1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Almanach 1925 (septembre 1925)
1Eloesser dans l’Almanach du 25ᵉ anniversaire. Les révolutionnaires y faisaient pourtant bon ménage avec les derniers champions du natura
2 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
2t ce que je fais ici… » L’évasion dans l’action — révolutionnaire ou autre — rêvée par tant de jeunes hommes de l’après-guerre, Malraux
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
3our le désordre établi. L’idéalisme est forcément révolutionnaire dans un monde organisé pour la production. Le culte des valeurs désin
4 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
4nse » pas ne peut pas être créatrice. En tant que révolutionnaires, c’est de ce point de vue central et seul efficacement critique que n
5ce pas, d’une façon plus urgente, « l’observation révolutionnaire » de nos comportements ? ⁂ Une conviction intime et péremptoire s’éla
5 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
6, au lieu d’entrer sans plus tarder en obéissance révolutionnaire. Ceci pourra paraître orgueil et vanité aux yeux des hommes. Ceci n’e
6 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
7évolution. L’iconoclaste est un type assez pur de révolutionnaire. Nous ne pouvons être ni conformistes — les ordres de la foi sont abs
7 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
8entièrement et de toutes façons, n’étant pas même révolutionnaire, parce que trop radical, trop enraciné dans l’élémentaire ; élaborant
9mporaires. (Les animaux et les arbres ne sont pas révolutionnaires.) Et ce n’est pas qu’il ait jamais craint de tirer sur ces racines, f
8 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
10 existence » se concrétise dans une « nécessité » révolutionnaire dont l’ampleur est sans précédent. Ce n’est plus de conflits d’idées
11on a pu lire plus haut définissent deux positions révolutionnaires malaisément comparables : l’une matérialiste, l’autre personnaliste ;
12s choses de près, leur unique argument contre les révolutionnaires non marxistes. Mais comment nous laisser convaincre par une réussite
13n eux déterminent entièrement le [p. 842] devenir révolutionnaire. Mais c’est de la mythomanie ; les « Forces Économiques », dont ils p
14acteur « décisif », sinon suffisant, du processus révolutionnaire, et que nier cette valeur « décisive » de la personne, c’est désarmer
15es tentatives qui ne se fondent pas sur la classe révolutionnaire ne comportent pas de points d’application », écrit Nizan. Voilà bien
16bat, Esprit, travaillent dans la ligne des forces révolutionnaires profondes de la France. Cette révolte de la personne, c’est la révolt
9 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
17u encore, de la culture bourgeoise et des valeurs révolutionnaires. (Mort de la pensée et Mort de la morale bourgeoise d’E. Berl, manife
10 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
18ute l’histoire — le protestantisme se doit d’être révolutionnaire dans la mesure même où il reste fidèle à lui-même, c’est-à-dire dans
19s voyons aujourd’hui à l’avant-garde du mouvement révolutionnaire, dans tous les pays où le protestantisme domine, des protestants qui
20e directrice, que la seule doctrine véritablement révolutionnaire est celle qu’on doit tirer de la foi protestante. Il faudrait nommer
21de critiquer toutes les tentatives réformistes ou révolutionnaires chrétiennes qui se manifestent en Amérique. On remarque dans la liste
11 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
22nesse russe assez peu marxiste, mais encore moins révolutionnaire. Saine, orgueilleuse, zélée, optimiste, brutale, sentimentale, formid
12 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
23, les conclusions pratiques et les significations révolutionnaires. Je ne voudrais insister maintenant que sur son caractère de jugement
24auparavant qu’il ait pris une conscience vraiment révolutionnaire de son vice interne, vice qui affecte dès l’origine sa conception de
13 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
25complexes, de ce que nous nommerons le défaitisme révolutionnaire en France. 1° Raisons sentimentales Beaucoup de gens sentent que les
26e profond de la société actuelle. De là à se dire révolutionnaire, il n’y a qu’un pas, qu’un accès de mauvaise humeur. Mais de là [p. 2
27 moins fatigant. « Il existe une doctrine réputée révolutionnaire, le marxisme. Or, je veux une révolution. Donc, je me fais marxiste. 
