1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
1un spectacle organisé par l’Architecture avec les ressources de la plastique qui est le jeu de formes sous la lumière ». Cristalli
2 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
2. C’est d’un art très volontaire, qui connaît ses ressources et sait en user avec la sobriété qui produit le maximum d’expression.
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
3carnation ou aller à la Messe ? On n’aura d’autre ressource que de nous opposer un distinguo : en tant qu’astronome, ce monstre,
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
4nit par mettre Eiichi à la porte. Il lui reste la ressource de se faire instituteur. Il assiste un soir, par hasard, à une réunio
5 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
5ommes s’en vont à Buenos Aires, et, là, à bout de ressources, acceptent de collaborer à une révolution qui va bouleverser le Brési
6 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
6er les indications de la Nature et de ménager les ressources du Trésor » ; ou encore : « Le problème consiste simplement (sic) à c
7 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
7ut portant, etc.), où l’homme avoue ses dernières ressources de sacrifice. Mais il faut se représenter un Malraux qui aurait les n
8 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
8r leurs fortunes en biens-fonds, et à tirer leurs ressources de charges politiques, de prébendes, de l’affermage des impôts et des
9 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
9les ramener dans le giron de l’Église, toutes les ressources de sa « grâce merveilleuse » à exposer les doctrines de Rome, les « p
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
10éjuge rien de l’avenir d’un peuple qui dispose de ressources mystiques aussi puissantes. Peut-être était-ce inévitable. Peut-être
11 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
11ue et de positivisme jacobin, et d’autre part les ressources humaines colossales et jamais exploitées dont dispose l’URSS ; la pre
12 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
12éjuge rien de l’avenir d’un peuple qui dispose de ressources mystiques aussi puissantes. Peut-être était-ce inévitable. Peut-être
13ue et de positivisme jacobin, et d’autre part les ressources humaines colossales et jamais encore exploitées dont dispose l’URSS ;
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
14c’est bien cela — tout au bout d’un pays dénué de ressources, pratiquement analogue, j’imagine, à un poste colonial aux limites du
15en de recueillir encore une vieille Bretonne sans ressources, qui aide un peu à la cuisine et casse beaucoup d’assiettes. Dans cet
16e sel ne se vend plus depuis un an, et c’était la ressource principale des villages. Le chef-lieu est en train de devenir la proi
17ersonne : destiné à une revue non payante. Autres ressources : néant. Reste : 90 francs. Une remarque ironique de ma femme sur mes
18out cela probablement parce que j’étais à bout de ressources, ne bougeais plus ni pied ni patte, et n’écrivais plus à personne. Je
14 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
19e quelques familles des environs qui n’ont pas la ressource d’un jardin, ou qui ne « savent pas y faire ». (Légère nuance de supé
20droits de leurs mains, débrouillards et pleins de ressources mystérieuses. Mais ils seraient moins dignes aussi. Leur dignité est
21 mal, je pense, si je suis heureux, bien que sans ressources ? Mais d’autre part, est-ce que le fait que je suis heureux suffit à
15 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
22e sel ne se vend plus depuis un an, et c’était la ressource principale des villages. Le chef-lieu est en train de devenir la proi
16 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
23sous forme de méditation ou d’analyse. Toutes les ressources du conte populaire et de l’imagerie sentimentale et romanesque, qu’on
17 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). L’Âme romantique et le rêve (23 mars 1937)
24 humaine dans sa réalité. Il y fallait toutes les ressources d’un esprit bien armé par nos classiques, alliées à une profonde symp
18 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
25c’est bien cela — tout au bout d’un pays dénué de ressources, pratiquement analogue, j’imagine, à un poste colonial aux limites du
26en de recueillir encore une vieille Bretonne sans ressources, qui aide un peu à la cuisine et casse beaucoup d’assiettes. Dans cet
27ersonne : destiné à une revue non payante. Autres ressources : néant. Reste : 90 francs. Ce matin, nous avons décidé de réagir. Qu
28ui. Cela probablement parce que j’étais à bout de ressources, ne bougeais plus ni pied ni patte et n’écrivais [p. 85] plus à perso
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
29ttéraire, c’est une réussite capitale. Jamais les ressources d’une rhétorique plus savante n’ont été à ce point harmonisées. L’on
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
30le peut-être ses qualités les plus profondes, ses ressources les plus secrètes, et comme un génie de duplicité tout inattendu du c
31qu’elles allaient consacrer à la lutte toutes les ressources de la nation ; parce qu’elles allaient se donner comme but non un int
