1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ernest Seillière, Alexandre Vinet, historien de la pensée française (octobre 1929)
1e qu’il vient d’ajouter à sa grande étude sur les rapports du christianisme et du romantisme. M. Seillière cherchait dans l’époq
2 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
2ravail aux lois d’une offre et d’une demande sans rapport avec ses désirs réels, et dont il subit docilement l’abstraite et com
3 nature, il est condamné à ne plus saisir que des rapports abstraits entre les choses. Il ne comprend presque plus rien à l’Univ
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
4r le prévenu (l’élève examiné) n’a qu’un lointain rapport avec la qualité et la quantité des efforts « fournis » au cours du tr
4 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
5eu de l’avouer : je ne saurais entretenir que mes rapports de politesse distante avec les personnes qui ont dit, ne fût-ce qu’un
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
6 poursuit une grandiose existence géologique sans rapport avec la nôtre. Les atomes que nous sommes peuvent trouver sur ses fla
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
7s pourquoi ces deux mots lui semblaient avoir des rapports intimes et atroces. Quel horrible endroit, cet Osaka ! Les endroits s
7 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
8me, grandeur, ne sont guère définis que par leurs rapports mutuels et tirent de cette interdépendance leur valeur originale. Kas
8 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
9quotidiennes, dans le domaine du sentiment et des rapports sociaux, sont agaçants à l’extrême pour l’autre. Agacement que l’on t
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
10raît sur son seuil au garde à vous, et débite son rapport en deux minutes. Puis on entre fumer un cigare. Une cordialité milita
11 des avantages « humains » peu contestables : des rapports personnels de maître à serviteur, des rapports personnels de l’homme
12es rapports personnels de maître à serviteur, des rapports personnels de l’homme à la nature sous toutes ses formes, animales, v
10 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
13eu de l’avouer : je ne saurais entretenir que des rapports de politesse distante avec les personnes qui ont pu dire, ne fut-ce q
11 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
14uis ce que j’ai toujours été, à ceci près que mes rapports sont meilleurs avec le Seigneur et Jésus son fils bien-aimé. C’est vo
15mme plein d’une exigeante ferveur mystique. « Mes rapports avec les dévots, — écrit-il de Strasbourg — ne sont pas très fréquent
12 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
16 Guéhenno, sur la question de la culture dans ses rapports avec le peuple. Il discute M. Malraux et son goût désespéré de l’acti
13 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
17du même état, qu’ils tolèrent.) 4° Il n’y a qu’un rapport de trahison entre les idéaux pour lesquels nous nous ferions tuer, et
18les a décorés, on l’emprisonne. 5° Il n’y a qu’un rapport de trahison entre la religion chrétienne et la religion de l’Écho de
19ui veut l’obéissance aveugle… » 6° Il n’y a qu’un rapport de lâcheté entre les formes de la justice actuelle et les fins que lu
14 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
20p. 909] Comment rompre ? (mars 1933) c Le faux rapport entre le christianisme et le christianisme de la chrétienté réside en
15 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
21, au problème absolument insoluble, puisque notre rapport à Dieu, depuis la chute, est paradoxe par définition. Tel est l’aspec
22n vrai discours sur Dieu. Mais comment établir le rapport nécessaire de ces deux aspects de la vérité à leur centre vivant ? Le
16 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
23hoisir. Il croit pouvoir entretenir avec Dieu des rapports de politesse. Cela pourrait bien être la formule du désordre intérieu
17 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
24t l’aune.) Le spirituel, c’est l’acte créateur de rapports nouveaux dans la société, de forces sociales nouvelles. Le spirituel,
