1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
1 qu’ils sortent des cafés littéraires, nos poètes respirent le même air du temps. Leur originalité se retrouve dans la manière do
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
2près-midi, comme un camélia de tendre orgueil. Il respire déjà l’odeur merveilleuse des objets et des êtres véritables. Un bate
3 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Marguerite Allotte de la Fuye, Jules Verne, sa vie, son œuvre (juin 1928)
3etaient sur ces volumes « au travers desquels ils respiraient l’air du monde ». N’en ferons-nous pas autant, emprisonnés que nous s
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
4feux de joie, etc. Bon. Supposons tout cela fait. Respirons. Mais déjà vous m’attendez à ce tournant et vous me sommez de dire co
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
5sais plus. — Le train s’attarde dans sa fumée, on respire une lourde obscurité qui sent l’enfer. Je ne pense plus qu’ « au souf
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
6e, nous quittons la littérature. « Celui qui sait respirer l’atmosphère de mon œuvre sait que c’est une atmosphère des hauteurs,
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
7sais plus. — Le train s’attarde dans sa fumée, on respire une lourde obscurité qui sent l’enfer. Je ne pense plus qu’« au souff
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
8i j’ai rôdé, marchant, m’arrêtant pour écouter et respirer longuement, choisissant parfois pour y sommeiller une lisière d’où l’
9t pas provocantes.) Elle baisse les yeux, rougit, respire. Elle a l’air de se moquer de moi et d’avoir subi une sorte d’affront
10es et les êtres nés de la marche et du bonheur de respirer. Combien j’aime ces ciels bas et traînants. Le beau temps n’est pas t
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
11auts que les jeunes arbres de la lande. Et la mer respire fort contre les grèves, soulagée de la pesante lumière. Mais dans cet
10 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
12ment aussi des sacrifices humains. Le dieu-nation respire la bonne odeur d’onze millions de morts sacrifiés en quatre ans à sa
11 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
13ment aussi des sacrifices humains. Le dieu-nation respire la bonne odeur d’onze millions de morts sacrifiés en quatre ans à sa
12 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
14ntés et couverts de poussière. Mais on va pouvoir respirer. 25 septembre 1934 La traduction d’un considérable ouvrage allemand
15 et plus variée, des occasions plus fréquentes de respirer l’air libre, des vêtements et une lingerie plus propres, du savon pou
13 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
16de la Parole, qui trouve ici son expression. Tout respire largement, tout vit et se transforme, non pas seulement selon les loi
14 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
17on les emporte, et cela fait un peu de place pour respirer. Sept heures. Personne ne s’impatiente, ni ne plaisante. Huit heures.
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
18 engloutissez les épaves ! Tout ce qui palpite et respire, ô vents, je vous le donne en récompense ! Attirés par la mort loin
16 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Le bon vieux temps présent (20 mars 1939)
19ce qu’elle était notre manière toute naturelle de respirer et de penser, d’aller et venir, et d’entretenir nos soucis, nos plais
17 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
20e de nécessité. Il est nécessaire de manger et de respirer, et il est nécessaire que le sang circule, mais on peut vivre en rest
18 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
21e de nécessité. Il est nécessaire de manger et de respirer, et il est nécessaire que le sang circule, mais on peut vivre en rest
19 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
22rinceton où je suis en train de m’installer, tout respire une paix claustrale. Les bâtiments de l’Université, en style néogothi
20 1946, Journal des deux Mondes. 1. Le bon vieux temps présent
23ce qu’elle était notre manière toute naturelle de respirer et de penser, d’aller et venir, et d’entretenir nos soucis, nos plais
21 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
24rinceton où je suis en train de m’installer, tout respire une paix claustrale. Les bâtiments de l’Université, en style néo-goth
22 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
25ans un coin de nos cuisines ces appareils où tout respire l’innocence et ronronne l’hygiène. Ceux qui voient dans le frigidaire
23 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
26 les dénomme d’un regard. Un corps auprès du mien respire, [p. 67] mémoire pesante de l’incommensurable nuit. Nous n’irons pas
24 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
27ans un coin de nos cuisines ces appareils où tout respire l’innocence et ronronne l’hygiène. Ceux qui voient dans le frigidaire
25 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
28ment fédéralistes — fédéralistes comme on [p. 82] respire — la partie sera déjà plus qu’à moitié gagnée. Messieurs les délégués
26 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
29visée, encombrée de frontières qui l’empêchent de respirer, menacée à chaque instant d’une sorte d’hémiplégie, soit que la gauch
27 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
30visée, encombrée de frontières qui l’empêchent de respirer, menacée à chaque instant d’une sorte d’hémiplégie, soit que la gauch
28 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
31ions qu’elles existent. Elles sont l’air que nous respirons. Si nous sentions que l’air, demain, que presque toutes nos libertés
29 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
32e. ⁂ Chaque nuit, je sors de mon hôtel pour aller respirer l’air de la mer. Les corridors et les galeries de boutiques sont jonc
30 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