21 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
32 l’activité intellectuelle que les deux tiers des ressources passent à l’administration et aux salaires fixes, tandis que moins d’
33bilier, assurances) absorbe plus de la moitié des ressources, proportion réellement exorbitante. Je vois des gens qui hésitent ent
22 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
34 qu’en se groupant, qu’en mettant en commun leurs ressources matérielles, afin de préserver et de développer leur autonomie spirit
23 1946, Lettres sur la bombe atomique. 3. Le point de vue moral
35ituler. L’état-major dit qu’ils étaient à bout de ressources, et sans défenses sérieuses contre un débarquement. Notre presse s’es
24 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
36l économique entreprenne la mise en commun de nos ressources [p. 104] naturelles. Et nous voulons qu’un Centre de la Culture donne
25 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
37e fois rendue plus consciente d’elle-même, de ses ressources infiniment variées et de son idéal commun, l’Europe pourra revenir av
26 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
38l économique entreprenne la mise en commun de nos ressources naturelles. Et nous voulons qu’un Centre de la culture donne un organ
27 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
39aujourd’hui la planète. Nous disposons surtout de ressources humaines qui n’ont pas leurs égales ailleurs : une main-d’œuvre spéci
40, qui peut être un début de mise en commun de nos ressources matérielles. Et maintenant, dans le domaine de cette culture dont on
41en commun, au service de l’Europe entière, de nos ressources scientifiques, éducatrices et créatrices en général. Cette entreprise
28 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
42 arrive dans des pays plus jeunes et débordant de ressources naturelles. Il paraît difficile de déceler un courant général dans to
29 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
43ntre accidentelle de grands capitaux et de vastes ressources naturelles. Bien au contraire, sa naissance et son développement ont
30 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
44ys courent ensemble, — et la conscience aussi des ressources immenses qui sont là, dont elle peut disposer, à la seule condition d
31 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
45ys courent ensemble, — et la conscience aussi des ressources immenses qui sont là, dont elle peut disposer, à la seule condition d
32 1955, Journal de Genève, articles (1926–1982). Pour un désarmement moral (19 juillet 1955)
46munistes de l’Occident vont vivre de leurs seules ressources : on m’entendra. Enfin, prendre au sérieux les relations culturelles,
33 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
47ue courent ensemble tous nos pays, mais aussi des ressources immenses dont l’Europe disposerait encore à la seule condition de s’u
34 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
48 à travers des épreuves renouvelées, alertant des ressources humaines toujours plus nombreuses et profondes. Prenons un exemple br
35 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
49eul, et qu’aucun ne peut plus vivre de ses seules ressources. La solidarité des nations est une nécessité vitale, dans cette secon
50bourg) décident en 1951 de mettre en commun leurs ressources de charbon, de fer et d’acier. Ils signent le pacte nommé Communauté
51e la Belgique, doivent venir ajouter leurs vastes ressources en matières premières à ce puissant ensemble, dont font partie les gr
52unauté du charbon et de l’acier (CECA) groupe les ressources de six pays. En 1957, ces pays décident de créer entre eux un Marché
36 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
53tre en pool celles de leurs activités et de leurs ressources — mais celles-là seules ! — qui bénéficieraient d’une [p. 6] intégrat
37 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
54de documentation) et du milieu culturel (langues, ressources artistiques, traditions et vie intellectuelle). Les considérations d’
38 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
55n quelque sorte, elle ne met pas en jeu les mêmes ressources que dans une société plus libérale ou relâchée, ou décadente : là, l’
39 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
56tre en pool celles de leurs activités et de leurs ressources — mais celles-là seules — qui bénéficieraient d’une intégration [p. 6
40 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
57en quelque sorte, elle ne met pas enjeu les mêmes ressources que dans une société plus libérale ou relâchée, ou décadente : là, l’
41 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
58que de cela (La banque de pharaon était la grande ressource financière de Casanova : symbole dont il nous donne maintes fois la c
42 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
59mentaires, et l’exploitation par elle-même de ses ressources matérielles. Ce que nous découvrons avec passion dans le Tiers-Monde,
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
60upposer que c’est cet esprit aventureux, riche en ressources, qui a suggéré à Georges l’idée de faire introduire ses projets d’all
