1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Prévost, Tentative de solitude (septembre 1929)
1evert. Puis il l’a poussé impitoyablement dans sa recherche d’un absolu qui se trouve être le néant. Pour finir il « l’écrabouill
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2and viendra le moment, détourner les yeux de leur recherche pour contempler un absolu ; qu’ils osent se faire violence pour se hi
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926)
3utant à l’Académie. Disons pour aller vite que sa recherche de l’ordre révèle simplement [p. 662] une volonté de construire jusqu
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
4arce qu’elles se sont souvent enlisées dans leurs recherches, il ne les condamne pas d’un « Jugement » sans issue sinon vers le pa
5 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
5. Ou bien si l’on prétend que la sincérité est la recherche, puis l’acceptation de toute tendance du moi, je réponds que le menso
6s marquent au reste fort bien les jalons de cette recherche) : Puissiez-vous avouer moins de sincérité et montrer plus de style.
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Montclar (février 1927)
7, plus que ses succès, certaines faiblesses qu’il recherche secrètement, parce que de ces « ratages » naît le perpétuel besoin d’
7 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Girard, Connaissez mieux le cœur des femmes (juillet 1927)
8aisie, c’est plutôt par excès de facilité que par recherche. Vous voilà même tenté de l’en féliciter. Bien plus, vous découvrez d
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
9estruction, [p. 72] ce rongement, cette sournoise recherche de tout ce qui me navre au plus intime de mon être… Le revolver est c
9 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
10 pensa que c’était un ange, de ceux qui vont à la recherche des âmes. Aussitôt il téléphone à ceux du paradis : « Qui va à la cha
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
11ur trouver légèrement ridicule un jeune homme qui recherche activement la Sagesse (« Ça n’est pas de votre âge ! ») ; de l’autre,
11 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
12ûtes sombres, qui est un Collège célèbre. 2. La recherche de l’objet inconnu Personne n’a mon adresse, je n’attends rien d’aill
13 m’échappant du programme, il a bien fallu que je recherche le chemin du Rozsadomb. « Vous n’y verrez, m’avait-on dit, qu’une pai
14 tout ceci n’est rien que le voyage du Sujet à la recherche de son Objet, — en passant par la Hongrie. — Mais puisqu’enfin nous y
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
15errures… Peut-être y passer une nuit — rôder à la recherche de Gérard par les rues noires aux palais vides mais hantés, et dans l
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
16ruquages, aux trompe-l’œil, ne dissocie jamais la recherche du beau et le goût intransigeant du vrai, c’est le trait le plus évid
14 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
17d’un tout fini : famille, dieux, nature. Il ne se recherche pas soi-même, il vise à la plénitude élémentaire, définie par la loi,
15 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
18es, qui est un Collège célèbre. [p. 67] ii La Recherche de l’objet inconnu Personne n’a mon adresse, je n’attends rien d’aill
19, nourrissant et officiel, il a bien fallu que je recherche le chemin du Rozsadomb. « Vous n’y verrez, m’avait-on dit, qu’une [p.
20 tout ceci n’est rien que le voyage du Sujet à la recherche de son Objet, — en passant par la Hongrie. — Mais puisqu’enfin nous y
21errures. Peut-être y passer une nuit — rôder à la recherche de Gérard par les rues noires aux palais vides mais hantés, et dans l
16 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
22ors, pourquoi faire intervenir dans notre vie une recherche qui risque surtout d’être nuisible à la vie ? Bornons-nous à l’utile.
