1 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
1 terriblement primaire dès qu’elle se fait par la radio. Et comment concevoir l’avènement d’un fascisme sans discours diffusé
2 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
2ette fécondation permanente par je ne sais quelle radio céleste, pourquoi faudrait-il, en effet, que nous mourrions totalemen
3 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
3urnaux du soir tirent à 500 000 exemplaires et la radio atteint des millions d’auditeurs. Dans cette disproportion impression
4te de la crise actuelle du langage. La presse, la radio, l’éloquence politique et les ouvrages populaires à grand tirage, voi
4 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
5ceci près que Robespierre, ne disposant pas de la radio, n’aboutit qu’à de demi-réussites, là où triomphe sans conteste Goebb
5 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
6urope d’aujourd’hui. 10 juillet 1935 Toutes les radios du bloc par les fenêtres grandes ouvertes à l’heure du dîner, si seul
7ourgeois sûrs de leurs droits, lorsque toutes ces radios se déchaînent, — moi je me contiens parce que je suis d’ailleurs — c’
8ns et de la force des rythmes. S’ils tolèrent ces radios, c’est sûrement pour la même raison qui fait qu’ils chantent faux. Et
9r le gravier devant ces façades toutes sonores de radios et de lumières, n’est-ce pas beau ? Pourquoi ce ricanement « réaction
6 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
10manes ». Trois sur six donnent pour raison que la radio des Jeunesses hitlériennes diffuse des causeries en français et que c
11our demain ! » Onze heures du matin. J’entends la radio à l’étage supérieur, sans comprendre. Ce doit être le discours du Füh
7 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
12 ceci près que Robespierre ne disposant pas de la radio, n’aboutit qu’à de demi-réussites, là où triomphe sans conteste Goebb
8 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Directeurs d’inconscience (11 avril 1939)
13nous parle à mi-voix, ces appels pathétiques à la radio. Le monde moderne retentit d’En avant ! qui ne savent pas où ils vont
9 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). « Le matin vient, et la nuit aussi » (7 juin 1939)
14yens de propagande et de pression morale tels que radio, police et presse, introduisent dans le monde actuel des possibilités
10 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
15de ces discours de propagande que nous déverse la radio… Si vous passez du poème au discours, vous avez l’impression de chang
16teurs, tandis que la presse du soir [p. 80] et la radio atteignent chaque jour des millions d’hommes, et c’est tout un domain
11 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
17e et que parfois, quand vous cherchez un poste de radio, vous captez sans le vouloir, en passant. Que signifient ces parasite
18que vous êtes, en cet instant, devant un poste de radio, et que j’arrête tout [p. 131] exprès le petit trait lumineux du cadr
12 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
19teurs, tandis que la presse [p. 22] du soir et la radio atteignent chaque jour des millions d’hommes, et c’est tout un domain
13 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
20u telle mesure prise par l’État : la presse et la radio lui en offrent les moyens. S’il a quelque chose de mieux à proposer,
21té de leur département devant les auditeurs de la radio : voilà le problème qui se pose, voilà ce que nous avons fait, voilà
22, des interviews, des débats contradictoires à la radio, des sermons, des mandements et des manifestes. Sait-on assez que les
23atie ? En tournant tout à l’heure le bouton de ma radio, j’ai entendu cette phrase prononcée d’une voix forte : « Ici Radio M
24u cette phrase prononcée d’une voix forte : « Ici Radio Municipale de New York, cité de 7 millions et demi d’habitants, bénéf
14 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
25ers les plus en vogue. Tournez le bouton de votre radio : À 14 h. chaque jour, vous entendrez un choix « d’hymnes de toutes l
