1 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
1 Ordre du Sacrifice auquel rêve l’Europe, qu’elle redoute encore, mais qui forge sa loi au secret de son désespoir… Bastions de
2 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
2me on oublie, à tel vouloir qu’il concevait, mais redoutait, et qui devient alors notre sang et nos songes. Le sang, les songes,
3 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
3 triste réponse à la révolte de ces pauvres qu’on redoute plus qu’on ne les aime… Si l’on voulait vraiment un champion de l’esp
4 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
4 trop vivement mes réserves, j’hésitais à parler, redoutant d’introduire un nouvel élément de discorde, quand c’était justement l
5 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
5tion matérielle : la misère. L’un des systèmes la redoute et la prépare, l’autre en résulte et s’en souvient. L’ersatz de commu
6engager dans une révolution spirituelle dont elle redoute l’impuissance pratique à l’heure où il faudra donner du pain, si l’on
7en affranchir par la mystique au point de ne plus redouter la pauvreté. (Les civilisations à principe spirituel puissant y parvi
6 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
8s, etc. » Il existe quelques raisons pourtant, de redouter que la piètre envergure de ces méfaits ne trompe sur l’importance de
9re. C’est un certain péché contre l’esprit que je redoute, et non point un certain système de répartition des richesses. Celui
7 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
10mme on oublie, à tel vouloir qu’il concevait mais redoutait, et qui devient alors notre sang et nos songes ! Le sang, les songes,
8 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
11t pas sans quelque débauche intellectuelle. Et je redoute que certains fidèles ne soient gênés, comme je le suis, par l’affirma
9 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
12tion matérielle : la misère. L’un des systèmes la redoute et la prépare, l’autre en résulte et s’en souvient. L’ersatz de commu
13engager dans une révolution spirituelle dont elle redoute l’impuissance pratique à l’heure où il faudra donner du pain si l’on
10 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
14sible. S’il en est bien ainsi, me dis-je, on peut redouter que ces hommes ne sachent pas faire la distinction entre le marxisme
11 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
15critement opposé à certain communisme — celui que redoutent les bourgeois, qui n’est pas celui de Staline… Mais si vigoureuse que
12 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
16s villes n’est pas cette mort opaque dont il faut redouter je ne sais quelle invisible et brusque vie tout près. Nuit des villes
13 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
17ire tout cela beaucoup plus vite, mais on [p. 53] redoute de n’être pas compris… J’aurais pu dire par exemple que ceci définit
14 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
18érature romanesque nous peint ce type du mari qui redoute la « platitude », le train-train des liens légitimes où la femme perd
15 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
19 plus constant plaisir, d’autant que l’on pouvait redouter l’agacement de la facilité, le même que donne la lecture de romans d’
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
20jamais, si commun que soit le discours ; mais ils redoutent que l’on définisse la passion, pour peu de rigueur que l’on y apporte
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
21où la passion est rêvée comme un idéal, non point redoutée comme une fièvre maligne ; partout où sa fatalité est appelée, invoqu
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
22 qu’il demeure un sceptique éloquent, c’est qu’il redoute la naïveté, la vulgarité foisonnante que les plus purs poètes alleman
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
23érature romanesque nous peint ce type du mari qui redoute la « platitude », le train-train des liens légitimes où la femme perd
20 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
24e pour les chrétiens qui pensaient n’avoir plus à redouter que l’incroyance et l’inertie. Peut-être vont-ils découvrir que l’adv
21 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
25s grandes choses terribles qu’on imaginait, qu’on redoutait, qu’on croyait préparer, et qui nous trouvent sans peur et sans prépa
22 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
26s de nos frontières. Les voisins que nous avons à redouter sont justement ceux qui déclarent que les traités et les serments ne
23 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
27lonté. Il y a des députés et des journalistes qui redoutent par-dessus tout qu’une union nouvelle se fonde, et que l’on « jette p
