1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
1st bien la poésie d’une époque tourmentée dans sa profondeur, mais qui se penche sans vertige sur ses abîmes. Simplicité de notre
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2r une même tempête. L’unité de notre temps est en profondeur : c’est une unité d’inquiétude. Barrès et Gide : ils ont construit de
3essein. ⁂ Décidément nous sommes malades dans les profondeurs. Et le mal est si cruellement isolé, commenté par ceux qui le portent
3 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
4s pas qu’on prenne toutes nos obscurités pour des profondeurs. Et nous n’allons pas procéder à quelque sensationnelle révision des
4 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
5 les fissures, un instant, j’ai pu soupçonner des profondeurs; mais déjà c’est le chaos. Mon corps et moi, le livre si poignant de
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
6duit et introduit avec tant de justesse, voire de profondeur, la Mort d’Empédocle. Cette tragédie difficile, trois fois remise à p
7On peut tomber dans la hauteur tout comme dans la profondeur ». Comment ne point songer ici au génie qui, dans le même temps, figu
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
8uête suppose une Weltanschauung correspondante en profondeur. Il la possède. On peut dire de sa critique qu’elle pose le problème
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
9ues sur le [p. 753] déclin de la personnalité, la profondeur des sentiments et leur tristesse, que Frommel exprime au sujet de Mon
8 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
10on aristocratisme essentiel — mais non de moindre profondeur, manifeste elle aussi l’emprise de l’« Existenzphilosophie » et son e
9 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
11se révèle au cours d’un épisode central traité en profondeur, — roman-plongée pourrait-on dire — d’une sourde et hautaine gravité,
10 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
12ce propos qu’une certaine finesse et une certaine profondeur peuvent se situer à égale distance de la réalisation éthique, et se c
11 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
13: celui qui dévaste la nature humaine jusqu’à ces profondeurs dernières où l’attend l’espoir éclatant de la révélation. La Croix, s
12 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
14e silence mûrit à la faveur du secret, et dans la profondeur, [p. 485] des conceptions s’opèrent. C’est ainsi que la magie reniée
13 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
15: celui qui dévaste la nature humaine jusqu’à ces profondeurs dernières où l’attend l’espoir éclatant de la révélation. La Croix, s
14 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
16sions, d’utopies créatrices, d’idéaux jaillis des profondeurs de l’homme et d’une large considération des réalités mondiales. Elles
15 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
17Le lecteur se sent pris de vertige à découvrir la profondeur et la gravité des confusions morales dans lesquelles nous vivons. Je
16 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
18emplation religieuse du monde sans l’acuité et la profondeur de l’intellect fait de la religion la chose la plus répugnante qui so
19ation intellectuelle du monde sans l’acuité et la profondeur de la foi fait de l’intelligence la chose la plus répugnante qui soit
17 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
20d’hui, se sont déroulées les « chaînes » qui, des profondeurs de la nature ou des siècles, ont amené au jour les vérités créatrices
21la faveur d’un désordre dont on découvre alors la profondeur, il devient à son tour un problème, il se trouve mis en question. Il
18 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
22uera pas de dire que j’entraîne le problème à une profondeur telle qu’il n’en pourra jamais remonter. Reste à savoir si nous voulo
19 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
23sions, d’utopies créatrices, d’idéaux jaillis des profondeurs de l’homme et d’une large considération des réalités mondiales. Elles
20 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
24domine en moi, c’est le plaisir du dépaysement en profondeur — et non plus en surface — social et non plus géographique… 21 janv
25ette terre à plus de dix ou quinze centimètres de profondeur. Trente centimètres de rallonge au manche, un angle plus grand avec l
26ateau, la rivière s’élargit en bassins clairs aux profondeurs rougeâtres et doucement mouvantes. C’est là que nous commençons la pê
21 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
27te terre à plus de quinze ou vingt centimètres de profondeur. Trente centimètres de rallonge au manche, un angle plus grand avec l
22 1937, Esprit, articles (1932–1962). Marius Richard, Le Procès (juin 1937)
28auxquels il est mêlé. Et qu’il l’obtienne à cette profondeur, donne la mesure d’un art qui ne se prend pas pour idole. p. 479