18 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
25ants, pour [p. 25] toute cette vie politique sans rapports organiques avec la vie réelle du pays. Elle affirme la plus totale in
19 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
26un jour nouveau : on voit bien qu’elles sont sans rapport à la misère réelle des hommes, mais on voit bien aussi qu’elles serve
20 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
27us de vertu, mieux assuré la paix du monde et les rapports normaux entre les hommes ? Croit-on vraiment que le « désarroi » soit
28ciété si vous n’avez pas, avant tout, retrouvé le rapport primitif, le rapport véritablement humain, celui qui unit l’homme à s
29pas, avant tout, retrouvé le rapport primitif, le rapport véritablement humain, celui qui unit l’homme à son prochain. Or, ce p
30ois qu’il nous est donné de le faire, rétablit le rapport humain, fonde notre destin personnel et fonde aussi la seule société
21 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
31peut-être eux-mêmes — sur la véritable nature des rapports humains et du statut social dont ils étaient les bénéficiaires. L’aff
22 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
32ement bienfaisante est celle qui se fonde dans ce rapport originel [p. 83] de l’homme à Dieu, d’où découle la relation concrète
23 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
33r la maison de Dieu. I. Pierre, 4, 17. Le faux rapport entre le christianisme et le christianisme de la chrétienté réside en
24 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
34 propre à maintenir l’ordre, la prospérité et les rapports les plus confortables entre les humains. Voilà une erreur de belle ta
25 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
35s formations de combat, exciter des passions sans rapport aux idéaux qu’il s’agit d’imposer, — et ce sont les mêmes passions, —
26 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
36l Ortega y Gasset n’hésite pas à comparer sous ce rapport l’Espagne et la Russie. « Fort différentes sur beaucoup de points, éc
27 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
37ent, la politique est, d’une part, la science des rapports de l’individu et de l’État — politique intérieure, — d’autre part la
38litique intérieure, — d’autre part la science des rapports de la nation et des autres nations — politique extérieure. Dans le ca
28 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
39us de vertu, mieux assuré la paix du monde et les rapports normaux entre les hommes ? Croit-on vraiment que le « désarroi » soit
40ciété si vous n’avez pas, avant tout, retrouvé le rapport primitif, le rapport véritablement humain, celui qui unit l’homme à s
41pas, avant tout, retrouvé le rapport primitif, le rapport véritablement humain, celui qui unit l’homme à son prochain. Or, ce p
42ois qu’il nous est donné de le faire, rétablit le rapport humain, fonde notre destin personnel, et fonde aussi la seule société
29 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
43de leurs aspirations collectives. » Renversant ce rapport il ne resterait à montrer de Kierkegaard que sa « catégorie du solita
30 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
44e littérature. Elle les juge pour eux-mêmes, sans rapport à leurs fins. Elle dit : c’est bien écrit, mal composé, intéressant ;
31 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
45e isolée ou n’entretenant avec les autres que des rapports distants et virtuels est une contradiction in terminis. [p. 377] L’a
46humain, et peut-être son contraire. La formule du rapport social ne doit pas contenir une revendication de droit, mais une posi
47té parfaite, pour la simple raison qu’il n’y a de rapport humain réel que par l’apparition première de la personne, fondement n
32 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
48s qu’elle combat, parce qu’elle figure l’image du rapport véritable entre les hommes, mais qu’elle la figure dans l’abstrait, d
49ans le plan même de ce qu’elle croit mépriser. Le rapport véritable entre les hommes, c’est la communauté des personnes respons
