1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Chant funèbre pour les morts de Verdun (mars 1925)
1t d’autres qui tiennent qu’une telle attitude est responsable de ces carnages ». Naguère il était des premiers ; il s’affirme aujou
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2 dans un de ses derniers articles 2 . Il rendait responsable de tout le « mal », le Romantisme — et c’est plus que probable. Mais
3ristique de notre époque. [p. 317] Mais Gide est responsable d’une autre méthode de culture de soi, « d’intensification de la vie 
3 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Girard, Connaissez mieux le cœur des femmes (juillet 1927)
4». Vous reconnaissez que Pierre Girard est un peu responsable de cette douceur de vivre. Déjà vous ne niez plus sa drôlerie, son ai
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
5’esprit et ces mythes stériles, que je les rendis responsables de ma perte de contact avec les réalités les plus élémentaires de la
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
6ière. Ils ont conscience d’appartenir à une élite responsable, cela se voit de loin. Il faut dire que ce ridicule n’échappe pas à c
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
7 journées… Monsieur, répondent les fonctionnaires responsables, vous savez par expérience que nous ne comprenons pas la plaisanterie
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
8de ses aspirations et de ses actes ; dans une âme responsable de ses contradictions. Sans doute, la psychologie moderne a-t-elle mo
8 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
9i fallait-il accuser de cette duperie, qui rendre responsable de ma déception, sinon moi-même, me dis-je bientôt. Car je professe q
9 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
10ension publique dont nous sommes en grande partie responsables ? [p. 60] Nous montrons-nous assez soucieux de nous désolidariser de
11able calvinisme. Or nous n’hésitons plus à rendre responsable de cette carence de la poésie et du rayonnement spirituel notre fameu
10 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
12on optimiste. Ceux donc qui rendent le calvinisme responsable du capitalisme commettent une erreur pire que celle qui consisterait
11 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
13« action ». Nous réapprendrons à penser en hommes responsables, à penser dans le risque total de l’être, qui est l’acte. Nous penser
12 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
14ou de leur quiétude naturelles, et les rend enfin responsables dans l’obéissance à la seule force nécessaire ; tout ce qui leur fich
15l Sujet. Et alors l’homme, enfin, [p. 42] devient responsable 3 devant Dieu et devant son prochain, en tant que ce prochain lui ap
13 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
16e, synthèse eudémonique à l’usage d’une masse non responsable. Une dialectique sans « médiation » et comportant par [p. 97] suite l
14 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
17illée par une brutalité dont elle est entièrement responsable. Droit au travail, droit au loisir, on sait en 1933 à quel morne cauc
15 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
18nonyme sur le personnel, à l’irresponsable sur le responsable, à la masse et à l’individu abstrait sur la personne concrète. Machin
16 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
19s question de pensée libre, j’entends : de pensée responsable. Mais si l’intelligence, passant outre à son dégoût, accepte le comba
17 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
20 morale, empêcheront qu’on les juge trop durement responsables. Mais prenons garde de borner notre vision aux proportions du spectac
18 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
21sure où nous démissionnons de notre rôle d’hommes responsables et créateurs. Leur rigueur mesure exactement notre dégénérescence. Le
22i historique ou acte personnel ? Irresponsable ou responsable ? Telle est, je crois, en définitive, la question simple que nous pos
19 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
23lle est aux ordres de sa vocation, elle est seule responsable de son risque ; surtout, elle se sait plus réelle que toute réalité c
20 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
24 tâche qui lui est propre et pour laquelle il est responsable. Alors que « l’individu » se balade au gré des théories dans le monde
25er ce risque. La dignité de l’homme, c’est d’être responsable. Le monde actuel est peuplé d’irresponsables. Le « prolétaire » tel q
26humains. On ne refait un monde qu’avec des hommes responsables. p. 156 53. Cet article parut d’abord dans L’Ordre nouveau et l
21 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
27 nos « utopies ». Ou sinon je devrais vous rendre responsables de la crise actuelle ? Mais tranquillisez-vous, je n’y songe pas. La
28is les plus dignes d’être revendiqués par l’homme responsable de son activité : ce sont les intérêts de son métier, de son ménage,
22 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
