1 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
1d’être conduit par la pensée de quelques-uns 22 . Proposition antirévolutionnaire, il faut le dire, et niée par les faits dont elle
2 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
2 être comprise en arrière, mais il oublie l’autre proposition : qu’elle doit être vécue en avant. 60  » Semble-t-il pas que le temp
3 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
3 consiste en une action 16 . (Ce qui confirme nos propositions sur la nature actuelle de la personne). La foi au Christ est propreme
4 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
4r, en effet, que la situation qui donne lieu à la proposition qu’on vient de lire ne saurait être celle d’une société équilibrée. O
5 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
5e du libéral rationaliste, c’est de croire que la proposition « l’Angleterre est le plus beau pays du monde » comporte un sens rati
6 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
6uvons faire, et qui est utile, c’est de juger les propositions générales et théoriques que l’on a voulu déduire de ces faits, et qui
7 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
7on et l’objet, entre la position de l’homme et la proposition du monde. C’est la région de la rencontre et de la forme. Et non poin
8 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
8ù les objets qui « veulent dire » s’assemblent en propositions (à l’homme), seul discours proprement cohérent, puisqu’il ne tire ses
9’il manifeste avec puissance, Claudel répond à la proposition universelle. Qu’on parle alors de procédé, si l’on y tient, mais il f
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
10aire passer pour « naturelles » les plus obscures propositions. Masque idéal ! Garantie de [p. 50] secret, mais aussi garantie d’app
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
11condition qu’on change le signe de chacune de ses propositions. Par exemple, là où la science proclame que la mystique résulte d’une
12 des Cathares. 3° C’est sans doute à tort qu’à la proposition : « Tout érotomane est un mystique qui s’ignore », on a cru pouvoir r
11 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
13depuis longtemps l’occasion de formuler certaines propositions qui trouveront aujourd’hui, peut-être, de l’écho. J’ai passé plusieur
12 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
14était nécessaire. Parfois le Malin retournait les propositions, commençait par le nécessaire ; il raisonnait ainsi — car le Malin c’
15 de l’amour prime le droit du serment. Mais cette proposition ébranle le monde. Car attaquer au [p. 158] plus intime de l’être le s
13 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
16ribue tout à Dieu. Traité du Serf-arbitre À la proposition qu’on lui faisait en 1537 d’éditer ses œuvres complètes, le Réformate
14 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
17on et l’objet, entre la position de l’homme et la proposition du monde. C’est la région de la rencontre et de la forme. Et non poin
15 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
18ù les objets qui « veulent dire » s’assemblent en propositions (à l’homme), seul discours proprement cohérent, puisqu’il ne tire ses
19’il manifeste avec puissance, Claudel répond à la proposition universelle. Qu’on parle alors de procédé, si l’on y tient, mais il f
16 1946, Lettres sur la bombe atomique. 11. Tous démocrates
20 l’Europe est prête à faire le bien, mais que des propositions aussi simplistes que la mienne méritent au mieux un sourire indulgent
17 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
21 vois que vous allez passer sans crier gare à des propositions théologiques. Souffrez alors que je m’avoue incompétent, et que j’ass
18 1947, Le Figaro, articles (1939–1953). Le droit d’opposition (3 avril 1947)
22 Allemagne. Inutile de dire que l’auteur de cette proposition déconcertante n’est pas un vieux routier de la politique. C’est un gé
19 1949, La Vie protestante, articles (1938–1978). Printemps de l’Europe (29 avril 1949)
23l y a deux semaines, elle faisait bon accueil aux propositions détaillées que les délégués de notre Mouvement européen lui soumettai
20 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
24une aire donnée), de subvention (après examen des propositions étudiées et soumises par les intéressés directs) et parfois d’arbitra
21 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Conférence de compositeurs, critiques musicaux et exécutants (décembre 1952-janvier 1953)
