1 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
1utable : le concept de culture en soi, d’activité prospective de l’esprit non liée par les règles du sacré ou les décrets de la pol
2 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
2 conduire à l’action. La prévision est une vision prospective par laquelle l’homme qui veut agir réfléchit sur son action ; il ne v
3 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
3e relais de ce mutisme irrémédiable. Élément de prospective fédéraliste La guerre actuelle nous révèle un univers en perpétuelle
4 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
4e relai de ce mutisme irrémédiable. Éléments de prospective fédéraliste La science actuelle nous révèle un univers en perpétuelle
5 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
5ologues français d’aujourd’hui, spécialiste de la prospective, Jean Fourastié, disait il y a un an devant un colloque réunissant to
6 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
6 commencer. Il n’est pas matière historique, mais prospective. Il a plus d’avenir que de passé. p. 1 i. « L’avenir du fédéra
7 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
7utable : le concept de culture en soi, d’activité prospective de l’esprit non liée par les règles du sacré ou les décrets de la pol
8 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
8 commencer. Il n’est pas matière historique, mais prospective. Il a plus d’avenir que de passé. p. 118 22. [NdE] Nous corrige
9 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
9ologues français d’aujourd’hui, spécialiste de la prospective, Jean Fourastié, disait un jour lors d’un colloque réunissant tous le
10 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
10 commencer. Il n’est pas matière historique, mais prospective. Il a plus d’avenir que de passé. p. 8 1. Texte d’une communicat
11 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
11ole pour demain ? J’ai indiqué la seule hypothèse prospective qui me paraisse utilisable : l’avenir de l’École sera lié — comme le
12 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
12ir et de l’eau sur la Terre, et partout le calcul prospectif nous révèle les limites des ressources naturelles. Cette notion de li
13e où l’intuition trompe davantage que celui de la prospective ; on y est plus que partout ailleurs en danger de prendre ses désirs
14la nécessité d’une politique, donc d’une démarche prospective impliquant le dépôt et la déclaration des fins globales de notre soci
13 1973, Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui (1973). Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui
15européen. Un mode est sorti, par erreur, de cette prospective nostalgique, Rousseau avait expressément condamné la transposition de
14 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
16, linguistique ou géographique, traditionnelle ou prospective, ce qui est frappant, c’est qu’ils jouent tous dans le même sens. De
17ais le problème n’est pas seulement spéculatif et prospectif ! Il est posé en vrac, en termes concrets, mal comparables, voire con
15 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Les grandes béances de l’histoire (printemps 1974)
18r l’adhésion d’une majorité du corps social ». La prospective et la futurologie elles-mêmes en viennent enfin à considérer la possi
16 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
19 [p. 30] Paradoxes de la prospective (automne 1975) ce Jouvenel observe une chose très simple : c’est qu
20le-t-il, à poser le problème fondamental de toute prospective. Il serait facile d’en déduire un sophisme du gouvernement : — Si l’a
21rance. Bon usage éventuel mais abus actuel de la prospective « scientifique » Les calculs prévisionnels sont utiles ou indispensab
22u’elles se vérifient. Ce n’est donc pas contre la prospective qu’il s’agit de nous mettre en garde, mais contre l’illusion fatalist
23ent à l’ordinateur d’orienter notre politique. La prospective doit nous montrer la nécessité de choisir, et non pas faire le choix
24s par la Rand Corporation. L’intime liaison de la prospective scientifique et de l’état de guerre ne peut manquer de jouer le rôle
25passé récent : c’est le contraire d’une véritable prospective. Le court terme est seul calculable. Le long terme ne peut faire ress
26aux seules lois du passé, et l’aliène. Pour une prospective intuitive L’avenir dépend de nos passions, pas de nos calculs. C’est
27i de l’évolution humaine — et du même coup, de la prospective intuitive. Finalités et critères d’une prospective personnaliste La
28spective intuitive. Finalités et critères d’une prospective personnaliste La prospective que j’ai dite intuitive pourrait être au
29és et critères d’une prospective personnaliste La prospective que j’ai dite intuitive pourrait être aussi bien baptisée subjective,
30ure même, déshumanisé. On peut aussi nommer cette prospective personnaliste, parce qu’elle ne voit de sens possible à l’avenir que
31erait qu’alibi des vocations reniées. De fait, la prospective n’aurait plus de raison d’être si l’on ne croyait plus à la liberté d
32fs » de la technologie et du profit comptable. La prospective utile et significative ne peut donc être que libératrice (« Fais l’av
33x dépens du devenir personnel. Les critères de ma prospective seront choisis comme idoines à mes fins 119 , et ne seront donc ni la
34culté d’imaginer et d’inventer. Car l’objet de la prospective n’est nullement de prévoir et de calculer des phénomènes indépendants
17 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
35neuse des conditions de réalité, citons ce calcul prospectif : Si la population continuait à croître à ce rythme, elle dépasserai
36e la clé de l’anxiété qui sous-tend nos essais de prospective. Prométhée, comme son nom l’indique en grec, est « celui qui voit d’a