26ginez Roosevelt prononçant une longue prière à la radio, la veille de l’élection présidentielle ; les journaux décrivent en d
27prêtres des trois grandes religions. Le matin, la radio diffusa les prières de « confession générale », dont il répétait les
28relève tous ces traits, c’est que la presse et la radio ne cesseront de les souligner et de les détailler le lendemain, c’est
15 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
29 agents prétendus mystérieux. Ils écoutaient à la radio, soir après soir, des bruits sans suite, cacophonie abrutissante de m
16 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
30égation les aventures qui ne lui arrivent pas. La radio, la presse, les meetings monstres, l’invitent à prendre une part sens
31au sens précis de concentration d’hommes, sans la radio, les haut-parleurs, la presse et les transports rapides. Mais ces moy
17 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
32’on n’avait jamais parlé : imaginez ces postes de radio qui ne peuvent plus se taire ni nuit ni jour, où la parole est débité
33ra nous faire taire, maintenant que nous avons la radio, et il se loge dans tous les microphones. Il organise enfin cette inf
18 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
34égation les aventures qui ne lui arrivent pas. La radio, la presse, les meetings monstres, l’invitent à prendre une part sens
35au sens précis de concentration d’hommes, sans la radio, les haut-parleurs, la presse et les transports rapides. Mais ces moy
19 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
36in d’année ? Un dernier speech de La Guardia à la radio, révélant une dernière recette aux ménagères pour cuire la dinde ; le
20 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
37sards anonymes qui organisent un monde mécanique (radio, capital, urbanisme) au sein duquel la plus « active » des cultures p
38oix ! Mais il y a depuis un moment une musique de radio on ne sait d’où venue, dominant tout. Des trompettes solennelles au d
39yens de propagande et de pression morale tels que radio, police et presse, introduisent dans le monde actuel des possibilités
21 1946, Journal des deux Mondes. 3. Intermède
40s de Flue, mis en musique par Arthur Honegger, la radio brusquement interrompit les conversations. Nous entendîmes la fin d’u
22 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
41ferme cossue, je viens de tourner le bouton de la radio et suis tombé sur un récital de chansons militaires du xviiie siècle
23 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
42 que j’ai développé hier matin devant le micro de Radio Berne, qui m’avait offert un quart d’heure, libre de toute censure pr
43 renvoie à Berne. [p. 67] 24 mai 1940 Écouté la radio. Opéra de Mozart. Et dans une seule bouffée, toutes ces nuits de Vien
44avec Théo Spoerri, pour l’émission nationale à la radio. Il a parlé de la Suisse romande, moi de la Suisse allemande. En sort
45 talons, et m’annonce qu’on vient d’entendre à la radio que les Allemands sont entrés dans Paris. — Merci. Repos ! Il est sor
46itaire. On me reconduit enfin chez moi. Écouté la radio pendant des heures. La débâcle est consommée, la Suisse cernée par l’
47. 75] à côté de mon lit, depuis quelque temps. La radio, heure par heure, accumule par petites touches précises les éléments
48es à faire. 20 juin 1940 Tourné le bouton de ma radio qui se trouvait arrêtée sur Londres. Une voix nasille, puis se précis
24 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
49 cabine du capitaine, avec l’espoir d’entendre la radio. Tout à l’heure, comme j’essayais de me faufiler, R. s’extrait du gro
50 que répètent dix fois par jour les usagers de la radio. Le monde a changé de face sous nos yeux, mais nous le regardions de
25 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
51ir qu’on n’atteint le public américain que par la radio et le film, les magazines à grand tirage, ou le théâtre. Pour m’acqui
52rrange. La situation en général. Décembre 1940 Radio. — J’améliore mon anglais courant en écoutant les chroniqueurs de la