61t déclarant proportionnellement les forces et les ressources qui nous sont communes ; et pour accomplir et exécuter cette tâche, n
62ns sa fameuse Lettre à Mahomet II, il énumère les ressources de la chrétienté comme étant les ressources de l’Europe, et nie l’exi
63e les ressources de la chrétienté comme étant les ressources de l’Europe, et nie l’existence de véritables chrétiens en dehors de
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
64core de suppléer à ces avantages naturels par les ressources de l’art militaire. Les nations guerrières de l’antiquité, de la Grèc
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
65nal. Mais la nécessité de recourir à cette ultime ressource serait, en toute probabilité supprimée pour toujours, par l’expédient
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
66e part, pendant les siècles derniers, grâce à des ressources précieuses qu’elle est allée chercher sur toute la surface de la terr
67grande puissance, faisoit valoir ses prodigieuses ressources. 161 On est frappé par la complication et la fragilité de ces dive
47 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
68t est possible, devant nous : l’épuisement de nos ressources énergétiques, le refroidissement mortel de la Terre, ou air contraire
48 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
69une pensée créatrice, en possession de toutes les ressources du raisonnement logique. La charnière de l’esprit logique et de son a
49 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
70, la justice sociale, l’utilisation intégrale des ressources économiques en faveur de la collectivité tout entière et l’épanouisse
50 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
71mentaires, et l’exploitation par elle-même de ses ressources matérielles. Ce que nous découvrons avec passion dans le Tiers [p. 58
51 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Enquête sur l’enseignement civique dans les pays européens [Avant-propos] (mai 1963)
72sible, mais qu’il lui reste à susciter d’immenses ressources, ou plutôt à mobiliser les volontés qui suffiraient sans doute à réun
73 volontés qui suffiraient sans doute à réunir ces ressources. p. 3 bk. « Avant-propos », Bulletin du Centre européen de la
52 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
74 ses institutions, à se priver complètement d’une ressource importante. La Suisse ressemblait, sous le pacte de 1815, à l’Europe
53 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
75s de la rencontre de grands capitaux et de vastes ressources [p. 156] naturelles. Bien au contraire, sa naissance et son développe
54 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
76de l’Union entière ; il faut mettre en commun les ressources d’énergie des marées et d’énergie atomique ; enfin, le règlement du «
55 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
77ies, et par suite les nouvelles concentrations de ressources intellectuelles, techniques et bancaires autour de ressources matérie
78ntellectuelles, techniques et bancaires autour de ressources matérielles et naturelles ; la densité des réseaux de communications
79alités actuelles et virtuelles, recenserait leurs ressources, prendrait la mesure de leurs pôles de croissance, de l’intensité de
56 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.4. Naissance d’une Fondation
80ue courent ensemble tous nos pays, mais aussi des ressources immenses dont l’Europe disposerait encore à la seule condition de s’u
57 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
81ys courent ensemble, — et la conscience aussi des ressources immenses qui sont là, dont elle peut disposer — à la seule condition
58 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
82, et qui dépasse de loin l’accroissement de leurs ressources dans le même temps : or ces dernières étaient déjà beaucoup trop faib
83ation et en même temps de développer lui-même les ressources nécessaires, que d’ailleurs il possède matériellement. [p. 137] Si un
59 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
84lin, Vienne ou Zurich, capable de puiser dans les ressources dont elle dispose pour sa propre saison d’hiver, est tout à fait diff
60 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
85ies, et par suite les nouvelles concentrations de ressources intellectuelles, techniques et bancaires autour de ressources naturel
86ntellectuelles, techniques et bancaires autour de ressources naturelles, la densité des réseaux de communications et de transports
61 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
87vie ? les investissements ? ou l’exploitation des ressources naturelles ? En tous les cas, il faut réduire quelque chose. Mais il
88nts, et surtout de la pollution et du pillage des ressources terrestres. Voilà qui ne peut se décider dans la rue, dans ce « disco
62 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
89s enfants deviennent de plus en plus une sorte de ressource naturelle, dont le traitement revient aux écoles, afin qu’ils soient
63 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
