1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’autre œil (février 1927)
1e jadis belle et diserte qui tombe au ruisseau en prononçant de séniles calembours… Pénétrés d’horreur, les Bellettriens avaient f
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
2re (juillet 1927) o I Parler littérature Si je prononce le nom de tel de vos confrères, si je dis : « Avez-vous lu… », vous v
3 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
3essentielles ? Il semble bien que notre temps ait prononcé définitivement le divorce de l’esprit et de l’action. III. Le fordi
4 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
4 de Nerval. Mais je pense que je n’avais même pas prononcé intérieurement ce nom lorsque je m’assis dans l’ombre du théâtre, en
5qui vas me quitter… — C’est une chose singulière, prononce une voix, à côté de moi, c’est une chose singulière que le pouvoir de
6angereux de s’endormir. » Se penchant vers moi il prononça : « La nuit sera noire et blanche. » Je ressentis quelque émotion à l
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
7épond M. Gabriel Marcel dans une belle conférence prononcée au Foyer des étudiants protestants, et que la Nouvelle Revue des jeun
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
8ère. Martensen, le successeur présumé de Mynster, prononçant un discours sur la tombe de l’évêque, le loua d’avoir été l’un des « 
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
9aard, — et c’est Gide qui, l’un des premiers, l’a prononcé en France. Kierkegaard, un homme qui ne vous lâche plus. Il a beaucou
8 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
10al. Mais je pense que je n’avais [p. 35] même pas prononcé mentalement ce nom lorsque je m’assis dans l’ombre du théâtre, en ret
11qui vas me quitter… — C’est une chose singulière, prononce une voix, à côté de moi, c’est une chose singulière que le pouvoir de
12angereux de s’endormir. » Se penchant vers moi il prononça : « La nuit sera noire et blanche. » Je ressentis quelque émotion à l
9 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
13ès ici-bas. C’est la mort à soi-même de celui qui prononce : Que Ton règne vienne ! Le sens de la vie du marxiste, c’est d’organ
10 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
14ette inversion flagrante ne nous empêchera pas de prononcer un mot auquel il est urgent de rendre son prestige et sa valeur d’app
11 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
15 mais que tout le livre de Viénot nous autorise à prononcer ; c’est le mot de fascisme. Le parallélisme qu’on peut facilement éta
12 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
16me, séparé de Dieu. Pourtant le dernier mot a été prononcé. ⁂ L’effort de l’homme pour imposer au monde — mais sans comprendre s
13 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
17ette inversion flagrante ne nous empêchera pas de prononcer un mot auquel il est urgent de rendre son prestige et sa valeur d’app
14 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
18t ainsi que l’incroyant se juge chaque fois qu’il prononce une vérité. En quoi l’on pourra dire qu’il ressemble fort au croyant,
15 1935, Présence, articles (1932–1946). Autour de Nietzsche : petite note sur l’injustice (novembre 1935)
19qui pourra se dire juste devant elle ? La loyauté prononcera : Je suis injuste, je me rebelle, je ne puis autrement que de me rebe
16 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
20oins maladroite. Il fallait éviter à tout prix de prononcer le mot que nous étions en train de chercher pour définir notre impres
21e la raison pure et de la morale pratique, décret prononcé par Descartes en 1637 — aggravé par l’idéalisme romantique, exploité
17 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
22du Fils de Dieu qu’à l’instant où, par la foi, il prononce : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » Or, ni la chair, ni le
18 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
23n, du professeur Wilfred Monod. « Un monument ! » prononça Nicodème en s’approchant de l’étudiant. Nous nous assîmes en cercle a
24aroles nous condamnent dans la mesure où nous les prononçons sans foi, hors de toute « crainte et tremblement ». Mais elles n’en s
19 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
25davantage qu’ils n’en gardent et que ceux qui les prononcent n’en conçoivent. Pour vous le prouver, voici une anecdote d’Angleterr
20 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
26les uns des autres par la plupart de ceux qui les prononcent. Ainsi révolution signifiera selon les cas : émeute, prise de pouvoir
27 sens des noms et bientôt sa langue délire : « Il prononce des paroles vaines, des serments faux ! » s’écrie le prophète Osée. Q
21 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
28’où les refus que cette critique ne manque pas de prononcer dès qu’elle flaire dans une formule la volonté de modifier les condit
29sont l’œuvre seule du Pardon. J’assume l’anathème prononcé sur ceux que j’ai dits et sur ce discours déplorable. Et me tenant so
22 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
30enu réel du texte en deux petites phrases : l’une prononcée par Gide au début de son voyage, l’autre écrite au retour en France.
