1 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
1’est pas qu’il ait jamais craint de tirer sur ces racines, fortement : mais il a vu qu’elles tenaient bon, qu’elles tenaient tr
2t Ramuz croirait-il à l’être collectif, être sans racines, mythe cérébral. « Je ne distingue l’être qu’aux racines de l’élément
3, mythe cérébral. « Je ne distingue l’être qu’aux racines de l’élémentaire », écrivait-il dans ses Six Cahiers. Parlons plutôt
2 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
4on, apparaît maintenant évidente : remontant à la racine du mal, nous réduirons d’abord l’erreur cartésianiste 11 , la séparat
3 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
5re révolution. Ce n’est pas encore s’attaquer aux racines vives du désordre. La seule rupture véritable, efficace, est celle qu
4 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
6es. Le mal qui est dans l’action n’a pas d’autres racines que le mal qui est dans la pensée. Politiciens ou clercs, ils oublien
5 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
7s destins du siècle, lui seul atteint le mal à sa racine, qui est en nous, qui est au fond de notre désespoir. Les grandes loi
6 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
8démon intime, sans responsabilité propre, et sans racines. Elle fera des hommes inactuels, au sens étymologique. Des hommes, in
7 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
9on, apparaît maintenant évidente : remontant à la racine du mal, nous réduirons d’abord l’erreur rationaliste, la séparation d
8 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
10radical au sens étymologique du terme : c’est aux racines du mal qu’ils s’attaquent. D’où leur force d’entraînement lente et pr
9 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
11s destins du siècle, lui seul atteint le mal à sa racine, qui est en nous, qui est au fond de notre désespoir. Les grandes loi
10 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
12e, la seule totale, et la seule qui s’attaque aux racines des mythes modernes, dont l’expression suprême s’appelle l’État. Là o
11 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
13aximum ! Nous voulons une reprise à la base, à la racine de tous les problèmes. Nous savons bien que seules les révolutions fo
14ttaquer plus franchement nos désordres dans leurs racines spirituelles, il faudrait surtout être, et ils ne sont pas. Ce qui le
12 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
15 préjugé. Mais enfin pour saisir je ne dis pas la racine de ce préjugé populaire, mais la raison de fait qui l’autorisa parmi
13 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
16urs, c’est très bien, mais cela n’atteint pas les racines du mal. Oui, la tâche la plus pratique, la plus sociale qui s’offre à
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
17nt par des élites contradictoires et souvent sans racines, enfin un prolétariat exaspéré par la misère et qui formait la grande
18on générale de l’humanisme soviétique. Malgré les racines qu’il plonge dans le xviiie siècle français, c’est encore un mot all
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
19ion. En Allemagne, où la culture a de très fortes racines populaires et où l’élite était bien plus artiste et bien moins « poli
16 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
20rs d’une tradition qui survit sans grandeur à ses racines. Notre seule chance de salut, à nous autres nations libérales, est da
17 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
21fit de l’âme, ou l’inverse, [p. 219] alors que la racine du mal n’est ni dans l’un ni dans l’autre, mais dans leur séparation.
