1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1une des frères. Il vient apporter des dessins qui ressemblent beaucoup aux petites huiles de Charles, moins intensément réalistes,
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
2 parlait. La jeune femme qui s’était penchée vous ressemblait tant. Mais je n’osais presque pas la regarder, à cause d’une incertit
3 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
3urniquet anéantissait cette Vienne tout occupée à ressembler à l’idée qu’on s’en fait. Le Ring, trop large, ouvert au vent glacial
4arie spirituelle. Il plaisante. Il dit que la vie ressemble surtout à un film où les épisodes s’appellent par le simple jeu des i
5es. Je reconnus des princes aux faces maigres qui ressemblaient terriblement à d’anciens Habsbourg, des comtes athlétiques et la silh
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
6e [p. 8] de beaucoup d’autres à qui forcément, je ressemble. Nous vivons sous un régime radical à sécrétion socialiste, qui a été
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
7 c’est cela l’enfance insouciante ? Qu’est-ce qui ressemble plus au souci quotidien des grandes personnes ? Mais l’enfance est ai
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
8: ils n’étaient jamais sortis de l’école. Rien ne ressemble plus à un bon élève qu’un instituteur : de l’un à l’autre, il n’y a p
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
9’une salle d’école, vous n’aurez [p. 30] rien qui ressemble en quoi que ce soit à aucun état social existant. Ce qui est vrai, c’
8 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
10a condamnation et celle des minus habentes qui me ressemblent. Au risque de les voir trépigner, je continuerai à chercher mon bien
11culière véracité, vertu décevante comme ce qui ne ressemble à rien, gênante comme un cadeau de pauvre, comme un vrai cadeau. Si l
12ne vérité banale, et seulement à condition de lui ressembler, ne fût-ce que de loin, — c’est alors ce qu’on appelait un paradoxe,
13crocosme et microcosme : la politique des peuples ressemble à celle des individus, pour ce qui est du moins, de mentir à soi-même
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
14nt alignées, autour d’une place rectangulaire qui ressemble à un jardin public, [p. 583] flanquée d’un temple blanc à deux cloche
15r nos raisons de vivre. La maladie aussi. Rien ne ressemble au voyage comme la maladie. C’est la même angoisse au départ, le même
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
16graphique. La philosophie de ce Garine, en effet, ressemblait singulièrement à celle que M. Malraux venait justement d’exposer dans
17 si vous voulez. Les personnages de M. Malraux se ressemblent dans le souvenir du lecteur : leur tempérament est plus fortement mar
18remarqué que les portraits des meilleurs peintres ressemblent à ces peintres sous les traits du modèle. Cet air de famille qu’ont t
19ela qui forme l’autoportrait le plus profondément ressemblant du maître ? Ainsi apparaissent au travers des actions et des discours
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
20wa (septembre 1931) j Dire de ce livre qu’il ne ressemble à rien serait une louange trop littéraire. C’est un livre entièrement
12 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
21son et chaque manifestation de son essence intime ressemble par quelque côté à un outrage, voire à une impudeur. » À l’opposition
13 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
22 tambour anéantissait cette Vienne tout occupée à ressembler à l’idée qu’on s’en fait. [p. 34] Le Ring, trop large, ouvert au ven
23arie spirituelle. Il plaisante. Il dit que sa vie ressemble surtout à un film où les épisodes s’appellent par le simple jeu des i
24es. Je reconnus des princes aux faces maigres qui ressemblaient terriblement à d’anciens Habsbourg, des comtes athlétiques et la [p. 