23 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
31 slogan-là : le fascisme est à droite. Essayez de prononcer cette phrase en Italie ou en Allemagne, si vous voulez amuser le mond
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
32instituteur monte à sa chaire et annonce qu’il va prononcer, comme chaque semaine désormais, un petit discours. « Je serai bref !
33 le peuple elles traduisent chez certains qui les prononcent de bonne foi. Elles le trahissent d’ailleurs, ce désir, en essayant d
34ses au moins, je me souviens parfaitement d’avoir prononcé à mi-voix : « Ainsi, c’est cela. » — avec ce même calme massif. Comme
35s.) Et quand j’ai terminé ma causerie, évitant de prononcer mon jugement sur les faits que je venais d’exposer, afin de voir si m
25 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
36r à Alès, quelle jour ça vous préférerait ? » (En prononçant tous les e muets.) Simard, à propos de la récente baisse des salaires
37stice et de passion libertaire, ce grand mot sera prononcé, proclamé, acclamé par les travailleurs de Bouillargues, prouvant à l
26 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
38instituteur monte à sa chaire et annonce qu’il va prononcer, comme chaque semaine désormais, un petit discours. « Je serai bref !
39 le peuple elles traduisent chez certains qui les prononcent de bonne foi. Elles le trahissent d’ailleurs, ce désir, en essayant d
40.) Et quand j’eus terminé ma causerie, évitant de prononcer mon jugement sur les faits que je venais d’exposer, afin de voir si m
27 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
41 à l’éternelle Prévision ? Qui t’assurerait qu’en prononçant ces mots, tu ne prononcerais pas sur toi-même l’arrêt éternel de Dieu
42Qui t’assurerait qu’en prononçant ces mots, tu ne prononcerais pas sur toi-même l’arrêt éternel de Dieu te rejetant vers le néant, e
43 de la vie. Au « tu dois » des chrétiens, qui est prononcé par Dieu, Nietzsche oppose le « je veux » de l’homme divinisé. Puis,
28 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
44e : « personne humaine ».) En 1932, les marxistes prononçaient ici même — contre les « petits personnalistes » — que les problèmes d
29 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
45tion du nouveau « lecteur », après quoi, le Dr N. prononce son allocution. En terminant, il lève le bras d’un geste timide : — «
46lus de retenue. Certaines déclarations ordurières prononcées là n’ont certes rien d’académique… Un tel article permet de mesurer
47ité qui ne connaît plus de contrat. Difficulté de prononcer où est la plus grande injustice. Et au surplus, dans l’un et l’autre
48rologue ou conteur de l’avenir, mais un homme qui prononce la Parole absolue, le Jugement intemporel qui tombe sur tel instant d
30 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
49 supplice de Jean Huss : ce que voyant, le martyr prononça : O sancta simplicitas ! Oui, réellement, il faut une sainte simplici
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
50en historien scrupuleux », il se garde bien de se prononcer. Ce qui revient à dire que la lyrique courtoise dont il s’occupe rest
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
51olontés l’un de l’autre. Que ce jugement que nous prononçons avec une extrême maturité, après avoir ouï plusieurs nobles dames, ai
52 (latin « virgo »). La déviation du son est aussi prononcée que celle du sens. Il s’agit en tout cas d’une erreur, qui eût aussi
33 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
53lit la paix civile entre les vieux Confédérés, en prononçant devant la Diète de Stans un discours plein d’élévation. Comment prend
54ersonne à la Diète, et le discours qu’il y aurait prononcé !) La piété du Frère Claus Ce résumé d’une existence peut suffire à
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
55 de l’industrie ou de la guerre. Le divorce a été prononcé entre la culture et l’action, entre le cerveau et la main. Les résult
35 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
56éputé nommé pour ses opinions politiques ait à se prononcer sur des questions économiques qu’il ne peut pas connaître professionn
36 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
57 de l’industrie ou de la guerre. Le divorce a été prononcé entre la culture et l’action, entre le cerveau et la main. Les résult
37 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
58 tout, comme aujourd’hui semblait perdu, Athanase prononça cette parole : Nubicula est, transibit — c’est un petit nuage, il pas
38 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
59 le bouton de ma radio, j’ai entendu cette phrase prononcée d’une voix forte : « Ici Radio Municipale de New York, cité de 7 mill
39 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
60» à travers tout le continent. Imaginez Roosevelt prononçant une longue prière à la radio, la veille de l’élection présidentielle 
61laudissements se sont-ils apaisés, une voix forte prononce : « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », annonçant la bénédi
40 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
62 et l’occuper comme une garnison. Je l’ai entendu prononcer l’un de ses grands discours, et je l’ai vu à la sortie de son culte,