22ginent des métamorphoses qui font abstraction des racines, — l’imagination créatrice, elle, travaille toujours dans le donné, m
23, mais contre lui : elle rapporte les mots à leur racine concrète, mais c’est pour les mieux transplanter 97 . Étymologies poé
18 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
24onne en exercice. « Je ne distingue l’être qu’aux racines de l’élémentaire. » Parce que le critère du réel, c’est l’effort ; pa
19 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
25rs d’une tradition qui survit sans grandeur à ses racines. Notre seule chance de salut, à nous autres nations libérales, est da
20 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
26ans le cœur duquel ce régime plonge ses dernières racines vivantes. Il ne s’agit pas de morale ! Ni de condamner pour le mauvai
21 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
27tendus 42 . À ce prix, l’on nourrit une paix sans racines. (Alors que toute communauté réelle naît d’une entente passionnée sur
28ente tout d’abord, rendre un corps et refaire des racines matérielles aux dérivés les plus exsangues, c’est rénover l’action co
22 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
29tat totalitaire. Tant qu’on n’a pas détruit cette racine de la guerre, on ne peut empêcher le pire, qui devient dès lors fatal
23 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
30s une espèce de vice ? Est-ce que ce n’est pas la racine de tout l’idéalisme dont les modernes doivent se guérir, s’ils veulen
31ir « actuels » ? Est-ce que ce n’est pas aussi la racine de cet esprit d’abstraction égoïste dont nous souffrons tous ? Enfin,
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
32tique nouveau, qui lui permette de se refaire des racines, de travailler et de se reproduire. Il faut abandonner la croyance il
25 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
33ntue. Des yeux en lames de canif serrés contre la racine d’un nez pâle. Cheveux roux. Une bouche proéminente couleur de planch
26 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). L’Âme romantique et le rêve (23 mars 1937)
34ge d’ensemble reprenne l’étude du phénomène à ses racines : M. Béguin vient de nous le donner, avec une maîtrise qui le met du
27 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
35s une espèce de vice ? Est-ce que ce n’est pas la racine de tout l’idéalisme dont les modernes doivent se guérir, s’ils veulen
36ir « actuels » ? Est-ce que ce n’est pas aussi la racine de cet esprit d’abstraction égoïste dont nous souffrons tous ? Pourqu
28 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
37tat totalitaire. Tant qu’on n’a pas détruit cette racine de la guerre, on ne peut être sûr que du pire. Le jacobinisme, l’espr
29 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
38liser le milieu culturel où la passion plonge ses racines, il est probable que l’État s’en chargera, c’est son hygiène. Il y a
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
39trice qui est sans doute la plus inarrachable des racines de l’instinct de la guerre en nous. ⁂ De cette extrémité tragique, il
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
40me que les doctrines de Mani ou Manès, plonge des racines dans la religion dualiste de l’Iran. Quelle était la doctrine des cat
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
41e, la littérature courtoise s’est détachée de ses racines mystiques ; elle s’est alors trouvée réduite à une simple forme d’exp
42 prudence ! Prends ! Et arrache de ton cœur toute racine De ce plaisir qui heureux ne le peut jamais rendre… Il n’a que trop
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
43liser le milieu culturel où la passion plonge ses racines, il est probable que l’État s’en chargera, c’est son hygiène. Il y a
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
44 héros suisses, sachons reconnaître les premières racines de quelque chose qu’il ne faut pas laisser grandir. On nous parle, av
35 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
45Car le mal qui est dans l’action n’a pas d’autres racines que le mal qui est dans la pensée. Et voici sa racine profonde : poli
46es que le mal qui est dans la pensée. Et voici sa racine profonde : politiciens ou intellectuels, tous ont oublié l’homme dans
36 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
47Car le mal qui est dans l’action n’a pas d’autres racines que le mal qui est dans la pensée. Et voici sa racine profonde : poli
48es que le mal qui est dans la pensée. Et voici sa racine profonde : politiciens ou intellectuels, tous ont oublié l’homme dans
37 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Hommage à C. F. Ramuz (mai 1940)
49icularisme approfondi rejoint l’universel par les racines. C’est, comme ils disent, de la vraie « culture ». Il faut mettre hor
38 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Erreurs sur l’Allemagne (1er mai 1940)
50 d’autres s’en vont chercher encore plus loin les racines de l’hitlérisme. M. Edmond Jaloux les trouve, pour sa part (voir la
39 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
51le Destin, ou les Autres, [p. 48] un mal dont les racines sont réellement en nous. Ainsi chacun de nous, en tant que patriote,
40 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
52e, nous aurions vu très vite que ce mal avait des racines dans nos vies aussi, et que d’une certaine manière, nous l’aimions !
41 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
53ceux-là et non d’autres. Les véritables causes et racines du phénomène moderne des masses sont dans notre attitude spirituelle.