37d’avance » « réfléchit avant d’agir », fait de la prospective comme il respire, tandis que son frère Épiméthée voit après coup, et
18 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
38mieux marketing qui voudrait se faire passer pour prospective. Qui croire, lorsque trente-deux savants parmi lesquels onze prix Nob
19 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
39 [p. 131] 5 Naissance de la prospective Lieux et dates Un peu avant le milieu de notre siècle, quelques expe
40e n’est pas de nos lâchetés morales. Futurologie, prospective, futuribles et prévisions, tant militaires que démographiques et tech
41 désastreuses. Ce n’est pas un hasard non plus si prospective et futurologie sont apparues en Occident et pas ailleurs, et se sont
42yant l’avenir des possibles.   Les lieux d’abord. Prospective et futurologie ne pouvaient — et ne devaient — se développer qu’au se
43 tout jamais. [p. 135] Nous avons voulu cela La prospective qui se manifeste au lendemain de la bombe d’Hiroshima, comme première
44aignantes, rendent compte des pires défauts de la prospective actuelle, et posent ses limites empiriques. Limites et nécessités Q
45e sort des œuvres de Jules Verne, ce Méliès de la prospective, bientôt suivi par H. G. Wells, dont le « chant séculaire » paru en 1
46ler la conscience des Occidentaux qui en ont une. Prospective et futurologie sont nécessaires à notre société, puisque nous sommes
47calcul !) Mais tout cela ne prouve rien contre la prospective : ses vraies difficultés ne sont pas dans nos erreurs, mais dans la n
20 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
48145] 6 L’avenir sensible au cœur Paradoxes de la prospective Jouvenel observe une chose très simple : c’est que nous ne pouvons co
49le-t-il, à poser le problème fondamental de toute prospective. Il serait facile d’en déduire un sophisme du gouvernement : — Si l’a
50ance. Bon usage éventuel mais abus actuel de la prospective « scientifique » Les calculs prévisionnels sont utiles ou indispensab
51u’elles se vérifient. Ce n’est donc pas contre la prospective qu’il s’agit de nous mettre en garde, mais contre l’illusion fatalist
52nateur, désormais, d’orienter notre politique. La prospective doit nous montrer la nécessité de choisir, mais non pas faire le choi
53s par la Rand Corporation. L’intime liaison de la prospective scientifique et de l’état de guerre ne peut manquer de jouer le rôle
54passé récent : c’est le contraire d’une véritable prospective. Le court terme est seul calculable. Le long terme ne peut faire ress
55aux seules lois du passé, et l’aliène. Pour une prospective intuitive L’avenir dépend de nos passions, pas de nos calculs. C’est
56i de l’évolution humaine — et du même coup, de la prospective intuitive. Finalités et critères d’une prospective personnaliste La
57spective intuitive. Finalités et critères d’une prospective personnaliste La prospective que j’ai dite intuitive pourrait être au
58és et critères d’une prospective personnaliste La prospective que j’ai dite intuitive pourrait être aussi bien baptisée subjective,
59ure même, déshumanisé. On peut aussi nommer cette prospective personnaliste, parce qu’elle ne voit de sens possible à l’avenir que
60erait qu’alibi des vocations reniées. De fait, la prospective n’aurait plus de raison d’être si l’on ne croyait plus à la liberté d
61fs » de la technologie et du profit comptable. La prospective utile et significative ne peut donc être que libératrice (« Fais l’av
62x dépens du devenir personnel. Les critères de ma prospective seront choisis comme idoines à mes fins 97 , et ne seront donc ni la
63culté d’imaginer et d’inventer. Car l’objet de la prospective n’est nullement de prévoir et de calculer des phénomènes indépendants
21 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
64que Hitler lui-même n’était pas prévisible par la prospective scientifique, et que ne l’était pas davantage l’attitude « réaliste »
65posant du même coup la limite autoréglée de toute prospective. Car la crise de l’automne 1973 a bien sûr résulté sous nos yeux du c
66confiance au plus sensible. Conclusions sur la prospective Bien des problèmes posés par la prospective en général s’évanouiraien
67ur la prospective Bien des problèmes posés par la prospective en général s’évanouiraient, si l’on s’en tenait à l’évidence que la f
68uvoir nécessairement centralisé. Il nous faut une prospective au service de l’homme, non de l’État. Quant aux grands événements qui
22 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
69il nous interdit sous peine de désastres. Ici, la prospective bien calculée rejoint la prophétie du malheur collectif, et le Club d
70ophètes annoncent aussi — ce que ne peut faire la prospective — le grand réveil, la réconciliation avec Dieu, l’homme et la nature,
71revoir à l’image de l’avenir où sont nos buts. La prospective, même intuitive, ne peut pas entraîner l’action si elle n’ébranle pas
72roposer d’organisation de la Cité procèdent d’une prospective normative et globale, partant de l’intime de l’homme et de sa vocatio
73t-à-dire de ses finalités, par opposition à toute prospective technologique, sectorielle et non systémique, partant de la puissance
23 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
74litique, de la sociologie, de l’économie et de la prospective en viennent aux mêmes conclusions : tout appelle aujourd’hui les peti
24 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. II. L’énergie
75’adapte à l’offre en décroissance ? Les études de prospective conduites aux USA, au Canada, en Grande-Bretagne et en France font pr
25 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
76 qu’à demi paralysés déprime tout sens simplement prospectif. — « Si Staline persévère dans sa ligne actuelle » (p. 77) est une de