41 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
63ous sentir irresponsables, par le moyen d’oracles prononcés au nom d’un destin sans appel. L’angoisse de l’homme moderne devant s
64té sa langue. Il essaya de dire : — Je t’aime, et prononça quelque chose comme : — Putain. Alors elle le prit dans ses bras, le
42 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
650] 7 « Sancta simplicitas » Sancta simplicitas ! prononce le martyr Jean Huss, tandis qu’il voit du haut de son bûcher une viei
43 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
66 à l’éternelle Prévision ? Qui t’assurerait qu’en prononçant ces mots tu ne prononcerais pas sur toi-même l’arrêt éternel de Dieu,
67 Qui t’assurerait qu’en prononçant ces mots tu ne prononcerais pas sur toi-même l’arrêt éternel de Dieu, te rejetant vers le néant,
68 à une épreuve radicale de la vie. Au « tu dois » prononcé par Dieu, Nietzsche oppose le « je veux » de l’homme divinisé. Puis à
44 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
69la donne à la condamnation du collectivisme qu’il prononça dans Taille de l’homme une signification et une portée humaine dont l
45 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
70res de vodka. On l’a présentée comme « Miss G… » (prononcez Djie), ainsi qu’on fait parfois des souverains en voyage. Comme elle
46 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
71ain semblait perdu, tout horizon bouché, Athanase prononça ces mots : nubicula est, transibit, c’est un petit nuage, il passera.
47 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
72lliardaires. — Déjeuné à Tuxedo Park, nom indien (prononcez Taxido) qui désigne aux États-Unis le vêtement qu’en français l’on ap
48 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
73que j’y ai dit, lesquelles suivront, les discours prononcés au banquet que m’ont offert les écrivains, et finalement ce stupide a
49 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
74ngt-cinq mille habitants. Le nom très difficile à prononcer : Cohoes, est sans doute d’origine indienne. « Personne ne connaît no
50 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
75rs que nul, parmi les officiels, ne se risquait à prononcer : « Messieurs, nous voici réunis pour célébrer une défaite victorieus
51 1946, Lettres sur la bombe atomique. 11. Tous démocrates
76 donc : Crémation, Liquidation, Évaporation ! (Il prononça ces mots d’un ton rageur, qui me fit éclater de rire.) Moi. — Quel b
52 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
77gt-cinq mille habitants. Le nom, très difficile à prononcer : Cohoes, est sans doute d’origine indienne. « Personne ne connaît no
53 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
78 Nous supposons cette doctrine, dès lors que nous prononçons : « Je crois la Sainte Église Universelle. » Et nous nous bornerons i
54 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
79rs que nul, parmi les officiels, ne se risquait à prononcer : « Messieurs, nous voici réunis pour célébrer une défaite victorieus
55 1946, Combat, articles (1946–1950). Tous démocrates (22 mai 1946)
80ra donc Crémation, liquidation, évaporation ! (Il prononça ces mots d’un ton rageur, qui me fit éclater de rire.) Moi. — Quel b
56 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
81 retenu de lui toucher l’épaule — et je m’entends prononcer : « Puisqu’il faut que cela soit, eh bien… que cela soit ! » Elle se
82 sombre délire, et sans qu’un mot de plus ait été prononcé… Et ce fut ainsi, durant tout mon séjour à Budapest. L’après-midi, je
57 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
83zt, à la fin d’un concert triomphal, s’incline et prononce à mi-voix : « Je suis le serviteur du public, cela va sans dire. » C’
58 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
84on [p. 35] de ma radio, j’ai entendu cette phrase prononcée d’une voix forte : « Ici Radio Municipale de New York, cité de sept m
59 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
85res de vodka. On l’a présentée comme « Miss G… » (prononcez Djie), ainsi qu’on fait parfois des souverains en voyage. Comme elle
86» à travers tout le continent. Imaginez Roosevelt prononçant une longue prière à la radio, la veille de l’élection présidentielle 
87laudissements se sont-ils apaisés, une voix forte prononce : « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », annonçant la bénédi
60 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
88presse de copieux comptes rendus de la plaidoirie prononcée par Me Duperrier lors du procès de son client Georges Oltramare. Ains
89 Paris, avaient publié le recueil des conférences prononcées l’hiver dernier en Sorbonne sous les auspices de l’Unesco. À la page
90Car il est vrai que les deux cas s’énoncent et se prononcent de même, mais par ce procédé l’on pourrait accuser la ville de Lyon d
61 1947, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (5 décembre 1947)
91Car il est vrai que les deux cas s’énoncent et se prononcent de même, mais par ce procédé l’on pourrait accuser la ville de Lyon d
62 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
92 ils se rassemblaient. La conférence qui suit fut prononcée en guise d’introduction aux travaux du Congrès. On y a joint deux art