50 personnes : elle n’est que l’expression de leurs rapports spécifiques. Elle a son centre en chacune des personnes qui la compos
51ni celui du tu, c’est-à-dire considérés dans leur rapport objectivé, vu par un tiers, se trouvent du même coup objectivés, et p
52ent du même coup objectivés, et prisonniers de ce rapport, le nous. Le groupe ainsi formé est défini par sa circonférence. Et c
53érer en soi comme des systèmes, indépendamment du rapport actuel d’un je et d’un tu, ne rendent pas compte de l’être personnel,
54maine. On peut parler en termes de philosophie du rapport d’un je à un tu. Mais on ne peut le comprendre et le vivre, dans son
55ns son paradoxe profond, que si l’on se réfère au rapport primitif qui fonde la personne humaine : le rapport de l’homme à son
56pport primitif qui fonde la personne humaine : le rapport de l’homme à son Créateur. Le Droit romain a peut-être raison de refu
33 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
57 concret de leur existence, assumant [p. 50] leur rapport de mutuelle responsabilité. Et ce rapport est orienté vers l’homme. M
580] leur rapport de mutuelle responsabilité. Et ce rapport est orienté vers l’homme. Mais, dans l’homme, vers le nouvel homme, v
34 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
59r une action un peu féconde, s’ils ne sont pas en rapport avec les mœurs, avec les sentiments, avec les intérêts généraux des h
35 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
60n des clercs. C’est mettre en discussion l’un des rapports fondamentaux qui définissent une société. C’est reconnaître enfin que
61ssent une société. C’est reconnaître enfin que ce rapport n’est plus perçu par un chacun comme évident ni comme allant de soi,
36 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
62re eux. Les intendants peuvent envoyer au Roi des rapports annonçant « qu’il n’y a plus de protestants en France ». Pourquoi mai
37 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
63tique et cette doctrine n’ont plus entre elles de rapport appréciable de hiérarchie ou de contradiction. L’une ignore les fins
38 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
64nité ; toutes les couleurs sont mesurées par leur rapport au blanc originel, et sont dites plus ou moins lumineuses selon la qu
39 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
65claire, à vrai dire de première importance : « Le rapport de la lutte des classes au mouvement culturel n’obéit pas à la loi de
66es semelles-crêpe. » C’est très bien d’établir un rapport entre la qualité des semelles et la culture générale. C’est très bien
40 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
67Führerstaat » hitlérien 50 considérés dans leurs rapports avec la culture, au lendemain de la prise du pouvoir. Il m’apparaît q
41 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
68es ou les fatalités de quelques mesures, et leurs rapports avec les fins qu’elles ont servies ou qu’elles entendent servir. La q
42 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
69 me fait tout cet appareil qui prétend régler mes rapports quotidiens avec un monde hors de mes prises, l’État, la société telle
70douteuse, si elle peut attirer l’attention sur le rapport de vie ou de mort qui unit l’homme, être pensant, à son langage. Le m
71, un être avec lequel l’homme peut entretenir des rapports conformes à sa nature originelle. Mais que l’être et l’expression, en
72s qu’elle combat, parce qu’elle figure l’image du rapport véritable entre les hommes, mais qu’elle la « figure » seulement, qu’
73 de l’extérieur, par une contrainte politique. Le rapport véritable entre les hommes, c’est la communauté des personnes respons
74e les personnes : elle n’est que l’expression des rapports personnels. Elle a son centre en chacune des personnes qui la compose
75lui de l’autre, c’est-à-dire considérés dans leur rapport d’objectivité, vu par un tiers, se trouvent du même coup objectivés e
76vent du même coup objectivés et prisonniers de ce rapport, le nous. Le groupe ainsi est défini par l’extérieur, disons par sa c
77érer en soi comme des systèmes, indépendamment du rapport actuel d’un je et d’un tu, ne rendent pas compte de l’être personnel.
