1 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
1pas les fées, c’est pourquoi je nageais à brasses prudentes avec, aux jambes, l’imperceptible angoisse de rencontrer une onde tro
2 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
2 le Prix d’assiduité et l’approbation de tous les prudents qui ont fait le tour des choses comme on fait le tour des galeries du
3 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
3pas les fées, c’est pourquoi je nageais à brasses prudentes avec aux jambes l’imperceptible angoisse de rencontrer une onde trop
4 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
4toujours : il y manque cette espèce de rhétorique prudente à quoi l’on reconnaît l’intellectuel qui a pris son temps. Mais ce te
5 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
5oncevable avec le Christ, et non point une morale prudente, garantie de bonheur terrestre ou céleste. Car cette rencontre est mo
6 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
6eu. Mais on regrette parfois qu’il suive à pas si prudents son modèle, et que l’admiration que lui inspire Calvin s’exprime en t
7 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
7lan du 9 juillet. Emprunts timides à un plan trop prudent pour être honnête. Emplâtres collés sur des lésions qui réclameraient
8 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
8angiles étaient-ils vraiment si « bourgeois », si prudents, si soucieux de logique, si incapables d’y atteindre, si aveuglés sur
9 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
9réel confus et dangereux qui échappe à ses prises prudentes. Et ces lois confirment le penseur dans l’idée que l’esprit « distinc
10simples et bien grossières, celles que les clercs prudents ne posent jamais, celles que nous pose le désordre établi. On imagine
10 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
11 aux craintes qu’avait pu faire naître le silence prudent de M. de la Rocque. Le fascisme, en effet, est une mystique de la jeu
11 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
12livre qui traite d’un « problème » précis, il est prudent de se demander d’abord si vraiment ce problème se pose — ou si l’aute
12 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
13rop vite jugée par celle des distingués aux mains prudentes, et qui n’auront jamais fini de soupeser leurs doutes opportuns. Il n
14nces psychologiques, et peut-être trompeuses. Ces prudents ne sont pas toujours sages, en effet. Vous les voyez parfois, perdant
15 au terme de ses descriptions, autre chose que de prudentes hypothèses. (Je néglige quelques sectaires, dont Péguy a parlé sans d
16t rapidement leur caractère d’hypothèses [p. 184] prudentes, et deviennent à leur tour des dogmes. D’où la mythologie des lois ps
13 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
17s obéissent à l’autorité nouvelle, tandis que les prudents, les médiocres, les indécis, les lâches et les politiciens « réaliste
14 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
18re vu par l’une, entrant chez l’autre. Mais c’est prudent, on me l’a dit. Car elles ne baisseront pas leurs prix pour garder un
19s et sérieux, un peu lent de geste et de parole ; prudent. Il se plaint de son isolement. « On nous laisse seuls, sans directio
15 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
20s et sérieux, un peu lent de geste et de parole ; prudent. Il se plaint de son isolement. « On nous laisse seuls, sans directio
16 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Luther contre Érasme (19 juin 1937)
21l souhaite même qu’il n’y en ait pas. Et tous les prudents d’applaudir, non sans apparences de raison : on a commis tant de crim
22n retombe au débat de Luther et d’Érasme. Le trop prudent humaniste eût-il saisi dans son sérieux dernier la réalité d’un dilem
17 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
23re vu par l’une, entrant chez l’autre. Mais c’est prudent, on me l’a dit. Car elles ne baisseront pas leurs prix pour garder un
18 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au dossier d’une vieille querelle (novembre 1937)
24 trouvent mêlés, comme il arrive parfois aux plus prudents, ils feront bien de s’y comporter selon les usages du forum, et de cr
19 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
25e soit une manière de se défendre, ce dont il est prudent de douter. Dites-vous encore que j’admire le Führer ? Laissez-moi plu
26penser davantage que le voisin, qui est bien trop prudent pour penser. Programme communiste atténué. 10 mai 1936 Au café avec
20 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
27rde et cruel parti pris ; ou comme une abstention prudente… Ou encore ils y voient l’effet d’une impuissance à vivre largement,
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
28rde et cruel parti pris ; ou comme une abstention prudente… Ou encore ils y voient l’effet d’une impuissance à vivre largement ;