23 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
29nous ici une très belle occasion de développer en profondeur la dialectique individu-personnalité-personne, qui est fondamentale p
24 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
30ateau, la rivière s’élargit en bassins clairs aux profondeurs rougeâtres et doucement mouvantes. C’est là que nous commençons la pê
25 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Chançay (mars 1937)
31classique de forme réalisante, d’expression de la profondeur… 3. Du capitalisme, considéré comme la maladie spirituelle, et par su
26 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
32 de l’Évangile. Je ne sais si tous ont compris la profondeur de cette opposition, et sa logique impitoyable. Je crains que certain
27 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
33ivité « créatrice » consiste alors à retrouver en profondeur toute la diversité du monde créé ; et c’est ainsi que la Renaissance
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
34a léthargie de cette mer rêveuse, ressuscitez des profondeurs l’implacable convoitise, montrez-lui la proie que je lui offre ! Bris
29 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
35tois » de la mystique arabe fera sentir à quelles profondeurs le parallélisme trouve ses origines, et jusque dans quels détails il
36endes populaires. ⁂ Gaston Paris remarquait avec profondeur que le roman de Tristan et d’Yseut rend un son particulier, qui ne se
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
37rait être que « l’esprit ». (On sent ici à quelle profondeur l’amour-passion, l’expression et le mensonge se trouvent liés. Et n’e
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
38t, « le soleil noir de la mélancolie ». Surgi des profondeurs de l’âme avide de tortures transfigurantes, de la nuit abyssale où l’
39t admirable de vivacité, d’exactitude, parfois de profondeur ; mais elle est totalement pessimiste — puisque aussi bien il s’agit
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
40ivité « créatrice » consiste alors à retrouver en profondeur toute la diversité du monde créé ; et c’est ainsi que la Renaissance
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
41a toujours fidèle. Et Sabatier remarque, non sans profondeur, que la charité franciscaine obtint sans faire couler le sang la réso
34 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
42ieure et pourtant étrangère, qui s’élève dans les profondeurs d’eux-mêmes sans qu’ils puissent faire autre chose que de saluer là l
43sposé par l’habitude de l’examen de conscience en profondeur tel que le pratiquaient autour de lui les disciples de madame Guyon 7
35 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
44 la Suisse. Il nous reste surtout à développer en profondeur ce que j’appellerai le sens fédéraliste intime, sens qui suppose tout
36 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
45sait le tour du bâtiment, se transmettait dans la profondeur des rues environnantes et revenait submerger le square comme une maré
37 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
46 y a plus. Il y a le sol qui est alpestre dans sa profondeur. À Central Park, au milieu des prairies, vous voyez affleurer de larg
38 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
47effort collectif de ce peuple ? Peut-être vers la profondeur, vers la culture, vers ces problèmes que le grand nombre a toujours f
39 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
48n, le besoin d’écrire, simplement, coïncide en sa profondeur avec la tentation luciférienne : se faire comme Dieu, se faire auteur
40 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
49d notre fatigue ; qu’elles fassent s’évanouir les profondeurs trompeuses qu’il ouvre à l’aventure du désir, embrouillant nos vertus
41 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
50e silence mûrit à la faveur du secret, et dans la profondeur, des conceptions s’opèrent. C’est ainsi que la magie, reniée extérieu
42 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
51 : « On peut tomber dans la hauteur comme dans la profondeur. » Nous aurons une antithèse presque parfaite. Devant Goethe comme de
43 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
52lan lyrique, de tout grand style de vie surgi des profondeurs et simplifiant parfois, d’un large trait de joie [p. 152] ou de colèr
44 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
53[p. 161] 7. Vues sur Ramuz Il faut dissimuler la profondeur. Où donc ? À la surface. Hugo de Hofmannsthal. Toute méthode féconde
45 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
54ieure et pourtant étrangère, qui s’élève dans les profondeurs d’eux-mêmes sans qu’ils puissent faire autre chose que de saluer là l
55sposé par l’habitude de l’examen de conscience en profondeur, tel que le pratiquaient autour de lui les disciples de Mme Guyon 89
