1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1ois importunes des hommes, ni les craintes, ni la pudeur, ni le remords, ni le respect de moi ni de mes rêves, ni toi, triste
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
2 voyez un Rousseau sans tendresse, un Nerval sans pudeur, un Musset ivre non plus de vin de France, mais d’alcools pleins de d
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
3n public supposé dévot, et qui n’ose en croire sa pudeur, et qui doute enfin de l’impossibilité des miracles ! Quelles volupté
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
4 parce qu’on les cachait en Dieu et qu’une sainte pudeur en dérobait l’accès. L’existence apparente était plus calme parce qu’
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
5ables de nous libérer de barrières sociales ou de pudeurs qu’en pensée nous tenions pour nulles. Si j’étais vraiment libre, j’a
6 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
6e préméditation — où l’on n’eût voulu voir qu’une pudeur — lui fait éviter toute allusion chrétienne, au point qu’en tels endr
7 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
7ssion brutale de leur inconscient, il décrit sans pudeur la part honteuse de leur nature réelle. Prenons donc d’abord la thèse
8 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
8ent à ne rien cacher tout en restant d’une exacte pudeur. Mais enfin, c’est tout de même pour Lawrence qu’on lit ces dames. Po
9 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
9un matérialiste raffiné, tout en souplesse… Cette pudeur nouvelle — elle date de 1935 — ou cette fausse honte à l’endroit du m
10 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
10étant plus qu’un alibi, ou peut-être une dernière pudeur… Il faut que l’esprit descende quelques degrés. Qu’il s’humilie — lit
11es gens d’ici. Il faut admettre que pour eux, une pudeur ou une honte tout à fait particulière s’attache au commerce de l’arge
11 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
12ons par nous avouer. Passons outre à nos vieilles pudeurs : c’est le début de la cure. Ensuite il faudra essayer de réviser nos
12 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
13es gens d’ici. Il faut admettre que pour eux, une pudeur, ou une honte tout à fait particulière s’attache au commerce de l’arg
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
14 cette mort que Racine ne juge pas nécessaire. La pudeur classique, tant vantée, ne va pas, quoi qu’on dise, sans un appauvris
15pertinent. Presque plus rien n’est défendu. De la pudeur, obstacle naturel, on garde ce qu’il faut pour la rhétorique du désir
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
16il cherche à vaincre les dernières défenses de sa pudeur, et à les tourner par surprise ; enfin la dame se rend à merci. Mais
15 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
17pte avec toute la nature, sans préjugés ni fausse pudeur. Couché dans l’herbe grasse, écrasé par son sac, l’homme observe l’av
16 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
18risent l’oubli de soi et qui libèrent des fausses pudeurs. Pour en finir sur ce sujet, je vous demanderai de vous poser à vous-
17 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Souvenir de la paix française (15 mars 1941)
19là fasciné comme par la découverte d’un secret de pudeur naïvement dévoilé. Secret de ce village aux volets clos. Imaginant un
18 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
20la jeunesse américaine par exemple, à l’égard des pudeurs et interdits qui prêtaient à l’acte sexuel la gravité d’un engagement
19 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
21quoi il a inventé la langue des diplomates et ses pudeurs insanes. Il sait que rien au monde ne pourra nous faire taire, mainte
20 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
22la jeunesse américaine par exemple, à l’égard des pudeurs et interdits qui prêtaient à l’acte sexuel la gravité d’un engagement
21 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
23pte avec toute la nature, sans préjugés ni fausse pudeur. Couché dans l’herbe grasse, écrasé par son sac, l’homme observe l’av
24là fasciné comme par la découverte d’un secret de pudeur naïvement dévoilé. Secret de ce village aux volets clos. Imaginant un
22 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
25la vie. Seulement, il est sérieux sans pose, avec pudeur, préférant affecter la blague ou le scepticisme plutôt que de paraîtr
23 1946, Journal des deux Mondes. 14. Intermède. Mémoire de l’Europe
26 la gaîté d’un mot dit en passant. Elle avait les pudeurs de l’amour… [p. 209] Quand, je me souviens — c’est l’Europe. Parce q
24 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
27r les éléments d’une réponse qui ménage certaines pudeurs de l’âme, et le mystère inhérent à ce genre de problème. p. 2
25 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
28dérer à mon tour comme dangereux, insensé et sans pudeur. Car vous n’êtes pas de ceux qui renoncent. Vous êtes tout à fait mod
26 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
29muler le symbole enfermé dans le mythe. Serait-ce pudeur d’artistes ? Pudeur tout court ? Ou faut-il croire qu’ils ont écrit l
30ermé dans le mythe. Serait-ce pudeur d’artistes ? Pudeur tout court ? Ou faut-il croire qu’ils ont écrit leurs contes sans jam
31 [p. 59] Comme on peut le voir par l’examen de la pudeur, ne serait-ce point pour la raison qu’en beaucoup d’hommes la créativ