29sses consiste à dissocier ces masses en personnes responsables, chacune pour son compte, de postes définis.) Le combat singulier L
23 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
30t à la fois libre et engagé, autonome et pourtant responsable au sein de la communauté. Ainsi le citoyen calviniste, qui vit profon
24 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
31illée par une brutalité dont elle est entièrement responsable. Droit au travail, droit au loisir, on sait en 1933 à quel morne cauc
25 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
32« action ». Nous réapprendrons à penser en hommes responsables, à penser dans le risque total de l’être, qui est l’acte. Nous penser
26 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
33e, du moins sait-on que la dictature en est seule responsable. La honte n’en retombe pas sur des hommes « libres » !) À lire les re
34ans l’homme, en tant qu’il est actif, créateur et responsable vis-à-vis de la communauté. Elle n’est pas une obligation imposée par
27 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
35t refusaient d’être considérés comme des citoyens responsables, ils étaient au moins en accord avec l’esprit général de l’époque : i
36ose de défendre, c’est elle, précisément, qui est responsable de la brutalité totalitaire. On nous propose donc de défendre une mal
37ale, irresponsable, ne devient pas libératrice et responsable du seul fait qu’elle se met « au service » d’une doctrine de lutte po
28 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
38sure où nous démissionnons de notre rôle d’hommes responsables et créateurs. Leur rigueur mesure exactement notre dégénérescence. Le
39i historique ou acte personnel ? Irresponsable ou responsable ? Telle est, je [p. 153] crois, en définitive, la question simple que
29 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
40ie ; contre l’histoire, il pose l’acte de l’homme responsable de son destin. Mais tout cela va au martyre, dans le monde qu’on nous
41s du temps, dont il feint de se croire victime ou responsable 53 . De cet homme, justement, que l’Histoire fait trembler et qui se
42 Kierkegaard s’adresse au chrétien, comme au seul responsable parmi nous. Il sait bien qu’en tous temps, le malheur de l’époque ne
30 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
43n risque ! D’autant plus personnel, d’autant plus responsable, — et d’autant plus profondément enraciné dans la commune condition h
44 distinction. Apprenons à penser comme des hommes responsables, non plus comme des amuseurs de salon. Il y aurait quelque chose de n
31 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
45 peu. C’est le surréalisme, en somme, qui demeure responsable des premières graves confusions commises depuis la guerre sur le mot
46 et de créer, j’entends, de se poser comme auteur responsable de [p. 476] son acte ? Alors qu’elle ne repose que sur l’espoir du fa
32 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
47tre les hommes, c’est la communauté des personnes responsables. Mais la communauté n’est rien de plus que les personnes : elle n’est
33 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
48eil romantique. On a coutume d’en rendre Rousseau responsable. Mais c’est à ses disciples qu’il faudrait s’en prendre. Rousseau n’a
34 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
49 tâche qui lui est propre et pour laquelle il est responsable. Alors que « l’individu » se balade au gré des théories dans le monde
50er ce risque. La dignité de l’homme, c’est d’être responsable. Le monde actuel est peuplé d’irresponsables. Le « prolétaire » tel q
51hommes humains. On ne refait un monde qu’avec des responsables. p. 14 g. « Communauté révolutionnaire », L’Ordre nouveau, Paris
35 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
52lement ceci : nous voulons que l’homme redevienne responsable de son destin particulier. Avoir un destin propre, une vocation, c’es
53 mesure fondamentale cette réalité de la personne responsable. Tout notre système en découle, toutes nos revendications s’y rapport
36 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
54sens et sa portée. Je répugne à rendre Descartes responsable de tout le mal qu’ont répandu les cartésiens. Et je sais bien que de
55’entend, c’est nier en principe que l’esprit soit responsable de ce qui se passe dans le monde. C’est affirmer que l’esprit n’est p
56ationaliste dont la culture du dernier siècle est responsable ; vu l’intérêt que présenterait pour l’humanité d’aujourd’hui, sans d
57problème central de notre temps, la culture étant responsable de concentrer, d’humaniser et de transmettre les doctrines des clercs
58 dire, qui les dépasse, et personnes parfaitement responsables de ce qu’elles ont à donner, qui est à tous. p. 25 p. « L’Espri
37 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
59t déconcerté. Ce préjugé consiste à rendre Luther responsable d’une [p. 601] scission dans la culture et la spiritualité allemandes
38 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
60isme démodé » de l’instituteur d’Alice, tenu pour responsable du cliché. On blâme cet instituteur. Qui va se plaindre à son député.