53nglais courant en écoutant les chroniqueurs de la radio. Il y faut une certaine patience. Chaque émission est financée par un
54la religion de la démocratie et la publicité à la radio, vous aimez cela, c’est votre liberté, votre beau temps, et vos enfan
26 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
55eur industrie, supprimerait la presse libre et la radio privée, ils se demanderont s’il vaut la peine de se faire tuer pour c
56croiront que le jazz, la libre concurrence, et la radio, sont des choses assez importantes pour qu’on se fasse tuer pour elle
57t à Pearl Harbour. Nous venons de l’entendre à la radio. » Une fois de plus, la vie qui change, un autre avenir qui s’ouvre e
27 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
58e, les boutons du fourneau électrique, ceux de la radio, et les robinets de sa baignoire. Février 1943 De l’Imitation. — M
59t il fut aussitôt traité de pitre par Goebbels et Radio Paris. Kaiser a fait construire en quatre jours et demi un cargo Libe
60 également en vue d’une transmission directe à la radio. Dans les deux cas, les exigences sont les mêmes. Et elles impliquent
61 la NRF, et qui en anglais retombent à plat, à la radio font parasites. Il faut sauter dans le vif [p. 187] d’un sujet, sans
62r le deuxième Concerto Brandebourgeois, mais deux radios martèlent ce Tchaïkovski qu’on entend siffler dans la rue… Je me souv
28 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
63conversations était fourni par les journaux et la radio. Heureux celui qui pouvait apporter quelque information personnelle à
29 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
64e dans l’escalier. Des enfants pleurent parmi les radios nostalgiques, des fenêtres s’allument et s’éteignent. On peut vivre i
65, s’étagent en silhouettes sur le ciel rouge. Une radio clame Amapola, plus fort que tout, dans la cour où les draps au vent
66in d’année ? Un dernier speech de La Guardia à la radio, révélant une dernière recette aux ménagères pour cuire la dinde. Pol
30 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
67p. 29] le dîner sans perdre l’équilibre et que la radio ne cesse de ronronner. Le lendemain on se pose en Floride, sur un ter
31 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
68u’un citoyen américain qui tourne le bouton de sa radio. Ils combattaient. Et nous ? Nous ne serons libres dans la paix que s
32 1946, Lettres sur la bombe atomique. 13. La pensée planétaire
69t d’abord sentir. Et qu’aussitôt la presse, et la radio, le cinéma surtout l’éveillent et la propagent, sous de larges rubriq
33 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
70e, les boutons du fourneau électrique, ceux de la radio et les robinets de la baignoire.      Désespoir à Times Square. — Er
71r le Deuxième Concerto brandebourgeois, mais deux radios martèlent ce Tchaïkovski qu’on entend siffler dans la rue… Je me souv
72e dans l’escalier. Des enfants pleurent parmi les radios nostalgiques, des fenêtres s’allument et s’éteignent. On peut vivre i
73, s’étagent en silhouettes sur le ciel rouge. Une radio clame Amapola, plus fort que tout, dans la cour où les draps au vent
34 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
74-girls et le glamour, Superman et les sports à la radio. Et ils s’entourent d’objets polis, luisants, emballés dans de la cel
35 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
75r le deuxième Concerto brandebourgeois, mais deux radios martèlent ce Tchaïkovski qu’on entend siffler dans la rue… Je me souv
36 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
76in d’année ? Un dernier speech de La Guardia à la radio, révélant une dernière recette aux ménagères pour cuire la dinde. Pol
37 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
77s par la science vulgarisée, les commentateurs de radio, l’école publique, le cinéma et les comités. Mais ils en ont gardé le
78is ces mots n’ont plus cours dans la presse, à la radio ni dans les magazines, et vous perdez toute influence sur les masses.