25nvoyées à chacun des 12 compositeurs retenus. Sur proposition de MM. Nabokov et de Rougemont, le Comité exécutif fonctionnera à la
22 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
26l’Assemblée fédérale et donne son préavis sur les propositions qui lui sont adressées par les conseils ou par les cantons » (art. 10
23 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
27une aire donnée), de subvention (après examen des propositions étudiées et soumises par les intéressés directs) et parfois d’arbitra
24 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
28arler comme certains journaux neutralistes, « une proposition constructive et que l’on ne saurait écarter sans un examen attentif »
25 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
29ire connaître aux Russes « ce qui existe ». Et la proposition spectaculaire du président Eisenhower — « photographiez toutes nos in
26 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour les grands festivals de musique l’Europe est faite ! (octobre 1955)
30ndant à une invitation lancée par le CEC, sur une proposition de son conseiller musical, Igor Markevitch, les directeurs d’une quin
27 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi nous persévérons (décembre 1955)
31 trois raisons : 1. Il n’est pas exact que les 17 propositions occidentales relatives aux échanges culturels aient été rejetées unif
32nvisagées dans ce Bulletin, et donneront lieu aux propositions concrètes qui le terminent. ⁂ Un rappel des phases principales de l’h
33on présente, sur la base duquel sont établies nos propositions. p. 1 z. « Pourquoi nous persévérons », Bulletin du Centre europ
28 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
34re philosophe se résumerait alors en une série de propositions aussi simples en soi que surprenantes dans leur succession : la polit
35avérés, invétérés et systématiques ? Telle est la proposition centrale du dernier livre de Suzanne Labin, Les Entretiens de Saint-G
29 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
36anifestations musicales, illustrant ainsi par des propositions concrètes les conclusions générales qui me semblent résulter de notre
30 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
37eil européen de la recherche Dans l’esprit de la proposition qu’on vient de lire, le CEC a lancé une enquête auprès des personnali
31 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
38oles publiques des cours de lecture des journaux. Proposition toute naturelle d’ailleurs, si l’on veut bien se rappeler qu’apprendr
32 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
39péciaux du Bulletin sont demandés de partout, les propositions d’activités nouvelles affluent, la nécessité de recherches coordonnée
33 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Editeuropa (septembre 1959)
40 dès l’automne 1958. Il a la charge d’étudier les propositions émanant des membres du pool, des institutions européennes, ou des aut
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
41pratique, puis, sous cette majeure, il subsume la proposition particulière, qui constitue proprement son objet, et il conclut à tel
35 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
42quelque chose des secrètes instructions et hautes propositions que le Roi vous avait ordonné de lui faire, mais seulement comme de v
43.— Des réels avantages qui résulteraient de cette proposition en vue de la paix Je suis maintenant parvenu à mon dernier chapitre
44eux et réels bienfaits qui découleraient de cette proposition pour la présente et future paix de l’Europe… En dehors de la perte de
45ions de l’Europe, quoique certaines parties de ma proposition aient été envisagées par la sagesse, la justice et la valeur d’Henri
46e les ai toutes rapportées à deux Chefs ou à deux Propositions, que je me propose d’y démontrer. 1° La constitution présente de l’Eu
47u’à ne le pas signer. La majeure, ou la première proposition contient les motifs, & l’on en trouvera la preuve dans le troisiè
48rce de la démonstration. La mineure ou la seconde proposition contient les moyens, la preuve s’en trouvera au quatrième Discours. À
49a au quatrième Discours. À l’égard de la dernière proposition, ou de la conclusion, c’est le but que je me suis proposé dans cet Ou
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
50 son intrigue. Le plan qui suit se fonde sur deux propositions fondamentales : 1. La réduction et la fixation de la force des différ
