1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hugh Walpole, La Cité secrète (décembre 1929)
1ptation, mais elle peut se muer instantanément en révolte. Aucun cadre logique ne détermine l’avenir le plus proche. Il n’y a p
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2s, le salut n’est nulle part… » « Je comprends la révolte des autres et quelles prières cela fait à Dieu » disait Drieu La Roch
3r tous les chaînons d’inquiétude, de malaises, de révoltes plus ou moins complètes au gré des tempéraments. Le geste de Lafcadio
3 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
4Rousseau surréaliste. Devant cette ostentation de révolte, ce mélange de fanfaronnade et d’intense désespoir, on songe au Frank
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
5d’ambition que pour ses enfants. Jacob, l’aîné se révolte. Sensualité, intelligence, brutalité : les caractères se résument dan
5 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Bopp, Interférences (décembre 1927)
6rie. Un scientisme assez insolent et les joyeuses révoltes de sa verve « interfèrent » en lui. Et aussi (presque imperceptible,
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
7nteau de flammes, puis à qui dédier l’ennui de ma révolte ? Aragon sarcastique se tient là-bas dans un rayon échappé des Enfers
8’élever à la notion de Dieu, répond Aragon, je me révolte qu’elle puisse en aucun cas servir d’argument à un homme. » Voilà qui
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
9tous ceux qui ne peuvent ou ne veulent y voir que révoltes contre leurs morales, ou menaces pour leurs instables certitudes, et
8 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
10le nous risquons de périr. Il se prépare déjà des révoltes terribles 4 , celles d’un mysticisme exaspéré, devenu presque fou dan
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
11e. Mais on avait brisé en nous ces ressorts de la révolte et de la libération d’une personnalité : l’imagination, le sens de l’
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
12ilité plus qu’aux idées des autres. Or, c’est une révolte de ma sensibilité qui me dresse contre l’École. Mes arguments ne se m
11 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
13s en soyons-là, s’il faut en croire les signes de révolte qui apparaissent de toutes parts. Mais l’école empoisonne les germes
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu (septembre 1930)
14 dégage le sujet de l’épopée qu’est Maldoror — la révolte de l’homme contre son Créateur — et il analyse les principaux thèmes
15 qui le caractérise le plus fortement, c’est sa « révolte absolue », forcenée, jusqu’au rire dément, — ses injures de Caliban l
16 les autres, M. Pierre-Quint montre en quoi cette révolte est puérile et insuffisante. Une fois de plus, l’intelligence apporte
17gence apporte la solution d’une hypocrisie que la révolte rend moins sympathique, certes, mais plus réellement dangereuse. On s
18t de la grandiloquence « anti-littéraire » et des révoltes au hasard d’un Maldoror. Elle demande une pensée forte et orientée pl
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
19 admirable et atroce où éclate douloureusement la révolte d’un être pour qui la mort ne peut être qu’une « défaite monstrueuse 
14 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
20is pourquoi dira-t-on, s’arrêter à ces cris d’une révolte égarée par la haine ? C’est qu’ils caractérisent une attitude de plus
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
21 grandissent de jour en jour en même temps que sa révolte contre ce monde. Il se convertit enfin, brusquement, au moment où il
16 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
22Dernières) l’on assiste à un réveil, explosion de révolte ou de joie, tellement incompatible avec les « conditions » de la vie
17 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
23 terme : tendance stoïcienne ; soit des œuvres de révolte contre cette morale — tendance nietzschéenne. Tout ceci ne participan
24i, par la force des choses, tournerait bientôt en révolte, en insolence, en démence : Nietzsche. Ainsi l’atmosphère moraliste a
18 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
25 traverse l’URSS, au-delà de l’insolence et de la révolte ; et ce trait profond de son art m’en convainc : le sens de la vénéra
26aissent sur la terre, les maladies, la famine, la révolte, la guerre et la mortalité. Caille s’avance dans la journée, et l’ang
19 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
27nse a réussi. Par contre ils veulent bien voir la révolte chez ceux-là qui la crient, et la magie chez ceux qui vaticinent, aya
28 Goethe vit sur un perpétuel pied de guerre et de révolte psychique ». Et lui-même gémit, avec une sombre joie : « Sort misérab
29il de l’initiation, chez Goethe, il n’y a pas une révolte, il y a un péril conjuré. C’est contre ce qu’il nommera désormais son