24 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
28ies causes. Nous croyons à trente-six mille maux, redoutons trente-six mille périls, mais nous avons cessé de croire au Mal et de
29ils, mais nous avons cessé de croire au Mal et de redouter le vrai Péril. Montrer la réalité du Diable dans ce monde, ce n’est p
25 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
30es ressorts des passions se détendent et que l’on redoute l’éclat des vrais antagonismes, le mal se réfugie dans nos prudences
26 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
31 triste réponse à la révolte de ces pauvres qu’on redoute plus qu’on ne les aime… Si l’on voulait vraiment un champion de l’esp
27 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
32les salons, au temps où le seul tribunal vraiment redouté était celui du goût. (On le dit encore de nos jours, mais le goût n’e
28 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un salon atomique (26 décembre 1945)
33 à la survie, tandis que la foi des anciens temps redoutait une fin qui l’eût pourtant jetée dans l’Éternel ? J’arpentais des ave
34C’est le danger ou le malheur individuel que l’on redoute, et dont on souffre, surtout par la comparaison avec la meilleure cha
29 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
35ciellement passionnés… Et l’on cesserait aussi de redouter la guerre, parce qu’on la verrait dans la paix, là où chacun livre so
30 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
36s grandes choses terribles qu’on imaginait, qu’on redoutait, qu’on croyait préparer, et qui nous trouvent sans peur et sans prépa
31 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
37e l’intelligence moyenne dans une nation. Mais je redoute parfois que l’instruction publique, dans nos démocraties, ne réussiss
38ur à Tavannes : « Comme chrétiens, nous n’avons à redouter que le Prince de tous les démons, et non pas tel ou tel démon qu’il n
32 1946, Lettres sur la bombe atomique. 8. Un salon atomique
39 à la survie, tandis que la foi des anciens temps redoutait une fin qui l’eût pourtant jetée dans l’Éternel ? [p. 54] J’arpentai
40C’est le danger ou le malheur individuel que l’on redoute, et dont on souffre, surtout par la comparaison avec la meilleure cha
33 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
41ndre autarciques en vue de la guerre, soit qu’ils redoutent ou souhaitent cette éventualité. L’État détruit nécessairement l’orig
34 1946, Lettres sur la bombe atomique. iii. La guerre des gaz n’a pas eu lieu
42 la Bombe est décisif, il n’y a pas de punition à redouter. Il est donc clair qu’on l’emploiera.
35 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
43nt le fantôme d’un empire que l’on n’avait pas su redouter de la bonne manière quand il vivait ? Les grands vivants du jour sont
36 1946, Combat, articles (1946–1950). Post-scriptum (24 mai 1946)
44 la Bombe est décisif, il n’y a pas de punition à redouter. Il est donc clair qu’on l’emploiera, au risque de faire sauter la Te
37 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
45e est-il probable ? Et s’il l’est, devons-nous le redouter ? Je répondrai que le phénomène est non seulement probable, mais en t
46ngereuse pour l’Europe que cet impérialisme qu’on redoute pour de mauvaises raisons ou parce qu’on l’assimile à des tendances e
38 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
47ne soit beaucoup trop timide ! Car les Américains redoutent énormément d’avoir l’air impérialiste. Et cette politique pourrait av
39 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
48 objets qu’il désire, et sa crainte l’objet qu’il redoute. Quand il se penche vers la surface de la rivière où il baigne à mi-c
40 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
49les conquêtes futures. Signe évident que nous les redoutons. (Si le temps, désormais, travaillait contre nous ?) Et le monde enti
41 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
50e l’opinion la plus libre du monde. Ce qu’il faut redouter plus que tout, ce sont les forces d’inertie qui tendent à faire de ce
51e est-il probable ? Et s’il l’est, devons-nous le redouter ? Je répondrai que le phénomène est non seulement probable, mais en t
52ereuse, pour l’Europe, que cet impérialisme qu’on redoute pour de mauvaises raisons, ou parce qu’on l’assimile à des tendances
42 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
53 n’admire pas les beaux, parleurs, bien qu’ils ne redoute nullement la montre, le show off. Une éloquence étudiée, trop soutenu
43 1947, Carrefour, articles (1945–1947). Fédération ou dictature mondiale ? (9 avril 1947)