78ériles, c’est que l’humanité a perdu la vision du rapport humain authentique, celui qu’ici l’on nomme la Personne, celui que l’
43 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
79es, au sens moderne. Et que ça n’a pas le moindre rapport avec la « politique » au sens habituel ; mais les plus grands rapport
80litique » au sens habituel ; mais les plus grands rapports avec la religion au sens égyptien, chaldéen, aztèque… Pour autant que
44 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
81claire, à vrai dire de première importance : Le rapport de la lutte des classes au mouvement culturel n’obéit pas à la loi de
82 semelles-crêpe. C’est très bien que d’établir un rapport entre la qualité des semelles et la culture générale. C’est très bien
45 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
83st-à-dire en organisant l’État, l’économie et les rapports sociaux selon les nécessités de l’heure, à leurs yeux « matérielles d
46 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
84nce ou l’art, également impurs et maléfiques, des rapports de partis à partis, ou d’idéologies à idéologies, sur un plan qui n’e
85ement, la politique est d’une part la science des rapports de l’individu et de l’État — politique intérieure —, d’autre part la
86litique intérieure —, d’autre part la science des rapports de la nation et des autres nations — politique extérieure. Dans le ca
47 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
87attendant à de petits exercices formels, sans nul rapport avec ce beau vertige de liberté. Depuis six jours que nous sommes arr
88tite discussion tout à fait confuse et sans aucun rapport avec le sujet. Il n’y a pas d’autre question. Le président fait alors
89evant Dieu » est seul. Il se trouve placé dans un rapport strictement personnel, par définition. Mais aussitôt qu’il communie a
90aris de nos jours (car c’est faux sous tout autre rapport, pour tout autre pays, pour toute autre époque de nos lettres) je pen
91ou un Renaud, j’éprouve une brève angoisse : quel rapport entre cet homme à qui je parle, et le mot « homme » dans ce que j’écr
92ec le tigre et le requin. J’allais conclure : nos rapports avec la nature ne sont guère plus satisfaisants que nos rapports avec
93a nature ne sont guère plus satisfaisants que nos rapports avec les hommes. Mais attention : Si l’homme n’est que nature, il res
48 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
94elle bouillabaisse de termes abstraits — sans nul rapport à rien de ce qu’exige la situation locale, bien entendu. Les mêmes te
95tion, et ne voit pas que « son » journal est sans rapport réel avec cette situation. Mais les intellectuels, dont le métier est
49 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
96 . Mais la difficulté fondamentale que posent les rapports de notre volonté et de l’éternité souveraine, demeure entière. La dif
50 1937, Esprit, articles (1932–1962). Défense de la culture (janvier 1937)
97s. Ce qui est faux. Alors ? Alors on voit que les rapports de la politique, de l’économie de la nation et de la culture sont un
51 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
98, Au service de l’Esprit (février 1937) ab Ce « rapport » a été approuvé à l’unanimité par le Comité central du Parti communi
52 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
99elle bouillabaisse de termes abstraits — sans nul rapport à rien de ce qu’exige la situation locale, bien entendu. Les mêmes te
53 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
100. Qu’il formule cet espoir ou ce désespoir et ses rapports avec le monde changeront immédiatement. » Ou encore : « Le poète est
54 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
101ou un Renaud, j’éprouve une brève angoisse : quel rapport entre cet homme à qui je parle, et le mot « homme » dans ce que j’écr
102ec le tigre et le requin. J’allais conclure : nos rapports avec la nature ne sont guère plus satisfaisants que nos rapports avec
103a nature ne sont guère plus satisfaisants que nos rapports avec les hommes. Mais attention. C’est uniquement s’il y a dans l’hom
55 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
104par une transformation immédiatement sensible des rapports humains : ils tendent à n’être plus directs (d’homme à homme) mais de
105 occidentale, signalé par la déconcrétisation des rapports humains 69 , nous constaterons à l’inverse des économistes, que le xi
106n » [p. 13] des marchés. (La déconcrétisation des rapports humains par le capitalisme devait entraîner nécessairement l’indépend
107lle monstrueuse. Ainsi le capitalisme a brisé les rapports humains au sein de la communauté ; il a créé une nouvelle forme d’esc
56 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Chançay (mars 1937)
108 des termes tels qu’acte, création, etc. Puis des rapports indiqués par Kierkegaard entre sexualité, angoisse et esprit, c’est-à
57 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
109ffet cette inquiétude…) Le général Faupel fait un rapport des plus pessimistes au Führer sur le rendement du matériel allemand.