30mbaud s’y lance avec l’emportement d’une [p. 487] révolte qui traduit d’abord un excès féroce de vitalité plutôt qu’une souffra
31 nous aimons de témoigner d’une certaine force de révolte. Notre premier mouvement nous porterait vers Rimbaud, nous détournant
20 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
32 une sorte de sublimation à rebours du sens de la révolte ? On serait en droit d’exiger d’un critique de son temps qu’il déclar
21 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
33, et d’ailleurs discutable ? C’est l’homme qui se révolte en nous contre le marxiste. Vous n’y ferez rien. Et nous ne trahirons
34es révolutionnaires profondes de la France. Cette révolte de la personne, c’est la révolte jacobine, c’est la révolte de 89, da
35la France. Cette révolte de la personne, c’est la révolte jacobine, c’est la révolte de 89, dans ce qu’elle garde de valable et
36 la personne, c’est la révolte jacobine, c’est la révolte de 89, dans ce qu’elle garde de valable et de dynamique ; c’est dès à
37 mêmes raisons, aggravées 23 . Ils jouent sur une révolte des hommes contre le capitalisme : mais cette révolte va se tourner c
38lte des hommes contre le capitalisme : mais cette révolte va se tourner contre eux. On va voir qu’ils font la même chose, c’est
22 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
39ns menteurs ! — et je lui répondrai : [p. 915] Ta révolte est la mienne, mon humaine révolte. Mais j’en ai une autre plus profo
40 : [p. 915] Ta révolte est la mienne, mon humaine révolte. Mais j’en ai une autre plus profonde : celle de voir qualifier de « 
23 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
41par la dogmatique réformée, et plus encore par la révolte de la foi réformée contre toutes les « synthèses » humanistes. Corrup
24 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
42 l’humanité de l’homme, et tout échoue devant une révolte qui leur paraît irrationnelle. La ruine de leurs finances va-t-elle ê
25 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
43ure des illusions et la dégradation du sens de la révolte. L’histoire du monde, bien loin d’être l’histoire d’un progrès contin
44pale, c’est que toute notre idéologie, toutes nos révoltes, toute notre attitude pratique s’expliquent d’une manière suffisante
45i échappent à notre volonté et sur lesquelles nos révoltes sont sans prise, puisque ces révoltes sont elles-mêmes prévues et dét
46quelles nos révoltes sont sans prise, puisque ces révoltes sont elles-mêmes prévues et déterminées par notre classe ou notre rac
47ieu que l’homme des masses vit dans l’attente, la révolte et l’impuissance. Je pourrais encore vous montrer quelles conséquence
26 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
48n désordre réel. Cet ordre reste à la merci de la révolte suffisamment violente de quelques vocations, de quelques « personnali
27 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
49s n’ont un peu de vie que dans le désespoir de la révolte, et c’est ce qu’ils cherchent. Comme une femelle cherche le mâle qui
28 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
50 chrétiens, menteurs ! — et je lui répondrai : Ta révolte est la mienne, mon humaine révolte. Mais j’en ai une autre plus profo
51répondrai : Ta révolte est la mienne, mon humaine révolte. Mais j’en ai une autre plus profonde : celle de voir qualifier de « 
29 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
52nt l’incertitude a provoqué l’inévitable et juste révolte de nos camarades athées. Il n’est de charité bien ordonnée que celle
30 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
53, et d’ailleurs discutable ? C’est l’homme qui se révolte en nous contre le marxiste. Vous n’y ferez rien. Et nous ne trahirons
54es révolutionnaires profondes de la France. Cette révolte de la personne, c’est la révolte de 89, dans ce qu’elle garde de vala
55la France. Cette révolte de la personne, c’est la révolte de 89, dans ce qu’elle garde de valable et de dynamique ; c’est dès à
56s en avons [p. 152] davantage. Ils jouent sur une révolte des hommes contre le capitalisme ; mais cette révolte va se tourner c
57lte des hommes contre le capitalisme ; mais cette révolte va se tourner contre eux. On va voir qu’ils font la même chose, c’est
31 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
58[p. 173] Autocritique Qu’y a-t-il donc sous cette révolte qui élève en moi son cri contre les choses qui viennent à grands pas
59ent de n’en pas mourir. Mais d’où vient encore la révolte ? Sinon d’une peur de moi-même ? C’est qu’il m’arrive encore de me vo
60le fascisme, et le libertinage bourgeois. Dans la révolte de la personne contre l’État, il n’y a pas seulement la vision d’un n
61r ses actes par le recours aux traditions ou à la révolte : c’est, au sens fort et littéral, s’autoriser dans l’exercice d’une
32 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