14 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
25 de l’habit repose sur le parquet — quelqu’un qui ressemble à Richard Strauss, et qui est Richard Strauss. Il touche quelques acc
26ré de rester là muette, assez absente encore pour ressembler vraiment à son image. Je m’éloigne, je suis seul, comme ceux qui se s
15 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
27nation et [p. 76] celle des minus habentes qui me ressemblent. Au risque de les voir trépigner, je continuerai à chercher mon bien
28culière véracité, vertu décevante comme ce qui ne ressemble à rien, gênante comme un cadeau de pauvre, comme un vrai cadeau. Si l
29ne vérité banale, et seulement à condition de lui ressembler, ne fût-ce que de loin, — c’est alors ce qu’on appelait un paradoxe,
30crocosme et microcosme : la politique des peuples ressemble à celle des individus, pour ce qui est du moins, de mentir à soi-même
31nt alignées, autour d’une place rectangulaire qui ressemble à un jardin public, flanquée d’un temple blanc à deux clochers baroqu
32r nos raisons de vivre. La maladie aussi. Rien ne ressemble au voyage comme la maladie. C’est la même angoisse au départ, le même
16 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
33 même pas pu me faire les ongles… » Elle voudrait ressembler aux girls de son magazine, et me voit comme au cinéma. Moi, je crois
17 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
34 chez Goethe quelque chose qui, en fin de compte, ressemble si étrangement à une indifférence non dépourvue d’orgueil vis-à-vis d
18 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
35l. Rimbaud choisit dans une crise instinctive qui ressemble à la chute soudaine de l’ivresse devant le mortel danger qui se [p. 4
19 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
36t sans un mot s’en vont, dans une aventure qui ne ressemble à rien de connu, qui est la folie même. À ce risque matériel qui se r
20 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
37l se trouve qu’ici et maintenant, notre situation ressemble fort à celle qu’eut à résoudre la Réforme. Calvin combattait sur deux
21 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
38t profession de l’appeler. « Le Nouveau Testament ressemble à une satire de l’homme. Il contient des consolations et encore des c
39s appellent l’amour. 57  » Rire du solitaire, qui ressemble peut-être à la pitié énigmatique d’un Dostoïevski. Ici tout le visage
22 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
40contrent. Le « partage » préconisé par Buchman ne ressemble pas à ces tentatives de violation de domicile moral. Pour entrer en c
23 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
41ononce une vérité. En quoi l’on pourra dire qu’il ressemble fort au croyant, — toutefois, sans le savoir, c’est là le point. Les
24 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
42ut y est faux. C’est incroyable à quel point cela ressemble à la plupart des entretiens d’aujourd’hui sur la politique, à l’artic
25 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
43’agisse de quelque chose de moins sublime, et qui ressemble à l’attrait qu’exerçait certain garde-chasse sur Lady Chatterley… Mai
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
44olente qui oppose un Staline et un Hitler, ils se ressemblent au moins en ceci, qui est décisif : c’est qu’ils veulent l’un et l’au
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
45morgue que l’on disait naguère américaine, et qui ressemble à celle des nouveaux riches de tous les temps. Nous avons fait des ex
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
46’Allemagne en 1933 était exactement inverse. Elle ressemblait beaucoup à celle qu’une seconde révolution française aurait à surmont
29 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
47S’il s’agit d’un auteur de génie, le portrait lui ressemble de manière très subtile, mais peut-être aussi plus visible à première
30 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
48se pas initier. Elle attend avec une angoisse qui ressemble fort au désir, les bouleversements politiques qui lui donneront peut-
49 poétique. Il croit que la poésie est dans ce qui ressemble à la poésie, et non pas dans ce qui tient au réel, souvent « laid ».
31 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
50morgue que l’on disait naguère américaine, et qui ressemble à celle des nouveaux riches de tous les temps. Nous avons fait des ex
32 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
51aties socialistes contre les dictatures fascistes ressemble à un de ces combats d’aveugles tels qu’en organisait le Moyen Âge. Co
33 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
52 noirs courbés. Et le village vu des dunes tantôt ressemble à un dessin d’enfant, ou à l’esquisse d’un peintre cubiste, tantôt so
34 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
53l se fausse, ou plus précisément, se suppose plus ressemblant à sa vertu (ou à son vice) qu’il n’oserait l’affirmer devant autrui.