14 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
28e déplace. Il passe dans l’opposition. Il devient révolutionnaire. En tant que tel, il appartient, de fait et de droit, à la plus grand
15 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Positions d’attaque (décembre 1933)
29ons d’attaque (décembre 1933) f 1° Sans théorie révolutionnaire, pas d’action révolutionnaire. 2° Dans l’état présent des choses, il
30f 1° Sans théorie révolutionnaire, pas d’action révolutionnaire. 2° Dans l’état présent des choses, il n’y a pas d’ordre concevable s
16 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
31t une question qu’on pose souvent aux groupements révolutionnaires que je vous ai cités. Je voudrais y répondre ici en mon nom personnel
32 : l’acte de la miséricorde, c’est l’acte le plus révolutionnaire qui ait jamais paru dans notre monde. Lui seul suffit à vaincre les d
33 notre désespoir. Les grandes lois historiques et révolutionnaires peuvent bien nous servir de refuge, de prétextes et d’arguments au se
17 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
34minisme s’est révélé incapable de soutenir l’élan révolutionnaire originel. Telle est la contradiction centrale du marxisme : les fins
35olutive, en face du christianisme essentiellement révolutionnaire. p. 67 14. Du moins avec les citadins. Les communistes du Midi
18 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
36ce. Tel qu’il devrait être : c’est la conception révolutionnaire, ou dynamique, la politique du devenir et de l’évolution fatale. C’es
19 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
37e espérance qui, elle, a bien le droit de se dire révolutionnaire. Quelle autre voie s’ouvrirait donc au christianisme, hors celle de l
20 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
38 tous les domaines, doit faire de lui un [p. 115] révolutionnaire, un fou d’abord et non pas d’abord un sage, l’homme du risque opposé
21 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
39édigés par de jeunes écrivains membres de groupes révolutionnaires personnalistes et marxistes. Ce Cahier de Revendications confrontait
40 existence » se concrétise dans une « nécessité » révolutionnaire dont l’ampleur est sans précédent. Ce n’est plus seulement de conflit
41pu lire dans ce Cahier définissent deux positions révolutionnaires malaisément comparables : l’une matérialiste, l’autre personnaliste ;
42choses de près, leur meilleur argument contre les révolutionnaires non-marxistes. Mais comment nous laisser convaincre par une réussite
43ui, selon eux, déterminent entièrement le devenir révolutionnaire. Mais c’est de la mythomanie : les « Forces Économiques », dont ils p
44un facteur décisif, sinon suffisant, du processus révolutionnaire, et que nier cette valeur décisive de la personne, c’est désarmer la
45es tentatives qui ne se fondent pas sur la classe révolutionnaire ne comportent pas de points d’application », écrit Nizan. Voilà bien
46eau, Esprit, travaillent dans la ligne des forces révolutionnaires profondes de la France. Cette révolte de la personne, c’est la révolt
22 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
47 [p. 155] XII Communauté révolutionnaire L’époque où nous vivons cherche la paix comme d’autres ont cherché la
23 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
48és, mais bien dirigés. Sur le plan de la tactique révolutionnaire, il faut traduire « pouvoir de la personne » par « solidité de la doc
49épendante du contenu particulier — d’une doctrine révolutionnaire. 1° La doctrine situe les faits au fur et à mesure de leur apparition