62une armée, qui la paye ? Qui excite et ordonne la révolte des masses ? C’est toujours un pouvoir personnel, c’est toujours une
63nt nouvelle. C’est la doctrine qui crée, avec des révoltes confuses, une révolution véritable. La doctrine est seule créatrice d
33 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
64à celle des débuts de la Grèce, en ce sens qu’une révolte de l’individu ne tarde pas à se manifester. Cette révolte, c’est la R
65de l’individu ne tarde pas à se manifester. Cette révolte, c’est la Renaissance. Elle apparaît d’abord en Italie, un siècle au
66ions, contre l’oppression collective et contre la révolte de l’individu, ce qui va se dresser pour proclamer les droits et les
67 et le pouvoir temporel. L’anarchisme, c’était la révolte de la Renaissance, et les sectes d’illuminés, c’est-à-dire l’individu
34 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
68culièrement propre à leur rallier une jeunesse en révolte contre la bourgeoisie, mais dégoûtée par avance du [p. 241] marxisme,
35 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
69ure des illusions et la dégradation du sens de la révolte. L’histoire du monde, bien loin d’être l’histoire d’un progrès contin
70pale, c’est que toute notre idéologie, toutes nos révoltes, toute notre attitude pratique s’expliquent d’une manière suffisante
71i échappent à notre volonté et sur lesquelles nos révoltes sont sans prise, puisque ces révoltes sont elles-mêmes prévues et dét
72quelles nos révoltes sont sans prise, puisque ces révoltes sont elles-mêmes prévues et déterminées par notre classe [ou] notre r
73ieu que l’homme des masses vit dans l’attente, la révolte et l’impuissance. Je pourrais encore vous montrer quelles conséquence
36 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
74’Évangile, il y a tout au contraire une sournoise révolte de l’homme naturel, une poussée de ressentiment contre l’héroïsme chr
75’avait vu, une haine des hommes ; bien plus : une révolte contre Dieu. L’homme du ressentiment, ce n’est pas le chrétien, c’est
37 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
76volonté de quelques-uns n’y changera rien. Que la révolte, enfin, d’un seul contre la foule serait la marque d’un affreux orgue
77 peut dérober, mais c’est une triste réponse à la révolte de ces pauvres qu’on redoute plus qu’on ne les aime… Si l’on voulait
78chie, d’individualisme, on ne parle jamais que de révolte, mais d’une révolte, en fin de compte, imaginaire. Car l’ordre de ce
79me, on ne parle jamais que de révolte, mais d’une révolte, en fin de compte, imaginaire. Car l’ordre de ce monde est lui-même e
80aginaire. Car l’ordre de ce monde est lui-même en révolte contre l’ordre reçu de Dieu, qui sera l’Ordre du Royaume. Et nier une
81égation, c’est s’enfoncer dans le néant. Seule la révolte du chrétien est position, obéissance. Si donc l’appel de Dieu isole d
82 haine de l’existence et selon sa misère ». Cette révolte n’est pas fondée dans la transformation effective du monde. Elle part
38 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
83que. Ses héros subissent, avec un héroïsme et une révolte plus émouvants d’être silencieux, des tortures dont les héros de Malr
39 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
84Mais cet examen misérable ne mènera-t-il qu’à des révoltes trop prévues ? Peut-on sortir de ce cercle vicieux à force [p. 25] de
85 bien mieux qu’il ne saurait le faire ses propres révoltes et ses rêves. Ils lui en font une espèce de gloire. Le voilà justifié
86eurs audaces. Ils sont [p. 27] sans foi dans leur révolte même. Ils influencent au hasard, entraînent les jeunes à hue et à dia
40 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
87t pendant ce temps, se dégrade selon ses lois. La révolte matérialiste trouve dans la carence du spiritualisme une espèce provi
88oire de justification. Il y a dans [p. 380] cette révolte un certain ascétisme : celui des lendemains amers de débauche. Il y a
41 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
89’est-à-dire d’un peu plus que de la plus profonde révolte. p. 474 i. « André Breton, Point du jour, NRF », Esprit, Paris,
42 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
90 ce pouvoir qu’il sait avoir perdu ? La Nature se révolte en désordre. Elle veut la mort de l’homme parce qu’il ne sait plus la
91ux dieux. ⁂ Un panthéisme angoissé, ressort d’une révolte rationnelle contre la Nature, — cette dialectique fondamentale de l’u
43 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Procès, par Franz Kafka (mai 1934)
92le qu’elle est, et en même temps, au moment où la révolte point, constatation de la vanité absolue de toute appréciation, de to
44 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
93ieu que l’homme des masses vit dans l’attente, la révolte et l’impuissance. La société que veut L’Ordre nouveau a pour mesure f
45 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
