1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1enève sur « l’Avenir de l’Europe. » (Cf. les deux réponses d’André Gide en particulier). Car la plupart des enquêtés se font de
2 Il serait vain de tenter un classement parmi les réponses d’une extraordinaire diversité — peut-être trop nombreuses — qui comp
3nt avoir, sincérité trop rare… Presque toutes les réponses, conclusions ou interrogations, ont le défaut de n’être pas suffisamm
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
4r inertie, je ne sais. Mais je m’attends à cent « réponses » de cette sorte. Et je tiens à les classer par avance en deux catégo
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
5ommes doivent être égaux en tout ? Et la première réponse fut : Il faut que ce soit vrai, pour que la démocratie prospère et ét
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
6e est de règle. Car la qualité et la quantité des réponses « fournies » par le prévenu (l’élève examiné) n’a qu’un lointain rapp
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
7et se perpétue ; de quel droit il nous écrase. La réponse est simple, terriblement simple : du droit de la Démocratie. L’instru
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
8 de questions dont ils n’aient appris par cœur la réponse. Regardez un écolier préparer ses devoirs, c’est frappant : il appren
9ant : il apprend les questions aussi bien que les réponses. J’avoue que je trouve ça très fort : avoir obtenu un conformisme de
10nique » et qui définit notre âge : la paperasse ? Réponse ? Petits étourdis. Réponse non, c’est un recul. Cette critique du fon
11e âge : la paperasse ? Réponse ? Petits étourdis. Réponse non, c’est un recul. Cette critique du fonctionnarisme, vous alliez l
12je la naïveté non moins énorme d’esquisser ici la réponse que je lui réserve ? L’instruction publique est la forme la plus comm
7 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
13 première boîte venue. Le lendemain, il reçut une réponse : « Vous avez commis une erreur, cher ami, mais bien excusable de la
8 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
14 [p. 242] « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930) b Deux menaces mortelles assiègent notre cond
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
15s grand nombre d’artistes exposassent pour qu’une réponse valable pût être esquissée. Car, avouons-le, du fait même de la nouve
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
16trouve pas dans ces indignations sentimentales la réponse aux premiers troubles que la grâce jette dans son âme. D’autre part,
11 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
17de. Une angoisse qui est un appel, et qui crée sa réponse — en vain. Le sentiment mesure une défaillance de l’être. Mais ici,
12 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
18. Il n’y a aucune raison de ne pas leur donner de réponses ». Au fond, M. Nizan reproche à nos philosophes d’exclure de leurs re
19chaque jour, si cet appel n’a pas trouvé la seule réponse possible et réelle dans le message évangélique. Et je demande mainten
13 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
20hommes et ne voient même pas qu’ils n’ont plus de réponses à offrir à [p. 2] leurs perpétuelles et urgentes questions ; en face
14 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
21 Ayons le courage de l’affirmer ; il n’est pas de réponse à cette question pour ceux qui ne savent pas ce que c’est que la foi.
15 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
22 le beau temps. [p. 57] Lord Artur. — Certes, la réponse serait sage, si seulement vous saviez ce que vous dites. Mais, en vér
16 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
23ment, et nulle part ailleurs. On nous demande des réponses ? Mais nous ne pouvons que mettre et remettre en question vos sécurit
24vos questions. Car alors, vous approcheriez de la réponse, vous y offrant sans défenses humaines. Nous avons aussi, à ce moment
25 ou refoulent la question, en lui fournissant des réponses tantôt prématurées, tantôt inopérantes, et toujours équivoques ; déso
17 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
26Non pas un doute, mais quelque chose qui veut une réponse, et qui est d’autant plus tragique qu’ils ne savent plus le formuler.