63 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
93partient la conférence sur l’Aventure de l’Europe prononcée à la Sorbonne le 22 avril 1948. Elle reflète la lutte entre les tenda
94. Certes, le congrès des partis socialistes s’est prononcé à Londres, dernièrement, contre la participation « officielle » de se
64 1948, Suite neuchâteloise. VI
95qui chante, ou crie, après des siècles où nul n’a prononcé un mot plus haut que l’autre, ou plus bas, de plus près ? J’ai vu per
65 1950, Lettres aux députés européens. Deuxième lettre
96oréens n’entendent pas ce latin-là, même s’il est prononcé avec l’accent anglais. Vous allez me parler, je le sais bien, des gra
66 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Deuxième lettre aux députés européens (16 août 1950)
97oréens n’entendent pas ce latin-là. Même s’il est prononcé avec l’accent anglais. Vous allez me parler, je le sais bien, des gra
67 1951, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Extrait du discours prononcé par Denis de Rougemont à l’inauguration du Centre (mai 1951)
98 [p. 13] Extrait du discours prononcé par Denis de Rougemont à l’inauguration du Centre (mai 1951) a Notr
68 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
99, et d’une manière générale à n’importe qui de se prononcer sur n’importe quoi qui n’est pas dans la situation concrète de l’Euro
69 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
100, et d’une manière générale à n’importe qui de se prononcer sur n’importe quoi qui n’est pas dans la situation concrète de l’Euro
70 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
101ire de considérables concessions aux cantons : il prononça un éloge de leur fédéralisme, fort surprenant de la part d’un héritie
102euse absence d’idéologie directrice, une méfiance prononcée à l’égard de tout système politique logiquement formulé 6 . Le terme
71 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
103ns religieuses de Zurich. L’esprit clérical était prononcé, et ses abus non moins criants qu’en Allemagne. La vie intellectuelle
72 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
104se, venait de mourir. Et le professeur Martensen, prononçant son éloge funèbre, crut devoir saluer sa mémoire comme celle d’un « v
73 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
105evint soudain très clair du seul fait qu’il était prononcé à portée de voix des tyrans. À la suite du meeting mémorable de Berli
74 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
106 milieu du xxe siècle ? Une phrase déjà fameuse, prononcée l’an dernier par le premier président de l’Assemblée de Strasbourg, P
75 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
107 milieu du xxe siècle ? Une phrase déjà fameuse, prononcée l’an dernier par le premier président de l’Assemblée de Strasbourg, P
76 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
108amicale au regard des exclusives catégoriques que prononcent les disciples de Schönberg contre toute œuvre tonale, jugée « réactio
77 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi nous persévérons (décembre 1955)
109nnons plus loin un résumé analytique des discours prononcés à Genève sur ce sujet.) 2. On ne voit pas pourquoi l’Occident — et l’
78 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
110nd on compare la loi qui interdisait aux juges de prononcer d’autre peine que la mort contre les accusés suspects de calvinisme (
79 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
111our le PC sont simplement des mécontents : ils se prononcent contre le régime en général, comme on est anticlérical une fois pour
80 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
112nt si le PC pâtirait réellement de l’interdiction prononcée — ce qui est loin d’être toujours sûr — mais encore si la classe ouvr
81 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le crépuscule d’un régime (octobre 1957)
113Il me paraît fort expédient quand il s’agit de se prononcer sur une personne, entre hommes d’une qualité sensiblement égale, comm
82 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
114ope de l’énergie reproduit le texte d’un discours prononcé le 30 juin 1958, à Lausanne, lors de la séance solennelle d’ouverture
83 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
115ceux que la Science et l’Hygiène pourraient faire prononcer par l’État. La passion qui voudrait les violer ne serait plus condamn
84 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
116ceux que la Science et l’Hygiène pourraient faire prononcer par l’État. La passion qui voudrait les violer ne serait plus condamn
85 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
117se, venait de mourir. Et le professeur Martensen, prononçant son éloge funèbre, crut devoir saluer sa mémoire comme celle d’un « v
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
118’action de l’un des deux. La morale et la société prononcent alors leurs décrets. S’ils suffisent à maintenir l’équilibre du coupl
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
119ité de Paris, où il entendit saint Thomas d’Aquin prononcer un sermon et Siger de Brabant 64 commenter la Politique d’Aristote.