94e Karl Marx. En vertu de cet acte de foi, fait en révolte contre la vraie foi, ils se persuadent que l’humanité sera meilleure,
46 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
95 au moins par la sympathie, dans une communion de révolte. Par malheur, l’auteur a voulu romancer ce documentaire authentique,
47 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
96ticipation lyrique (tout au début) il glorifie la révolte des puissances obscures, les crimes gratuits, les enthousiasmes colle
48 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
97anise, et toute tension disparaît. Il faut que la révolte des esclaves vienne recréer une tension par en bas 22 . La mesure d’u
49 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
98 se trouvent ainsi liés dans un même mouvement de révolte contre la féodalité. « Que ce fait nouveau, le respect du travail, ai
50 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
99mitives 10 . Il y a une santé authentique dans sa révolte et dans son scepticisme, tant qu’elle les met au service de l’homme,
51 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
100 et qui pourtant fait toute sa grandeur, c’est la révolte du destin profane contre la libre vocation de Dieu. Et de même que ce
101e la libre vocation de Dieu. Et de même que cette révolte est symbolisée au concret par les statues des idoles étrangères, cett
102e se voit assimilée à l’entreprise de Babel : une révolte d’orgueil contre Dieu. La culture d’Israël sera pauvre à raison même
52 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
103 la requête qui prépare l’attentat d’Anagni, leur révolte contre l’ordre établi se traduit tout naturellement — en vertu d’un t
53 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
104perdent leur autorité et suscitent contre eux des révoltes qui s’expriment dans des langues nouvelles, au détriment de l’unité s
54 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
105les mythes d’une pureté détachée de la vie, d’une révolte sournoise et impuissante contre la vie, ou encore d’une impuissance à
55 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
106scribes inoffensifs nous singent la fureur, ou la révolte, l’indulgence sceptique ou la paix distinguée. Inoffensifs, tous ceux
107l’opération est parfaitement logique. Imaginez la révolte de la balance contre son créateur, qui seul connaît le sens et la val
108du [p. 169] désordre que l’on pourrait appeler la révolte des esclaves, encore que ces esclaves se trouvent être les maîtres, q
109, et que leurs mains s’étiolent d’inaction. Cette révolte dissimulée ne va pas sans brutalité verbale. Mais les valeurs qu’elle
110’elle l’a perdu volontairement, par l’effet d’une révolte méthodique contre toutes les valeurs qui réellement l’autorisaient, e
111 hélas, maintenant, par une injuste et nécessaire révolte, à la ranger, elle et ses beaux outils, sous un vocable à jamais décr
112idéalistes vivaient à l’abri du réel ; le réel se révolte et les met en question ; alors ils se rejettent vers le matérialisme,
113beauté de l’acte qui soudain, tendresse infime ou révolte démente, pourrait infléchir d’une ligne l’axe de leur destin natif ;
114itude inhumaine, de sa bassesse distinguée, de sa révolte contre la condition qui nous est assignée, — créatrice ; tous ceux-là
56 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
115qu’ils croient combattre, et qui vicie toute leur révolte… Qu’est-ce que l’acte ? À la pensée-balance, et au jugement à la re
116ormiste, qui est l’évasion proprement dite, et la révolte négatrice. On voit que le conformisme et l’évasion ne s’opposent pas
117est le secret de l’angoisse individuelle et de la révolte des masses. Retour à la personne, tel est le sens de la philosophie «
57 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
118aissent sur la terre, les maladies, la famine, la révolte, la guerre et la mortalité. Caille s’avance dans la journée, et l’ang
119i veulent son abdication [p. 168] totale, — ou sa révolte, mais au nom d’une vérité qu’il faudrait dire. Maintenant il y va de
58 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
120e rappelle Noske, député socialiste, porté par la révolte des marins allemands, en 1918, au poste de gouverneur de Kiel : c’est
121 meneur ouvrier, qui a de la carrure, écrasera la révolte spartakiste. Il n’eût tenu qu’à lui de se faire nommer Führer… Quatre
59 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
122tion fédéraliste de l’Allemagne, en réprimant les révoltes de Münster, de Magdebourg et de Munich. Maintenant il faut donner à t
60 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
123rait le chant du destin d’un siècle aveugle en sa révolte… [p. 33] Étrange accord de cette musique de foule et de la lande dés
124erstitieux, poètes, bons et fous. Je décrivis les révoltes obscures de ces masses opprimées et naïves, conduites par des équipes