54décorer convenablement et surtout éviter que cela ressemble à ce que c’est, un instrument utile. D’où ces feuilles de vigne en re
55 trouve cela « joli » ; et « — Tiens, cette femme ressemble… à qui ressemble-t-elle donc ? ne [dirait-on pas] un peu Colette Dura
56li » ; et « — Tiens, cette femme ressemble… à qui ressemble-t-elle donc ? ne [dirait-on pas] un peu Colette Durand. Mais oui tout à
57u village. Emmitouflés et silencieux, nous devons ressembler à cette « chouette de Minerve » — la conscience — dont Hegel dit magn
58mmé Montaigu… (Pourquoi ce nom ?) On dit que cela ressemble à l’Albanie. C’est un groupe de hautes bâtisses compliquées, en pierr
35 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
59 douloureuse et bousculée au long d’un tunnel qui ressemble à la caverne de Platon : des ombres d’êtres y dansent sur les voûtes,
36 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
60mmé Montaigu… (Pourquoi ce nom ?) On dit que cela ressemble à l’Albanie. C’est un groupe de hautes bâtisses compliquées, en pierr
37 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
61la réaliser, — c’est que la vérité dont il s’agit ressemble pas mal au néant. Soyons sérieux : la majorité des traits que M. Bend
38 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
62esure — et disqualifie le mariage, si l’épouse ne ressemble pas à la star la plus obsédante. (Encore la femme pourra-t-elle s’eff
63tête à la Garbo, mais alors il s’agit que le mari ressemble à Gable ou à Taylor !) Ainsi la « liberté » de la passion relève des
39 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
64 rencontre, n’a l’air de rien de surhumain : « il ressemble à un percepteur » [p. 255] et se conduit comme n’importe quel honnête
65die, il y a de nouveau le bonheur. Un bonheur qui ressemble à l’ancien, mais qui n’appartient plus à la forme du monde, car c’est
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
66 danger qu’il exprime et voile, cette passion qui ressemble au vertige… Mais ce n’est plus l’heure de se détourner. Nous sommes a
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
67ce de conclusions définitives. — L’amour courtois ressemble à l’amour encore chaste — et d’autant plus brûlant — de la première a
68ant plus brûlant — de la première adolescence. Il ressemble aussi à l’amour chanté par les poètes arabes, homosexuels pour la plu
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
69s cesserait d’être ce qu’il fut, pour se mettre à ressembler à ce que nos érudits conçoivent qu’il fut. C’est autant dire qu’on ne
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
70s nuits entières. Et ces moments-là, pour moi, ne ressemblent plus à la lumière et à la vie : c’est une nuit infernale et une cruel
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
71e tragédie classique. « C’est alors que la guerre ressemble vraiment à une partie d’échecs. Lorsque après des manœuvres compliqué
72agerie populaire, le retour du permissionnaire ne ressemble à rien moins qu’à la ruée du mâle longtemps privé. Des témoignages sa
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
73esure — et disqualifie le mariage, si l’épouse ne ressemble pas à la star la plus obsédante. Ainsi la « liberté » de la passion r
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
74 rencontre, n’a l’air de rien de surhumain : « il ressemble à un percepteur » et se conduit comme n’importe quel honnête bourgeoi
75die, il y a de nouveau le bonheur. Un bonheur qui ressemble à l’ancien, mais qui n’appartient plus à la forme du monde, car c’est
47 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
76– pourvu que ça dure encore quelques secondes, ça ressemble tellement au bonheur ! Un cri dans le vent va tout détruire. Oui, c’e
48 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
77l se trouve qu’ici et maintenant, notre situation ressemble fort à celle qu’eut à résoudre la Réforme. Calvin combattait sur deux
49 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
78r ses parti-pris. Il oublie que toute description ressemble autant à son auteur qu’à l’objet qu’il voulait décrire. Ainsi les por
79voulait décrire. Ainsi les portraits de Rembrandt ressemblent autant à Rembrandt qu’aux modèles qui posaient devant lui. Ils nous d
50 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
80 qui va de soi : l’autoportrait de Gide est aussi ressemblant. On l’y retrouve aussi au naturel, avec toutes ses curiosités, son ad
51 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
81un vent âpre et salubre. La mer et la montagne se ressemblent partout. Ici elles se rejoignent et se mêlent. Les grands souffles oc
52 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
82 pas Hitler. Loin de là ! Cela nous accuse. Si je ressemble à un criminel, cela ne justifie pas le criminel, cela me condamne. Et
83me, ils avaient toujours désiré quelque chose qui ressemblait assez à cela ; et qu’après tout, « les nazis étaient des hommes comme