18 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
27 se fonde votre personnalisme ? Je ne vois qu’une réponse à toutes ces questions, c’est la réponse de l’Évangile. [p. 51] Fait
28s qu’une réponse à toutes ces questions, c’est la réponse de l’Évangile. [p. 51] Faites toutes les sociétés que vous voudrez,
19 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
29si je vous entendais confirmer mon point de vue. Réponse. — J’en suis fâché, mais la personne dont je parle n’a rien à voir av
30à une très grosse difficulté dans votre système. Réponse. — Je ne le nie pas un instant. Tout système comporte en réalité une
31’elles soient, deviennent forcément inopérantes. Réponse. — La force de cette objection réside dans une vue rationaliste du mo
32t ce temps, ils l’exploitent jusqu’aux moelles ! Réponse. — Je ne crois pas à un esprit organisé par le soin des hommes. L’Esp
20 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
33us permet d’éluder le vrai problème. » Mais cette réponse simpliste, valable tout au plus contre certaines critiques bourgeoise
21 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
34e courage de l’affirmer ; il n’est pas de [p. 88] réponse à cette question pour ceux qui ne savent pas ce que c’est que la foi.
22 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
35eci : quel est le sens des échecs humains ? De la réponse qu’un homme fait à cette question, l’on pourrait tirer un critère de
23 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
36 fallait-il être égal ? Sur le plan politique, la réponse était facile ; mais elle ne satisfaisait pas le besoin qu’on avait cr
24 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
37nsemble de la nation. Ceux qui leur donneront une réponse efficace, donneront du même coup un but commun aux efforts de tous le
25 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
38 se fonde votre personnalisme ? Je ne vois qu’une réponse à toutes ces questions, c’est la réponse de l’Évangile. Faites toutes
39s qu’une réponse à toutes ces questions, c’est la réponse de l’Évangile. Faites toutes les sociétés que vous voudrez, boulevers
26 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
40n qu’ils vivent bien ! On se souvient de la noble réponse de ce proscrit de la Révolution auquel on demandait à son retour en F
27 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
41e violence ne peut dérober, mais c’est une triste réponse à la révolte de ces pauvres qu’on redoute plus qu’on ne les aime… Si
28 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
42ociale, en tant qu’elle est question exigeant une réponse ne se pose pas ailleurs que dans le je aux prises avec le tu. Ses don
29 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
43ritable angoisse, et qu’elle nous dresse pour une réponse. La plénitude est un combat d’amour. Mais aimer ? C’est d’abord répon
44 sens exact d’une question n’est donné que par la réponse. Mais l’homme antique n’a pas en lui de quoi répondre à la Nature : i
45raints de nous arrêter : l’an 33 de notre ère, la réponse éternelle à la perpétuelle question du monde, nous est donnée. C’est
46tion du monde, nous est donnée. C’est d’abord une réponse faite à l’homme. Mais c’est aussi, à travers l’homme désormais restau
47sormais restauré dans sa condition éternelle, une réponse à toute la création, désormais replacée dans l’ordre originel. À cet
48riginel. À cet instant, parce qu’il possède cette réponse, l’homme comprend le sens de la question. Et dans l’élan désordonné d
49 Écritures, ne peut manquer d’évoquer aussitôt la réponse de l’Épître aux Romains : « Tout l’univers s’adresse à l’homme dans u
50n la question ne va pas jusqu’à l’accepter, et sa réponse n’est encore qu’une évasion. Cette « partie de son être inconnue à lu
51de la foi, nous permet d’apporter à la Nature une réponse qui dépasse sa question et qui atteint et qui embrasse l’être anxieux
30 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
52 fallait-il être égal ? Sur le plan politique, la réponse était facile ; mais elle ne satisfaisait pas le besoin qu’on avait cr
31 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
53ction ? Doit-il avoir un lieu particulier ? De la réponse à ces questions dépendront l’existence et l’emplacement du Palais de
54 manifester, comment le hisser sur le pavois ? La réponse est simple. L’esprit s’exprime par l’écrit et la parole. Un sanctuair
55que fameuse : « La vérité est peut-être triste. » Réponse qui n’est encore qu’une question déguisée. Le soupçon de Renan trahit
56mme ne répond plus : [p. 41] il est la vérité, la réponse en chair et en os. Il faudrait se « boucher les yeux… » Cet homme est