22 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
29 le solitaire conseille aux Suisses de se montrer prudents dans l’affaire de Bourgogne, où l’Autriche et la France complotent de
23 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
30 Diable dans le péché, nous serions beaucoup plus prudents. Son astuce sera donc de se rendre invisible au sein même de nos vrai
24 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
31sons donc cet insoutenable incognito pour quelque prudent alibi… La fausse piste la plus tentante, l’image la plus trompeuse du
25 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
32ècle des siècles. Enfin, — et ceci doit me rendre prudent, personnellement — le Diable est l’être qui, lorsqu’une dénonciation
26 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VII : La cinquième colonne (26 novembre 1943)
33ècle des siècles. Enfin, — et ceci doit me rendre prudent, personnellement — le Diable est l’être qui, lorsqu’une dénonciation
27 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
34omine tout. Leur mauvaise conscience les a rendus prudents et sages. Ils se sentent accusés sourdement d’avoir causé trois cent
28 1946, Journal des deux Mondes. 6. Intermède
35s pas à mes côtés, et me dit rapidement : « Soyez prudent, quatre des chefs de la Ligue dans l’armée ont été arrêtés ce matin à
29 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
36e série, larges et confortables, mais dont il est prudent de vérifier si toutes les pièces tiennent bien ensemble… Soudain je n
30 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
37érence dans les salons du club, le président juge prudent d’y renoncer, un tiers des membres étant, croit-il, amis de l’Axe. Il
31 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
38onne n’osant le contester autour de moi, je crois prudent de l’accepter. J’admets aussi que l’évocation des fées ne sert à rien
32 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
39omine tout. Leur mauvaise conscience les a rendus prudents et sages. Ils se sentent accusés sourdement d’avoir causé trois cent
33 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
40e. L’action du chrétien n’est jamais partie de la prudente [p. 639] considération des forces dont il croyait pouvoir disposer, m
34 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
41ns, fut à la fois si unanime et si astucieusement prudente. On était presque à la merci de l’ennemi, mais on le connaissait par
42norme de l’Histoire. Une conception réaliste et prudente Que faut-il faire vis-à-vis d’un tel peuple ? Il faut l’aider à redev
43 névrose. Cette conception me paraît réaliste, et prudente autant que chrétienne. Car le vrai danger allemand, en l’an 1946, ne
35 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
44 sans leur soutien. On serait tenté d’accuser ces prudents de scepticisme impénitent. En vérité, ils me semblent pécher, bien au
45 leur répondre : où prendrez-vous le temps d’être prudents ? Si nous craignons d’aller trop vite, aux yeux de l’expérience d’aut
36 1949, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est encore un espoir (8 décembre 1949)
46re vu qu’on ne leur laissera plus le temps d’être prudents. Trop tard, dites-vous. « L’Europe n’existe plus ». Les Russes et les
37 1950, Lettres aux députés européens. Deuxième lettre
47t le temps d’aller lentement, et le loisir d’être prudents. Festina lente nous disent-ils. Les Coréens n’entendent pas ce latin-
48e vous avez le trac. Vous répétez qu’il faut être prudents quand on s’engage dans une entreprise aussi vaste. Ah ! pour le coup,
38 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Deuxième lettre aux députés européens (16 août 1950)
49t le temps d’aller lentement, et le loisir d’être prudents. Festina lente nous disent-ils. Les Coréens n’entendent pas ce latin-
50e vous avez le trac. Vous répétez qu’il faut être prudents quand on s’engage dans une entreprise aussi vaste. Ah ! pour le coup,
39 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
51te par les pratiques courantes, à base de cynisme prudent, par la psychanalyse dans les classes aisées, par le marxisme dans le
40 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
52dividus. Ainsi l’humour, forme larvée, sournoise, prudente, de la révolte quotidienne contre la tyrannie rationaliste, contre le
41 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
53de ce genre est nécessairement plus lente et plus prudente que celle d’un organisme privé. De plus, leur secrétariat ne dispose
42 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
54être suivi, à la lunette, la marche audacieuse et prudente sur les glaciers d’une caravane d’encordés — à la question : « Vous c
43 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