42 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
54ceux-là et non d’autres. Les véritables causes et racines du phénomène moderne des masses sont dans notre attitude spirituelle.
43 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
55e, nous aurions vu très vite que ce mal avait des racines dans nos vies aussi, et que d’une certaine manière, nous l’aimions !
44 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
56’est pas qu’il ait jamais craint de tirer sur ces racines, mais il a vu qu’elles tenaient bon, qu’elles tenaient trop de terre
57rement cérébral ? « Je ne distingue l’être qu’aux racines de l’élémentaire », écrivait-il dans Six Cahiers. Parlons plutôt du c
58onne en exercice. « Je ne distingue l’être qu’aux racines de l’élémentaire ». Parce que le critère du réel c’est l’effort ; par
45 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
59tradictoire. À ce prix l’on nourrit une paix sans racines. (Alors que toute communauté réelle naît d’une entente passionnée sur
60ente tout d’abord, rendre un corps et refaire des racines matérielles aux dérivés les plus exsangues, c’est rénover l’action co
46 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
61 du Rockefeller Plaza, transporté avec toutes ses racines d’un parc où il sera replanté dès janvier, n’ayant coûté que cent dol
47 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
62appauvrie et désorientée. Elle sera coupée de ses racines. Car toute la culture occidentale est née de la théologie et de la li
48 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
63puis par la guerre, se nourrissent aujourd’hui de racines. L’orgie moderne finit en jeûne forcé, après le sacrifice sanglant. C
49 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
64 du Rockefeller Plaza, transporté avec toutes ses racines d’un parc où il sera replanté dès janvier, n’ayant coûté que 100 doll
50 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
65dire : mais c’est affreux, nous n’aurions plus de racines nulle part ! Avez-vous remarqué que toute l’évolution, à partir du xi
66est qu’un immense complot mondial pour couper nos racines paysannes ? La machine à vapeur, la concentration urbaine, l’avion, l
51 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
67 du Rockefeller Plaza, transporté avec toutes ses racines d’un parc où il sera replanté dès janvier, n’ayant coûté que 100 doll
52 1948, Suite neuchâteloise. IV
68a réduire l’orgueil [p. 42] humain en plaçant aux racines des arbres les plus nobles, au lieu d’un demi-dieu, d’un héros ou d’u
53 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
69. Sethi, qui inventa le procédé pour détruire les racines d’une herbe nommée kans, fléau des riches vallées à blé de l’Inde cen
70illage couvre la cour entière. Dans la torsade de racines grises formant le tronc, des fleurs roses et violettes, piquées en ex
54 1951, Preuves, articles (1951–1968). Culture et famine (novembre 1951)
71. Sethi qui a trouvé le procédé pour détruire les racines d’une herbe nommée kans, fléau de riches vallées à blé de l’Inde cent
55 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
72rich, dont la réputation est mondiale, plonge ses racines dans un terroir de haute science, qui ne doit [p. 96] point nous diss
56 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
73cobins. Cette croyance, en fait illusoire, est la racine des pires impérialismes : ceux qui se déguisent en entreprises missio
57 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
74 ce symbole discret de la transmigration noue ses racines aux profondeurs de la passion. Il fleurit sur l’abîme qui sépare l’Or
58 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
75 ce symbole discret de la transmigration noue ses racines aux profondeurs de la passion. Il fleurit sur l’abîme qui sépare l’Or
59 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aux racines de l’Europe de demain (avril 1957)
76 [p. 1] Aux racines de l’Europe de demain (avril 1957) aj Chacun sait que les victoires
77péenne à l’École et dès l’École, c’est-à-dire aux racines de l’Europe de demain. Les pages qui suivent apporteront d’abord des
60 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
78parentes, sont de structures comparables, ont des racines communes, un vocabulaire assez largement commun, et enfin des origine
79 Nord et celles du Sud en tout cas — n’ont pas de racines communes. Entre le groupe des langues dravidiennes du Sud et le group
61 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