17 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
23zan reproche à nos philosophes d’exclure de leurs recherches tout ce qui intéresse chaque homme et tout l’homme, et de déclarer « 
18 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
24ntes du Saint-Esprit. La politique romaine est la recherche d’une harmonie statique des relations humaines, d’un visible « princi
19 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
25ire un principe de dégradation éthique dans toute recherche de la synthèse et plus sûrement dans la croyance en une synthèse poss
26eu premier et dernier, et ensuite seulement notre recherche, mais en même temps, si elle est vraie, notre salut. Et c’est Pascal,
20 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une main, par C. F. Ramuz (juin 1933)
27 l’élémentaire ; qui soit donc le contraire de la recherche du pittoresque. Aucune de ses œuvres mieux qu’Une Main n’en convaincr
21 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
28 actuelle est de dégager, dans un esprit de libre recherche et de respect pour le passé, les invariants chrétiens tels que le dév
29nvie, dans une telle phrase, de remplacer « libre recherche » par « obéissance », — « respect pour le passé » par « respect pour
22 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
30aucune autre puissance. [p. 21] C’est dans cette recherche d’une mesure de l’homme et d’une définition concrète de l’humain qu’i
23 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
31rise qui ne laisse aucune place au tourment de la recherche du bonheur. Quant à l’Égalité, chacun le sait, elle est surtout la re
32e bourgeoise d’après-guerre. Elle ne va plus à la recherche du bonheur, elle ne s’efforce plus au désespoir. Elle veut connaître
24 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
33 communistes conviendrait mieux, peut-être, à ces recherches plutôt hésitantes. Tant que Breton invente son sujet, en partant d’un
25 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
34ailleurs désintéressés de l’esprit, ceux dont les recherches n’ont pas pour objet immédiat les applications pratiques, la producti
35 ses degrés, forme les esprits aux méthodes de la recherche et de la science, qui, au degré supérieur, par ses laboratoires, ses
36 et reste la charte de la clarté française, de la recherche scientifique et de la raison universelle, donnera à notre Exposition
26 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
37 suivi d’une troupe de disciples turbulents, à la recherche de secrets qu’il voulait rendre manifestes à tous, et qu’il exprimait
27 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
38 [p. 460] Recherches philosophiques (septembre 1935) s Ce recueil annuel n’a jamais mie
39diminue nettement dans ce tome IV au profit de la recherche véritable, des imprudences passionnées, des « essais » ou des hardies
40ner. On ne saurait assez louer les directeurs des Recherches d’avoir pris au sérieux le risque philosophique. Et je ne pense pas t
41 Kierkegaard fournit à l’orientation actuelle des Recherches une sorte de justification historique de grande envergure. Löwith voi
42r les Limites du langage philosophique. C’est une recherche des conditions d’activité de l’imagerie philosophique, conduite avec
28 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
43 qu’on ne veut pas entendre. Pauvre Lawrence à la recherche de sa communauté solaire ! 34 C’est son meilleur prétexte à fuir les
29 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
4400] serait, comme le veut M. Chuzeville, que la « recherche des moyens par lesquels l’âme arrive à transgresser ses limites charn
30 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
45ent un problème. Problème signifie donc absence, recherche anxieuse d’une réalité qui se dérobe et qui ne commande plus rien à l
31 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
46, et donc une fin avant-dernière, une fin dont la recherche passionnée, loyale, voire unanime, ne parvient pas et ne parviendra j
32 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
47Et ceci dictera le plan de cette section de notre recherche. Nous suivrons d’une part la logique de la pensée qui n’est que descr
48inion, dicte ses lois au créateur et stérilise la recherche hérétique : c’est la formule du conformisme insaisissable qui paralys
33 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
49né, on appelle original tout ce qui manifeste une recherche quelconque, un effort quelconque, pour sortir de l’automatisme, mais
50nt inverse, effort de pertinence et d’efficacité, recherche de l’original d’une vie dont on n’utilisait plus guère que les copies
51e d’affaires moyen, ou encore du journaliste à la recherche de phrases toutes faites, ou de l’auteur de romans policiers combinan
34 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
52police. Telles sont les bases — algébrisées — des recherches de L’Ordre nouveau. Robert Aron les a décrites avec une sobre et nerv
35 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
53s entretenaient une atmosphère de liberté dans la recherche, un dernier reste de snobisme d’avant-garde, un goût de la nouveauté
36 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Manifeste au service du personnalisme par Emmanuel Mounier (octobre 1936)
54 regroupement doctrinal, après quelques années de recherches « pluralistes », forcément tâtonnantes, et au seuil d’une action plus
37 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