54au contraire trop puissant. Et, en effet, on peut redouter qu’un tel pouvoir soit tenté d’imposer à tout le genre humain l’idéol
44 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
55de l’esprit critique. Les Églises, autrefois, les redoutaient ; je pense qu’elles [p. 42] doivent aujourd’hui les nourrir, si cet e
56ne pût se concevoir qu’en s’opposant à ce qu’elle redoutait. Et, tandis que les défaitistes cédaient aux tentations d’une fausse
57cie totalitaire sous la férule d’un parti unique, redoute les curieux, épure les opposants, annexe ses voisins ou les transform
45 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
58éclarèrent adversaires de nos thèses. Certains ne redoutaient à vrai dire qu’« un fédéralisme intégral » partant de la commune et d
46 1951, Preuves, articles (1951–1968). Neutralité et neutralisme (mai 1951)
59 contre la liberté de la pensée ne doit être plus redoutée que pour l’âme même de ce pays de très vieille et profonde culture. M
47 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
60pays, il existe une majorité de conformistes, qui redoutent l’épithète « d’original » et préfèrent imiter les voisins. Je dis seu
48 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
61s cesse croissante de l’intelligentsia européenne redoute (ou affecte de redouter) ce qu’elle nomme l’américanisme, ou même (se
62’intelligentsia européenne redoute (ou affecte de redouter) ce qu’elle nomme l’américanisme, ou même (selon le vocabulaire des s
49 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
63s cesse croissante de l’intelligentsia européenne redoute (ou affecte de redouter) ce qu’elle nomme l’américanisme, ou même (se
64’intelligentsia européenne redoute (ou affecte de redouter) ce qu’elle nomme l’américanisme, ou même (selon le vocabulaire des s
50 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
65ccupaient les approches de ce col, avaient tout à redouter d’une telle emprise 1 . Les Habsbourg ayant pris le parti du pape, le
51 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
66ccroissement tyrannique de leur prépondérance. On redoutait l’opposition des grandes puissances voisines. On dénonçait enfin le c
52 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
67mique du pays n’a pas entraîné le nivellement que redoutaient il y a cent ans ses adversaires. Les cantons primitifs conservent leu
53 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
68 à quel point l’État fait confiance au citoyen et redoute peu l’éventualité de menées subversives. Cette armée ultra-démocratiq
54 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
69tie helvétique. Ils ne se cachent pas du reste de redouter nos conceptions politiques : ce ne sont chez eux que des minorités qu
55 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
70es, aux frontières de l’esprit ? D’autre part, il redoute d’initier sa fiancée à l’« esclavage de la mélancolie » : il ne se se
56 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
71. D’où vient, après tout, la puissance, non moins redoutée que sollicitée, des USA ? Leur nom même suffit à répondre : ils sont
57 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
72. D’où vient, après tout, la puissance, non moins redoutée que sollicitée, des USA ? Leur nom même suffit à répondre : ils sont
58 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
73rs ces buts, vous détruirez l’obstacle qu’il faut redouter le plus : le scepticisme et l’inertie des masses. Au contraire, en re
59 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
74moyens de l’illustrer dans nos pays. On aurait pu redouter le double emploi avec les objectifs du Centre. En fait, rien de tel n
60 1955, Preuves, articles (1951–1968). De gauche à droite (mars 1955)
75s armes… On a donc des raisons au moins égales de redouter que la corporation militaire allemande fasse sentir à une démocratie
76accords de Londres l’autorisent. Les « raisons de redouter » ne sont pas « au moins égales ». Le rejet de la CED a bel et bien e
61 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
77ond de son Aventure. Chacun [p. 13] le sent et le redoute obscurément. Si l’on me demande pourquoi, je répondrai par cette phra
62 1955, Journal de Genève, articles (1926–1982). Pour un désarmement moral (19 juillet 1955)
78 cherche avant tout non point la liberté, qu’elle redoute, mais la sécurité. À l’intérieur, elle ne trouve que problèmes. À l’e
63 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
79 notre force. L’Occident n’a donc pas de motif de redouter quoi que ce soit d’un libre échange conforme à l’essence même de la c
64 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
80nt rien de commun avec les grandes fictions qu’il redoutait, ou qu’il souhaitait, sur la foi de son journal et de ses principes.