50s, d’une visée ferme ; 2° La doctrine d’un groupe révolutionnaire n’est pas seulement théorique, elle est aussi militante. Elle [p. 187
51e ainsi, par elle-même, une valeur morale pour le révolutionnaire, qu’elle prépare sans cesse aux actes nécessaires ; 3° La doctrine es
24 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
52, les conclusions pratiques et les significations révolutionnaires. Je ne voudrais insister maintenant que sur son caractère de jugement
53auparavant qu’il ait pris une conscience vraiment révolutionnaire de son vice interne, vice qui affecte dès l’origine sa conception de
25 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
54e et la situation concrète de la France en termes révolutionnaires et politiquement créateurs. Devant cette impuissance, que va faire la
55 du monde entier, la France possède une tradition révolutionnaire unique en Europe, tradition qui a ses ancêtres et ses idéologues, ses
56un « changement de plan », — c’est-à-dire un acte révolutionnaire. Ils se dressent ainsi contre le préjugé le plus nocif de la mentalit
57s qui assurent d’ordinaire aux publications dites révolutionnaires un succès de lecture, aux dépens de toute adhésion durable. p. 243
26 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
58sse et du Progrès. Et l’on se croit pour autant « révolutionnaire » ou simplement communiste. Je dis que cette « politique » sentimenta
27 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
59nt depuis quelques années dans les jeunes groupes révolutionnaires de France et de Belgique, dans la revue Esprit, et surtout dans les c
60t une question qu’on pose souvent aux groupements révolutionnaires que je vous ai cités. Je voudrais y répondre ici en mon nom personnel
61 : l’acte de la miséricorde, c’est l’acte le plus révolutionnaire qui ait jamais paru dans notre monde. Lui seul suffit à vaincre les d
62 notre désespoir. Les grandes lois historiques et révolutionnaires peuvent bien nous servir de refuge, de prétextes et d’arguments au se
28 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
63vre. L’un d’entre eux se laisse entraîner par des révolutionnaires qui préparent un coup de main contre le dictateur du Vénézuela ; un a
29 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
64royaient être : des novateurs, des créateurs, des révolutionnaires enfin. Le fâcheux essai d’action communiste, auquel devait logiquemen
30 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
65 [p. 14] Communauté révolutionnaire (février 1934) g L’époque où nous vivons cherche la paix comme d’au
31 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
66 serez emportés comme les autres. Votre réaction “révolutionnaire” est disproportionnée aux dangers que vous dénoncez. Et d’ailleurs, q
67us dangereux. Ils croient pouvoir nous traiter de révolutionnaires en peau de lapin, sous le pauvre prétexte qu’ils sont eux-mêmes des r
32 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
68« fascisme » et à la contre-révolution. Tout élan révolutionnaire qui veut s’appuyer sur l’État aboutit à la dictature, s’arrête à mi-c
69le principe d’une communauté nouvelle, ce ferment révolutionnaire, qui fait défaut au Plan du 9 juillet et le condamne à n’aboutir, pra
33 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
70 lieues des « sanctuaires de l’esprit » : chez un révolutionnaire comme Sorel ou chez un thérapeute comme C. G. Jung 35 . Des remarques
34 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
71uel se fonde l’attitude commune des intellectuels révolutionnaires, qu’ils soient humanistes ou chrétiens, marxistes ou personnalistes.