55e des phénomènes sexuels. L’abondance même de ces recherches 92 et de ces recettes me rend sceptique quant à leur efficacité : el
38 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
56oute de dégager le principe de correction que nos recherches sur la passion peuvent établir. ⁂ Les Orientaux caractérisent l’Europ
57uerrière qui va devenir le principal moteur de la recherche mécanique : on l’a bien vu depuis 1915. Mais cette union tout à fait
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
58n’était besoin, et n’ai livré qu’un résumé de mes recherches. Ce compromis m’expose à un double péril. J’aurais peut-être convainc
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
59toriens, je répondrai simplement que j’étais à la recherche d’un sens existentiel. Je ne songeais donc [p. 12] nullement à chasse
60des preuves que des illustrations. Cependant, des recherches nouvelles, dès 1939, sont venues renforcer mes hypothèses : j’en ai l
61e tel qu’il est devenu. Quant à l’actualité de ma recherche, après la deuxième guerre mondiale, je ne la crois nullement modifiée
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
62e excité par l’esprit, possibilité préformée à la recherche d’une contrainte qui l’exalte, charme, terreur ou idéal : tel est le
63 sur la trace du dessein secret des amants : leur recherche du péril pour lui-même. Mais tant que le péril n’est qu’une menace to
64sme de ces contradictions. Alors a commencé notre recherche du vrai sujet de la légende. [p. 57] Derrière la préférence accordée
65lui de l’amour pour lui-même. Et cela suppose une recherche secrète de l’obstacle favorable à l’amour. Mais ce n’est encore là qu
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
66 et ses métaphores invariables ? Je l’aime et la recherche de si grand cœur que, par excès de désir, je crois que je m’enlèverai
67usser à l’extrême l’intuition directrice de cette recherche. Si la Dame n’est pas simplement l’Église d’Amour des Cathares (comme
68les pointes et les oscillations extrêmes de cette recherche, la réalité généralement intermédiaire, donc moins « claire » et moin
69hares d’Italie, ou Patarins ; « Malgré toutes mes recherches, dans les procédures dressées par nos frères, je n’ai pas trouvé que
70t-être l’expérience vécue autant que de nouvelles recherches personnelles, tout cela m’amène aujourd’hui à une conception de la co
71 que les troubadours ? [p. 138] Dans l’attente de recherches plus approfondies sur tous ces points, bornons-nous à remarquer que l
72ir. Le lui eût-on refusé, il se serait lancé à sa recherche, pensant toujours trouver mieux, parce qu’il n’aime pas ce qu’il a !…
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
73eulement de son épée et de sa harpe. Il part à la recherche du baume salutaire qui chassera le poison de son sang. C’est le type
74ésespérés mais encore éloquents ! Rudiments d’une recherche mystique, qui ne laisse oublier ni la lyre ni l’épée symbolique du dé
75r tolérée ? En vérité, personne ne se livre à ces recherches : on affirme sur la foi d’un préjugé que l’on baptise bon sens ou évi
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
76lité perpétuelle, mais c’est aussi la perpétuelle recherche d’une femme unique, jamais rejointe par l’erreur inlassable du désir.
77our. D’où son angoisse et sa course éperdue. L’un recherche dans l’acte d’amour la volupté d’une profanation, l’autre accomplit e
78 par un besoin, par un malaise, par un vide, à la recherche de ce qui le comblerait, mais ignorant d’où cela peut venir… ». Hoffm
79en a perdu la clé. Ce n’est pas qu’au cours de sa recherche Stendhal n’ait plusieurs fois « brûlé ». Il consacre deux longs chapi
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
80 une solide culture militaire, enfin la somme des recherches psychologiques entreprises depuis le xixe siècle sur la question de
81n’est pas moins instructif, en ce domaine, que la recherche des causes, et qu’il est certainement moins trompeur. Il n’est pas né
82d des périls possibles. C’est bien le péril qu’on recherche pour lui-même, car on n’est pas inapte en d’autres cas à trouver des
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
83e des phénomènes sexuels. L’abondance même de ces recherches 194 et de ces [p. 312] recettes me rend sceptique quant à leur effic
84e me devais de le souligner dans cet ouvrage.) La recherche du bonheur individuel primant sur la stabilité sociale, et le respect
85t le caractère qu’elle semble avoir : celui de la recherche, presque aveugle encore, d’un nouvel équilibre du couple. Équilibre t
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
86oute de dégager le principe de correction que nos recherches sur la passion peuvent établir. ⁂ Les Orientaux caractérisent l’Europ
87errière) qui va devenir le principal moteur de la recherche mécanique : on l’a bien vu depuis 1915. Mais cette union tout à fait
48 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
88hie de D. A. F. de Sade et Temps et Agressivité. (Recherches philosophiques, tomes IV et V.) L’auteur montre que, pour Sade, le ma
49 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
89fi mortel. Mais quoi ? Faut-il aller si haut ? La recherche « toute naturelle » de l’intensité du désir ne peut-elle expliquer à
50 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
90ussi, je le répète, nous sommes atteints ! À la recherche de l’homme réel J’aime employer les mots dans leur sens étymologique.