39 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
61festement trahies par le fascisme stalinien, vrai responsable de l’état présent de la Russie. Ensuite, nous ferons observer que Lén
40 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
62onnes assujetties aux ordres de leur vocation, et responsables de son exercice, peut sauvegarder naturellement la possibilité, toujo
63t transmise par des hommes qui refusent de rester responsables personnellement de leur activité constitue un obstacle et un principe
64lée n’est pas une vraie culture ; elle n’est plus responsable de son action concrète. Dans un monde de « masses » — soviétiste ou f
41 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
65orales, dont les « intellectuels » m’apparaissent responsables pour une part qui n’est pas la moindre : j’essaierai de la mesurer. L
42 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
66ipe même est contesté, qui veut que l’esprit soit responsable de l’action ; ou sinon tous deux se corrompent. [p. 54] La destructi
43 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
67nature et de la société dans les mains de l’homme responsable, et dont l’esprit connaît un but auquel il dédie toutes ses œuvres, o
44 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
68bien assez de notre sort pour en être aujourd’hui responsables. À la question que je posais tout à l’heure : où trouver le fondement
45 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
69ertaine [p. 170] confusion du travailleur réel et responsable avec le prolétaire mécanisé, la crise de la pensée, moins visible et
70vers les systèmes. La philosophie n’est pas seule responsable d’un divorce que la nature humaine désire en permanence de toute sa l
71ce morale, dans tel refus précis dont nous sommes responsables aujourd’hui ? L’implication éthique de la serve pensée est seule pass
72elle, irritante et peut-être féconde. Où sont les responsables ? Ce ne sont pas des partis, ce ne sont pas des classes, ni des gouve
46 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
73 pas de l’esprit créateur, incarné par des hommes responsables. La pensée prolétarisée nous a donc menés à ce point — il n’est quest
74 plus humain dans l’homme, la personne libre mais responsable…) Un style soumis à la rudesse nouvelle, non pas aux prudences que l’
75ersonne. Privation du pouvoir d’être une personne responsable, tel est le secret de l’angoisse individuelle et de la révolte des ma
76tre les hommes, c’est la communauté des personnes responsables. Mais la communauté n’est rien de plus que les personnes : elle n’est
77onne 102 . [p. 237] Face à face avec le prochain, responsable vis-à-vis de cette apparition concrète et élémentaire de la communaut
47 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
78ystématique et inhumaine, qui sont les véritables responsables de notre décadence culturelle, — si toutefois l’on n’en considère que
48 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
79’exercice de l’autorité sur place, par des hommes responsables et qui savent ce qu’ils font, dans un cadre qui soit à mesure d’homme
49 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
80e, du moins sait-on que la dictature en est seule responsable. La honte n’en retombe pas sur des hommes « libres » !) À lire les re
81ans l’homme, en tant qu’il est actif, créateur et responsable vis-à-vis de la communauté. Elle n’est pas une obligation imposée par
50 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
82 ; enfin que c’est le système capitaliste qui est responsable de la crise, et non pas le machinisme et l’électricité. Tous nos lect
51 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
83spèce dont ils se sentent peut-être, obscurément, responsables de par leur prospérité même. (Double « censure » opérée par les passi
52 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
84e morale et parfois matérielle, quelqu’un qui est responsable de connaître ces gens mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes, quelq
53 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
85en, en docteur de l’Église fidèle, en prédicateur responsable, non plus en philosophe ou en métaphysicien, que Luther nie le libre
54 1937, Esprit, articles (1932–1962). Robert Briffaut, Europe (janvier 1937)
86ratie européenne qu’une telle classe est la vraie responsable du cafouillage de 1914. Le héros principal — il y a bien une centaine
55 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
87priété abstrait et anonyme à un mode personnel et responsable, ou encore, d’un mode matérialiste et tyrannique à un mode spirituel,
56 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
88sol, des exploiteurs, et non plus des protecteurs responsables. Sans doute l’évolution générale des conditions de vie tendait-elle à