32 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
57Barth exprimait si magnifiquement dans une de ses réponses aux objections des humanistes : “Christ n’a pas cru pouvoir sauver le
33 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
58struction publique et l’atmosphère culturelle. La réponse ne peut faire de doute : seule une culture constituée et transmise pa
34 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
59ès que l’on s’est mis en marche, il n’est d’autre réponse, dans les faits, que la fameuse dictature de transition, masque étati
60que l’on cherchera, dans ces pages, quelque autre réponse directe à la fière question du début : « De quoi s’agit-il ? » [p. 4
35 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
61che, en lisant, un passe-temps, un vertige ou une réponse. Mais l’invention de l’imprimerie a multiplié les problèmes dans une
36 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
62l’ornement paraît enfin tout le sujet. Mais de la réponse de Calvin, de cette Épître à Sadolet dont chaque phrase est tendue co
37 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
63les œuvres tant spirituelles que matérielles ? La réponse me paraît évidente. Tous les témoignages que nous possédons sur l’éta
38 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
64er qu’il y a là une fausse communauté, une fausse réponse, une duperie spirituelle ; je le crois, au nom d’une vérité plus haut
65peuple, et d’incarner, aux yeux de ce peuple, une réponse libératrice.) Personne n’a davantage que l’Allemand la passion de la
39 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
66s mêmes critères. Or, à ce doute, il n’est pas de réponse qui ne soit un acte de foi. Juger le système ou la mesure soviétique,
67mais remonter. Reste à savoir si nous voulons des réponses simples et faciles, ou bien la vérité qui est souvent difficile. Si n
40 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
68ependant nous avons vu qu’elle ne comporte pas de réponse en soi. Une mesure n’est en soi ni vraie ni fausse ; elle n’est que p
69des deux Europes se ramène à l’opposition de deux réponses différentes à l’appel jailli de la crise, vers une communauté nouvell
70uvelle. Là où cette crise était la plus aiguë, la réponse a été totale, ou tout au moins totalitaire. Là où depuis deux ou troi
71it déjà, la crise est bien moins virulente, et la réponse a plus de peine à se dégager. Pourtant, il faudra bien qu’elle soit d
72ns communistes et nationalistes. 4° Les premières réponses. — C’est pour avoir deviné cet appel et pressenti l’ampleur de l’ango
73é. Tout jugement politique ou idéologique sur les réponses qu’ils ont tenté de donner — classe ou nation — reste superficiel et
74t combler l’attente réelle. Elles ne sont pas une réponse nécessaire. Elles ne sont qu’une tentation superficielle et passagère
41 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
75is le suppose, l’éclaire, le représente… La seule réponse adéquate aux questions que pose la maxime : penser avec les mains, ce
76 c’est-à-dire en tant qu’elle exige de chacun une réponse, ne se pose par ailleurs que dans l’individu aux prises avec son ento
42 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
77ion ne peut être sérieuse que si l’on sait que la réponse existe… Il fallait nous apprendre cet embrassement, cette saisie des
43 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
78outes les œuvres spirituelles et matérielles ? La réponse me paraît évidente. Tous les témoignages que nous possédons sur l’éta
79des deux Europes se ramène à l’opposition de deux réponses différentes à l’appel jailli de la crise, vers une communauté nouvell
80uvelle. Là où cette crise était la plus aiguë, la réponse, qui devait être totale, n’a été que « totalitaire ». Là où depuis ce
81it déjà, la crise est bien moins virulente, et la réponse a plus de peine à se dégager. Pourtant, il faudra bien qu’elle soit d
82 communistes et nationalistes.   4. Les premières réponses. C’est pour avoir deviné cet appel et pressenti l’ampleur de l’angois
83é. Tout jugement politique ou idéologique sur les réponses qu’ils ont tenté de donner — classe ou nation — reste superficiel et
84t combler l’attente réelle. Elles ne sont pas une réponse nécessaire. Elles ne sont qu’une tentation superficielle et passagère
44 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
85luencé, etc., tout cela n’importe qu’à partir des réponses que l’on donne au problème éternel : où sommes-nous, d’où venons-nous
45 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