65 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
81ers de fois. La métempsycose évacue les sanctions redoutées de la résurrection : le martyr qui revient, portant sa tête sous le b
66 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
82e des tombeaux et perd la protection de ses morts redoutés. Rien ne le distingue du criminel, sauf l’idée qu’il prend de lui-mêm
67 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
83ens profond de son Aventure. Chacun le sent et le redoute obscurément. Si l’on me demande pourquoi, je répondrai par cette phra
68 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
84ls s’en félicitent. Et les unes comme les autres, redoutées ou voulues, ne se confondent pas seulement dans leur vision précise d
69 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
85ls s’en félicitent. Et les unes comme les autres, redoutées ou voulues, ne se confondent pas seulement dans leur vision précise d
70 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
86nscience, il naît d’une perte, subie ou seulement redoutée ; parfois d’un simple éloignement (au double sens de ce mot) d’où sa
71 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
87ne méthode institutionnelle que le grand patronat redoute comme dirigiste et socialiste, tandis que les partisans de la Constit
72 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
88que trop les bonnes et graves raisons que j’ai de redouter que leur simple rapprochement choque le sens esthétique du lecteur et
73 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
89 gagner. Mais gagner quoi ? Qu’auriez-vous donc à redouter, Américains, de l’espèce de victoire que les Russes se promettent ? P
74 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
90 se lamenter sur le succès d’un Tino Rossi, et de redouter qu’il abaisse le niveau de la culture, il me semble qu’il y a lieu de
75 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
91les limites du mariage. C’est que les théologiens redoutaient avant tout qu’on pût croire que l’Éros divinise sans la grâce, et peu
76 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
92que trop les bonnes et graves raisons que j’ai de redouter que leur simple rapprochement choque le sens esthétique du lecteur et
77 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
93es, aux frontières de l’esprit ? D’autre part, il redoute d’initier sa fiancée à l’« esclavage de la mélancolie » : il ne se se
78 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
94paraison moindre que la peine éternelle, est plus redoutée ; elle sera plus avantageuse à la Terre Sainte ; elle nuira moins à t
79 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
95 toujours honorée, dans l’autre elle est toujours redoutée. Il en résulte que dans la première tout tend à nourrir la vertu, dan
96bitants et le plus grand malheur qu’elles aient à redouter, c’est de payer des contributions. Les hommes répugnent à se soumettr
97et à s’y livrer pour éviter des dangers qu’ils ne redoutent plus. Par comparaison d’ailleurs, les diverses contrées de l’Europe o
98us puissants, pour les mêmes raisons, n’ont pas à redouter une ruine totale. Où sont les temps où un Sulpice Sévère, louait l’E
80 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.4. « Têtes de Turcs »
99par le taon de l’avidité et de l’ambition. Quelle redoute pourrions-nous encore lui opposer s’il s’emparait de l’Allemagne ? To
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
100ne Europe fédérée, comme Leibniz et Rousseau, qui redoutaient que le Projet ne desservît la cause. Voltaire, parlant de l’art mili
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
101nt au Bien Général. 109 En 1670, déjà, Leibniz redoutant les ambitions de Louis XIV avait cherché à les détourner vers l’Orien
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
102la cavalerie des Tartares, et l’Europe n’a plus à redouter une irruption de barbares, puisqu’il serait indispensable qu’ils se c
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
103ommes croient aimer, mais les réalités qu’il faut redouter et que les meneurs du jeu de l’Histoire laissent monter : La cause d
104t l’assurance qu’elle n’a pas le moindre danger à redouter de ce côté. L’influence que la Russie exerçait en Europe, messieurs,
105s mon opinion cependant que l’Europe n’ait rien à redouter de la Russie ; je crois tout le contraire ; mais pour que la Russie a