55enait à s’émouvoir entre les confédérés, les plus prudents interviendront par arbitrage pour apaiser le différend, selon qu’il l
44 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
56 une presse de combat, mais de commentaires et de prudentes mises au point. Ajoutons que les articles du genre instructif, sur de
45 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
57tieux risquerait de troubler la paix, et l’on est prudent. On ne rayonne donc pas. On se respecte à distance et même on s’estim
46 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
58r qu’il a compris les ordres, risque une critique prudente d’un argument de K. (Ce dernier s’en déclare enchanté : « J’étais sûr
47 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
59a, peu d’idéal, beaucoup de raison pratique et de prudents calculs. On aurait le plus grand tort d’y mêler de la morale. Car la
48 1957, Preuves, articles (1951–1968). Pourquoi je suis Européen (octobre 1957)
60ter sa première expérience d’union progressive et prudente. Trop petite ! vont répétant ceux qui en ont déjà peur. Bon début, di
49 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
61e). Tempérament : exclusif, bâtisseur, critique, prudent (« se garder à carreau ») ; abstracteur, classique, impudent, inventi
50 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
62iastiques ou autres seraient désignés, des hommes prudents et experts et fidèles, qui après avoir prêté serment (éliraient) troi
51 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
63r lieu, selon moi, au bulletin secret, d’après la prudente et recommandable méthode des Vénitiens. Cette méthode empêche, dans u
52 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
64e contraste est grand : c’est celui de la science prudente et de l’éloquence militante, de la sobre sociologie et de la propagan
53 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
65ra, — préférer le risque créateur à la méditation prudente d’une sagesse immuable, c’est tout le génie de l’Occident, et c’est p
54 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
66trage, formé de trois prélats et de trois laïcs « prudents et experts », disposerait de sanctions pénales : le pays récalcitrant
67strielles spontanées anticipent sur les buts fort prudents des traités. Il semble bien que cet élan doive trouver sous peu son c
55 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Fédéralisme et culture (3-4 mars 1962)
68nts ou excessifs. Les comités sont par définition prudents et économes : leur rôle est normalement de rationaliser les activités
56 1963, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Mais qui est donc Denis de Rougemont (7 novembre 1963)
69e. Pas plus savant qu’un autre mais beaucoup plus prudent, j’ai demandé à Denis de Rougemont de commenter librement et, au beso
57 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
70enait à s’émouvoir entre les confédérés, les plus prudents interviendront par arbitrage pour apaiser le différend, selon qu’il l
58 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
71 de constitution fédérale, présenté sous la forme prudente d’une révision du pacte de 1815. (Les Waldstätten, ainsi que Glaris e
59 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
72 rapidement la vedette inquiétante d’un parlement prudent, qui ne le suit guère. Un jour, exaspéré par l’attitude de ses collèg
60 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
73tieux risquerait de troubler la paix, et l’on est prudent. On ne rayonne donc pas. On se respecte à distance et même on s’estim
61 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
74iscours de Winston Churchill, proposant, avec une prudente hardiesse, de construire « une sorte d’États-Unis d’Europe », dont il
62 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
75he par les pratiques courantes, à base de cynisme prudent ; par la psychanalyse dans les classes aisées ; par le marxisme dans
63 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
76dividus. Ainsi l’humour, forme larvée, sournoise, prudente de la révolte quotidienne contre la tyrannie rationaliste, contre les
64 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
77enca, précisément, on voit René Nelli amorcer une prudente retraite par rapport à ses premiers textes sur le catharisme. Il écri
65 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
78re sans rire — multiplient les promesses d’union, prudentes sans doute, mais d’union quand même, ils se moquent de nous : ils sav
66 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
79onne n’osant le contester autour de moi, je crois prudent de l’accepter. J’admets aussi que l’évocation des fées ne sert à rien
67 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
80 par un Ours ou par un Aigle. Craignons plutôt le prudent idéal [p. 41] de certains délégués à Strasbourg : l’enlèvement d’Euro