51ndances lointaines de chaque État. Chacune de ces propositions possède ses avantages distincts ; mais ni l’une ni l’autre, comme on
52poir, mais qu’elle l’est à un degré tel que toute proposition dans ce sens mériterait d’être tenue pour visionnaire et ridicule. Je
53ux fait, pour préparer les esprits à recevoir une proposition de ce genre, que la proposition elle-même ? Et qu’on ne m’objecte pas
54ts à recevoir une proposition de ce genre, que la proposition elle-même ? Et qu’on ne m’objecte pas que les temps ne sont pas mûrs 
55paix. La réflexion m’a convaincu de la vérité des propositions suivantes : I. Qu’il n’est pas de l’intérêt de la Grande-Bretagne d’a
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
56cidé peu après qu’un Mémorandum préciserait cette proposition très générale et assez ambiguë, et qu’il serait élaboré par la France
57mmunauté européenne autant que de l’humanité. La proposition française n’eut pas de suites concrètes : d’une part, tout en préconi
38 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
58l est le refrain qui saluera désormais toutes les propositions de paix et d’union, jusqu’à nos jours. (Il faudra la menace de la bom
59e Paris 27 . Il se signale entre autres par trois propositions fort étonnantes pour l’époque : 1° englober les Turcs dans la fédérat
60ocrement écrits pas grand-chose de neuf, sinon la proposition de commencer l’union de l’Europe par un congrès réuni à La Haye — ce
39 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est d’abord une culture (30 juin 1962)
61ntraîne une politique bien définie. ⁂ La première proposition n’entraîne pas de longs commentaires. Il est évident que des peuples,
62ces de division, internes ou externes. La seconde proposition n’est pas aussi évidente pour chacun. Cependant, il n’est pas diffici
40 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
63de donner leur opinion sur le principe même de la proposition, et d’informer leurs collègues sur les possibilités et difficultés [p
64anière, il nous semble que la discussion de notre proposition, même si elle n’aboutit pas à des résultats immédiats dans toutes les
41 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
65serait tout le monde… » Cette honnête et curieuse proposition émanait de Marcel Thiébaut, directeur d’une nouvelle collection sur l
42 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
66l’Assemblée fédérale et donne son préavis sur les propositions qui lui sont adressées par les conseils ou par les cantons » (art. 10
67yen. Je ne puis m’expliquer autrement la curieuse proposition publiée au moment du grand débat sur le suffrage féminin : faire paye
43 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
68ient des barrières entre les divers membres d’une proposition. « Ouais, enfin… tu comprends ? » On se quitte sans s’être compris. D
44 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
69eignement des arts, je voudrais formuler quelques propositions méthodologiques, déduites des considérations générales qui précèdent.
45 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
70ces termes soient traduits et exemplifiés par des propositions plus détaillées d’institutions ou d’organismes à créer. Toutefois, da
71pard sur le syndicalisme, je souligne beaucoup de propositions plus riches et plus précises que les motions finales. Le cadre de tou
46 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
72 multinationales à l’échelle de l’Europe — toutes propositions qui étaient encore proprement impensables pour un esprit français, il
47 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
73t obligé de quitter le comité si l’on adoptait ma proposition. Je compris par la suite que ce haut fonctionnaire tenait le fédérali
48 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
74, croit, sans la moindre discussion, une série de propositions axiomatiques de ce genre : — L’État doit être unique et indivisible.
75e sa science constitutionnelle », je trouve cette proposition : Organiser en chaque État fédéré le gouvernement d’après la loi de
49 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
76ir fait œuvre cohérente). 4. Il y a, enfin, cette proposition de District fédéral de l’Europe. Elle a fait quelque bruit, mais rien
77n attentif, lucide du passé suisse est sortie une proposition constructive, peut-être la première depuis un siècle qui soit inspiré
50 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
78eignement des arts, je voudrais formuler quelques propositions méthodologiques, déduites des considérations générales qui précèdent.