38 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Deux presses, deux méthodes : l’Américain expose, le Français explique (4 avril 1946)
79rand journal du soir, qui disposait d’un poste de radio, m’interviewa au sujet du petit livre que je venais de publier sur l’
39 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
80ut d’abord un général, puis un commentateur de la radio. Il avait sous ses ordres des écrivains, des journalistes, des banqui
40 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
81l pût être enseigné à une masse par la presse, la radio et la publicité, tant et si bien qu’on obtienne à la fin du courage p
82dit aux masses. Et le programme du Solitaire à la radio serait écouté chaque dimanche par quarante millions de personnes avid
41 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
83u telle mesure prise par l’État ; la presse et la radio lui en offrent les moyens. S’il a quelque chose de mieux à [p. 32] pr
84té de leur département devant les auditeurs de la radio : voilà le problème qui se pose, voilà ce que nous avons fait, voilà
85, des interviews, des débats contradictoires à la radio, des sermons, des mandements et des manifestes. Sait-on assez que les
86n tournant tout à l’heure le bouton [p. 35] de ma radio, j’ai entendu cette phrase prononcée d’une voix forte : « Ici Radio M
87u cette phrase prononcée d’une voix forte : « Ici Radio Municipale de New York, cité de sept millions et demi d’habitants aya
88on de dimensions. Il faudrait donc disposer de la radio. Mais la radio demande des sommes [p. 38] énormes. Seules de puissant
89s. Il faudrait donc disposer de la radio. Mais la radio demande des sommes [p. 38] énormes. Seules de puissantes associations
90de l’argent et du grand capital ! Oui, mais si la radio était gratuite, la situation serait un million de fois pire, et plus
91ut d’abord un général, puis un commentateur de la radio. Il avait sous ses ordres des écrivains, des journalistes, des banqui
42 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
92grand journal du soir qui disposait d’un poste de radio, m’interviewa au sujet du petit livre que je venais de publier sur l’
93ique, entre deux missions, on le fait parler à la radio, on lui donne des banquets, et l’on publie son livre tapé à tour de b
94ers les plus en vogue. Tournez le bouton de votre radio : À 14 h. chaque jour, vous entendrez un choix « d’hymnes de toutes l
95ginez Roosevelt prononçant une longue prière à la radio, la veille de l’élection présidentielle ; les journaux décrivent en d
96prêtres des trois grandes religions. Le matin, la radio diffusa les prières de « confession générale », dont il répétait les
97relève tous ces traits, c’est que la presse et la radio ne cesseront de les souligner et de les détailler le lendemain, c’est
98s par la science vulgarisée, les commentateurs de radio, l’école publique, le cinéma et les comics. Mais ils en ont gardé le
99is ces mots n’ont plus cours dans la presse, à la radio ni dans les magazines, et vous perdez toute influence sur les masses.
43 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
100ou le détail de ses contrats avec la presse et la radio. Autre élément de popularité.   L’homme d’affaires. — Il prouve son
101-girls et le glamour, Superman et les sports à la radio. Et ils s’entourent d’objets polis, luisants, emballés dans de la cel
44 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
102e dans l’escalier. Des enfants pleurent parmi les radios nostalgiques, des fenêtres s’allument et s’éteignent. On peut vivre i
103, s’étagent en silhouettes sur le ciel rouge. Une radio clame Amapola, plus fort que tout, dans la cour où les draps au vent
45 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
104ement relate son activité d’homme de lettres à la radio américaine. J’ai l’honneur, M. le procureur général, s’écrie Me Duper
105ande étrangère, comme Oltramare ; il a parlé à la radio, comme Oltramare ; et hors de Suisse, comme Oltramare encore. Les deu
106ltramare ? Nous avons tous les deux écrit pour la radio, hors de Suisse, sur la politique. Soit. Mais un avocat qui veut s’en
107ne fable. Fable J’ai tant et si bien parlé à la radio américaine, qu’à la fin les nazis ont occupé la Suisse. Voilà ce que
46 1947, Carrefour, articles (1945–1947). L’art dirigé [Réponse à une enquête] (23 janvier 1947)
108ntienne au niveau de la presse du savoir et de la radio (libres ou dirigées) et il cessera d’être un artiste. Sinon, il se vo
47 1947, Carrefour, articles (1945–1947). Fédération ou dictature mondiale ? (9 avril 1947)
109. Plusieurs savants, chroniqueurs influents de la radio, magistrats et écrivains réputés, font partie de son comité. La press
48 1947, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (5 décembre 1947)
110ande étrangère, comme Oltramare ; il a parlé à la radio, comme Oltramare ; hors de Suisse, comme Oltramare encore. Les deux c
111ltramare ? Nous avons tous les deux écrit pour la radio, hors de Suisse, sur la politique. Soit. Mais un avocat qui veut s’en
112e. Supposons que j’aie tant et si bien parlé à la radio américaine, qu’à la fin les nazis ont occupé la Suisse. Voilà ce que
49 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
113ar l’État ou par le parti au pouvoir, qui sont la radio et la presse. Seuls ces moyens sont à l’échelle des masses. Mais se [