58 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
110utres enfin s’efforcent de fonder une science des rapports conjugaux. Jung analyse le « conflit psychologique » et les « névrose
59 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
111a n’a pas d’importance, cela ne change rien à nos rapports, c’est une passade, une erreur sans lendemain » et tantôt : « C’est t
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
112ons et dont les mœurs n’ont guère changé, sous ce rapport, depuis des siècles, réduit l’amour-passion, neuf fois sur dix, à rev
113ors de leur première rencontre, ils n’ont que des rapports de politesse conventionnelle. Et quand Tristan revient en quête d’Ise
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
114nd : c’est l’homme qui a besoin de vous. Tous les rapports humains, dès cet instant, changent de sens. Le nouveau symbole de l’A
115espèce de liens ? S’ils étaient demeurés sans nul rapport, ne serait-ce pas plus étrange que tout ? Mais en revanche, quelle es
116lles, dont on ne cherche constamment à établir le rapport avec la foi. Mais dans cette atmosphère de saturation, la tension rel
117ulté particulière — qui n’est d’ailleurs pas sans rapport avec la situation courtoise — nous retrouvons en Occident et dans le
118ie de l’homme — et une forme lyrique déterminée. (Rapports entre le soufisme et la poésie courtoise des Arabes ; influence de Fr
119à dire : il y a là quelque chose, et l’absence de rapports entre ces gens me paraîtrait plus étonnante encore que n’importe quel
120othèse, « sérieuse » ou non, sur la nature de ces rapports. Mais je me gardais de démontrer le détail précis des influences, à l
62 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
121sources historiques nous a conduit à renverser le rapport. C’est ici la passion mortelle qu’il faut « ramener » à une mystique,
122 l’on admet implicitement, c’est l’existence d’un rapport quelconque entre ces deux réalités. Reste à savoir dans quelle mesure
123e convient même d’autant mieux à l’expression des rapports « malheureux » entretenus par l’âme et son Dieu, qu’elle s’est plus c
63 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
124les Ortliebiens rhénans — qui furent peut-être en rapports avec les Vaudois, voisins des Cathares — non seulement chez les Vaudo
125os jours. Je ne puis examiner ici le problème des rapports entre ce fonds de légendes celtiques et la littérature anglaise popul
126 de ce roman — seul comparable à l’Astrée sous ce rapport — et une admiration sérieusement motivée pour sa lucidité psychologiq
64 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
127utres enfin s’efforcent de fonder une science des rapports conjugaux. Jung analyse le « conflit psychologique » et les « névrose
65 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
128a n’a pas d’importance, cela ne change rien à nos rapports, c’est une passade, une erreur sans lendemain », et tantôt : « C’est
66 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
129 « aimer » est employé seulement pour définir les rapports entre la mère et les fils. Le mari n’aime pas la femme : « il a de l’
130l’affection pour elle », plus ou moins. Quant aux rapports entre la femme et l’amant on dit : « It is romance » ; mais Daj n’a p
131tion d’art se refuse à toute extension lorsque le rapport quantitatif entre le matériel inconscient et l’élaboration préconscie
67 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
132c ceux ou plutôt celui que vous critiquez dans un rapport quelque peu équivoque, qu’il m’importe d’élucider. Vous me dites (ave
68 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
133ple philologue. C’est une vision du monde, et des rapports du monde à l’homme, qu’il s’agit de concevoir à nouveau, si l’on veut
69 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
134l Ortega y Gasset n’hésite pas à comparer sous ce rapport l’Espagne et la Russie. « Fort différentes sur beaucoup de points, éc
70 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
135ment d’absurdité et d’impuissance m’envahit. Quel rapport pouvait-il y avoir entre ces [p. 58] choses ? Pendant que des hommes
136iété où les valeurs de la pensée n’ont plus aucun rapport avec les lois de l’action, une société qui manque à ce point d’harmon
71 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
137amiliarité. Il serait amusant de comparer sous ce rapport le fameux livre de Mr. Dale Carnegie et l’Homme de Cour de Balthazar
72 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
138eur [p. 127] œuvre : ils ne verraient pas bien le rapport. Je pense qu’il s’agit là d’une attitude rétrograde, plus inquiétante
139bération que par une flagrante indigence dans les rapports humains fondamentaux. En présence de cet affadissement, l’on serait t
73 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
140bération que par une flagrante indigence dans les rapports fondamentaux. En présence de cet affadissement, l’on serait tenté de
74 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
141 41] 2. Goethe médiateur Toute grandeur naît d’un rapport, d’une tension entre plusieurs éléments mesurables. Il n’est pas de g
142on destin dans l’inconnu. Goethe est grand par le rapport, pour nous visible, de sa vie et de son œuvre se donnant l’une à l’au
75 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
143événements, mais seulement dans la simplicité des rapports singuliers et intimes qui instituent la tension personnelle. Mais alo
144olitaire devant Dieu. Alors tout se rapporte à un rapport unique, celui-là même qui fonde la personne humaine. Aucun autre prin
145façon que le désespéré ne l’imagine. Parce que le rapport du désespoir à l’acte n’est pas seulement renversement, mais création
146de leurs aspirations collectives. » Renversant ce rapport, il me resterait à montrer de Kierkegaard que sa « catégorie du solit
76 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
147e. Mais la difficulté fondamentale que posent les rapports de notre volonté et de l’éternité souveraine, demeure entière. La [p.