51 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
91i des régionalistes, le personnaliste envisage la recherche en commun d’un arrangement technique, orienté par une conscience vigi
52 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
92s moyens connus de les apprivoiser, et prohibe la recherche hasardeuse de moyens nouveaux, elle fait lever des monstres autour de
53 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
93tragique, pour nous tourner exclusivement vers la recherche du confort et des vertus moyennes. Par là, nous avons provoqué Hitler
54 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
94’idéal qui seul justifie notre lutte ; et vers la recherche de moyens d’incorporer cet idéal, qui ne soient point eux-mêmes des t
55 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
95tragique, pour nous tourner exclusivement vers la recherche du confort et des vertus moyennes. ⁂ De même que nous disions, en pré
56 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
96sent chez Kafka des intentions religieuses, et la recherche au moins d’une théologie. Tout cela, non pas exprimé, mais voilé et s
57 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
97s. J’avais quitté mon train pendant l’arrêt, à la recherche d’un buffet quelconque, et je n’avais trouvé qu’un abri souterrain au
98e d’État. Je vois ainsi l’unité de sa vie dans la recherche d’une forme et d’un sens. Si l’art n’y suffit pas, c’est que le mal e
58 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
99vingt à trente pages par jour après des heures de recherches préparatoires. Abondance de documents sur l’Afrique du Nord, depuis q
59 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
100 à jouer. Nous nous sommes inspirés librement des recherches — non encore publiées — de C. G. Jung. 23 octobre 1943 La fille aîn
60 1946, Lettres sur la bombe atomique. 3. Le point de vue moral
101 votre avis ? Détruire la bombe ? Feindre que les recherches avaient échoué ? Courir le risque de prolonger la guerre de quelques
61 1946, Lettres sur la bombe atomique. 5. Ni secret, ni défense
102penses ont été faites par l’Amérique, pendant les recherches — [p. 37] mais d’ingéniosité et d’équipement technique, et vous savez
62 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
103i : « Le docteur Oppenheimer, chef du service des recherches atomiques à Los Alamos, a été interrogé hier par un comité du Sénat.
63 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
104 Échange des matières premières, Sens général des recherches scientifiques, Défense des droits de la personne, Transports planétai
64 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
105r. Déjà, c’est avec une sorte d’angoisse qu’il la recherche. Il veut se voir tel qu’il est parmi les autres. Mais dès qu’il lui a
65 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
106lumière du jour, et même la clarté de la lune. Il recherche la solitude pour y mener des réflexions désespérées. Souvent il éclat
66 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
107fi mortel. Mais quoi ? Faut-il aller si haut ? La recherche « toute naturelle » de l’intensité du désir ne peut-elle expliquer à
67 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
108 régime social, et [p. 93] qui inspire partout sa recherche, ne saurait s’arrêter aux frontières d’un pays. Voilà donc le fédéral
68 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
109s à l’autre ; 5. De faciliter la coordination des recherches sur la condition de l’homme européen au xxe siècle, en particulier d
69 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
110ent ses limites, et les moyens particuliers de sa recherche. Sur un seul de ces entretiens, j’ai pris des notes. C’est celui du 2
70 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
111siècle : jamais on n’avait vu pareille liberté de recherche et de formulation, jamais moins de scrupules d’expression, dans les s
71 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
112les natifs, quels furent les grands moments de la recherche et de l’essor spirituel dans ces pays, et qui vont découvrir au fond
72 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
113 précis. Dès qu’il s’agit de créer un institut de recherches, d’enseignement ou de culture, en Europe, quelqu’un propose de faire
114e s’agit pas d’un congrès, mais d’un séminaire de recherches. b) Les représentants de l’Amérique et ceux de l’Europe doivent être
73 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