50 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
114 ne passe plus par l’Europe, mais par le pôle. La radio, l’aviation, l’économie, redistribuent nos voisinages en même temps q
51 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
115s ce sens sur l’opinion, la presse, le film et la radio, par voie d’informations et de recommandations ; de coordonner les ef
116 domaine de la presse, du livre, du film et de la radio, mais aussi dans les établissements d’enseignement scolaires, univers
52 1950, Lettres aux députés européens. Troisième lettre
117lativité généralisée et la physique nucléaire, la radio et le cinéma, la pénicilline et le DDT, le pétrole synthétique et le
118r sérieusement. [p. 20] Je viens d’entendre à la radio le Don Juan de Mozart retransmis de Salzbourg. Voilà ce que l’Europe
53 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
119La première est exactement ce que la presse et la radio déclarent qu’elle est. Presse et radio voudraient que Dewey soit élu 
120esse et la radio déclarent qu’elle est. Presse et radio voudraient que Dewey soit élu : on dit alors qu’il a pour lui toute l
54 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
121 et la physique nucléaire, l’aviation, [p. 87] la radio et le cinéma, la vaccination, la pénicilline et le DDT, le pétrole sy
55 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Troisième lettre aux députés européens : L’orgueil de l’Europe (17 août 1950)
122lativité généralisée et la physique nucléaire, la radio et le cinéma, la pénicilline et le DDT, le pétrole synthétique et le
123i disputer sérieusement. Je viens d’entendre à la radio le Don Juan de Mozart retransmis de Salzbourg. Voilà ce que l’Europe
56 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Cinquième lettre aux députés européens : « Méritez votre nom ! » (19-20 août 1950)
124La première est exactement ce que la presse et la radio déclarent qu’elle est. Presse et radio voudraient que Dewey soit élu 
125esse et la radio déclarent qu’elle est. Presse et radio voudraient que Dewey soit élu : on dit alors qu’il a pour lui toute l
57 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, on vous attend encore au pied du mur ! (4 octobre 1950)
126La première est exactement ce que la presse et la radio déclarent qu’elle est. Presse et radio voudraient que Dewey soit élu 
127esse et la radio déclarent qu’elle est. Presse et radio voudraient que Dewey soit élu : on dit alors qu’il a pour lui toute l
58 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
128s au pouvoir et les puissants du jour tiennent la radio, la presse et le cinéma. Cependant, nous avons encore le droit de pro
129ir ou de siffler selon ses goûts, de prendre à la radio le poste qu’on préfère, et de tourner le bouton si l’on s’ennuie, san
59 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
130ir ou de siffler selon ses goûts, de prendre à la radio le poste qu’on préfère, et de tourner le bouton si l’on s’ennuie, san
60 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
131uropéenne des journalistes ; un Forum européen de radio ; une Commission de pédagogie sportive ; enfin, différentes séries de
61 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
132s électeurs, on ne l’imagine pas « suspendue à la radio » pour savoir ce qui se passe à Berne, et si le Gouvernement sera ren
62 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
133opérations de banques privées avec l’étranger. La Radio suisse est une fédération de studios locaux largement autonomes, mais
63 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
134vétique se marque aussi bien dans la presse et la radio que dans [p. 135] l’instruction des recrues. Depuis longtemps, les éd
135ne place importante, en première page. Quant à la radio, écoutée par un habitant sur cinq 38 , elle consacre à peu près autan
64 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
136e Molotov, est de saboter l’Europe, je citerai la Radio de Moscou qui proclamait dans toutes les langues, au soir même de la
65 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
137e public d’aujourd’hui, immensément élargi par la radio, dirigé par les managers des concerts, formé par sa discothèque, a ce
66 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
138in. Au soir même de la chute de Diên Biên Phu, la radio de Moscou proclamait dans toutes les langues : « La France vient de p
67 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
139le de presse, du plan de causerie à l’émission de radio, en diffuseront plus tard les conclusions. ⁂ Au seuil de cette cinqui
68 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
140res, l’électricité domestique, le téléphone et la radio, n’ont fait leur entrée dans nos vies que pendant le premier tiers de
141 à domicile les produits de leur travail : autos, radios, frigidaires et conserves ; et le cinéma au coin de la rue. Ils ont r
142» ; toute la musique nous vient à domicile par la radio et par le disque ; des conférences, causeries et discussions publique
143tés qui ne s’arrêteront pas là. La télévision, la radio apportent le monde à domicile, et les spectacles solennels organisés
69 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
144ransmission du corps humain à grande distance par radio. Une particule de chair coupée et aussitôt recollée continue à vivre.