90ve, indiscutable : la finitude de l’espace et des ressources dont l’homme dispose sur la Terre. 135 millions de [p. 17] kilomètres
91 le calcul prospectif nous révèle les limites des ressources naturelles. Cette notion de limite est neuve, et demeure presque auss
92e le répète, de l’espace habitable mais aussi des ressources naturelles qui soudain se révèlent bel et bien épuisables, et limites
93 de la croissance à l’équilibre » La finitude des ressources naturelles (où l’on peut inclure l’espace habitable et cultivable) no
94aramètres mondiaux : population, investissements, ressources naturelles, pollution et qualité de vie. (Ce dernier paramètre étant
95    Il convient de noter la diminution rapide des ressources naturelles correspondant à l’accroissement de la population, des inve
96 ? ou les investissements ? ou l’exploitation des ressources naturelles ? Il le demande à l’ordinateur. Il joue à augmenter ou à d
97ter, si l’on réduisait de 75 % l’exploitation des ressources naturelles [p. 24] dès 1970, tout en augmentant de 20 % les investiss
98 dès 1970 :      [p. 26]  Exploitation des ressources naturelles 75 % Production de pollution 50 % Investissements 40 %
99ements industriels, à l’exploitation maximale des ressources naturelles (comme le pétrole), donc à la pollution ; et finalement le
64 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
100tuées par un ensemble ou système de besoins et de ressources, de flux de biens et de services, d’urbanisation et de taux de croiss
101l (climat, secteur primaire maritime ou agricole, ressources naturelles pour l’industrie, etc.), est en fait beaucoup plus indépen
65 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
102tige national, qu’il s’agisse de l’épuisement des ressources terrestres non renouvelables, ou de la surpopulation du Tiers Monde,
103guerre, aux crises économiques, au gaspillage des ressources terrestres ; s’il n’est pas un progrès spirituel, une aventure de la
104alpe, écorche et défigure la Terre. Il épuise les ressources naturelles et viole toutes les limites écologiques. Il asphyxie les o
105entraîne l’exploitation têtue, naïve, aveugle, de ressources naturelles qu’on croit illimitées. Cela se développe avec la pollutio
106seuls en avaient les moyens. Ils ont exploité ses ressources en vue de leur seule puissance, et de leur seul prestige, c’est-à-dir
107 on conçoit mal le rapport avec l’économie ou les ressources du sous-sol… Or, même en admettant contre toute vraisemblance que ces
66 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Nouveau départ (printemps 1974)
108wamm, O. Giarini et H. Loubergé : L’Europe et les ressources de la mer. Denis de Rougemont : Les Mythes européens, de Prométhée à
67 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
109t le niveau de vie occidental, — exploitation des ressources terrestres en progression vertigineuse vers l’épuisement définitif da
110culé qu’il faudrait multiplier l’exploitation des ressources naturelles, et donc aussi la pollution, par 200, ce qui est matériell
111 qui est matériellement impossible. En effet, les ressources naturelles ne sont pas du tout inépuisables comme tous les hommes l’o
112sements ? ou la pollution ? ou l’exploitation des ressources naturelles ? ou le niveau de vie matériel ? En tous les cas il faut r
113alité, de la pollution, et surtout du pillage des ressources naturelles. Voilà qui ne peut se décider dans la rue, dans ce « disco
68 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
114 de mon milieu humain, de ses contraintes, de ses ressources disponibles et de ses virtualités frustrées. Les problèmes écologique
115 de la planète : famine et pollution, pillage des ressources naturelles non renouvelables, surpopulation, surarmement délirant (le
69 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
116ons que la terre ayant des dimensions finies, ses ressources seront épuisées dans des délais calculables, mais qui varieront très
117s régularités et ses folies ; tout savoir sur les ressources terrestres disponibles ; tout sur les autres inventions et leurs effe
118ements industriels, à l’exploitation maximale des ressources naturelles (comme le pétrole), donc à la pollution ; et finalement le
70 1977, L’Avenir est notre affaire. Introduction. Crise de l’Avenir
119sance des patries et des cités par l’addition des ressources, des coutumes et [p. 10] des lois au sein d’un territoire délimité, d
71 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
120ra forcée de s’arrêter (par manque de place et de ressources) avant sa perte consommée ; et elle pressent que l’excès même du mal
121 population mondiale, les USA détiennent 40 % des ressources énergétiques), puis pour le Tiers Monde pléthorique, où toute croissa
122u moins doublée d’oxygène, d’eaux buvables, et de ressources naturelles. De fait, il faudra beaucoup plus, puisque déjà des pénuri
123e par la crise de l’automobile et l’essentiel des ressources de la ville est destiné à soutenir les chômeurs 10 . » Il semble que
124nte des dépenses et l’impossibilité d’adapter les ressources… Devant une telle perspective qui, pour la première fois dans l’histo
125 formes, et l’épuisement, à terme prévisible, des ressources terrestres non-renouvelables utilisées par l’industrie. Ces deux désa