51 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
79oles publiques des cours de lecture des journaux. Proposition toute naturelle d’ailleurs, si l’on veut bien se rappeler qu’apprendr
52 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
80ngt-cinq qui constituent l’Europe à mon sens. Les propositions des fédéralistes ? En réalité, les États ne les ont jamais prises le
53 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
81t obligé de quitter le comité si l’on adoptait ma proposition. Je compris par la suite que ce haut fonctionnaire tenait le fédérali
54 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
82re les cantons étouffaient l’économie. Mais toute proposition de [p. 139] pacte fédéral plus étroit se heurtait au veto des cantons
55 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
83ionales multinationales à l’échelle de l’Europe — propositions proprement impensables pour un esprit français, il y a dix ou vingt a
84, croit, sans la moindre discussion, une série de propositions axiomatiques de ce genre : — L’État doit être unique et indivisible 4
85e sa science constitutionnelle », je trouve cette proposition : Organiser en chaque État fédéré le gouvernement d’après la loi de
56 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
86t obligé de quitter le comité si l’on adoptait ma proposition. Je compris par la suite que ce haut fonctionnaire tenait le fédérali
57 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
87hercherait en vain dans leurs œuvres « la moindre proposition spécifiquement hérétique » (p. 234), mais ceci est une autre histoire
88ercherait en vain dans (leurs) cansos… la moindre proposition spécifiquement hérétique… Tous s’en tiennent aux données de l’érotiqu
89dans les poèmes de Tzara ou d’Éluard « la moindre proposition spécifiquement anarchiste » (ni d’ailleurs spécifiquement communiste,
58 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
90munautaire dans les esprits. Dans cette vue trois propositions d’action concrète, culturelles tout autant que politiques, et l’inver
91sons de me retrouver dans l’une et l’autre de ces propositions rigoureusement complémentaires). Tout le monde parle aujourd’hui de r
59 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
92nnaît la remarque de Bertrand de Jouvenel dans sa Proposition à la Commission des comptes de la nation en 1966 : « Selon notre mani
60 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
93nation — terme d’ailleurs lancé par lui — dans la proposition aujourd’hui bien connue : « Trop petit et trop grand à la fois. » Voi
61 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
94, un grand nombre d’études, de statistiques et de propositions concrètes ont été faites. Peu d’actions communes à ce jour : la front
62 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
95 croit sans la moindre discussion en une série de propositions axiomatiques de ce genre :: — l’État doit être unique et indivisible 
63 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Conditions d’un renouveau (automne 1978)
96tement se déduisent presque inévitablement de ces propositions. Le civisme c’est prendre ses responsabilités ; c’est agir en homme l
64 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
97vées ? Le premier organisme européen, créé sur la proposition du Congrès de l’Europe, réuni à La Haye en mai 1948, devait comporter
65 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VII. Programme pour les Européens
98e le droit de se proclamer européen. On offre des propositions concrètes, un plan de survie de l’Europe et de l’humanité. Qu’avons
99 l’histoire humaine. [p. 164] Que feront de ces propositions les députés que vous aurez élus ? La coutume et la règle, dans une dé
66 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
100ien Benda ; nul projet politique ; pas la moindre proposition ni de doctrine ni d’action. Il s’agit uniquement, pour l’auteur, de d
67 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
101nation — terme d’ailleurs lancé par lui — dans la proposition aujourd’hui bien connue : « Trop petit et trop grand à la fois. » En
68 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
102urs vues sur l’Europe et même l’identité de leurs propositions ; c’est leur opposition, déclarée dans les mêmes termes, aux partis c
103 et c’est enfin la convergence frappante de leurs propositions pour l’union de l’Europe, et cela qu’ils se disent de gauche ou de dr
104res nationales. » Ce qui rejoint les positions et propositions défendues dans toute la suite de nos études sur l’Europe et les régio
105et liberté (AFSL) qui insiste sur le fait que ses propositions sont « par nature et par définition, de caractère européen, et non pa
106dans leur pays, mais ils sont unanimes dans leurs propositions européennes, et ceci corrigera cela, si les partis classiques persist
69 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Conclusions (été-automne 1984)
107e qu’il ne sera pas le dernier. Je vais faire des propositions précises pour une continuation indéfinie de ce genre de rencontres. J
108l que vous connaissez. Il y a eu toutes sortes de propositions. M. Boldizsar a proposé « dialogue multilatéral », mais il n’était pa
70 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
109e et culturelle, mais sans autres pouvoirs que de propositions, et la seconde à vocation unique, économique, mais dotée de quelques