70 1956, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Oserons-nous encore… » (6 novembre 1956)
145ecours dès qu’on tournait le bouton d’un poste de radio, à nos oreilles, appelant l’Europe, qui ne pouvait pas répondre, appe
71 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe s’inscrit dans les faits [Introduction] (novembre 1956)
146s mongoles attaquaient le bâtiment de la dernière radio libre à Budapest, une voix forte cria : Nous mourons pour l’Europe !
72 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
147res, l’électricité domestique, le téléphone et la radio, n’ont fait leur entrée dans nos vies que pendant le premier tiers de
148nt chez eux les produits de leur travail : autos, radios, frigidaires et conserves ; et le cinéma au coin de la rue. Ils ont r
149» ; toute la musique nous vient à domicile par la radio et par le disque ; les conférences, causeries et discussions publique
150tés qui ne s’arrêteront pas là. La télévision, la radio, apportant le monde à domicile, et les spectacles solennels organisés
73 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
151’on y croie ? Dimanche 4 novembre 1956, soir La radio, à sept heures et quart, transmettait le dernier message : « Nous mou
74 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
152llusions. Au lieu de quoi, la grande presse et la radio des pays libres mais irresponsables ont tout fait pour nous aveugler
75 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
153’y a pas seulement les millions d’auditeurs de la radio et de la TV, il y a tous les acheteurs de disques, tous ceux qui joue
154 recettes de l’État (apport de devises, tourisme, radio et TV s’alimentant de plus en plus aux festivals, etc.), parfois dans
76 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
155vec l’homme de la rue et le dernier speaker de la Radio française avant la grève qui a doublé, cette fois-ci, la trêve des co
156devoir dire à tel moment pour que la presse et la radio en tirent telle conclusion probable et opportune, qui peut agir sur l
157pinion, c’est-à-dire pratiquement la presse et la radio, à quoi tout se réduit au bout du compte. Car c’est bien compte tenu
158 chaque matin n’est faite que par la presse et la radio, et n’est souvent faite que pour elles. Les agences seraient donc nos
77 1958, Journal de Genève, articles (1926–1982). Hommage à Pasternak (31 octobre 1958)
159 romancier ou grand styliste, et nous passons. La radio cite et passe, la presse en fait autant, et nos sociétés d’écrivains
78 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
160 domaine de la presse, du livre, du film et de la radio, mais aussi dans les établissements d’enseignement scolaires, univers
79 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
161oyens de culture qui sont le livre, le disque, la radio, la télévision et le cinéma. Il y a enfin cette espèce [p. 77] de rum
162 nombre de vedettes célébrées par la presse et la radio, et qui relèvent à quelques titres de la culture, peut faire illusion
163s media. Les Américains désignent par ce terme la radio, la télévision, le cinéma, le disque et le journal, mais il est certa
164r l’audition de la musique sérieuse donnée par la radio et la télévision. [p. 79] Je prendrai maintenant un autre exemple da
165lture — éditeurs, dirigeants et producteurs de la radio et de la télévision — assument désormais nolens volens une responsabi
80 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
166ent propagée. L’imprimé bon marché, le film et la radio ne laissent plus de délais ni d’angles morts. Les effets atteignent n
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
167onaux, l’électrotechnique, le moteur, l’avion, la radio et l’énergie jaillissant de l’atome le signifient aujourd’hui sur d’a
168 T. S. Eliot dans ses brefs essais (destinés à la radio allemande) sur « L’Unité de la culture européenne ». Les rapports ent
82 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
169étique éclata. Dès le 23 juin, il prononçait à la radio un discours offrant aux Russes des négociations immédiates. Quelques
170rs l’attendaient : les Russes avaient annoncé par radio la signature de l’accord, la libération des Polonais, et l’arrivée du
83 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Fédéralisme et culture (3-4 mars 1962)
171 à elle-même dans tous les domaines : université, radio, publications, etc. Et plutôt que de reconnaître que cela n’est pas p