35 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
72 [p. 9] Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935) k 1. « Groupe compact, nous cheminons pa
73é la lutte à la conciliation. » 2. « Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire. On ne saurait trop insister sur ce
74 « Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire. On ne saurait trop insister sur cette vérité à une époque où l’engou
75in d’en avoir fini avec les courants de la pensée révolutionnaire qui menacent de le faire dévier… Dans ces conditions, une erreur “ins
76ins intellectuels stalinisants. « L’Iskra, organe révolutionnaire, déclarait Martinov, flagelle notre régime et principalement notre ré
77ue qui n’est défendable jusqu’au bout que par des révolutionnaires personnalistes. Le « groupe compact », restreint en nombre, exigeant
78 demanderons pas à nos adhérents de devenir des « révolutionnaires professionnels », c’est-à-dire des êtres méthodiquement isolés des co
36 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
79constitutif de la personne, bien au contraire. Le révolutionnaire est pauvre, non tant par goût que par nécessité interne. Mais la reve
37 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
80 sont pas du ressort de la politique. L’explosion révolutionnaire, dans ce qu’elle a de destructeur, est l’expression de tels complexes
38 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
81». Enfin, le fascisme est un mouvement populaire, révolutionnaire, alors que le mouvement des Croix-de-Feu, tel que le définit son chef
82s révolutions réussies — répond : « Sans doctrine révolutionnaire, pas d’action révolutionnaire ». M. de la Rocque haussera les épaules
83d : « Sans doctrine révolutionnaire, pas d’action révolutionnaire ». M. de la Rocque haussera les épaules : il ne se pose pas en révolu
84ocque haussera les épaules : il ne se pose pas en révolutionnaire, loin de là. C’est justement ce qu’il faut lui reprocher. C’est ce re
85n fait symbolique. Du point de vue de la tactique révolutionnaire, il est clair que la seule question décisive n’a été posée ni par les
39 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
86 ordre nouveau. Certains d’entre eux se posent en révolutionnaires : c’est par un abus de langage. Préparer la révolution, ce n’est pas
87voir neuf contre celui qui se survit. La critique révolutionnaire est liée d’une façon immédiate à l’affirmation créatrice : elle n’est
40 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
88 siècle, pendant la brève suprématie de la classe révolutionnaire. Je cite encore de Man, un peu longuement, la page en vaut la peine :
41 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
89ion [p. 43] prend facilement l’allure d’une force révolutionnaire. Elle séduit par son insolence. Le « bon sens » plein de verve et de
42 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
90ion s’étranglerait au stade de l’émeute. Le virus révolutionnaire, il n’est pas dans le bon sens calculateur des bourgeois, mais bien d
43 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
91tre une ancienne mesure défaillante (prophètes et révolutionnaires) soit qu’ils la maintiennent vivante et renouvelant ses grands symbol
44 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
92 à celui de l’épaisseur des semelles, n’a rien de révolutionnaire, si toutefois l’on refuse de confondre révolution et stupidité crasse
93Qu’on baptise cette nouvelle anarchie « humanisme révolutionnaire » ou « réalisme socialiste », l’échec du Plan en tant que tel, dans l
45 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
94ie souvent, et toujours par un acte initiateur et révolutionnaire. Les uns pensent, dit-on, les autres agissent ! Mais la vraie conditi
95 Nul non plus ne s’étonne qu’on puisse traiter de révolutionnaire un pâle frénétique qui vous condamne Goethe pour n’avoir pas, cette f
96te une classe que son désespoir force à se croire révolutionnaire, alors qu’elle n’est que la victime d’une erreur qu’elle partage en m
97ueillir, selon l’expression même de Marx. « Marx, révolutionnaire mort jeune », a-t-on écrit avec une précision que la publication des
46 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
98ais au contraire libératrice . Et c’est une tâche révolutionnaire qui s’impose à la France actuelle : non pas seulement pour le salut d
99nt ils ont peur du remède radical. Sans la menace révolutionnaire, qui songerait à des réformes ? Mais ces réformes visent à étouffer l