77 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
148Si vous voulez découvrir la personne, examinez le rapport qui unit le front au menton, la bouche aux yeux : la personne n’a pas
78 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
149ndividu, mais par la nation tout entière dans ses rapports avec le monde réel. D’où le sentiment d’une culpabilité, inacceptable
79 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
150 se plaindre de l’inhumanité que revêtent ici les rapports quotidiens. Ils pensent, dans leur ignorance, que c’est une ville « t
151mérité, bien qu’on sache qu’il n’a pas le moindre rapport avec ce je ne sais quoi d’inavouable, d’incertain par définition, de
80 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
152iance et de la peur réciproques qui président aux rapports des nations, et de l’antisémitisme, et de l’antisoviétisme, et de l’a
81 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
153cles précis. Le xxe siècle est abruti sous trois rapports : les sens, l’esprit, et l’imagination. Il s’est réduit à deux spécia
82 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
154ittéraires, un torrent de clichés qui n’ont aucun rapport avec la question, et des affirmations grandiloquentes d’attachement i
83 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
155 dans son existence propre, c’est-à-dire dans son rapport avec le cygne et dans les limites de ce cadre, celui-là la considère
156orrespond à aucune couleur connue. Je m’occupe de rapports de tons et de masses, je n’en sors pas, et il en sortira ce qu’il en
157s de malentendu. Vos couleurs existent dans leurs rapports sur une toile : c’est là leur morale et leur risque. Vous existez dan
158ur morale et leur risque. Vous existez dans votre rapport avec le tableau que vous faites. C’est là votre morale de peintre, et
159n quelque canon, doit commencer par découvrir les rapports singuliers qui manifestent la loi intime de ce tableau. Il doit comme
160, qui est la laisser entrer avec lui-même dans un rapport vivant, et donc imprévisible. Naturellement ce rapport à son tour est
161rt vivant, et donc imprévisible. Naturellement ce rapport à son tour est un risque. Et alors, mais alors seulement, le jugement
162 exemple. La beauté physique n’existe que dans un rapport actuel, mais c’est là précisément ce qu’ils ignorent. La beauté physi
163, c’est le jugement que l’on porte sur un certain rapport qui s’établit entre un sujet d’une part et un objet de l’autre, entre
164est jamais donnée hors d’une situation totale, du rapport d’un je à un toi au cœur d’une présence concrète. Si vous ne m’avez p
84 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
165incompréhension des marques significatives. Si le rapport intime qui unit la phrase suivante aux considérations précédentes t’é
85 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
166emmes, bien entendu, qui le devinent. Quel est le rapport social le plus réel ? Admettons que ce soit le mariage, surtout pour
86 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
167era le plus clair de son génie à rédiger de longs rapports prouvant qu’elle est indispensable. Ici et là, quelques énergumènes s
87 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
168’attention. Et peu importe qu’elle n’ait guère de rapport avec l’essence de votre sujet. Puis en dix ou vingt lignes de leader,
88 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
169tisfaction des hommes. L’Américaine a renversé le rapport des forces. C’est le mari qui peine pour payer le frigidaire et perme
89 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
170ittéraires, un torrent de clichés qui n’ont aucun rapport avec la question, et des affirmations grandiloquentes d’attachement i
90 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
171 à remettre en question, de siècle en siècle, ses rapports avec Dieu, avec le monde, avec l’État et la communauté. Dans les comb
172éraliste — et qu’on trouve déjà formulées dans le rapport du Congrès de Montreux — [p. 133] furent acceptées à l’unanimité. Qua
91 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
173[p. 147] Je résumais ensuite certains passages du rapport de la commission, sur la primauté de la culture dans le complexe euro
174ire accepter par tous les organismes invitants un rapport général, un projet de résolution, enfin le Message final du Congrès.