115 précis. Dès qu’il s’agit de créer un institut de recherches, d’enseignement ou de culture, en Europe, quelqu’un propose de faire
116e s’agit pas d’un congrès, mais d’un séminaire de recherches. [p. 7] b) Les représentants de l’Amérique et ceux de l’Europe doive
74 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
117s de guildes et de festivals ; établir un plan de recherches communes pour l’AIEE ; intensifier la production des articles pour l’
75 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
118 ; ou réunir 4000 séminaires de discussions et de recherches ; ou distribuer 5 à 6000 bourses d’études pour professeurs, artistes,
119ivals de musique ou de théâtre ; les instituts de recherches et d’enseignement ; les laboratoires, etc. C’est là que se forme le l
76 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
120ntreprise Nestlé, c’est le laboratoire central de recherches et d’essais installé à Vevey, au siège d’une direction générale qui c
121s. L’Université de Neuchâtel a son laboratoire de recherches horlogères. De son côté, l’industrie chimique emploie un très grand n
122ma, de Bâle, disposait en 1939 de 35 instituts de recherches pour 57 fabriques. Un économiste anglais, H. N. [p. 97] Casson, a pu
123on de série. L’esprit suisse n’est pas porté à la recherche de la quantité, des effets de masse, mais à celle de la qualité, des
124it d’invention des savants, qui poursuivent leurs recherches dans les bureaux d’études. Nous avons déjà mentionné les plus fameuse
77 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
125cole polytechnique de Zurich, soit un institut de recherches et de préparation pratique, dans lequel, par définition, l’idéologie
78 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
126; ou réunir 4 000 séminaires de discussions et de recherches ; ou distribuer 5 à 6 000 bourses d’études pour professeurs, artistes
127ivals de musique ou de théâtre ; les instituts de recherches et d’enseignement ; les laboratoires, etc. C’est là que se forme le l
79 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
128ui dire cela sans tuer en lui l’élan intime de la recherche, qui est par essence une aventure dans l’inconnu. Notre deuxième rais
129visible, voire anarchique, des conséquences de la recherche scientifique fasse l’inquiétude et même l’angoisse du monde moderne.
130a liberté qu’en demeurant elle-même libre dans sa recherche. Il me reste à vous dire, en deux mots, pourquoi cette conférence se
131 se tient ici et non ailleurs. La liberté dans la recherche et l’acceptation de ses risques supposent une belle confiance dans le
80 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
132on pas la volonté de puissance et encore moins la recherche d’une bonne administration, d’une coopération internationale nécessai
81 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
133ne a pris l’initiative du Laboratoire européen de recherches nucléaires), lancé 4 séries de publications, et organisé diverses man
134 et de diffusion raisonnée des résultats de cette recherche. Cette base pratique, instrumentale, étant désormais établie, il s’ag
82 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
135ls, s’ils ne trouvent pas ensemble leur salut. La recherche des origines communes à tous les peuples de l’Europe, nous l’avons fa
83 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
136ls, s’ils ne trouvent pas ensemble leur salut. La recherche des origines communes à tous les peuples de l’Europe, nous l’avons fa
84 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
137u traités par le Centre : laboratoire européen de recherches nucléaires, éducation populaire, pédagogie sportive, ou encore dialog
85 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
138endait à la création d’un Laboratoire européen de recherches nucléaires. Elle a réussi, comme on sait, sous les auspices de douze
86 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
139 [p. 9] Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955) v … Pourquoi la recherche en
140pe (décembre 1954-janvier 1955) v … Pourquoi la recherche en général ? Et pourquoi le besoin de chercher est-il vital pour les
141uropéens ? À la première question, portant sur la recherche en soi, il paraît facile de répondre : un homme qui cherche, c’est qu
142essera de mettre des annonces dans le journal. La recherche dont je voudrais vous parler est en réalité tout autre chose. C’est u
143par aucun résultat concret et limité. L’esprit de recherche a pour caractère décisif d’être sans fin ni cesse, d’être indéfinimen