100ents qui vont du mépris à la haine, de ridicule à révolutionnaire. Encore a-t-on passablement embourgeoisé ce dernier terme. C’est qu’o
101gts. (Et pourtant la brutalité n’a rien en soi de révolutionnaire. Elle appartient plutôt, sous sa forme actuelle, au monde bourgeois,
102 tour dans les bureaux d’une administration, même révolutionnaire, il faudrait être sûr qu’à l’origine de l’entreprise prévale un parti
47 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
103la culture à l’épaisseur des semelles n’a rien de révolutionnaire, si toutefois l’on refuse de confondre révolution et stupidité crasse
104Qu’on baptise cette nouvelle anarchie « humanisme révolutionnaire » ou « réalisme socialiste », l’échec du Plan en tant que tel dans le
48 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
105ré tant de prudences, persévérer dans une volonté révolutionnaire dont le marxisme s’est détourné parce qu’il a fait erreur sur l’homme
49 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
106. Le meilleur budget de propagande d’un mouvement révolutionnaire, c’est encore le budget de l’État, quand il n’y a plus d’autorité au-
50 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
107sse et du Progrès. Et l’on se croit pour autant « révolutionnaire » ou simplement communiste. Je dis que cette « politique » sentimenta
51 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
108 [p. 208] la propagande ! » Ô merveille du pathos révolutionnaire ! Ô gloire de la phraséologie électorale ! Ô triomphe des mots d’ordr
109fournie par ces phrases cueillies dans un journal révolutionnaire : « L’organisation lutte afin de faire accorder une retraite aux vieu
52 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jacques Benoist-Méchin, Histoire de l’armée allemande depuis l’armistice (mars 1937)
110 grand état-major. Du point de vue de la tactique révolutionnaire et contre-révolutionnaire, je ne connais pas d’ouvrage plus riche et
53 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
111notre action des objectifs immédiats : ils seront révolutionnaires au sens que je viens de définir. Mais avant toute action précise, il
54 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Chançay (mars 1937)
112horizons d’une nouvelle encyclopédie, notre enjeu révolutionnaire. p. 60 aa. « Chançay », L’Ordre nouveau, Paris, n° 38, mars 19
55 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
113 angoisse politique, c’est-à-dire d’une situation révolutionnaire. C’est à la faveur de cette situation révolutionnaire que la vocation
114lutionnaire. C’est à la faveur de cette situation révolutionnaire que la vocation de notre pays pourra, d’un seul coup, apparaître comm
115 une évidence à tous et comme le principe d’actes révolutionnaires qui incarneront dans la réalité sociale notre « commune mesure » 75 .
116ier la qualité d’« actes » — et surtout d’« actes révolutionnaires » (révolution ne veut-il pas dire : choses nouvelles ?). D’autre part
117nt la nature et l’efficacité de ces [p. 43] actes révolutionnaires ; nous pouvons en tous cas préciser le climat de finalité dans lequel
118uel ils apparaîtront. ⁂ Nous avons dit que l’acte révolutionnaire devrait rendre manifeste l’existence d’une commune mesure dans la soc
119se a eu ses clubs ; 1870 a vu naître les Communes révolutionnaires ; en 1917, les Soviets se sont dégagés de l’effervescence générale so
120communauté, et, encore bien moins, une communauté révolutionnaire. Il n’apparaît pas en effet que le Conseil d’État soit le représentan
121et en une déviation impérialiste des institutions révolutionnaires. Comment le Conseil suprême sera-t-il en mesure de porter ces jugemen
122bres chargés d’y assurer l’influence du dynamisme révolutionnaire — ou encore, l’envoi de « représentants en mission » chargés plus spé
123 tels agissements vont à l’encontre des principes révolutionnaires du personnalisme, tout de même qu’un citoyen américain peut demander
124st intimement liée à l’ensemble de notre attitude révolutionnaire personnaliste. Quiconque a compris ce que nous entendons par « person
56 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
125mœurs, et il proteste avec toute l’énergie d’un « révolutionnaire professionnel » — donc puritain — contre cette anarchie sexuelle qu’i
126ans un constant recours à la passion des premiers révolutionnaires : or c’était cette passion précisément que l’on entendait « liquider 
57 1938, Esprit, articles (1932–1962). Revue des revues (septembre 1938)