125passé ». (Je puis le connaître par le moyen de ma révolte, sans pour autant cesser d’y être pris). Descartes prétendait le fuir
126e guerre que l’on appelle révolution. Ainsi notre révolte même assure nos relations avec le monde. La tension se produit de nou
127rcissent… Je ne puis voir cela sans honte et sans révolte. Sensiblerie évidemment, mais qu’est-ce que cela veut dire ? Je parla
61 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
128t immédiats contre [p. 195] l’État. Le sens de la révolte se perd. Il se sublime, ô ironie, en rouspétance, en criailleries éle
129nces exagérées ; il s’excite, il s’admire dans sa révolte ou son malheur. Mais celui qu’on peut voir, celui qui vous pose des q
130ine électorale. Au lieu de quoi, on pervertit les révoltes les mieux justifiées, on les étourdit de mensonges, on les abreuve d’
131itif, un principe créateur et pas seulement de la révolte. Ensuite, il faut que les femmes ne s’arrachent pas les cheveux dans
62 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
132e par un acte qui crée ma liberté, par un acte de révolte, s’il le faut ! [p. 227] L. — Tu crois donc détenir un tel pouvoir ?
133est pas ! 70  », qui t’assurerait que cet acte de révolte échappe à l’éternelle Prévision ? Qui t’assurerait qu’en prononçant c
134très moraux, et même très pieux, qu’invoque notre révolte… Réalité radicale du problème Dans l’Église, une fois acceptés le C
63 1937, Esprit, articles (1932–1962). Robert Briffaut, Europe (janvier 1937)
135Huxley certain cynisme de naturaliste puritain en révolte contre sa bourgeoisie, Dos Passos le procédé des biographies parallèl
64 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jacques Benoist-Méchin, Histoire de l’armée allemande depuis l’armistice (mars 1937)
136gne ne s’est pas défaite en vingt morceaux, si la révolte spartakiste a pu être étouffée en quelques semaines, c’est uniquement
137ateur des fameux corps-francs qui réduisirent les révoltes ouvrières et séparatistes, — et Noske, commissaire du peuple devenu m
65 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
138nnels » et immédiats contre l’État. Le sens de la révolte se perd. Il se sublime, ô ironie, en rouspétance, en criailleries éle
139nces exagérées ; il s’excite, il s’admire dans sa révolte ou son malheur. Mais celui qu’on peut voir, celui qui vous pose des q
66 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
140rcissent. Je ne puis voir cela sans honte et sans révolte. Sensiblerie évidemment, mais qu’est-ce que cela veut dire ? Je parla
67 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
141vec eux et les princes, écrasent dans le sang les révoltes du prolétariat. Celui-ci, de son côté, trouve un nouvel appui dans la
142 brutale, visible, du châtelain et du paysan. Les révoltes conjuguées des prolétaires urbains et agricoles, écrasés d’impôts, fu
68 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
143oser des obstacles à son exercice ; — ou bien, en révolte contre l’anarchie engendrée par cette première manière de faire, on c
69 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
144lus de prétextes. Ou bien tu crois, ou bien tu te révoltes. — Et je vois que les seuls qui résistent sont en fait ceux qui commu
145nt humain se dérobe avec une sorte de honte ou de révolte. Car le jugement humain ne saurait voir que des raisons de se taire,
70 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
146tion fédéraliste de l’Allemagne, en réprimant les révoltes de Münster, de Magdebourg et de Munich. Maintenant il faut donner à t
71 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
147omme une distraction permanente, anesthésiant les révoltes de l’ennui. On n’ignore pas que la passion serait un malheur — mais o
72 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
148’existence sans y participer, fût-ce même par une révolte contre la décision dont elle est née. Et pour tout dire, j’ignore enc
149 si je ne puis l’atteindre, il ne me reste que la révolte contre ma condition de créature ; et au contraire, si je l’atteins tr
73 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
150remords ou dans la crainte, dans le plaisir de la révolte ou l’anxiété de la tentation, il est peu d’hommes qui ne se reconnais
74 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
151me, fatalement, devait sentir en lui s’exalter la révolte du sang barbare. Il était prêt à accueillir, sous le couvert de forme
152ortée sur la sexualité par les Parfaits, et de la révolte naturelle contre la conception orthodoxe du mariage, récemment réaffi
75 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
153Nuit, c’est la Colère de Dieu — répondant à notre révolte — et non pas l’œuvre d’un obscur démiurge. (Telle est du moins la doc
76 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
154ussi peu « spiritualistes » que possible. Mais la révolte des « puritains » contre la royauté et les évêques mondanisés, n’évoq