33leurs pas davantage conscience que de l’air qu’il respire. De la souveraineté cantonale à la Confédération La structure polit
31 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
34s même perdaient la faculté d’aboyer, après avoir respiré quelque temps dans notre atmosphère. Les faits ont trop longtemps app
32 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
35renonçant à la guerre, le monde entier se remet à respirer : c’est donc la preuve que le monde entier, les communistes y compris
33 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
36s même perdaient la faculté d’aboyer, après avoir respiré quelque temps dans notre atmosphère. Les faits ont trop longtemps app
34 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi nous persévérons (décembre 1955)
37 ce qui se fait et ce que l’on pense ailleurs, de respirer un peu plus librement, de changer d’air pendant quelques instants. Po
35 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
38les animaux, la terre, les océans, l’air que nous respirons, et nous. Poussés par une curiosité passionnée, mère de toute science
36 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
39 qui la vit. Elle le destine à contester comme il respire tout ce qui règle officiellement la vie sociale. D’où la présence con
37 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
40 qui la vit. Elle le destine à contester comme il respire tout ce qui règle officiellement la vie sociale. D’où la présence con
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
41e problème : elle va de soi, comme l’air que l’on respire. Ils la connaissent, ils y circulent librement, ils y entretiennent u
39 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.4. Pendant ce temps, l’Amérique du Nord…
42s même perdaient la faculté d’aboyer, après avoir respiré quelque temps dans notre atmosphère. Les faits ont trop longtemps app
40 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
43ans l’esprit de celui qui vit sur un autre sol et respire un autre air ; on se trouvera donc bien en tout pays d’accueillir les
41 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
44lle appartient ! Qu’elle ait ses aises et qu’elle respire à pleins poumons dans cette ville de tous et pour tous, qui a le priv
45nètrent dans la moelle de ses os avec l’air qu’il respire, et qui ont déjà fait son être moral avant qu’il soit livré au monde
42 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stage d’Oosterbeek (septembre 1964)
46t commerciales vont être revalorisées. Elles vont respirer, [p. 81] délivrées du carcan État. Elles vont devenir des métropoles,
43 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
47leurs pas davantage conscience que de l’air qu’il respire. Dans ce jeu très complexe d’allégeances, le canton représente la pat
44 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
48ct d’un wagon suisse de troisième classe, tant il respire naturellement l’honnêteté, tendrait à nous faire oublier que la corre
45 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
49s d’un œil, reposant l’arme de temps à autre pour respirer et calmer ma nervosité, et lorsque enfin je me croyais prêt selon la
46 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
50ts-nations, les régions vont se mettre à vivre et respirer de plus en plus librement. Les États-nations les maintenaient dans le
47 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
51ous en possédons la substance idéale, que nous en respirons le climat nostalgique. [p. 30] Mais, nous, ici, nous ne sommes pas
48 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.2. Le civisme commence au respect des forêts
52gradé. Ce protocole devrait consacrer le droit de respirer un air et de boire une eau raisonnablement exempts de pollution, le d
49 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Une réflexion sur le mode de vie plutôt que sur le niveau de vie (2 juin 1970)
53radicalement le cadre de nos vies, l’air que nous respirons, et à la longue nos sensibilités. Si notre industrie suisse refuse de
50 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
54 liberté (« La liberté est une sensation. Cela se respire », écrivait Paul Valéry — donc cela ne se mesure pas) ; et aussi la p
51 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Merveilleux Lavaux (23-24-25 décembre 1972)
55urer la moindre preuve : vous la vivez « comme on respire », ou c’est que vous n’êtes jamais vraiment venu, n’avez jamais exist
56eu. Tout ce qui touche à un centre et tout ce qui respire dans la grâce de son rayonnement revêt une importance rapidement fabu
52 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
57es moteurs. Et puis quand nous en aurons assez de respirer ou de manger des poisons, certains seront tentés par l’exportation de
53 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
58e liberté (“La liberté est une sensation. Cela se respire” — écrivait Paul Valéry — donc cela ne se mesure pas) ; et aussi la p
54 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
59e que l’on peut boire et celle qui nous permet de respirer, manquera partout dans moins de quatre-vingts ans. Épuisement des res
60t avant d’agir », fait de la prospective comme il respire, tandis que son frère Épiméthée voit après coup, et n’arrive à voir v
55 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
61 liberté (« La liberté est une sensation. Cela se respire », écrivait Paul Valéry ; donc cela ne se mesure pas) ; et aussi la p
56 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
62on les emporte, et cela fait un peu de place pour respirer. 19 heures. Personne ne s’impatiente, ni ne plaisante. 20 heures. Les
57 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Madame de Staël et « l’esprit européen » (été 1980)
63ans l’esprit de celui qui vit sur un autre sol et respire un autre air ; on se trouvera donc bien en tout pays d’accueillir les
58 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
64 les forêts et océans qui font tout l’oxygène que respirent les êtres vivants — ces destructeurs sont des industriels, rarement «