144ore son appétit. Par où l’on voit que l’esprit de recherche n’est pas un instinct animal, mais une passion spirituelle. Je ne sau
145! Cette légende marque le but extrême de toute la recherche des hommes. La Baleine voulait l’absolu, le Tout, la réponse globale
146nsi droit au but, brûlant toutes les étapes de la recherche. Quelques-uns des plus grands savants, un Newton, un Einstein par exe
147 auraient peine à formuler l’objet précis de leur recherche, qui n’est jamais ceci ou cela seulement, mais un mélange — conscient
148 natives ou sociales. Et l’horizon lointain de la recherche humaine, dans tous les ordres — de la mystique à la technique en pass
149yant ainsi tenté de définir le sens dernier de la recherche en général, je me tournerai maintenant vers le problème particulier d
150rai maintenant vers le problème particulier de la recherche occidentale. La civilisation qui est née en Europe a dominé le monde
151ation et de culture. Ainsi, chaque réussite de la recherche occidentale crée de nouvelles incertitudes, appelant de nouveaux prog
152nt de nouveaux progrès, c’est-à-dire de nouvelles recherches. J’ai tâché de vous faire voir que le génie de la recherche est le gé
153 J’ai tâché de vous faire voir que le génie de la recherche est le génie même de l’Europe. J’ajouterai une dernière remarque : le
154’ajouterai une dernière remarque : le génie de la recherche pure est la condition même de la survie de l’Europe. C’est en effet l
155des. Mais le progrès de la technique dépend de la recherche [p. 13] pure. Et celle-ci dépend à son tour de tout l’ensemble cultur
156vanche, n’oublions jamais que la culture pure, la recherche pure, est l’origine réelle de nos progrès techniques. Et là-dessus un
157graphe à cette journée, consacrée à l’éloge de la recherche. p. 9 v. « Le rôle de la recherche en Europe », Bulletin du Cent
87 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
158ité de nos régimes politiques et sociaux et d’une recherche perpétuelle du vrai civisme, inconnue dans les sociétés closes et sac
88 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
159squ’à nous la marque et le ressort de l’esprit de recherche occidental, en contraste avec le monisme des ultimes sagesses orienta
160tibles. La passion de la synthèse, ressort de nos recherches et de tout l’effort scientifique, naît et renaît sans fin ni cesse de
161erminé, circonscrit et valorisé le champ même des recherches à venir. [p. 7] Comment nier la réalité de la matière et de notre ch
162refusant les approches illusoires. De même, toute recherche scientifique authentique veut que le chercheur lutte contre ses propr
163r, qu’il a permis le développement de la Science, recherche « impitoyable » de la vérité. Car la vérité, pour la foi, ne peut êtr
164questions quant aux motifs et aux effets de leurs recherches. Peut-être fallut-il, en ce moment de l’histoire et de l’Aventure occ
165ujourd’hui, à l’intérieur du domaine propre de sa recherche, ne peut plus établir une distinction sensée entre la matière et quel
89 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
166pposer la bombe H à l’idée du progrès, voire à la recherche scientifique en général : c’est maudire l’électricité à cause de la c
167ns, mais n’a pas retardé sérieusement l’essor des recherches techniques. « L’envahissement de nos vies par les machines » est frei
168 alchimique chassé par la chimie du domaine de la recherche pure, et se tournant alors vers les applications. Et cela, dans un cl
90 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
169eulement nos actions et nos découvertes, mais les recherches qu’elles supposent, et qu’ils orientent. Les archétypes du rêve nous
91 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
170de ce qu’ils se doivent en tant qu’individus à la recherche de leur vocation, et de ce qu’ils doivent à la communauté dans laquel
92 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe s’inscrit dans les faits [Introduction] (novembre 1956)
171uivi depuis plusieurs mois, et s’appuyant sur les recherches menées au CEC et ailleurs par divers groupes de savants, historiens e
93 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
172’il dit vrai ? trouve-t-il vraiment l’objet de sa recherche ? et cet objet lui-même, est-il vraiment réel ? S’identifier à l’Un,
94 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
173, il était condamné au progrès, c’est-à-dire à la recherche sans fin d’un équilibre dont le secret n’est pas de ce monde. Car s’i