155et les évêques mondanisés, n’évoque-t-elle pas la révolte des « purs » contre la féodalité et le clergé ? Deux poèmes de Milton
156de l’œuvre de Sade, et les raisons précises de sa révolte. C’est dans les Crimes de l’amour que Sade nous parle de son admirati
157occace, le romantisme a provoqué de nos jours une révolte qui se veut « primitive ». Ce n’est plus le sentiment que l’on idéali
77 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
158que pour la première fois, l’on ait assisté à une révolte généralisée des soldats contre la guerre 185 , celle-ci ne figurant p
78 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
159omme une distraction permanente, anesthésiant les révoltes de l’ennui. On n’ignore pas que la passion serait un malheur — mais o
160, peut-être créatrice, que traduisent parfois nos révoltes, nos illusions naïves, nos péchés. Essayer de résoudre notre crise du
79 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
161’existence sans y participer, fût-ce même par une révolte contre la décision dont elle est née. Et pour tout dire, j’ignore enc
162 puis l’atteindre, il ne me reste [p. 327] que la révolte contre ma condition de créature. ; et au contraire, si je l’atteins t
80 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Propos sur la religion, par Alain (avril 1939)
163hristianisme : le péché, le salut, le drame de la révolte et de l’amour. Mais elle spécule volontiers sur les avantages et inco
164’est nullement une erreur morale, mais un état de révolte active de la créature (même lorsqu’il se déguise en bonne volonté sou
81 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
165à celle des débuts de la Grèce, en ce sens qu’une révolte de l’individu ne tarde pas à se manifester. Cette révolte, c’est la R
166de l’individu ne tarde pas à se manifester. Cette révolte, c’est la Renaissance. Elle apparaît d’abord en Italie, un siècle au
167ntre [p. 29] l’oppression collective et contre la révolte de l’individu, ce qui va se dresser pour proclamer les droits et les
168 et le pouvoir temporel. L’anarchisme, c’était la révolte de la Renaissance, et les sectes d’illuminés, c’est-à-dire l’individu
82 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
169n. Au collectivisme sacral du Moyen âge répond la révolte individualiste de la Renaissance. Et aujourd’hui, nouvelle oscillatio
83 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
170ant de sympathiser avec l’idéalisme de sa [p. 45] révolte. Voici qu’il nous entraîne dans un nouveau tour de la spirale qui poi
171de ses victimes que l’héroïsme auto-sadique de la révolte. 11. Légion Enfin, la Bible appelle le Diable : Légion. Ici nous n’
84 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
172aquaient, exigeaient que nous les adorions : leur révolte serait notre carence. Le rationalisme régnant a pu produire des avion
85 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
173toyen peut librement choisir entre la honte et la révolte. Sa révolte peut le conduire soit au martyre soit au rétablissement d
174ibrement choisir entre la honte et la révolte. Sa révolte peut le conduire soit au martyre soit au rétablissement de lois humai
86 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
175la pomme en soi (au contraire), mais seulement la révolte d’Ève et son désir de se diviniser à sa façon. Si la sexualité pouvai
176s nos mœurs un malaise fondamental. Une espèce de révolte sourde anime la femme contre sa condition. Dans cette liberté que l’h
177, elle le battit encore. Puis elle lui dit : — Ta révolte m’excède. Pourquoi me torturer ? Laisse-moi donc seule. Elle le jeta
87 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
178la pomme en soi (au contraire), mais seulement la révolte d’Ève et son désir de se diviniser à sa façon. Si la sexualité pouvai
88 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IV : L’accusateur (5 novembre 1943)
179de ses victimes que l’héroïsme auto-sadique de la révolte. p. 2 j. « Les tours du Diable IV : L’accusateur », La Vie pro
89 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
180nse a réussi. Par contre ils veulent bien voir la révolte chez ceux-là qui la crient, et la magie chez ceux qui vaticinent, aya
181 Goethe vit sur un perpétuel pied de guerre et de révolte psychique ». Et lui-même gémit, avec une sombre joie : « Sort misérab
182il de l’initiation, chez Goethe, il n’y a pas une révolte, il y a un péril conjuré. C’est contre ce qu’il nommera désormais son
183iocre. Rimbaud s’y lance avec l’emportement d’une révolte qui traduit d’abord un excès féroce de vitalité plutôt qu’une souffra
184 nous aimons de témoigner d’une certaine force de révolte. Notre premier mouvement nous porte vers Rimbaud, nous détourne de Go
90 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
185isons d’en douter, s’il est vrai que le doute est révolte, et qu’il faut pour se l’avouer la joie qui naît de l’acte de la foi.