127eptembre 1938) ao Combat (juin). — Un souffle révolutionnaire, ce serait trop dire, mais un bon courant d’air passe dans les dernie
58 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
128s ; mais ceux-ci traduisent bien plutôt la nature révolutionnaire des problèmes qui surgissent dans l’époque, l’inordinatio profonde du
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
129bles sectes plus ou moins secrètes, plus ou moins révolutionnaires, et dont les traits constants témoignent d’une origine commune, d’une
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
130uère que sur le champ de bataille. 8. La guerre révolutionnaire Entre Rousseau et le romantisme allemand, c’est-à-dire entre le premi
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
131mœurs, et il proteste avec toute l’énergie d’un « révolutionnaire professionnel » — donc puritain — contre cette anarchie sexuelle qu’i
132ans un constant recours à la passion des premiers révolutionnaires : or c’était cette passion précisément que l’on entendait « liquider 
62 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
133aujourd’hui presque introuvable intitulé : Dante, révolutionnaire, hérétique et socialiste (1854). Non seulement Dante faisait partie d
63 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
134 luxe des délicats, et pour cet autre, l’activité révolutionnaire des créateurs. Si j’affirme que mon but est de sauver l’esprit, le ma
64 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
135 toujours, ou la force des choses. Si nous sommes révolutionnaires, nous croyons qu’en changeant la disposition de certains objets — en
136rgeoise, mais de chrétiens comme Niemöller, ou de révolutionnaires mystiques. Après tout, dira-t-on, c’est normal, car la démocratie n’e
65 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
137s lignes prophétiques ? Il assistait aux troubles révolutionnaires qui marquaient en Europe l’irruption du libéralisme, du capitalisme e
66 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
138s lignes prophétiques ? Il assistait aux troubles révolutionnaires qui marquaient en Europe l’irruption du libéralisme, du capitalisme e
67 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
139 toujours, ou la force des choses. Si nous sommes révolutionnaires, nous croyons qu’en changeant la disposition de certains objets — en
68 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
140 des ravages du capitalisme que d’un point de vue révolutionnaire, de même le scandale de vivre ne peut être apprécié sérieusement que
69 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
141èrement et de toutes les façons, n’étant pas même révolutionnaire, au sens politique de ce terme, parce qu’il [p. 176] est vraiment rad
70 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
142ntiennent en même temps un indiscutable dynamisme révolutionnaire. 3. L’organisation du Conseil œcuménique se trouve être de fait la se
71 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
143 parent des noms d’amour du peuple, de discipline révolutionnaire, d’anti-fascisme, en sorte qu’à les dénoncer au seul nom de la bonne
144enaient le matérialisme dialectique, la technique révolutionnaire, et l’idée d’une justice sociale établie par la force aux dépens de l
145 Voilà pourquoi l’Européen typique sera tantôt un révolutionnaire ou un apôtre, un amant passionné ou un mystique, un polémiste ou un g
72 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
146a donne le révolté, l’objecteur de conscience, le révolutionnaire ou le réformateur ; mais cela donne aussi le chercheur dans les scien
147’apparition du concept chrétien de personne ; les révolutionnaires ne peuvent se former que dans un monde qui tient la liberté et la voc
148emples sont extrêmes. Nous ne sommes pas tous des révolutionnaires, ni les héros d’une grande passion mortelle, mais la révolution et la
73 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
149ies, elle ne put résister à l’invasion des armées révolutionnaires décidées à la « libérer ». Pendant plusieurs années, la « République
74 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
150 « République Helvétique » (1799-1803), la France révolutionnaire tenta d’imposer aux Suisses un régime totalement unifié, mais la rési
151eur, publiciste fécond en idées neuves et parfois révolutionnaires. La gauche socialiste professe un marxisme très modéré. Elle a renonc
152son ensemble, le peuple suisse est l’un des moins révolutionnaires et l’un des plus évolutionnistes de l’Europe. Il ne croit pas aux con