120 dans l’ordre des préoccupations qui dictèrent le prononcé papal de 1298, ainsi que les actes de la diplomatie royale en 1300. C
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
121aul s’indigna un jour, en entendant des Chrétiens prononcer ces paroles : Je suis Apollinien ; je suis Cephéen ; je suis Paulicie
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
12250, prieur de la Sorbonne, et tout jeune homme il prononce en latin un « Premier discours, sur les avantages que l’établissement
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
123s autres. Sinon le mot « droit » ne serait jamais prononcé par les États qui veulent se faire la guerre, à moins que ce ne fût p
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
124ives à des progressions plus imparfaites et moins prononcées. Quelque intérêt propre que celles-ci puissent d’ailleurs offrir, leu
125elles « la race blanche possède, d’une manière si prononcée, le privilège effectif du principal développement social », tandis qu
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
126iscours « Sur la situation générale de l’Europe » prononcé à la Chambre des Députés d’Espagne le 30 janvier 1850, il n’annonce p
127n débat sur la révision de la Constitution, qu’il prononce pour la première fois à la tribune les mots « États-Unis d’Europe ».
128olution et la démocratie. 228 Dans un discours prononcé en 1867, Marx précise que l’objectif permanent de la politique russe,
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
129oires ou bien plutôt complices ? Dans un discours prononcé à Lausanne lors de la Conférence européenne de la Culture (1949), Car
130. On a pu lire plus haut des extraits de discours prononcés à cette occasion par Julien Benda et par Karl Jaspers : ils s’attacha
131. 302 À peu près au même moment, André Malraux prononçait à Paris une conférence dont l’écho fut grand. Il y ramasse et porte a
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
132nseil en 1929, et parlant au nom de la France, il prononça le 5 septembre devant l’assemblée de la Société des Nations à Genève,
133 ont conduit la lutte contre les totalitaires, se prononcent en faveur d’une « union plus étroite » de nos peuples. Les militants
95 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
134’action de l’un des deux. La morale et la société prononcent alors leurs décrets. S’ils suffisent à maintenir l’équilibre du coupl
96 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
135ncontré Retinger, en septembre 1947. Je venais de prononcer le discours d’introduction du premier congrès des Fédéralistes europé
136rre hitléro-soviétique éclata. Dès le 23 juin, il prononçait à la radio un discours offrant aux Russes des négociations immédiates
137 lendemain du discours d’introduction que j’avais prononcé, je me trouvai placé entre eux deux devant les micros d’une table ron
97 1962, Les Chances de l’Europe. Avertissement
138 conférences réunies dans ce petit volume ont été prononcées à l’Aula de l’Université de Genève, dans le cadre des cours de studiu
98 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
139ent de restauration des compétences communales se prononce chaque année plus nettement. Au plan européen, le Conseil des commune
99 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
140éenne. Voici d’abord un extrait du discours qu’il prononce à l’Assemblée législative française en 1851 ; je cite le journal offi
100 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
141ous les signes vérifiables indiquent une tendance prononcée vers l’expansion de notre culture dans les colonies libérées. Le retr