126 de la Terre par la pollution et l’épuisement des ressources non renouvelables ; l’une et l’autre résultant du même système de pro
127r l’avenir des bébés d’hommes. L’épuisement des ressources « au rythme actuel » Sur les délais d’épuisement des principaux miner
128t dans moins de quatre-vingts ans. Épuisement des ressources et pollution vont donc de pair et l’un pousse l’autre. Qu’on n’oublie
129ver le mal. Ou par la réduction du gaspillage des ressources non renouvelables et des effets polluants ? À la bonne heure ! Mais l
130ordre matériel, les limites de la Terre et de ses ressources non renouvelables, dans l’ordre moral et spirituel, le respect de la
131e tous comptes faits, ruineuse comme elle est des ressources terrestres. Ainsi qu’on le voit quand les pays encore épargnés par no
132nement, des effets si importants sur le bilan des ressources de la Terre, sur l’environnement, sur la santé physique et mentale, e
133res, d’hypothèses) et les délais d’épuisement des ressources (on oppose l’incertain au probable) et le concept même de monde fini
134a prendre en se réalisant. Ainsi l’épuisement des ressources terrestres qu’on appelle justement non renouvelables, posera la seule
72 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
135entiel nucléaire pour compenser la diminution des ressources pétrolières d’ici la fin du siècle. Ces deux phrases résument une ét
73 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
136trielle, l’exploitation têtue, naïve, aveugle des ressources naturelles qu’on croit illimitées. Cela se développe au xxe siècle [
137avaient les moyens. Ils ont géré (et détruit) ses ressources en vue de leur seule puissance et de leur seul prestige ; en vue de l
138d’exploitation mieux tempérée et de recyclage des ressources naturelles ; la multiplication des sources locales d’énergie de toute
139mée dans la nation, elle fournit à la défense des ressources inépuisables ». Et le général prussien von der Goltz, souvent cité pa
140ition deses gouvernants, en vue de la guerre, les ressources del’ensemble des pays sur lesquels elle avait étendu sa domination ».
141domination ». (On doit inclure au nombre de ces « ressources » les provinces colonisées, aux « idiomes » interdits désormais.) Mai
142re » contraignent à étatiser plus strictement les ressources et la vie de la nation. Ce que les Girondins commencent lorsqu’ils dé
14318] Capitale plutôt que de se créer sur place des ressources propres, voire de s’accommoder de celles que la Nature offre dans leu
74 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
144ons que la terre ayant des dimensions finies, ses ressources seront épuisées dans des délais calculables, mais qui varieront en fo
145ités et ses folies ; tout savoir sur [p. 152] les ressources terrestres disponibles ; tout sur les autres inventions et leurs effe
146ements industriels, à l’exploitation maximale des ressources naturelles (comme le pétrole), donc à la pollution ; et finalement le
75 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
147nt d’un bateau, dévastant tout. L’épuisement des ressources connues de pétrole, exploitées aux prix d’aujourd’hui, est prévu pour
148pendues à l’Auto, qui est elle-même suspendue aux ressources de pétrole, qui dépendent de la politique des Arabes, laquelle est dé
149me tout ce qui menace d’épuiser à court terme les ressources naturelles non renouvelables, en vertu d’une croissance exponentielle
76 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
150 croissance illimitée sans but, du gaspillage des ressources naturelles, et des pollutions justifiées par la production d’armement
77 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
151echniques de pointe ; l’épuisement calculable des ressources matérielles comme le pétrole, le cuivre et l’eau potable ; la destruc
78 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
152il faut gérer, compter, répartir des travaux, des ressources et des services. Il y a de l’État déjà dans la cellule de base, qui e
79 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
153e en cas de crise, de s’alimenter par ses propres ressources, pourrait bien offrir le modèle de l’avenir le moins vulnérable. Ta
80 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
154ouvoir financier — excèdent dans bien des cas les ressources locales, même dans les pays où l’État central n’en draine pas 80 % à
155lir des proportions optimales entre population et ressources, zones agricoles, zones à bâtir et zones « sauvages » ? C’est dire qu
81 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
156es, les stéréotypes, les structures sociales, les ressources naturelles, et la langue, c’est cette dernière qui prime évidemment d
82 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
157 seul fait que le montant et l’ordonnancement des ressources d’une commune seraient décidés dans une ville moins éloignée que la v
158truites, pollution en tous genres, épuisement des ressources naturelles) tacitement pris en charge par l’État, se verraient « part
159communes estime qu’une proportion plus grande des ressources financières de la Région devrait lui être allouée. Qui va trancher ?