46 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
56ort, comme ce qui compte avec l’esprit, — avec la profondeur et la hauteur sans quoi toute vie demeure plate et basse. ⁂ Quanto b
47 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
57brique rosée, ocrée, légère, s’éclairent dans les profondeurs embuées, montent et fusent comme des orgues, de toutes parts. Et de n
48 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
58 y a plus. Il y a le sol qui est alpestre dans sa profondeur. À Central Park, au milieu des prairies, vous voyez affleurer de larg
49 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
59follement lointain, tandis que nous survolons des profondeurs multipliées, cavernes d’ombre et gonflements majestueux où la lumière
50 1946, Journal des deux Mondes. 17. Le mauvais temps qui vient
60e que pécher par excès. On ne saurait exagérer la profondeur d’une telle révolution dans la patrie du moralisme à la fois puritain
51 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
61 y a plus. Il y a le sol qui est alpestre dans sa profondeur. À Central Park, au milieu des prairies, vous voyez affleurer de larg
62eront les efforts de ce peuple? Peut-être vers la profondeur, vers la culture, vers ces problèmes que le grand nombre a toujours f
52 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
63u’elle espère atteindre une communion d’esprit en profondeur. En d’autres termes, l’appel à l’union ne s’adresse pas aux dissident
53 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
64follement lointain, tandis que nous survolons des profondeurs multipliées, cavernes d’ombre et gonflements majestueux où la lumière
54 1947, Doctrine fabuleuse. 14. L’eau ou L’esprit de la tempête
65ar la Tempête n’avait pas encore pénétré dans les profondeurs. Quand l’Esprit s’apaisait, les eaux mouraient, heureuses. 2. — Lorsq
66urent noyés : ils allèrent la chercher dans cette profondeur où l’Esprit pour la paix l’avait un temps abandonnée. Trouvant la mor
55 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
67tour du bâtiment, se transmettait dans la [p. 30] profondeur des rues environnantes, et revenait submerger le square comme une mar
56 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
68effort collectif de ce peuple ? Peut-être vers la profondeur, vers la culture, vers ces problèmes que le grand nombre a toujours f
57 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
69duit à l’impuissance pratique mais qui résiste en profondeur, et un avenir encore épidermique, le présent de l’Inde paraît manquer
58 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
70ondes. J’ai dit qu’il se méfiait d’une certaine « profondeur » qui mesure parfois la distance entre l’éthique et la mystique, mais
59 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
71 par les grandes dunes et n’ayant d’horizon qu’en profondeur, ou si l’on veut qu’en hauteur — dans le ciel ? Le ciel des Flandres,
60 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
72s sous l’empire d’une immense mélancolie, dont la profondeur n’a d’égale que ma faculté de la dissimuler sous des apparences de ga
61 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
73mériques, aux Indes et au Japon. Et le travail en profondeur a commencé. À Paris, l’an dernier, notre Festival du xxᵉ siècle montr
62 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
74Les obstacles sont psychologiques ? C’est donc en profondeur qu’il nous faut travailler, dans les esprits et dans les cœurs. — C’e
63 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
75illusion : ils ont cru que le travail éducatif en profondeur, lent par nature, représenterait une perte de temps ; et ils ont cru
76te attaque eût impliqué une campagne éducative en profondeur, que l’on a négligé de mener — ou que l’on n’a pas sérieusement soute
77ropagande massive, une préparation des esprits en profondeur reste indispensable. Du côté nationaliste, cette préparation se trouv
64 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
78discret de la transmigration noue ses racines aux profondeurs de la passion. Il fleurit sur l’abîme qui sépare l’Orient magique de
65 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Relance européenne ? (février 1956)
79ne Europe vivante, sans le soutien d’une œuvre en profondeur d’information des esprits, d’éducation du sens civique, et de dés-édu
66 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
80discret de la transmigration noue ses racines aux profondeurs de la passion. Il fleurit sur l’abîme qui sépare l’Orient magique de
67 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
81rait la surface de la planète, puis sonderait ses profondeurs, puis les profondeurs de l’espace infini et de cet autre infini qui e
82planète, puis sonderait ses profondeurs, puis les profondeurs de l’espace infini et de cet autre infini qui est dans le microcosme.