32 paraît avoir son siège dans le seul sexe, que la pudeur s’est localisée là ? Ne serait-ce point pour cette raison que l’homme
33t se déplacer dans le cerveau ou dans le cœur. La pudeur aussitôt affecte la pensée, les sentiments. On parle « d’étalage impu
34 en ait honte, semble-t-il. En vérité la mauvaise pudeur provient de ce que le corps et l’âme se distinguent, et cessent d’êtr
35 amour qui se refuse à l’étreinte. Et pourquoi la pudeur cesse-t-elle d’exister, normalement, quand deux êtres s’aiment ? Parc
27 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
36ue jamais — je fais le modeste — d’où vient cette pudeur ? Je ne veux pas la gloire pour vous éblouir, vous que j’aime et qui
28 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
37des signes de malédiction divine. Peu ou point de pudeur, la nudité triomphe avec le plus grand naturel. Point de mystère non
29 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
38Ils parlent constamment d’argent, sans la moindre pudeur, tandis que vous y pensez constamment, en le cachant. Ils sont matéri
39parle ouvertement. C’est qu’on n’y attache aucune pudeur. Et ce n’est pas qu’on y tienne plus qu’en France, mais simplement la
40te, exempt de nos complications paysannes, de nos pudeurs d’aristocrates ruinés, de nos revendications ouvrières et bourgeoises
30 1948, Suite neuchâteloise. III
41orté un dynamisme neuf, et un accent qui défie la pudeur…   Le gouvernement et la structure sociale de la Principauté de Neuch
31 1948, Réforme, articles (1946–1980). Roger Breuil qui vient de mourir était un grand romancier protestant (13 mars 1948)
42es de psychologie courante, il faudrait parler de pudeur. Mais cette pudeur cachait une étrange liberté, celle que donne aux d
43ourante, il faudrait parler de pudeur. Mais cette pudeur cachait une étrange liberté, celle que donne aux démarches intimes le
44, pour des raisons profondes et non seulement par pudeur naturelle ou discrétion spirituelle. Le Message est ailleurs, et autr
32 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
45our vérifier, et j’ai vite refermé la couverture. Pudeur, ou répugnance à donner dans le piège ? Les deux sans doute. Combien
33 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
46ons, pour notre part, aucune raison d’affecter la pudeur dans ce domaine. Disons que la crise est grave, que le départ de M. J
34 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
47ts de l’histoire. Il semble que les Suisses aient pudeur d’en parler. Compartiments, oui. Et qui, souvent, assez malgracieusem
35 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
48rmes, un égalitarisme intransigeant, et aussi une pudeur profonde. Le Suisse est plus naturellement porté qu’aucun autre Europ
36 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
49ons, pour notre part, aucune raison d’affecter la pudeur dans ce domaine. Disons que la crise est grave, que le départ de M. J
37 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
50 à la science de changer de planète. » Dernière pudeur Notre Europe, dira-t-on, dans cette immense affaire, perd beaucoup de
51a Lune, puis sur Mars et Vénus : ils ont moins de pudeur à rompre certains liens, et cela se comprend. D’où leur « avance tech
38 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
52-être plus scandaleux que ce qu’ils montrent sans pudeur, — j’entends plus subversif dans l’ordre spirituel que choquant aux y
39 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
53e et non sensuel, « et c’est ce qui inspire cette pudeur qui caractérise tout amour grec » 27 . Il s’oppose plus encore à l’am
40 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
54our vérifier, et j’ai vite refermé la couverture. Pudeur, ou répugnance à donner dans le piège ? Les deux, sans doute. Combien
41 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
55avec le fer les cornes du monstre tant aimé. Sans pudeur, j’ai abandonné les pénates paternels, sans pudeur, je fais attendre
56udeur, j’ai abandonné les pénates paternels, sans pudeur, je fais attendre Orcus. Ô Dieu (si quelqu’un des dieux entend mes pa
42 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
57e et non sensuel, « et c’est ce qui inspire cette pudeur qui caractérise tout amour grec » 98 . Il s’oppose plus encore à l’am
43 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
58vision si expressément centraliste de 1874, cette pudeur ou prudence paysanne ne suffit plus. Dès 1878, le grand juriste zuric
44 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
59iciellement exercée qu’aux frontières du pays. La pudeur de la jeunesse suisse est ainsi protégée par les douaniers, fonctionn
60a rhétorique sous toutes ses formes, et aussi une pudeur profonde. Le Suisse est plus naturellement porté qu’aucun autre Europ
45 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
61iciellement exercée qu’aux frontières du pays. La pudeur de la jeunesse suisse est ainsi protégée par les douaniers, fonctionn
46 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
62mais souvent trop rapides à mon gré, par excès de pudeur peut-être, ou comme si l’auteur redoutait de s’exposer trop longtemps
47 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
63, « enragé amateur de femmes », « ennemi de toute pudeur et sainteté », à tel point [p. 400] « qu’on aurait pensé qu’il crût l
48 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
64talières (on n’avait pas osé le dire franchement, pudeur stato-nationaliste oblige) du type de la Regio basiliensis (helvéto-f