86ition de l’Église, corps du Christ ressuscité ! » Réponse qui justement donne un exemple bien typique de la méthode romaine de
87p humainement assurée — nous n’avons qu’une seule réponse, mais une réponse certaine, une réponse qui n’est pas nôtre : « L’œuv
88rée — nous n’avons qu’une seule réponse, mais une réponse certaine, une réponse qui n’est pas nôtre : « L’œuvre de Dieu, c’est
89une seule réponse, mais une réponse certaine, une réponse qui n’est pas nôtre : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en ce
46 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
90nsemble de la nation. Ceux qui leur donneront une réponse efficace, donneront du même coup un but commun aux efforts de tous le
47 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
91as duré bien longtemps. 26 novembre 1933 Aucune réponse de Paris à mes envois. Si mes articles ne paraissent qu’en décembre,
92Bible et les travailleurs ». C’est sans doute une réponse à la conférence donnée au même endroit, il y a quinze jours, sous les
93ette. J’essaierai d’aller demain soir entendre la réponse. La mère Renaud vient de m’apprendre que l’orateur est le pasteur du
94e quotidienne. Ils nous donnent très rarement des réponses, ou alors par malchance ce sont justement des réponses à des question
95ses, ou alors par malchance ce sont justement des réponses à des questions qu’on n’avait pas l’idée de se poser ; et c’est là qu
96influx de vigueur et de tendresse réelle », notre réponse d’homme à toute la création, longtemps trompée dans son « attente ard
97ion de l’ordre originel. Et voilà pratiquement la réponse de l’homme : pillage, ruses, destruction, dévoration, le tout accompa
98t fécond est celui qu’on ne cherche pas comme une réponse à son ennui — faut-il dire à sa peur — de vivre. Cette manière romant
99on découvre que le monde ne comporte pas d’autres réponses que celles qu’on a le courage de lui donner. Qu’il n’y a rien à en at
48 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
100ur s’arrêter de penser ? Je n’ai jamais trouvé de réponse franche à ce problème, même dans les œuvres de D. H. Lawrence, l’un d
101. Dans son affirmation, dans ses questions ou ses réponses à d’autres hommes bien réels. Le monologue n’est qu’une suppression a
102tinataire ». Eh bien, qu’est-ce que vous croyez ? Réponse dans les quatre jours ! ah, ils sont comme ça ! Mais voilà que la per
49 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
103ue à leurs croyances. Ils auront aussitôt tant de réponses à me jeter à la tête qu’ils ne trouveront pas même le temps de réfléc
50 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
104un et l’autre cas, et pour les mêmes raisons, les réponses varient du tout au nul. C’est dire qu’une réflexion patiente — mais u
51 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
105enir, et puis vous vous apercevez que ce sont vos réponses elles-mêmes, celles que déjà vous étiez prêt à lui donner, qui se tro
52 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
106ion de l’ordre originel. Et voilà pratiquement la réponse de l’homme : pillage, ruses, destruction, dévoration, le tout accompa
53 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
107os de ce petit patron, et de quelques autres, une réponse un peu moins grossière à la question courante : le régime est-il de g
108chez les bourgeois allemands. Mais sans doute une réponse exacte ne saurait-elle être donnée, la question étant elle-même fort
54 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
109les de grande envergure nous indiquent un type de réponse, une solution peut-être inévitable. La Russie de la Révolution connut
55 1938, Esprit, articles (1932–1962). Revue des revues (septembre 1938)
110 haut ; mon tout est peut-être un attrape-nigaud. Réponse : matérialisme-dialectique. (Juin). — La Duchesse de Friedland, nouve
56 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
111la Chine, y eût produit les mêmes effets. Mais la réponse n’importe pas ici : il nous suffit de marquer que les éléments occide
112lais entre la question qu’elles nous posent et la réponse de notre vie.) ⁂ Le second thème que j’esquisserai n’est peut-être pa
113un dialogue vrai. Alors l’angoisse comblée par la réponse, la nostalgie comblée par la présence cessent d’appeler un bonheur se
57 1938, Esprit, articles (1932–1962). Suite à « La passion contre le mariage » (décembre 1938)
114x qui se sont attaqués à la fausse passion) et la réponse de Rougemont. La voici : Au sujet de la lettre du R. P. Lavaud — je
58 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