80 se verrait condamné à rester faible, manquant de racines dans chaque région, tandis que les partis régionaux savent d’instinct
62 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
81ent alors le dieu par excellence, le principe, la racine de tout le polythéisme grec. Il maintient l’unité entre toutes ces di
63 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.5. Les étymologies
82s préférences de celui qui découvre une « vraie » racine, plutôt qu’elle ne statue sur le « vrai » sens d’un mot. Et c’est pou
83it donc, comme on l’a vu plus haut, de donner une racine biblique à ce nom qui, autrement, rappellerait fâcheusement les coupa
64 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.4. « Têtes de Turcs »
84éfauts de la Nature, mais il n’en supprime pas la racine ; et quand l’art recule, la Nature retourne toujours, peu à peu, à el
65 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
85u, ces hommes qui ne désespèrent pas encore de la racine humaine, et veulent lui conserver l’empire de la pensée. 170 Il n’y
66 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
86ve. S’il y a en Europe un élément d’unité prenant racine certainement en Asie, mère antique des religions, des empires, des éc
87 car cette bipolarité [p. 290] … a de profondes racines dans la nature même des choses et c’est même grâce à ces conflits que
67 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
88L’épreuve historique continuera jusqu’à ce que la racine du mal ait été découverte, et du même coup le principe — enfin dégagé
68 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
89Logos geomotretos de Platon — plonge l’une de ses racines les plus profondes. Et nous aurions passé [p. 367] sous silence une d
69 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
90nt sur l’esprit. La forme grecque est encore à la racine de l’art de l’Extrême-Orient, et l’Éthos juif est à la racine de tout
91art de l’Extrême-Orient, et l’Éthos juif est à la racine de tout Éthos qui s’affirme dans le monde. Toute science est d’origin
92idu, de même que toute originalité créatrice a sa racine dans l’individu et qu’il n’y a d’autre compréhension que celle qui es
93s du christianisme ; il remonte directement à des racines spirituelles extrêmement profondes. Par conséquent, non seulement les
70 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
94, sans tenir aucun compte du sol commun où a pris racine sa tradition individuelle. Et cette erreur n’est pas le monopole des
95ts de Marx lui-même ont leurs archétypes et leurs racines dans le pathos des Prophètes de l’Ancien Testament, dans les éléments
96es d’un vieil arbre, nourries par les sucs de ses racines souterraines. Reste l’autre polarité : l’unité dans la diversité. Que
71 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
97jusqu’à nos jours. (Même après que le port — même racine qu’exporter et importer — ait pris plus d’importance pour le commerce
72 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
98 il convient de s’entendre. Certes, il plonge des racines profondes dans l’ancienne Confédération, mais il faut bien avouer qu’
73 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
99la paix impériale, et certains veulent y voir les racines lointaines de la neutralité moderne. Mais en fait, on l’a dit plus ha
74 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
100elle. Toutefois, avant que cette commune ait pris racine, le canton se verra requis de lui accorder des subventions, et cela p
75 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
101rich, dont la réputation est mondiale, plonge ses racines dans un terroir de haute science, qui ne doit point nous dissimuler u
76 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
102fs, à la matière. « Je ne distingue l’être qu’aux racines de l’élémentaire », écrit-il dans Six Cahiers, ou encore : « Authent
103raditionnel et patricien du terme (qui se perd) : racines profondes dans le pays, sens civique mais ouverture sur le monde, tou
77 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
104tique et nationaliste, telles que : conserver ses racines, cultiver le génie du lieu, ou encore : rester soi-même. Certes, ces
105d’abord l’expression de l’enracinement local, des racines que tout individu serait censé plonger dans un terroir natal, sous pe
106rature s’est développée autour de cette notion de racines, d’enracinement, et contre les « déracinés », titre du plus fameux ro
107s des produits tirés de notre sol par le moyen de racines imaginaires ou symboliques. Ils nous sont venus de loin, portés par d