84 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
172e, le ciel est bleu, les voies sont larges, et la radio du bord éclate en mélodies accompagnées de bugles et de chœurs d’une
85 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
173s électeurs, on ne l’imagine pas « suspendue à la radio » pour savoir ce qui se passe à Berne et si le gouvernement sera renv
86 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
174opérations de banques privées avec l’étranger. La Radio suisse est une fédération de studios régionaux largement autonomes, m
87 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
175rne met au service de la culture des masses : TV, radio et cinéma, voyages à bon marché, livres de poches vendus par millions
88 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
176e je donnais dans les couloirs une interview à la radio, dix minutes avant l’heure fixée pour la séance de clôture, on vint m
89 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
177urs plus tard, interrogé par des jeunes gens à la radio, répond : « Faire l’Europe est la seule chose véritablement important
90 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
178e minoritaire ! (Je viens de l’entendre dire à la radio par un jeune étudiant gauchiste, et c’est si beau qu’il faut que j’en
179but. À l’occasion d’une journée d’émissions de la radio française sur la Suisse romande, une journaliste s’avisa de « présent
91 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
180u celui du statut des universités, ou celui de la radio, on s’aperçoit que certains éléments de « totalitarisme » existent en
181 du nationalisme du xixe siècle. Le régime de la radio et celui de l’information donneraient lieu à des remarques analogues.
182arti d’étatiser, au nom des lois qui existent, la radio et l’information, l’enseignement et la recherche scientifique. Il suf
183 Offices européens de l’édition, du cinéma, de la radio, des festivals — Centres de recherches scientifiques — Index critique
92 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
184ralisée et la physique nucléaire ; l’aviation, la radio et le cinéma ; la vaccination, la pénicilline et le DDT ; le pétrole
93 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
185vec l’homme de la rue et le dernier speaker de la Radio française avant la grève qui a doublé, cette fois-ci, la trêve des co
186devoir dire à tel moment pour que la presse et la radio en tirent telle conclusion probable et opportune, qui peut agir sur l
187pinion, c’est-à-dire pratiquement la presse et la radio, à quoi tout se réduit au bout du compte. Car c’est bien compte tenu
188 chaque matin n’est faite que par la presse et la radio, et n’est souvent faite que pour elles. Les agences seraient donc nos
94 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.8. Il n’y a pas de « musique moderne »
189e public d’aujourd’hui, immensément élargi par la radio, dirigé par les managers des concerts, formé par sa discothèque, a ce
95 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
190ralisée et la physique nucléaire ; l’aviation, la radio et le cinéma ; la vaccination et la pénicilline ; le pétrole synthéti
96 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
191urs plus tard, interrogé par des jeunes gens à la radio, répondait : « Faire l’Europe est la seule chose véritablement import
97 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
192éalités immédiates est générale. 3. La presse, la radio, la TV La diffusion de la presse d’une région comme Rhône-Alpes et l
193 quelques kilomètres de chez soi est générale. La radio de nos divers pays est généralement mieux entendue que la TV dans les
98 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
194 des curiosités même par l’école, la presse et la radio, qui a conduit à la guerre de 1914. On décrirait l’abaissement du niv
195e chose qui se lamente douze heures par jour à la radio. Car aimer son prochain comme soi-même est un commandement de la Bibl
99 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
196me peut désormais porter à l’homme au moyen de la radio, de la TV et du conditionnement délibéré qui entend réduire l’individ
100 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
197lui, du grand savant qui avait trouvé pourquoi la radio n’avait aucun avenir : c’est que n’importe qui pourrait capter ses me