83 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
160vie ? les investissements ? ou l’exploitation des ressources naturelles ? En tous les cas, il faut réduire quelque chose. Mais il
161nts, et surtout de la pollution et du pillage des ressources terrestres. Voilà qui ne peut se décider dans la rue, dans ce « disco
162u budget autonome principalement alimenté par les ressources régionales.   — Bien entendu, votre plan n’est qu’un rêve ? — La diff
163es uns, vingt selon d’autres — l’exploitation des ressources existantes, il est démontré que la croissance augmente l’écart [p. 35
164oir ce que je découvrais et croyais révéler : les ressources limitées, les besoins infinis, les centrales nucléaires qui vont arra
84 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
165oir ce que je découvrais et croyais révéler : les ressources limitées, les besoins infinis, les centrales nucléaires qui vont arra
85 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
166ndustrielle, nous avons déjà fortement entamé nos ressources, et nous ne pouvons plus compter sur un accès automatique à la plupar
167urs d’énergie ; — ni, finalement, tirer parti des ressources propres au continent en capitaux, équipements, technologie, compétenc
86 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
168de [p. 63] pénuries d’énergie et d’épuisement des ressources non renouvelables, l’accroissement alarmant de la pollution par les a
169as la récession industrielle, ni l’épuisement des ressources, ni la hausse des impôts, ni l’inflation, ni même la croissance du ch
170’ère industrielle, nous devons passer à l’ère des ressources humaines. L’ère industrielle, parce qu’elle recherchait la maximisati
171tte prétendue « nécessité » économique. L’ère des ressources humaines, en revanche, parce qu’elle recherche en priorité le bien-êt
87 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. II. L’énergie
172 les Neuf. Ceux-ci, pris séparément, disposent de ressources très inégales. La Grande-Bretagne a du charbon, du pétrole, du gaz na
173sation physique, financière et administrative des ressources énergétiques qui les rendra d’autant plus vulnérables aux attaques aé
88 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
174aru tout d’abord que l’exploitation accélérée des ressources non renouvelables du tiers monde (hydrocarbures et minerais) laissait
89 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VII. Programme pour les Européens
175ntaux, polluants, désertifiants et gaspilleurs de ressources naturelles. Créer des réseaux continentaux et régionaux [p. 162] de c
176’est-à-dire les loisirs créateurs, valorisant les ressources de la Terre. Concerter à l’échelle mondiale les transferts de technol
177tent pas). Cesser de les spolier du gros de leurs ressources fiscales. Dépasser le dogme de la souveraineté nationale absolue : re
90 1979, Cadmos, articles (1978–1986). Écologie, régions, Europe fédérée : même avenir (printemps 1979)
178enacés, des changements de climat, du pillage des ressources non renouvelables. Tout État-nation, par nature, s’oppose identiqueme
91 1979, Réforme, articles (1946–1980). Écologie, régions, Europe fédérée : même avenir (19 mai 1979)
179enacés, des changements de climat, du pillage des ressources non renou­velables. Tout État-nation, par nature, s’oppose identiquem
92 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
180mée dans la nation, elle fournit à la défense des ressources inépuisables. » Le modèle de société génialement bâclé par Bonaparte
181traignent à étatiser plus strictement les [p. 99] ressources et la vie de la nation. Ce que les girondins commencent lorsqu’ils dé
182urs d’énergie ; — ni, finalement, tirer parti des ressources propres au continent en capitaux, équipements, technologie, compétenc
93 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
183 Elle se propose de « bloquer l’accroissement des ressources de la Communauté si la Grande-Bretagne ne reçoit pas sa ristourne pou
94 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
184e, la langue et la culture, les traditions et les ressources naturelles, mais divisées en deux ou en trois appartenances nationale
185 milieu dont il connaît bien les problèmes et les ressources. Tout le reste est littérature. Il n’y a pas de libertés sans respons