108jamais oublier que le légume qui a la plus grosse racine, qui est tout [p. 17] racine, pourrait-on dire, est justement celui q
109qui a la plus grosse racine, qui est tout [p. 17] racine, pourrait-on dire, est justement celui qui a la pire réputation en li
110e Rembrandt. Ce n’est pas dans la terre, dans les racines, ni dans les éléments physiques, géographiques, qu’il faut chercher l
111i opposé : Devenons nous-mêmes ! Et à l’image des racines, j’oppose celle de l’implantation, qui est une action délibérée de l’
78 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
112eule exception du groupe finno-ougrien) par leurs racines indo-européennes, grecques, latines, et par leurs emprunts mutuels da
113ifférentes les unes des autres, je veux dire sans racines ou « antiquités » communes. Trois Indiens dont l’un parle urdu, l’aut
79 1968, Réforme, articles (1946–1980). Vers l’Europe des régions ? (30 novembre 1968)
114ces. Les problèmes les plus importants sont, à la racine, d’ordre philosophique ou religieux. Il s’agit de transposer sur les
80 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Entretien avec Denis de Rougemont (6-7 avril 1968)
115enti la moindre gêne à être d’un pays où j’ai des racines et à me sentir européen. La seule chose inadmissible est d’être enfer
81 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Vers l’Europe des régions [Entretien]
116aces. Les problèmes les plus importants sont à la racine d’ordre philosophique ou religieux. Il s’agit de transposer sur les p
82 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
117acharnement la morale bourgeoise (détachée de ses racines religieuses) ou qu’elle dénonce les conventions en général (sans lesq
83 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.2. Le civisme commence au respect des forêts
118qui se posent aux collectivités locales ont leurs racines dans une attitude fondamentale quant à la place de l’homme dans la so
84 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
119fort technique de l’Occident, et quelles sont ses racines profondes dans la psyché européenne ? J’ai tenté de répondre à ces qu
85 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
120 un légume, et que le légume qui a la plus grosse racine, qui est tout racine pour ainsi dire, c’est le navet. S’il est vrai q
121 légume qui a la plus grosse racine, qui est tout racine pour ainsi dire, c’est le navet. S’il est vrai que les diversités, vo
122eule exception du groupe finno-ougrien) par leurs racines indo-européennes, grecques, latines, et par leurs emprunts mutuels da
123férentes les unes des autres, je veux dire : sans racines ou « antiquités » communes. Trois Indiens dont l’un parle l’urdu, l’a
86 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut dénationaliser l’enseignement [Entretien] (8 décembre 1972)
124ut ce système est cohérent. Vous en trouverez les racines dans la théologie, dans l’image du Christ — Jésus à la fois Dieu et h
87 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
125cipe d’une organisation de la société partant des racines (des groupes, des entreprises, de la cité) et non du sommet (des idéo
88 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
126Centre, et qu’il nous faut repartir d’en bas, des racines, c’est-à-dire des communes, si l’on veut restaurer de vivantes région
89 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
127rtis. Ainsi de la communauté sociale : elle prend racine dans la condition même de l’homme et pas ailleurs, dans ses besoins f
90 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
128chacun. Repartir à neuf, c’est aussi repartir des racines, du sol, avec l’immense puissance imperceptible nuit et jour du blé q
91 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
129er » — mot remarquable. Il devient suisse par les racines. C’est tout le contraire qui se passe aux USA, où le candidat, même s
92 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
130-major égyptien s’employait à mieux connaître les racines de la civilisation hébraïque, et que des universitaires israéliens, c
93 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Madame de Staël et « l’esprit européen » (été 1980)
131inomie Nord-Sud, s’il est vrai qu’elle plonge des racines aussi profondes dans notre histoire ? Sinon par cela qui est plus pro
132inon par cela qui est plus profond encore que les racines, étant au principe même de notre histoire, par le christianisme, — et