57 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
89 bain tiède où se dissout le moi jadis pécheur et responsable. Liquidons Dieu et gardons le fanatisme : voilà ce qu’il faut pour un
90i qui consiste à reconnaître que nous sommes tous responsables de tout ; et que la question sérieuse n’est pas de savoir qui l’est l
58 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
91 récit de plusieurs entrevues prolongées avec les responsables, qui essayent de les persuader non de la vérité en soi de leur point
59 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
92’exercice de l’autorité sur place, par des hommes responsables et qui savent ce qu’ils font, dans un cadre qui soit à mesure d’homme
60 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
93— comme le répètent tant de publicistes — qui est responsable de la catastrophe. L’esprit catastrophique de l’Occident n’est pas ch
61 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
94ute seule », que rien ne dépend plus de personnes responsables, mais que tout le monde se trouve secrètement impliqué dans une atroc
62 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
95t refusaient d’être considérés comme des citoyens responsables, ils étaient au moins en accord avec l’esprit général de l’époque : i
96ose de défendre, c’est elle, précisément, qui est responsable de la brutalité totalitaire. On nous propose donc de défendre une mal
97ale, irresponsable, ne devient pas libératrice et responsable du seul fait qu’elle se met « au service » d’une doctrine de lutte po
63 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
98 ne peuvent s’en repentir, puisqu’ils ne sont pas responsables ; ils se confessent, mais ne veulent pas guérir, ni même implorer leu
99ourt de bonnes raisons pour démontrer qu’il n’est responsable de rien… Imaginons maintenant le problème qui se posait à l’auteur du
100e. Inférieur en ceci à Béroul, il sera le premier responsable de la dégradation du mythe.) Qu’est-ce alors que le philtre ? C’est l
101 prépondérance du destin sur la personne libre et responsable. Aimer l’amour plus que l’objet de l’amour, aimer la passion pour ell
64 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
102le [p. 159] d’un alibi : les amants ne se veulent responsables de rien, leur passion étant inavouable tant aux yeux de la société (q
103 l’instinct et qui, par là, ment à l’instinct. Le responsable d’un tel mensonge ne saurait être que « l’esprit ». (On sent ici à qu
65 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
104— comme le répètent tant de publicistes — qui est responsable de la catastrophe. L’esprit catastrophique de l’Occident n’est pas ch
66 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
105t à la fois libre et engagé, autonome et pourtant responsable au sein de la communauté. Ainsi le citoyen calviniste, qui vit profon
67 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
106moins, dans la manie des primitifs : nous rendons responsables de nos maux — les autres, uniquement les autres, ceux d’un autre part
107t. L’esprit de Ponce-Pilate Mais alors, qui est responsable de ce divorce entre la main et le cerveau ? Nous voyons bien où il no
108es de la personne. Quand l’homme oublie qu’il est responsable de sa vocation envers ses prochains, il devient individualiste. Et qu
109ient individualiste. Et quand il oublie qu’il est responsable de sa vocation envers lui-même, il devient collectiviste. L’homme com
110, c’est pour exécuter la mission dont nous sommes responsables depuis des siècles, depuis les temps du Saint-Empire : notre mission
68 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
111es considérer comme les charges, dont nous sommes responsables vis-à-vis de la communauté européenne. Je voudrais marquer d’une dev
112privilèges les signes d’une mission dont elle est responsable. Une seule idée… Mais si nous l’acceptons avec courage et avec joie,
69 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
113ations morbides. « Quand l’homme oublie qu’il est responsable de sa vocation devant la communauté, il devient individualiste. Quand
114devient individualiste. Quand il oublie qu’il est responsable de sa vocation devant Dieu et devant lui-même, il devient collectivis
115d’employés anonymes, mais une équipe de personnes responsables.) C’est le charisme de la Suisse que de produire des hommes dont la f
70 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
116 créer à tort et à travers. Il peut être un agent responsable de la nature naturante, mais il peut aussi faire la grève, se révolte
117iable joue avec notre terreur de nous reconnaître responsables de nos vies. Autrefois il avait recours au déguisement vestimentaire.