75 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
153 : devant la Porte de Brandebourg, le vieux chant révolutionnaire s’est fait entendre pour la première fois depuis vingt ans de silence
76 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
154ire appuyée par les nationalismes. « Pas d’action révolutionnaire sans doctrine révolutionnaire » aimait à répéter Lénine, politicien «
155mes. « Pas d’action révolutionnaire sans doctrine révolutionnaire » aimait à répéter Lénine, politicien « pratique » s’il en fût. La co
77 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
156cherché à produire sur l’opinion publique le choc révolutionnaire qu’eût représenté l’exigence immédiate d’une Fédération politique. C’
78 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
157monde les valeurs qui animeront plus tard l’idéal révolutionnaire (lequel va les changer en revendications) : l’exigence d’une justice
158 et aux « intérêts de l’État ». Ainsi, le type du révolutionnaire européen se détache sur le fond d’une foi qui tient la liberté et l’a
159ue les premiers chrétiens se soient conduits en « révolutionnaires » au sens moderne de l’expression. Certes, l’Église organisant les [p
160 d’abord soi-même. Il s’agit donc, dans le cas du révolutionnaire, d’une conversion non pas de l’être mais du faire ; et, de plus, délé
161evenu le soldat politique embrigadé. Que le Parti révolutionnaire soit une exacte parodie (consciente ou non) de l’Église chrétienne, v
79 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
162munisme n’ont pas tous atteint ce degré de pureté révolutionnaire. Demeurés à mi-chemin entre l’idée de bonne foi telle qu’un Sartre po
80 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
163xviiie siècle, de souci moralisateur ou d’esprit révolutionnaire, ignorant la curiosité, il ne peut avoir cure ni de ses droits distin
81 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
164monde les valeurs qui animeront plus tard l’idéal révolutionnaire (lequel va les changer en revendications) : l’exigence d’une justice
165 et aux « intérêts de l’État ». Ainsi, le type du révolutionnaire européen se détache sur le fond d’une foi qui tient la liberté et l’a
166ue les premiers chrétiens se soient conduits en « révolutionnaires » au sens moderne de l’expression. Certes, l’Église, organisant les g
167 d’abord soi-même. Il s’agit donc, dans le cas du révolutionnaire, d’une conversion non pas de l’être mais du faire ; et de plus, délég
168evenu le soldat politique embrigadé. Que le Parti révolutionnaire soit une exacte parodie (consciente ou non) de l’Église chrétienne, v
82 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
169 ministres les préparent, avec prudence, à l’idée révolutionnaire qu’il n’y a plus d’îles qui comptent dans le monde actuel et que la G
83 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
170Russes au surplus ; l’un décrivant des situations révolutionnaires, l’autre des sentiments et obsessions que bien peu d’hommes et moins
171’elle soigne dans un hôpital, mais elle épouse un révolutionnaire et disparaît. Jivago la retrouve beaucoup plus tard. Leur amour se dé
84 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
172aisir de les violer. Certains des plus sérieux ou révolutionnaires montrent les symptômes d’une névrose attribuable au refoulement du sp
85 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
173Russes au surplus ; l’un décrivant des situations révolutionnaires, l’autre des sentiments et obsessions que bien peu d’hommes et moins
174’elle soigne dans un hôpital, mais elle épouse un révolutionnaire et disparaît. Jivago la retrouve beaucoup plus tard. Leur amour se dé
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
175s religieuses de l’Asie n’ont [p. 234] jamais été révolutionnaires. Elles n’ont jamais prétendu transformer l’ensemble des réalités huma
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — ii. Misère et grandeur de saint Paul
176use sont des nécessités indiscutables de l’action révolutionnaire et missionnaire, sous tous les deux et de tous les temps. Juger saint
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
177guerre franco-allemande, déclenchée par les idées révolutionnaires de Paris : Quel serait l’aboutissement de ce mouvement, dont Paris,
178ation a été faite contre Paris, qui était la cité révolutionnaire, la cité maudite ; et en faveur de Saint-Pétersbourg, qui était alors