84i est parmi nous ! Cessez de croire qu’il ne peut ressembler qu’à Hitler ou à ses émules, car c’est à vous-même qu’il s’arrangera
85c’est à vous-même qu’il s’arrangera toujours pour ressembler le plus ! C’est en vous seulement que vous le prendrez sur le fait. E
53 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
86ur — j’entends bien de cette forme de hantise qui ressemble à l’amour véritable comme la ville de Lyon à un lion — a déprimé prog
87caractère. Au cinéma, c’est plus aimable et moins ressemblant. Dans la vie — regardez dans vos vies — il y a de tout bien sûr, il y
88Et cela du moins nous paraissait imaginable, cela ressemblait à quelque chose dont nous avions une idée naturelle, le bonheur, le p
89vre de Satan, et cela finit dans un cauchemar qui ressemble à s’y méprendre à notre époque. Mais si vous ne croyez pas au Diable,
54 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
90 à l’insensé selon sa folie De peur que tu ne lui ressembles toi-même. Réponds à l’insensé selon sa folie Afin qu’il ne se regarde
55 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
91i est parmi nous ! Cessez de croire qu’il ne peut ressembler qu’à vos ennemis, car c’est à vous-mêmes qu’il s’arrangera toujours p
92’est à vous-mêmes qu’il s’arrangera toujours pour ressembler le plus ! C’est en vous seulement que vous le prendrez sur le fait. E
56 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
93taux » (comme ils le sont toujours…). Mais, si je ressemble à un criminel, cela ne justifie pas le criminel, cela me condamne. Et
57 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
94l. Rimbaud choisit dans une crise instinctive qui ressemble à la chute soudaine de l’ivresse devant le mortel danger qui se lève
58 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
95u sérieux absolu. « Le christianisme officiel ne ressemble pas davantage au christianisme du Nouveau Testament que le carré au c
96ion est celle d’un jeu, non du sérieux. « Elle ne ressemble pas plus à la situation du Nouveau Testament que le salon d’un petit-
97au Testament que le salon d’un petit-bourgeois ne ressemble aux décisions les plus terribles de la réalité la plus cruelle. » Et
98t profession de l’appeler. « Le Nouveau Testament ressemble à une satire de l’homme. Il contient des consolations et encore des c
99t l’amour 51 . » [p. 95] Rire du solitaire, qui ressemble peut-être à la pitié énigmatique d’un Dostoïevski. Ici tout le visage
59 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
100extrême lucidité que suscite en nous cette vision ressemble à s’y méprendre à un cauchemar. Mais alors [p. 106] que tant de poète
101livre révoltant s’il n’était d’abord écrasant. Il ressemble pas mal à la vie. Le réalisme de Kafka n’a rien de commun avec ce que
60 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
102qui va de soi : l’auto-portrait de Gide est aussi ressemblant. On l’y retrouve aussi au naturel, avec toutes ses curiosités, son ad
61 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
103 ici. La seule critique où se révèle un génie qui ressemble au sien, je la trouve dans un dessin de Stravinsky. Cette interprétat
62 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
104lée si elle joue une pauvresse, qu’Ingrid Bergman ressemble à la Suédoise qu’elle est, plutôt qu’à une star comme les autres. N’i
63 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
105ez-vous, dis-je d’un ton suave, quelque chose qui ressemble à un modèle de bombe atomique pour les enfants ? » La vendeuse ouvrit
64 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
106é, il n’en a pas d’autres. Or l’Ecclesia Militans ressemble à une armée beaucoup plus qu’elle ne ressemble à une constitution abs
107ns ressemble à une armée beaucoup plus qu’elle ne ressemble à une constitution abstraite fixant les droits de l’individu indépend
65 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
108demi-luxe et demi-monde. Des femmes qui ont voulu ressembler aux trois ou quatre types de stars en vogue. Nanties de chiens qui se
66 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
109— pourvu que ça dure encore quelques secondes, ça ressemble tellement au bonheur ! Un cri dans le vent va tout détruire. Oui, c’e
110otion que j’essaye en vain de qualifier ; elle ne ressemble à aucune autre. Je devais avoir treize ou quinze ans lorsque j’y vins
67 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
111 depuis [p. 86] je ne sais plus combien d’heures, ressemblent de plus en plus à une torture chinoise, savamment dosée et progressiv
68 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
112un vent âpre et salubre. La mer et la montagne se ressemblent partout. Ici, elles se rejoignent et se mêlent. Les grands souffles o
113 et jamais mes enfants n’avaient eu un Noël aussi ressemblant, mieux imité, plus conforme à celui qu’on raconte dans leurs livres.