106rnich comme un danger public pour toute l’Europe, redouté par Cavour qui soupçonne en lui un dictateur doublé d’un démagogue, a
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
107se produisît l’explosion si longtemps attendue et redoutée. Selon l’usage courant, ce désastre porte le nom de Réformation. Dès
86 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
108 prédisent donc le contraire de ce que l’Occident redoute) 6 , comment se fait-il que les Chinois n’aient guère participé à l’h
87 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
109t 10 %. On peut le déplorer, non le nier. On peut redouter que le contact vivant avec les traditions de l’ancienne Suisse, déjà
110gement bénéficiaire, et pas seulement ce que nous redoutons de l’action des autres. Au cœur géographique et historique du contine
111nstitutions ? Je pense qu’il n’y a pas lieu de le redouter si elle continue d’appliquer les principes du fédéralisme et ses méth
112est pas dans le sens qu’un vieux Genevois pouvait redouter. « Molotov, comme tout le monde, d’ici huit jours, ira jeter du pain
88 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.3. « La Suisse est née de la révolte de pâtres libertaires contre le despote autrichien »
113sinon précisément des vallées alpestres. Mais ils redoutent l’emprise croissante de cette famille sur la route du Saint-Gothard,
89 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
114core dans une fédération de communes, ce que l’on redoute avant tout, c’est le pouvoir excessif d’un des membres, État, corpora
90 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
115États trop petits pour se défendre seuls, mais on redoutait qu’en devenant système cette pratique porte atteinte aux souveraineté
91 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
116des mêmes principes, indiscutés. La seule crise à redouter dans l’immédiat est celle que menace de provoquer une prospérité maté
117 à quel point l’État fait confiance au citoyen et redoute peu l’éventualité de menées subversives. Pratiquement, elle permet un
92 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
118mique du pays n’a pas entraîné le nivellement que redoutaient il y a cent ans ses adversaires. Bien qu’il n’y ait plus de frontière
93 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
119st 7 %. On peut le déplorer, non le nier. On peut redouter que le contact vivant avec les traditions de l’ancienne Suisse, déjà
120gement bénéficiaire, et pas seulement ce que nous redoutons de l’action des autres. Au cœur géographique et historique du contine
121rnationales ? Je pense qu’il n’y a pas lieu de le redouter si elle continue d’appliquer les principes du fédéralisme et ses méth
122est pas dans le sens qu’un vieux Genevois pouvait redouter. « Molotov, comme tout le monde, d’ici huit jours ira jeter du pain a
94 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
123et de nos originalités régionales ou locales. Ils redoutent, comme le professeur Röpke, dans une brochure que je viens de recevoi
95 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
124r excès de pudeur peut-être, ou comme si l’auteur redoutait de s’exposer trop longtemps aux rayons du souvenir) rappellent les am
96 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
125ues (mais surtout de la française) qui prétendent redouter que l’Europe unie de demain soit un affreux méli-mélo, où l’on ne par
97 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
126urrait aussi imaginer l’inverse, qui était ce que redoutaient en cas de rupture les fédéralistes hollandais et anglais : la mainmis
98 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut réinventer l’Université (29 juin 1968)
127’une Université digne du nom. 16. Il ne faut pas redouter qu’une tension s’institue entre écoles professionnelles et Université
128les professionnelles et Université. Ce qu’il faut redouter, c’est la subordination de la recherche aux besoins de la société et
99 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jean Paulhan (19-20 octobre 1968)
129r moi le rôle du lecteur idéal dont on suppute et redoute les exigences, de l’interlocuteur invisible qui relit avec vous, par-
100 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
130qui serait bien pire que tout ce que nous faisait redouter la guerre froide au temps de Staline ? Il semble hors de question que