186’acte viendra comme un sursaut de joie, comme une révolte, comme une affirmation désespérée de son orgueil, comme la preuve enf
187volonté de quelques-uns n’y changera rien. Que la révolte, enfin, d’un seul contre la foule, serait la marque d’un affreux orgu
188 peut dérober, mais c’est une triste réponse à la révolte de ces pauvres qu’on redoute plus qu’on ne les aime… Si l’on voulait
189chie, d’individualisme, on ne parle jamais que de révolte, mais d’une révolte en fin de compte imaginaire. Car l’ordre de ce mo
190me, on ne parle jamais que de révolte, mais d’une révolte en fin de compte imaginaire. Car l’ordre de ce monde est lui-même en
191aginaire. Car l’ordre de ce monde est lui-même en révolte contre l’ordre reçu de Dieu, qui sera l’Ordre du Royaume. Et nier une
192égation, c’est s’enfoncer dans le néant. Seule la révolte du chrétien est position, obéissance. [p. 96] Et si l’appel de Dieu i
193 haine de l’existence et selon sa misère ». Cette révolte n’est pas fondée dans la transformation effective du monde. Elle part
91 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
194le qu’elle est, et en même temps, au moment où la révolte point, constatation de la vanité absolue de toute appréciation, de to
195rait être un regard en arrière vers l’humanité en révolte et qui a perdu le chemin. Quelque chose d’analogue au moment négatif
92 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
196e par un acte qui crée ma liberté, par un acte de révolte, s’il le faut ! L. — Tu crois donc détenir un tel pouvoir ? C.M. — Il
197’est pas ! » 64 qui t’assurerait que cet acte de révolte échappe à l’éternelle Prévision ? Qui t’assurerait qu’en prononçant c
198 très moraux, et même très pieux qu’invoque notre révolte… Réalité radicale du problème Dans l’Église, une fois acceptés le C
93 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
199aissent sur la terre, les maladies, la famine, la révolte, la guerre et la mortalité. Caille s’avance dans la journée, et l’ang
200sances qui veulent son abdication totale, — ou sa révolte, mais au nom d’une Vérité plus forte que tous nos idéals. Maintenant
94 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
201s de tendresse banale ? Ils deviendraient fous de révolte… Ils en ont, ils en ont sûrement quand ils s’endorment épuisés, [p. 6
95 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
202ordre, et il supprime les droits de recours et de révolte qui nous sont encore impartis : il prétend distribuer lui-même les vo
96 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
203de l’URSS ? Mais aussi… Une moitié de moi-même se révolte au spectacle de la mauvaise volonté internationale des Soviets, de ce
97 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
204. C’est son orgueil et sa dignité d’homme : il se révolte contre tout, sauf soi. C’est pourquoi rien ne change autour de lui. C
98 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
205[p. 124] sans le savoir dans sa féminité, elle se révolte contre sa condition, fait de nécessité vertu, prend en main les rênes
206ionnel pour que l’on soit en droit d’y voir une « révolte des instincts », ou d’y dénoncer je ne sais quelle « vague de barbari
99 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
207 de l’URSS ? moi aussi… Une moitié de moi-même se révolte au spectacle de la mauvaise volonté internationale des Soviets, de ce
100 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
208 provoque inévitablement le raidissement, puis la révolte des groupes locaux dont on exige le suicide. C’est la volonté d’unifi
209iance et l’inquiétude, et l’humour et l’esprit de révolte, et le scepticisme rationnel autant que la foi religieuse — et c’est