
56er au lieu de la vivre réellement ; mais, quoique prisonnier de son tourment, il a reçu « la liberté illimitée de pouvoir donner l
39 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
57 taylorisés » (moins nombreux aujourd’hui que les prisonniers des camps dans les nations soumises au communisme). Voilà le sérieux
40 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
58aylorisés », — moins nombreux aujourd’hui que les prisonniers des camps dans les nations soumises au communisme, mais le crime sera
41 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
59s les plus curieuses de l’Occident se révèle là : prisonniers de l’Histoire et de la chronologie, nous en sommes arrivés au point d
42 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
60x parties (Croix-Rouge internationale, échange de prisonniers, négociations secrètes menées en Suisse en 1916-1917 et dès 1942) 4°)
43 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
61micros. Autour de la clairière où se tiennent les prisonniers, aveuglés par les flashes, rôdent les chasseurs d’images, genoux plié
44 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
62oûts du public vers la qualité, au lieu de rester prisonniers des préjugés soi-disant réalistes d’avant-hier. Je me résumerai par d
45 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
63er au lieu de la vivre réellement ; mais, quoique prisonnier de son tourment, il a reçu « la liberté illimitée de pouvoir donner l
46 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
64n : Don Juan est le démon de l’immanence pure, le prisonnier des apparences [p. 141] du monde, le martyr de la sensation de plus e
65us décevante et méprisable — quand Tristan est le prisonnier d’un au-delà du jour et de la nuit, le martyr d’un ravissement qui se
47 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
66yrrhènes, avec autres filles, Europe fille du roi prisonnière. Y en a qui disent, qu’il y eut une légion de gens de guerre, qui por
48 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
67disparu. On ne massacre guère les vaincus, et les prisonniers sont libérés facilement. Les villes, dussent-elles se révolter mille
49 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
68 nations européennes ne font point esclaves leurs prisonniers, qu’elles respectent les ambassadeurs de leurs ennemis, qu’elles [p. 
50 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
69nquêtes faites par les médecins de Göring sur des prisonniers des camps de concentration pour découvrir la limite de la résistance
51 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
70 ressurgit l’idée d’union. Dès 1942, un groupe de prisonniers politiques concentrés dans l’Île de Ventotene fait circuler un manife
52 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
71n : Don Juan est le démon de l’immanence pure, le prisonnier des apparences du monde, le martyr de la sensation de plus en plus dé
72us décevante et méprisable — quand Tristan est le prisonnier d’un au-delà du jour et de la nuit, le martyr d’un ravissement qui se
53 1961, Preuves, articles (1951–1968). Pour Berlin (septembre 1961)
73e la guerre pour que Pankow maintienne son peuple prisonnier, il fournira l’aveu public que le sort des dictatures et de l’empire
54 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
74surtout il libérait les deux millions de Polonais prisonniers et déportés en URSS. Peu de jours après, l’ambassadeur polonais désig
55 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
75moyen tient le protestant pour un demi-incrédule, prisonnier d’une morale ennuyeuse. Toutefois, l’influence du mouvement œcuméniqu
56 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
76matiquement improvisés de la naissante Agence des prisonniers de guerre, et de l’évocation d’une adolescence parisienne à celle d’u
77nement d’ailleurs, sont admirables. L’agence des prisonniers Descriptions d’une mémoire ; et ce qu’elle a gardé, et qui revit en c
78ifier historiquement. La création de l’Agence des prisonniers de guerre, dès l’automne de 1914. Notre cycliste volontaire rappelé à
57 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
79nion fédérale de l’Europe réalisée. Nos cultures, prisonnières des cadres nationaux, ne doivent pas chercher des moyens de correspon
58 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut dénationaliser l’enseignement [Entretien] (8 décembre 1972)
80d’hui, parce que toute leur manière de penser est prisonnière des schémas nationaux. Souvenez-vous que le général de Gaulle aimait
59 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
81tra. »), car elle tendrait alors à rendre l’homme prisonnier des rythmes du passé ou de fins étrangères à sa vocation : aliénantes
60 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
82ut de la foi dans la vie éternelle, l’homme reste prisonnier du temps sempiternel 87 . Ainsi le millenium, qui n’est qu’avant dern
61 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
83tra. »), car elle tendrait alors à rendre l’homme prisonnier des rythmes du passé ou de fins étrangères à sa vocation : aliénantes
62 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Contribution à une recherche éventuelle sur les sources de la notion d’engagement de l’écrivain (printemps 1978)
84impuissant, la même, exactement, qu’on laisse aux prisonniers — ou bien elle s’engage dans un conflit concret, — et découvre bientô
63 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
85e) a réussi à visiter dans le tiers monde 300 000 prisonniers politiques, ce qui implique, si l’on connaît les obstacles partout op
64 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
86 m’ont prouvé que jusqu’à nouvel ordre je suis le prisonnier de mon livre et ferais bien de ne plus m’en échapper. Je devais all
87ls sur ses méthodes : Le dit de Roma fit prendre prisonnier un nommé Jehan Gignoulx et, parce que ce dernier ne voulait pas dépos