118onditionnement social insuffisant. Nous ne sommes responsables de rien. Nous ne sommes pas méchants, mais malades… La psychanalyse,
71 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
119des délires collectifs dont elle sera la première responsable, aussi vrai que le régime de la prohibition fut responsable des méfai
120e, aussi vrai que le régime de la prohibition fut responsable des méfaits de l’alcool frelaté, en Amérique. ⁂ Viendront les remous
72 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
121 persistons dans notre primitivisme. Nous rendons responsables de nos maux les gens d’en face, toujours, ou la force des choses. Si
122l, nous sommes tous les complices des plus grands responsables du monde. Cependant, évitons à tout prix un malentendu menaçant. L’in
73 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
123 trois entités ont ceci de commun : elles ne sont responsables de rien devant personne, s’étant faites elles-mêmes les critères de t
124 où nous leur obéissons, nous ne sommes donc plus responsables de nos actes, mais elles le sont à notre place. Et comme elles-mêmes
125e la masse : fuir sa propre personne, n’être plus responsable, donc plus coupable, et devenir du même coup participant de la puissa
126artifice : faire croire à l’homme qu’il n’est pas responsable, qu’il n’y a pas de Juge, que la Loi est douteuse, qu’on ne saura pas
127 nos actes, ce qui est « capable de réponse », ou responsable ; dans une foule il n’y a plus de réponse individuelle ; pour qu’il n
128réponse individuelle ; pour qu’il n’y ait plus de responsable, il suffit qu’il y ait une masse. Satan va donc créer les masses. Nou
129s, à nous priver du sentiment d’être une personne responsable. Nous vivons tous, de plus en plus, dans un monde de transe collectiv
130 et mieux on tombe. Allez chercher maintenant les responsables ! Vous ne trouverez plus que des comités, des partis, des trusts en f
131ient de vouloir s’échapper pour ne point s’avouer responsable, soit que l’on courre se cacher dans les arbres avec le sot espoir qu
132sonne existe comme un tout, à la fois autonome et responsable. Le mal ou le [p. 154] « péché » ne sont plus, à leur vue, que les ef
133e foie, tout aussi bien. Qui a commencé ? Qui est responsable de cette méchante décision ? L’homme ou son foie ? Nous sommes bien t
134 rêvé : « Je n’y étais pas, la fatalité seule est responsable. » Il faudrait un critère absolu… Mais justement le Diable a substitu
135’accuserez d’une injustice dont il n’est pas plus responsable que vous ne l’étiez de votre choix. Qu’il se détourne [p. 170] de vou
136et lui permet de se posséder en tant que personne responsable. L’indifférence croissante que l’on observe, dans la jeunesse américa
74 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
137 chacun pour notre compte, un homme, une personne responsable. Le seul obstacle irréductible, c’est le Saint. Seul un Saint serait
138 le plus court.) Chaque homme vivant une vie plus responsable est une défaite pour le Diable, d’ores et déjà, pour les Tyrans aussi
139ochain 30 . Sans voisinage réel, vous n’êtes plus responsable de rien ni de personne. Mais sans le sentiment de la responsabilité d
140es si faibles d’aujourd’hui à devenir un peu plus responsables, un peu plus dignes d’être libres, un peu plus dignes de se faire tue
141de la possibilité d’être et [p. 204] de se sentir responsables dans la société et dans la politique, donc d’être libres ; cette irre
142e l’ordre véritable suppose la liberté de l’homme responsable. Mais combien de bourgeois apeurés s’obstinèrent à voir dans Hitler,
75 1942, La Vie protestante, articles (1938–1961). Perspectives d’avenir du protestantisme (2 janvier 1942)
143 même qu’elle annonce et dont elle doit se sentir responsable devant le monde d’aujourd’hui et pour demain. p. 4 f. « Perspe
76 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
144 créer à tort et à travers. Il peut être un agent responsable de la nature naturante, mais il peut aussi faire la grève, se révolte
77 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
145et lui permet de se posséder en tant que personne responsable. L’indifférence croissante que l’on observe, dans la jeunesse américa
78 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
146e la masse : fuir sa propre personne, n’être plus responsable, donc plus coupable, et devenir du même coup participant de la puissa
147artifice : faire croire à l’homme qu’il n’est pas responsable, qu’il n’y a pas de Juge, que la Loi est douteuse, qu’on ne saura pas
148e nos actes, ce qui est « capable de réponse » ou responsable ; dans une foule, il n’y a plus de réponse individuelle ; pour qu’il
149réponse individuelle ; pour qu’il n’y ait plus de responsable, il suffit qu’il y ait une masse. Satan va donc créer les masses. Nou
150s, à nous priver du sentiment d’être une personne responsable. Nous vivons tous, de plus en plus, dans un monde de transe collectiv
79 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
151 persistons dans notre primitivisme. Nous rendons responsables de nos maux les gens d’en face, toujours, ou la force des choses. Si
152, nous sommes tous les complices des plus grandes responsables du monde. Cependant, évitons à tout prix un malentendu menaçant. L’in
80 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable XI : Le Diable dans nos dieux (24 décembre 1943)
