1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1ui fut Hölderlin signe maintenant Scardanelli des quatrains qu’il donne aux visiteurs venus pour contempler la victime d’un mirac
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
2teront de pâles lueurs réminiscentes. Ce sont les quatrains du temps de la folie, poèmes véritablement « posthumes », que Pierre
3 la traduction d’un poète par un autre poète. Les quatrains sont ici précédés de Fragments dont je me demande s’il était bien lég
3 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
4ui fut Hölderlin signe maintenant Scardanelli des quatrains qu’il donne aux visiteurs venus pour contempler la victime d’un mirac
4 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
5g, et de ces gâteaux compliqués qu’elle orne d’un quatrain de bienvenue. Elle me confie qu’il lui arrive de rêver en vers. Chacu
5 1938, Esprit, articles (1932–1962). Revue des revues (septembre 1938)
6s ici depuis nos débuts.   NRF (mai). — Notes et quatrains de Jean Wahl. À retenir cette petite charade : mon premier est ce qu’
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
7itulée l’Évangile des femmes : c’est une suite de quatrains dont les trois premiers vers exaltent la femme selon le mode courtois
7 1968, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Hölderlin dans le souvenir des noms splendides (1968)
8beginnt. Je retrouvais sans trop de lacunes deux quatrains d’une déchirante simplicité, que j’avais traduits à vingt ans : Die L