68 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
83ceront jamais une action comparable en étendue et profondeur à l’influence restauratrice d’un Maritain ou d’un Karl Barth, répercu
69 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
84ranchée de 40 pieds de long, 10 de large et 10 de profondeur ; 70 condamnés, préalablement confessés par 6 prêtres, sont conduits
70 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
85t de refuser que ce malheur l’isole dans la seule profondeur de sa vision 83 . D’où sa curiosité avide et amusée pour tous ceux qu
71 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
86ont on n’a pas encore bien mesuré jusqu’à quelles profondeurs il déconcerte les catégories de la politique sérieuse, non moins que
72 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
87orique superficielle. Un travail de recherches en profondeur s’impose. Les années 1956 à 1960 voient donc apparaître, en réponse à
73 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — h. Pour une mythanalyse de la culture
88us en les niant. Les découvertes de l’analyse des profondeurs, l’affaiblissement des tabous sexuels, l’accroissement du confort et
74 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
89s sous l’empire d’une immense mélancolie, dont la profondeur n’a d’égale que ma faculté de la dissimuler sous des apparences de ga
75 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
90ondes. J’ai dit qu’il se méfiait d’une certaine « profondeur », qui mesure parfois la distance entre l’éthique et la mystique, mai
76 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
91t de refuser que ce malheur l’isole dans la seule profondeur de sa vision 83 . [p. 197] D’où sa curiosité avide et amusée pour tou
77 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
92humide, ciel clair entre les branches, aubépines, profondeur des bois, ici, nulle part, et pourquoi l’ai-je aimé ? Pourquoi pas ri
78 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.5. Les étymologies
93our la tuer. Puis Erèbe prit un sens dérivé : les profondeurs ténébreuses sous la terre, le « fond des morts », comme dit Hésiode.
79 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
94 la fois. Dans le même esprit, mais avec plus de profondeur, l’historien Jules Michelet (1798-1874) exaltait « l’intime harmonie 
95 gagnera peut-être et grandira en véhémence et en profondeur — l’impétuosité toujours vivace du « sentiment national » en fait par
80 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
96 en Europe qu’est fondée la liberté de pensée… En profondeur, l’histoire intérieure de l’Europe doit être comprise comme un effort
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
97’apparence extérieure, elle surgit en réalité des profondeurs des objets qu’elle façonne et fait partie de leur substance même. Le
98ropéen tend aux limites extrêmes, elle cherche la profondeur des déchirures. L’Européen va à travers le désespoir vers une confian
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
99uropéennes, et s’« européanise » beaucoup plus en profondeur, que l’Europe ne s’« américanisera » jamais à coups de millions de bo
83 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
100ne). L’analyse d’Ibn ’Arabî ne cesse de gagner en profondeur : que l’amant tende à contempler l’être aimé, à s’unir en lui, à en p
84 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
101anne. Grâce à eux, l’idée européenne progresse en profondeur autant qu’en extension dans les élites dirigeantes. Il est difficile
85 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les mythes sommeillent… ils vont se réveiller [Entretien] (9-10 février 1963)
102Vous savez, l’être humain n’a pas changé dans ses profondeurs, Jung a montré de quelles couches immémorialement superposées, entrel
86 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
103, à cause de la neutralité. Ils sont organisés en profondeur (chaque village, un hérisson) à cause de la structure fédéraliste. Et
87 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
104ort, comme ce qui compte avec l’esprit, — avec la profondeur et la hauteur sans quoi toute vie demeure plate et basse. Quanto bel
88 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
105orique superficielle. Un travail de recherches en profondeur s’impose. On voit donc apparaître, dès 1955, en réponse à ces deux pr
89 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
106aire reproche de n’avoir pas mesuré dans toute sa profondeur et ses lointaines [p. 90] ramifications la pathétique nécessité d’un
90 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
107echniques la diffusion discrète, mais efficace en profondeur, de quelques « lieux communs » européens qui ont sans doute orienté l
91 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
108bâchées, et qu’il s’agit maintenant de pousser en profondeur et d’affiner l’analyse scientifique. Eh bien non ! Les régions ne son
92 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
109 chaîne alimentaire qui commence aux poissons des profondeurs.) Que sont devenues « les usines de retraitement » où, dès 1972, les
93 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
110tion, d’une participation, d’une compréhension en profondeur. C’est donc un accroissement de l’entropie. Or, l’ennui diffère en ce
94 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
111ent le corps par la fatigue, mais démoralisent en profondeur la psyché plus encore que le soma, déprimant jusqu’au plus intime le
95 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
112ne fais pas de politique ! », mais elle exerce en profondeur une influence on ne peut plus démoralisante. L’État c’est « eux », c’
96 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
113 pour organiser une défense commune dans toute la profondeur du continent — et le reste viendrait par la suite à condition que l’o
114 car « la rapidité de l’action, la pénétration en profondeur des forces adverses — intimement mêlées à la population civile — rend
97 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
115an et de Dostoïevski donnent une juste idée de la profondeur et de l’universalité de l’idée européenne qu’ils illustrent — en vain
98 1980, Réforme, articles (1946–1980). Les Nations unies des animaux (13 décembre 1980)
116urs de la Nature, et elle nous a permis d’agir en profondeur. Mais la responsabilité de l’homme devant la Nature et les bêtes n’es