153 trois entités ont ceci de commun : elles ne sont responsables de rien devant personne, s’étant faites elles-mêmes les critères de t
154 où nous leur obéissons, nous ne sommes donc plus responsables de nos actes, mais elles le sont à notre place. Et comme elles-mêmes
81 1944, Les Personnes du drame. Introduction
155’un auteur, ou d’ailleurs de n’importe quel homme responsable de son existence. Il s’agit là d’un phénomène qui déborde dès l’origi
82 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
156ie ; contre l’Histoire, il pose l’acte de l’homme responsable de son destin. Mais tout cela va au martyre, dans le monde qu’on nous
157ps, dont il feint de se croire victime [p. 92] ou responsable 47 . Cet homme que l’Histoire fait trembler, et qui se réfugie dans l
158. Kierkegaard s’adresse au chrétien comme au seul responsable parmi nous. Il sait bien qu’en tous temps le malheur de l’époque ne p
83 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
159en, en docteur de l’Église fidèle, en prédicateur responsable, non pas en philosophe ni en métaphysicien, que Luther nie le libre-a
84 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
160er, c’est toujours s’avouer, c’est se donner pour responsable de sa pensée et de ses actes. Mais voilà justement ce qui répugne aux
161itions. La personne est en nous l’être spirituel, responsable d’une vocation, et trouvant là son unité en dépit des contradictions
162antique voulait s’en évader. Elle nous rend enfin responsable vis-à-vis de notre prochain, et c’est à quoi l’on peut reconnaître la
85 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
163, c’est pour exécuter la mission dont nous sommes responsables, depuis des siècles, devant l’Europe. D’autres se sont chargés d’arrê
86 1946, Journal des deux Mondes. 6. Intermède
164es avec des syndicalistes, des industriels et des responsables de groupements divers. Je revois cette maison de Berne à deux entrées
87 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
165 définition légale et objective de quelques mots. Responsable est celui qui a tiré le premier. Battu, celui qui touche des deux épa
88 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
166e si je revenais d’Hiroshima, comme si j’en étais responsable. À minuit, nous en parlions encore. Le choc nous avait jetés dans l’é
89 1946, Lettres sur la bombe atomique. 7. Tout est changé, personne ne bouge
167otre monde depuis Hiroshima, et que cependant les responsables du sort commun agissent exactement comme d’habitude, c’est-à-dire peu
90 1946, Lettres sur la bombe atomique. 9. Paralysie des hommes d’État
168les masses contemporaines : que les [p. 57] chefs responsables de notre sort sont en réalité irresponsables ? Et qu’ils usurpent le
91 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
169 votez tacitement pour la mort, et vous en rendez responsable. Tout tient à chacun de nous. Et nous en sommes au point où il devien
92 1946, Politique de la Personne (1946). Préface pour l’édition de 1946
170 calembour. La ville de Lyon n’est pas tenue pour responsable des méfaits perpétré par un lion du désert. Mais que Vichy ait pu tro
93 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
171. Ce qui libère un homme est aussi ce qui le rend responsable vis-à-vis d’autrui. En retour, ce qui unit la communauté est aussi ce
94 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
172ques. Ainsi informée et formée, l’opinion se sent responsable de ses réactions. Lorsqu’on sait que l’on sera pris au sérieux, on di
173mparaître, pour de longues séances d’enquête, les responsables de ce Board. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que le président, ayant re
174 grande démocratie, quelques hommes deviendraient responsables… Facilement désignés à la vindicte publique, ils n’auraient plus le c
95 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
175et même l’auto. Je vois la preuve qu’elle se sent responsable et autonome (ou un peu plus) dans cette ardeur inextinguible qui la p
96 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
176ue nous savons que l’homme est un être doublement responsable : vis-à-vis de sa vocation propre et unique, d’une part, et, d’autre
177sont au contraire le fait des groupes de citoyens responsables, c’est-à-dire des personnes fédérées. Ayant ainsi esquissé à grands t
178uvelle Résistance européenne, nous nous déclarons responsables, par le seul fait que nous sommes ici pour fédérer tous les fédéralis
97 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
179x permanent, dans la conscience qu’il a d’en être responsable, l’Européen conçoit la liberté. Toute notre histoire illustre ce déba
180 par l’humanisme, est celle de l’homme doublement responsable envers sa vocation et envers la cité, à la fois autonome et solidaire
98 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
181 par l’humanisme, est celle de l’homme doublement responsable envers sa vocation et envers la cité : à la fois autonome et solidair
99 1948, Suite neuchâteloise. I
182ente la voient en lui d’abord, l’en tiennent pour responsable, et par l’erreur la plus commune, l’en nomment si bien le représentan
100 1948, Suite neuchâteloise. VIII
183ple, il est de mon devoir de citoyen conscient et responsable d’élever une solennelle protestation contre l’accent de mes compatrio