69 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
114 ses vedettes. À leurs yeux, tout Français devait ressembler aux types d’humanité que représentaient dans le monde les acteurs à s
70 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
115train d’ajouter le problème allemand. Et celui-ci ressemble à celui-là par plus d’un trait, ne fût-ce que par l’irritation instan
116ez-vous, dis-je d’un ton suave, quelque chose qui ressemble à un modèle de la bombe atomique pour les enfants ? » La vendeuse ouv
71 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
117zarres, ici. Comme ils se mettent immédiatement à ressembler à ce que l’on pense d’eux en Europe !) Il y a des chambres, et même d
118t est pareil à mes souvenirs, à peine un peu plus ressemblant. Tout est intact. La brusquerie des employés intacte, quand on demand
119ômes. Pourtant cette grande figure voûtée qui lui ressemblait à s’y méprendre, c’était bien, finalement, Lord Cecil… Un tiers de sa
120les, préparons-nous à de nombreux voyages. La SDN ressemble à l’ONU comme le négatif d’un cliché au positif de la photo que l’on
72 1946, Lettres sur la bombe atomique. 14. Problème curieux que pose le gouvernement mondial
121donc personne à qui faire la guerre ? À quoi cela ressemblerait-il ? Les nations et leurs gouvernements ne se posent qu’en s’opposant
73 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
122un vent âpre et salubre. La mer et la montagne se ressemblent partout. Ici, elles se rejoignent et se mêlent. Les grands souffles o
74 1946, Présence, articles (1932–1946). Le Nœud gordien renoué (avril 1946)
123près un long regard, elle dit : — Ce n’est pas si ressemblant que cela ! (Elle croyait que son mari ne s’occupait que d’elle.) Et t
75 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
124de ce grand peuple des plaines, qui se met à vous ressembler si curieusement. Nous n’avons guère plus que lui le sens de la vie pr
76 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
125arres, ici ! Comme ils se mettent immédiatement à ressembler à ce que l’on pense d’eux en Europe !) Il y a des chambres, et même d
77 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
126t est pareil à mes souvenirs, à peine un peu plus ressemblant. Tout est intact. La brusquerie des employés intacte, quand on demand
127mes. Pourtant, cette grande figure voûtée qui lui ressemblait à s’y méprendre, c’était bien, finalement, lord Cecil… Un tiers de sa
128les, préparons-nous à de nombreux voyages. La SDN ressemble à l’ONU comme le négatif d’un cliché au positif de la photo que l’on
78 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
129ez-vous, dis-je d’un ton suave, quelque chose qui ressemble à un modèle de la bombe atomique pour les enfants ? » La vendeuse ouv
79 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
130taque. Ce lendemain d’une guerre de Trente Ans ne ressemble guère à une victoire, il faut bien le dire. Les nations qui ont perdu
80 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
131r en imitant ? Devenir distinct en s’efforçant de ressembler ? Supposez que votre effort aboutisse, et que tout le monde adopte vo
132même produite. S’il existe, il est l’homme qui ne ressemble à rien, par conséquent l’homme invisible en tant que personne, inaper
81 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
133 après un long regard, elle dit : Ce n’est pas si ressemblant que cela ! (Elle croyait que son mari ne s’occupait que d’elle.) Et t
82 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
134lée si elle joue une pauvresse, qu’Ingrid Bergman ressemble à la Suédoise qu’elle est, plutôt qu’à une star comme les autres. N’i
135k, encore bien moins à Washington ou Chicago, qui ressemble aux « milieux littéraires » de Paris, de Londres, ou de Berlin avant
83 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
136après des années de séjour. En Amérique, tout se ressemble : vous trouverez partout le même drugstore, le coca-cola, et Main Str
137 au moindre examen. Dirai-je qu’en France tout se ressemble, parce que vous y trouverez partout la même épicerie, les mêmes bistr
138anque jamais de remarquer que tous les Chinois se ressemblent. Un Chinois pensera de même que tous les Parisiens sont interchangeab
139laisant) les différentes régions de l’Amérique se ressemblent bien moins entre elles que la Nouvelle-Angleterre, par exemple, ne re
140elles que la Nouvelle-Angleterre, par exemple, ne ressemble à l’Europe. Toutes les maisons sont pareilles, fabriquées en série.