115 les lettres n’arrivent jamais, ou demeurent sans réponse. Le courrier qu’on lui adresse est retenu par les intendants, les paq
59 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
116au nom de « l’unité nationale ». 3. Quelle fut la réponse des Démocraties ? — Il était fatal, dans ces conditions, que les Démo
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
117autrement il n’y aurait plus de roman. Mais cette réponse ne paraît convaincante qu’en vertu d’une coutume paresseuse de notre
118? ») Un dernier trait : lorsque Tristan reçoit la réponse favorable du roi acceptant de reprendre Iseut : Dex ! dist Tristan,
119plissement parfait, comme son triomphe… Une seule réponse demeure ici digne du mythe. Tristan et Iseut ne s’aiment pas, ils l’o
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
120problème aussi complexe, et en l’absence de toute réponse [p. 72] satisfaisante, c’est l’honnêteté d’un écrivain que de se born
121ture pour connaître cette poésie. Ainsi de chaque réponse proposée : le « sérieux » des savants paraissant consister surtout da
122. Le christianisme apporte au problème du Mal une réponse dialectique et paradoxale qui se résume dans les mots de liberté et d
123urs comme propagateurs de l’hérésie ? La [p. 103] réponse me paraît aisée. Il est clair que les troubadours n’étaient nullement
124mystère et perd stupidement son existence dans la réponse ». Je voudrais au contraire approfondir, tout en la précisant autant
62 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
125 de ce qui se trouve exprimé ? Quelle que soit la réponse qu’on donnera, une chose demeure certaine : c’est que nous sommes en
63 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
126e solution s’appelle l’État totalitaire. C’est la réponse du xxe siècle, né de la guerre, à la menace permanente que la passio
127instinct de mort font peser sur toute société. La réponse du xiie siècle avait été la chevalerie courtoise, son éthique et ses
128rtoise, son éthique et ses mythes romanesques. La réponse du xviie siècle a pour symbole la tragédie classique 186 . La répons
129cle a pour symbole la tragédie classique 186 . La réponse du xviiie fut le cynisme [p. 296] de Don Juan et l’ironie rationalis
130e rationaliste. Mais le romantisme ne fut pas une réponse, à moins que l’on admette — et c’est possible — que son éloquent aban
131vant une attitude que je donne bien moins pour la réponse décisive, que pour mon choix particulier. p. 265 168. On en aur
64 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
132les de grande envergure nous indiquent un type de réponse, une solution peut-être inévitable. La Russie de la Révolution connut
65 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
133la Chine, y eût produit les mêmes effets. Mais la réponse n’importe pas ici : il nous suffit de marquer que les éléments occide
134lais entre la question qu’elles nous posent et la réponse de notre vie.) ⁂ Le second thème que j’esquisserai n’est peut-être pa
135un dialogue vrai. Alors l’angoisse comblée par la réponse, la nostalgie comblée par la présence cessent d’appeler un bonheur se
66 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
136nder pourquoi vous y tenez tant. Je crois voir la réponse dans votre conclusion. Et force m’est alors de reconnaître qu’à l’ori
137o d’Esprit par la fin, comme tout le monde. Cette réponse écrite, j’ai lu votre « Tristesse de l’historien ». (Mounier et Nikla
138structive… Je me garderai donc de retoucher cette réponse. Mais pour conclure, je vous citerai en confidence deux phrases d’une
67 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Propos sur la religion, par Alain (avril 1939)
139n comme Napoléon, qui faisait les demandes et les réponses. p. 704 ao. « Propos sur la religion, par Alain (Rieder) », La N
68 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
140, il ne s’agit pas de lui offrir n’importe quelle réponse flatteuse ou approximative. Et ce besoin de certitude, il s’agit de l
69 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
141ure de l’angoisse des foules, pour lui donner une réponse à la fois frappante et concrète. « Tout est en désordre ? ont-ils dit
142e se tromper si peu que ce soit, et de donner une réponse qui ne soit pas vraiment totale. Nous connaissons les résultats d’une
143ns : tôt ou tard, là aussi, cet appel exigera une réponse. Reste à savoir si nous saurons la lui donner. Reste à savoir si nous
70 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
144enir, et puis vous vous apercevez que ce sont vos réponses elles-mêmes, celles que déjà vous étiez prêt à lui donner, qui se tro