175r les terminologies et l’orientation générale des rapports préparés pour le Congrès. [p. 148] On trouvera ci-après les document
176s les documents qui résultèrent de ce travail. Le Rapport culturel et le Message aux Européens ont été rédigés en plein accord
177Nuremberg ; et le Dr Ernst von Schenk. [p. 149] Rapport culturel soumis au Congrès de La Haye (7-11 mai 1948) par le Comité i
178 à remettre en question, de siècle en siècle, ses rapports avec Dieu, avec le monde, avec l’État et la communauté. Toute notre h
92 1950, Lettres aux députés européens. Deuxième lettre
179les statuts du Conseil de l’Europe, ainsi que vos rapports internes avec le Comité ministériel. Permettez-moi de vous dire que l
93 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
180ns maintenant le phénomène de la passion dans les rapports individuels. La passion, c’est l’amour exalté non seulement au-delà d
94 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
181t pas de malaise, ou en tout cas, le problème des rapports entre ces deux cultures en filiation n’aurait rien d’irritant ni de g
182usqu’à l’anonymat, règne de la culture de masses, rapports humains durs et purement utilitaires. Tout cela corsé de griefs polit
183ie marche mieux, l’avenir est plus ouvert, et les rapports humains plus francs et plus cordiaux que chez nous. Politiquement, on
184ent dépasse son objet, il fait ses comptes et son rapport au comité, qui se décide objectivement, et qui se trompe une fois sur
95 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
185t pas de malaise, ou en tout cas, le problème des rapports entre ces deux cultures en filiation n’aurait rien d’irritant ni de g
186usqu’à l’anonymat, règne de la culture de masses, rapports humains durs et purement utilitaires. Tout cela corsé de griefs polit
187ie marche mieux, l’avenir est plus ouvert, et les rapports humains plus francs et plus cordiaux que chez nous. Politiquement, on
188ent dépasse son objet, il fait ses comptes et son rapport au comité, qui se décide objectivement, et qui se trompe une fois sur
96 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
189 [p. 6] Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952) g Le Centr
190reux d’ailleurs. Vous allez entendre une série de rapports sur nos activités diverses, présentés par leurs animateurs et par nos
191ables de nos activités vont chacun présenter leur rapport, en sorte que chacun pourra prendre une vision plus claire de ce que
97 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
192d’un écrivain, et les intérêts d’un ministre, les rapports, s’il en est, ne sont qu’accidentels. Il s’agit d’ordres différents,
98 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Conférence de compositeurs, critiques musicaux et exécutants (décembre 1952-janvier 1953)
193mme Les participants seront invités à rédiger des rapports, à participer aux discussions publiques, aux groupes de travail, et a
194’une manière générale, il s’agirait d’étudier les rapports entre la libre expression individuelle et les disciplines, entre la t
99 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
195 la Confédération et les cantons, mais encore des rapports entre le gouvernement cantonal et les communes. Au point de vue purem
100 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
196’est pas sans intérêt, car elle soulève celle des rapports entre le régime fédéraliste et la religion. La Réforme, en Suisse, fu