141d’une infinie variété d’architecture, et s’ils se ressemblent tous à l’intérieur par le confort, je n’ai jamais observé qu’un Améri
142 de ce grand peuple des plaines qui se met à nous ressembler si curieusement. Nous n’avons guère plus que lui le sens de la vie pr
84 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
143ins souples, comme on sait, mais les résultats se ressemblent et se ressembleront de plus en plus. Pour illustrer le contraste que
144 on sait, mais les résultats se ressemblent et se ressembleront de plus en plus. Pour illustrer le contraste que je viens d’esquisser
85 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
145 fait, c’est qu’ils se sont dit quelque chose qui ressemble à ceci : — Nous sommes tous surchargés, c’est entendu. Nous avons tou
86 1948, Suite neuchâteloise. VIII
146. Un portrait de notre pays, peint de là-haut, ne ressemblerait guère à mes esquisses. Au lieu de la lumière souvent voilée du lac, o
147t j’ai parlé ailleurs ; l’idée que mon village ne ressemble à aucun autre ; une connaissance intime de la neige ; le désir des pa
87 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
148 instituts 13 dont les programmes et les buts se ressemblent, mais qui, souvent, s’ignorent mutuellement. Partout se posent des pr
88 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
149s idées vagues sur son mystère. Elle ne peut plus ressembler qu’à ce qu’elle deviendra. En six siècles, le monde a changé ; une In
89 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
15015, écrit l’historien William Martin, « la Suisse ressemblait à l’Europe d’aujourd’hui. Les cantons souverains [p. 69] étaient les
151puissante. [p. 70] Oui, vraiment, cette Suisse « ressemblait à l’Europe d’aujourd’hui ». Son unification n’apparaissait guère plus
152lique en France ou de la Chambre des Lords. Il ne ressemble qu’au Sénat américain, étant comme ce dernier formé de représentants
90 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
153confort matériel, aux objets et aux appareils. Il ressemble, à cet égard, au Scandinave et à l’Américain du Nord : ses goûts corr
154et impérieuse sur le gouvernement ; mais elles ne ressemblent pas davantage aux CGT française ou italienne, en ce sens qu’elles son
91 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
155ns, pas plus que celui des régiments zurichois ne ressemble à celui des régiments vaudois ou valaisans ; mais tous sont cependant
156nçaise, ils se flattent encore volontiers de nous ressembler par une certaine vivacité de réactions, qui les distingue (c’est eux
92 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
157es est une tromperie, une immense illusion. Il ne ressemble pas davantage à celui du Nouveau Testament que le salon du petit bour
93 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
158 est celle que l’on n’aime pas. (Parce qu’elle ne ressemble pas à celle que l’on aimait.) Parler de musique « moderne » en généra
159refus de prendre la suite de quoi que ce soit, de ressembler à qui que ce soit, finissent tout de même par laisser transparaître q
160 connus, on en déduit bien légèrement qu’elles se ressemblent. Mais c’est juger par le revers une tapisserie dont le dessin reste i
94 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
161n Occident, encore que le jeune Européen moyen ne ressemble pas plus à Tristan que n’importe quel fidèle endimanché aux martyrs d
95 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
162e l’arrière-pensée d’un K. soit quelque chose qui ressemble à ce qu’on pourrait appeler « le dépassement du communisme dans un se
96 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
163n Occident, encore que le jeune Européen moyen ne ressemble pas plus à Tristan que n’importe quel fidèle endimanché aux martyrs d
97 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
164 progrès. Différer nous paraît en soi supérieur à ressembler à quoi que ce soit, surtout lorsqu’il s’agit de ressembler aux chefs-
165r à quoi que ce soit, surtout lorsqu’il s’agit de ressembler aux chefs-d’œuvre. C’est se rendre à l’excès tributaire de ce que l’o
98 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
166’hui par deux puissances antagonistes mais qui se ressemblent déjà : l’Euramérique et l’Eurasie. Le rythme communiste ou le rythme
99 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
167nt du reste de l’humanité. Tous les continents se ressemblent et ont aujourd’hui les mêmes problèmes de technique, d’organisation s
168 leur rythme de vie, les amenant de la sorte à se ressembler davantage et à se connaître mieux les uns les autres. On peut le dépl
100 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
169nnelle : et c’est en cela seulement que nous nous ressemblons tous. Gardons-nous au surplus de nous laisser entraîner par des image