71 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
145on européenne, il s’agit maintenant de donner une réponse dont dépendra notre existence. Nous avons fait serment, le 2 septembr
72 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
146s ne doit pas nous interdire l’usage. La [p. 172] réponse à l’idéalisme déficient ne doit pas être le matérialisme, mais l’idéa
73 1940, La Vie protestante, articles (1938–1961). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
147n pourra différer d’avis sur les conséquences des réponses. Mais il faut répondre d’abord. Oui ou non, Niemöller est-il bon luth
74 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
148pour le Combat final, pour le Jugement dernier. » Réponse dont je ne sais s’il faut admirer davantage la sévérité ou la dévasta
75 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
149u Paradis ? — J’ai voulu me faire auteur, dit-il. Réponse géniale si nous considérons les divers sens du nom d’auteur. L’Auteu
150s personne. Or si j’appelle et qu’il n’y a pas de réponse, je dis qu’il n’y a personne ; la personne est en nous ce qui répond
151 qui répond de nos actes, ce qui est « capable de réponse », ou responsable ; dans une foule il n’y a plus de réponse individue
152 ou responsable ; dans une foule il n’y a plus de réponse individuelle ; pour qu’il n’y ait plus de responsable, il suffit qu’i
153lle à Monsieur la règle du club : ni questions ni réponses. Je ne savais plus que dire, parce que j’avais une chose à dire. D’ai
154day to day, c’eût été une sorte de question ou de réponse. Je pensais que le mieux serait de m’en aller sans bruit. Mais vous c
155questions possibles, et donc toute possibilité de réponse à quoi que ce soit. Laissez-moi donc seul. C’est mon ordre. Et si vou
76 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
156. Que pouvons-nous faire maintenant ? Je dirai la réponse « chrétienne » — le christianisme [p. 199] est à réinventer — comme l
77 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
157s personne. Or si j’appelle et qu’il n’y a pas de réponse, je dis qu’il n’y a personne. La personne est en nous ce qui répond d
158 qui répond de nos actes, ce qui est « capable de réponse » ou responsable ; dans une foule, il n’y a plus de réponse individue
159ou responsable ; dans une foule, il n’y a plus de réponse individuelle ; pour qu’il n’y ait plus de responsable, il suffit qu’i
78 1944, Les Personnes du drame. Introduction
160 lequel des deux a commencé ? Tenons-nous en à la réponse, toute goethéenne en son humour, de l’essayiste Rudolf Kassner 1  : «
79 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
161 le cas de la plupart. En vérité, la bassesse des réponses, — ni la duperie qu’elles figurent souvent — ne doit pas faire douter
162 pouvons pourtant pas être tous des martyrs ! » — Réponse de Kierkegaard : « Ne vaudrait-il pas mieux que chacun dise pour soi-
163i vous voulez interroger, interrogez ! », mais la réponse est : « Convertissez-vous ! » À la lumière jaillie de l’acte de la fo
164e violence ne peut dérober, mais c’est une triste réponse à la révolte de ces pauvres qu’on redoute plus qu’on ne les aime… Si
80 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
165ion ne peut être sérieuse que si l’on sait que la réponse existe. Il fallait nous apprendre cet embrassement, cette saisie des
81 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
166rant, mais beaucoup de questions y demeurent sans réponse, et des faims ancestrales sans pâture. D’où renaît peu à peu une ango
167e les cartes ? » Déjà E. T. A. Hoffman insinue la réponse : « Et si un principe spirituel, étranger à nous-mêmes, était le mobi
168de la plupart des romantiques fournit ici la même réponse. En effet, la blessure dont ils souffrent est presque toujours symbol
82 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
169l porte dans son être, et qui est aussi la grande Réponse ; et les démons s’éveillent sur son passage, il n’y a plus nulle part
83 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
170ctrine de l’angoisse — une question plutôt qu’une réponse. Les soldats mériteront du repos, les peuples du pain et des jeux. Il
84 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
171s, parce qu’elles ne paraissent comporter que des réponses amères et humiliantes, si l’on reste au niveau des faits, des dures n
85 1946, Lettres sur la bombe atomique. 17. La fin du monde
172lui a écrit aussitôt que, d’après ses calculs, la réponse était simple : cela donnerait une idée fort approchée de la fin du mo
86 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