179évrier les choses ont changé de face ; la tempête révolutionnaire a jeté bas les trônes, traîné dans la poussière les couronnes, humili
180ui-même, que je ne sépare pas de cette généalogie révolutionnaire ? Le christianisme est fils du judaïsme, de l’égyptianisme, du brahma
181. Depuis de longues années Paris lit des journaux révolutionnaires, révolutionnaires dans tous les sens, payés par la Russie. « L’Europe
182s années Paris lit des journaux révolutionnaires, révolutionnaires dans tous les sens, payés par la Russie. « L’Europe, dit-on à Pétersb
183e » l’obligerait à prendre « la tête du mouvement révolutionnaire ». Au reste, Marx considérait que les États-Unis devaient former part
184 de l’Europe décomposée et désunie, irréligieuse, révolutionnaire, matérialiste et bourgeoisement satisfaite, la mission de la Russie a
185 spiritualité de l’Orthodoxie, tandis que pour le révolutionnaire occidentaliste Alexandre Herzen (1812-1870), « le peuple russe est en
186tort de se moquer des Russes en les qualifiant de révolutionnaires : car nous sommes des révolutionnaires non seulement pour détruire là
187lifiant de révolutionnaires : car nous sommes des révolutionnaires non seulement pour détruire là où nous n’avons rien construit, comme
188cret le gardent pour eux). En un mot, nous sommes révolutionnaires, par nécessité personnelle si l’on peut dire, voire par conservatisme
189 avec Rousseau, qu’elle dansait autour de l’arbre révolutionnaire de la liberté, qu’elle s’agenouillait enfin aux pieds de Napoléon. Co
190our fédérer des Slaves, ou religieux ou mystiques révolutionnaires ; des Scandinaves assagis ; des Allemands ambitieux ; des Anglais jal
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
191ient trouver dans Rome les prototypes de l’esprit révolutionnaire. Mais, nous dit André Siegfried : Notre conception spirituelle, et n
192t divins, ont déposé dans notre esprit cette soif révolutionnaire de la justice qui distingue socialement l’Occident. Et de même, ajou
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
193 Voilà pourquoi l’Européen typique sera tantôt un révolutionnaire [p. 369] ou un apôtre, un amant passionné ou un mystique, un polémist
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
194lture européenne a su allier la plus grande force révolutionnaire au sens hautement développé des traditions ; parce que de tous temps
195le droit de vivre. Peut-être ce « traditionalisme révolutionnaire » de l’Europe, comme tant de mouvements avant lui, [p. 376] gagnera-t
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
196ents américain et australien. Mais les humanistes révolutionnaires de la Renaissance et les têtes chaudes de la Réformation puisèrent le
93 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
197 doctrines religieuses de l’Asie n’ont jamais été révolutionnaires. Elles n’ont jamais prétendu transformer l’ensemble des réalités huma
94 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
198es, actives ou fonctionnelles, traditionnelles ou révolutionnaires, existantes ou à inventer ? En effet, une méthode appliquée à tous ne
95 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
199 de soi ; qu’il n’apparaît pas comme une conquête révolutionnaire à imposer au reste de l’humanité ignorante et opprimée, ni comme un i
96 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
200entre le poids rassurant des traditions et l’élan révolutionnaire à tous risques, un certain sens de l’identité dans le changement, voi
97 1963, Preuves, articles (1951–1968). Le mur de Berlin vu par Esprit (février 1963)
201 mur, plus de triomphe de la pensée ou du théâtre révolutionnaire en Allemagne ». (Rien n’est plus faux : la République fédérale joue B
98 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.3. « La Suisse est née de la révolte de pâtres libertaires contre le despote autrichien »
202aucune manière des aventuriers, des révoltés, des révolutionnaires. Ni non plus des « pâtres aux bras noueux ». Non, c’étaient, pour par
99 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
203nte », il n’hésite pas à préconiser la conception révolutionnaire d’une « nationalité suisse » englobant toutes les traditions locales,
204t le choc d’une innovation que certains taxent de révolutionnaire. Il est remarquable que dans l’ancienne Suisse le terme de fédéralism
100 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
205son ensemble, le peuple suisse est l’un des moins révolutionnaires de l’Europe. Il ne croit pas aux constructions ex nihilo, sur table r