174herche et tu trouveras. » (Car le but est dans la recherche. Et nulle recherche n’est vraiment sans but, puisqu’elle n’est éveill
175as. » (Car le but est dans la recherche. Et nulle recherche n’est vraiment sans but, puisqu’elle n’est éveillée que par l’appel d
176orains dans les domaines les plus variés de leurs recherches et de leur conduite. Le problème des maxima contradictoires (ou incom
177oblèmes que nous posent les succès ambigus de nos recherches. Nous ne trouvons pas l’Eldorado de l’âme, mais l’or et les espaces a
178vèlent factices. C’est là le principe de toute la recherche occidentale, et c’est lui qui préside aujourd’hui aux tentatives les
179t de la réaction totalitaire : il s’agit là de la recherche d’un optimum entre deux maxima contradictoires. En science, au contra
95 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
180ité de nos régimes politiques et sociaux et d’une recherche perpétuelle du vrai civisme, inconnue dans les sociétés closes et sac
96 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
181pour tenter d’asservir l’imprévu. Bien souvent la recherche historique projette nos désirs en arrière, mais les « leçons du passé
97 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
182rabole vivante, ambiguë et grandiose, de toute la recherche occidentale. Les tenants attardés d’un certain historisme et de la su
183rtes ? Que signifie le mythe américain dans cette recherche indéfinie qui nous transforme ? Le produit brut de l’entreprise des E
184« les Indes et le Cathay » pour le vrai but de sa recherche, sa chance n’est plus que dans l’erreur ou dans l’échec. [p. 160] Qu
98 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
185squ’à nous la marque et le ressort de l’esprit de recherche occidental, en contraste avec le monisme des ultimes sagesses orienta
186tibles. La passion de la synthèse, ressort de nos recherches et de tout l’effort scientifique, naît et renaît sans fin ni cesse de
187erminé, circonscrit et valorisé le champ même des recherches à venir. Comment nier la réalité de la matière et de notre chair, qua
188refusant les approches illusoires. De même, toute recherche scientifique authentique veut que le chercheur lutte contre ses propr
189r, qu’il a permis le développement de la Science, recherche « impitoyable » de la vérité. Car la vérité, pour la foi, ne peut êtr
190questions quant aux motifs et aux effets de leurs recherches. Peut-être fallut-il, en ce moment de l’histoire et de l’Aventure occ
191ujourd’hui, à l’intérieur du domaine propre de sa recherche, ne peut plus établir une distinction sensée entre la matière et quel
99 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
192pposer la Bombe H à l’idée du progrès, voire à la recherche scientifique en général : c’est maudire l’électricité à cause de la [
193ns, mais n’a pas retardé sérieusement l’essor des recherches techniques. « L’envahissement de nos vies par les machines » est frei
194 alchimique chassé par la chimie du domaine de la recherche pure, et se tournant alors vers les applications. Et cela, dans un cl
100 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
195es plus abstrus et théoriques des laboratoires de recherches nucléaires devenir aussitôt des centres d’attraction pour le capital,
196nt se développer les conséquences sociales de ces recherches. Or c’est précisément notre prise de conscience de l’ambiguïté essent
197ble, en Occident, c’est la passion de la [p. 221] recherche. Or elle joue psychologiquement en faveur de l’idée de Progrès, contr
198se) aux formes de pensée cycliques. Pourquoi la recherche ? La civilisation née en Europe a dominé le monde pendant des siècles
199n de savoir si l’Occidental ne préférerait pas la recherche à la pleine possession de la vérité ? On serait tenté de répondre qu’
200certains états de conscience. Les objectifs de la recherche occidentale apparaissent ainsi plus modestes que ceux des religions o
201’inquiétude et parfois de désordre que suppose la recherche jamais finie, qui a permis, en même temps que l’idée du Progrès, cert
202ue permanente de l’existence occidentale. D’où la recherche, jamais achevée mais créatrice, de formes d’équilibre plus amples et
203ssion soit de l’essor technique (interdiction des recherches nucléaires, par exemple), soit des bénéfices « bouleversants » qui pe
204ffit. Il n’est pas une étape transitoire dans une recherche collective jamais finie, mais une œuvre achevée, un acte créateur. L’
205venture. En revanche, il demande la poursuite des recherches purement [p. 235] scientifiques qui peuvent aboutir aussi bien à la B