173rnation. Et il apporte à la question des temps la réponse éternelle de l’Église. Qu’est-ce que l’Église primitive, dans la pers
174 est né. Mais qui peut aujourd’hui proposer cette réponse ? Le rôle d’Hitler est de détruire. Il détruit les contradictions int
175ne utopie apparente ; en réalité, ce n’est qu’une réponse. Une fois parti, je m’aperçois bientôt que je n’étais faible que parc
176s d’intellectuels ont tenté de formuler certaines réponses partielles. Le sentiment obscur des peuples n’attend que des réponses
177 Le sentiment obscur des peuples n’attend que des réponses plus claires et convaincantes pour devenir une volonté. Ce qui manque
87 1946, Esprit, articles (1932–1962). « Un divorce entre le christianisme et le monde ? » (août-septembre 1946)
178s choses ont l’air de bien marcher. Voilà pour ma réponse. Mais c’est l’enquête elle-même qu’il faut mettre en question. On n’i
88 1947, Doctrine fabuleuse. 1. Premier dialogue sur la carte postale. La pluie et le beau temps
179 pluie et le beau temps ! Lord Artur. Certes, la réponse serait sage, si seulement vous saviez ce que vous dites. Mais, en vér
89 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
180estion, il me semble qu’on se voit condamné à des réponses ou plates ou mystérieuses. Ne serait-ce pas que la clarté n’est qu’un
181s, sachant qu’ils ne comprendraient pas. Voici la réponse qu’elle me fit : Jésus racontait des histoires pour qu’ils s’en souvi
90 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
182ur esprit ?… Ou plutôt — et bien mieux — une pure réponse ? » [p. 49] C’est un premier filet d’eau vive qui perce le sol aride
183baisers, appels qui se donnent en même temps leur réponse, il répète à plusieurs reprises : « Je ne sais pas : je suis !… Je ne
91 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
184» de sa vie, la proféra tout entière dans ce cri, réponse unique à l’éternelle sommation, somme absolue de ses journées et de s
92 1947, Vivre en Amérique. Avertissement
185 favorable à l’un des continents qu’à l’autre. La réponse théorique dépend des goûts, et la réponse pratique, des vocations. J’
186tre. La réponse théorique dépend des goûts, et la réponse pratique, des vocations. J’ai choisi pour ma part d’être agent de lia
93 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
187mbien vous demandez. Sachez attendre longtemps la réponse, non sans chercher ailleurs tout ce qui peut se présenter. Restez cor
94 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
188 Alors paraît comme dénudée par ces questions une réponse évidente et simple. Elle tient dans un très petit mot, vague et poign
95 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
189: — Vaut-il la peine de faire l’Europe sans eux ? Réponse : l’absence de ceux de l’Est nous force à faire l’Europe beaucoup plu
96 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
190s ? Permettez-moi de vous citer, entre cent, deux réponses qui ont été provoquées par ma lettre invitant les intellectuels d’une
97 1948, Suite neuchâteloise. VI
191 quelques énigmes, et permis d’entrevoir quelques réponses. Voici pourtant un fait que je m’explique [p. 60] très mal, et qui to
192es Heyd, nous avions joué au jeu des questions et réponses. L’un écrit trois questions, et l’autre en même [p. 67] temps trois r
193questions, et l’autre en même [p. 67] temps trois réponses. Puis on lit à haute voix les deux papiers. Jeu de hasard, ou de télé
194le ? Catherine, la fille de Gide, lut sa dernière réponse : — L’originalité de mon père. Gide s’éclaircit la voix pour observer
98 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
195eurs experts voyaient dans le mot souveraineté la réponse décisive à cette « chimère ». Le bon sens dénonçait l’invivable chaos
99 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
196doles. Un lecteur m’écrivait récemment : « Quelle réponse l’Occident prétend-il apporter à l’inquiétude du monde moderne ? » Je
197études personnelles, qui ne se satisfont point de réponses collectives. L’Occident n’est pas une église, n’est pas une doctrine
198 L’Occident est une somme immense de réalités, de réponses, de questions, de contradictions. Cette prodigieuse diversité peut an
100 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
199 de mon opinion sur Strindberg, et je lui fis une réponse assez vague, m’étonnant surtout de la question. Huit jours plus tard,
200crit trois questions, l’autre en même temps trois réponses, puis on lit à haute voix les papiers. Jeu de télépathie, plutôt que
201? » [p. 285] Catherine, sa fille, lut sa dernière réponse : « L’originalité du Bipède. » (C’est ainsi qu’on l’appelait dans ce