1 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
1on les considère comme des criminels, car ils ont profané l’élément sacré du groupe. On les expulse : voilà les premiers indivi
2ela relève d’une seule et même volonté : celle de profaner le sacré collectif et ses tabous, afin de s’affirmer libre et sans re
2 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
3C’est cet Amour mystique, bientôt sécularisé et « profané » par la littérature, qui donne naissance, dès le xiie siècle, [p. 6
4t l’influence actuelle du mythe manichéen (mais « profané » par la littérature) que l’on décrit dans le présent chapitre. On s’
5ssentiellement lyrique » nous parvient totalement profanée, et par suite dénaturée. Voici les forces en présence : d’une part, u
6rôle civilisateur. Mais le mythe s’est déprimé et profané en même temps que les formes sociales dont il tirait ses éléments pla
7 je ne convaincrai pas une seule victime du mythe profané. Mais il fallait faire voir, par quelques traits, comment cette passi
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
8core les nôtres d’une manière secrète et diffuse. Profanées et reniées par nos codes officiels, elles sont devenues d’autant plus
9e. À mesure que la chevalerie, même sous sa forme profanée [p. 23] de savoir-vivre — les usages qu’il faut observer si l’on veut
10 triste, dont il me semble qu’on ne perdra rien à profaner les causes faussement sacrées : cette littérature de la passion, cett
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
11e de la déchéance du mythe courtois dans la vie « profanée ». C’est le récit des tentatives de plus en plus désespérées que fait
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
12eraient aux charmes du miroir et de la rhétorique profanée. Nous allons voir Pétrarque se laisser prendre « à ce qui n’est pas »
13constante et rationnelle profanation de la morale profanée du xviiie . C’est la « voie négative » d’un athée qui désespère d’éch
14ent de notre conscience par le contenu totalement profané du mythe. Celui-ci cesse d’ailleurs d’être un vrai mythe dès qu’il se
15udra, mais tout de même le triomphe d’une passion profanée. Mais bien au-delà du mariage et du domaine de la sexualité propremen
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
16 lyrique » aux origines, nous parvient totalement profanée, et par suite dénaturée. Voici les forces en présence : d’une part, u
17rôle civilisateur. Mais le mythe s’est déprimé et profané en même temps que les formes sociales dont il tirait ses éléments pla
18 je ne convaincrai pas une seule victime du mythe profané. Mais il fallait faire voir, par quelques traits, comment cette passi
7 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
19on les considère comme des criminels, car ils ont profané l’élément sacré du groupe. On les expulse : voilà les premiers indivi
20ela relève d’une seule et même volonté : celle de profaner le sacré collectif et ses tabous, afin de s’affirmer libre et sans re
8 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
21tats : il trouve sa preuve dans le sang. Mais si, profanant le mythe et ses tabous, nous estimons froidement ses résultats, force
9 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
22tats : il trouve sa preuve dans le sang. Mais si, profanant le mythe et ses tabous, nous estimons froidement ses résultats, force
10 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
23où, tout étant réduit, « ramené à » comme on dit, profané, décapé des illusions religieuses, névrotiques [p. 15] ou sentimental
11 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
24use comme la mort. Ce qui devait rester sacré est profané par cette mise en scène, ce qui devait rester profane est sacralisé p
12 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
25où, tout étant réduit, « ramené à » comme on dit, profané, décapé des illusions religieuses, névrotiques ou sentimentales, et s
13 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Une réflexion sur le mode de vie plutôt que sur le niveau de vie (2 juin 1970)
26é » que les usines et les traxs derrière leur dos profanent, défoncent et stérilisent sans que personne semble y faire attention.