1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
1e intrigue puissante, des personnages d’une belle richesse psychologique. En fermant le livre on a presque l’impression qu’il a
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ernest Seillière, Alexandre Vinet, historien de la pensée française (octobre 1929)
2ntroduisant dans l’actualité la plus brûlante les richesses intellectuelles et morales du grand vaudois. Vraiment, tout ce qui se
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
3 sous l’expression trop technique ou obscure, une richesse d’idées neuves et fortes, mais péniblement comprimées. Ce défaut de f
4 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
4e cachent dans des fourrures, personne ne sait la richesse de ta vie…). J’écris ces choses. Puis, dans un ancien carnet de notes
5nalyse sincère ne puisse faire découvrir quelques richesses et ne serve parfois de contrôle efficace. Mais les bénéfices sont mai
5 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
6tes, il faut être un peu mage pour porter tant de richesses avec cette mélancolique grâce. Si quelques-uns de ses bijoux sont tai
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
7essités sociales — nous empêchent de découvrir la richesse immédiate. Surréel qui n’est pas synonyme d’incompréhensible, non Mad
7 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
8iquement vers la production matérielle et vers la richesse qui en est le fruit. On ne saurait mieux dire. Mais il faudrait en t
8 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Princesse Bibesco, Catherine-Paris (janvier 1928)
9à la fois le défaut de composition du livre et sa richesse. L’enfance de Catherine à Paris est du roman pur ; la tournée des cou
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
10tes, brandebourgs, aigrettes des bonnets à poils, richesse lourde, significative, séculaire. Mais, ô pathétique dissonance, tang
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
11abilités. N’oublions pas que l’on a réuni tant de richesses de tous les ordres — pour rien. Exactement. Ni plaisir ni profits. Vo
11 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
12tes, brandebourgs, aigrettes des bonnets à poils, richesse lourde, significative, séculaire. Mais, ô pathétique dissonance, tang
12 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
13ient, à force de reniements et d’ignorance de nos richesses, de fausses hontes et de sourires complices. La question toutefois do
13 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
14s disposés à défendre la répartition actuelle des richesses, mais nous exigeons que, sous le prétexte, trop souvent fallacieux, d
14 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
15nuent de croire au Progrès et aux bienfaits de la richesse. Les campagnes se vident ; les jeunes gens n’ont plus goût à y vivre.
15 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
16tc.) 3. Un chef doit être pauvre et savoir que la richesse affaiblit. (Si cela est admis, il n’est plus nécessaire de beaucoup d
17, de prochain à prochain. Ordre pauvre : sa seule richesse consistant à savoir se dépenser. Pauvre non par refus du monde, mais
16 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
18de toutes choses. Il est assoiffé de gloire et de richesse, de sa propre gloire, et de sa propre richesse, fussent-elles acquise
19de richesse, de sa propre gloire, et de sa propre richesse, fussent-elles acquises aux dépens de sa famille et de sa cité, aux d
20 libre examen, de crimes, de soif de gloire et de richesses, ou d’expériences telles que la dissection du corps humain, c’est tou
17 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
21ophétise le règne du Bonheur, de la Raison, de la Richesse et du Progrès. Et l’on se croit pour autant « révolutionnaire » ou si
18 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
22nuent de croire au Progrès et aux bienfaits de la richesse. Les campagnes se vident ; les jeunes gens n’ont plus goût à y vivre.
19 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
23ce des lieux communs. L’Ordre, le Bien Public, la Richesse, la Puissance nationale, l’Honneur, l’Esprit, l’Amour, la Civilisatio
20 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
24que matières premières, surfaces d’exploitations, richesses du sous-sol ; par une charité dernière, jardin public. Mais [p. 46] c
21 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
25 Foi et Vie une idée, même assez grossière, de la richesse de cet ensemble, que de lire avec eux les quelques pages de la premiè
22 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
26e où l’esprit n’est plus un lieu commun, comme la richesse par exemple, dont on sait bien qu’elle est partout chez elle et parto
27t qui donc aurait même l’idée d’un pavillon de la Richesse ? ou du Succès ? — bref, d’une époque où ce qu’on nomme l’esprit ne s
28’est guère qu’un luxe — « signe extérieur » de la richesse, ou d’une condition sociale privilégiée — le pas est aisément franchi
29, qu’ils refusent la gloire, ou le pouvoir, ou la richesse qui seraient le prix de leur intervention : ce ne sont là que les rud
23 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
30ec l’argent : l’autorité ne se monnaye pas. Et la richesse matérielle n’est pas un élément constitutif de la personne, bien au c
24 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
31 société est celle des bourgeois établis dans une richesse acquise par leurs ancêtres. Et l’honneur d’une classe établie réside
25 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
32d, c’est ce qui comble la mesure. Ce n’est pas la richesse mais la fidélité. Ce ne sont pas les moyens en eux-mêmes mais les moy
33uple sans foyer, sans limites et sans mesure. Les richesses mêmes qu’il prodigue aujourd’hui à la culture dans tous ses ordres 23
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
34isoires ou dégradantes : l’état totalitaire et la richesse matérielle ? Que vaut alors cette communauté de réflexes et d’obsessi
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
35 concevait. La misère devenait un scandale, et la richesse une déception. La misère n’avait plus d’autre idéal que la richesse,
36tion. La misère n’avait plus d’autre idéal que la richesse, et la richesse n’avait plus d’idéal. L’argent était devenu la mesure
37n’avait plus d’autre idéal que la richesse, et la richesse n’avait plus d’idéal. L’argent était devenu la mesure effective et po
28 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
38ment de toutes nos possibilités occidentales : la richesse d’un énorme territoire et l’état arriéré ou nul de l’industrie, de l’
29 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
39e capitaliste moderne : les moyens d’accumuler la richesse, et le potentiel qu’elle représente. D’où l’ascétisme du capitaliste,
40t non point un certain système de répartition des richesses. Celui qui ne possède rien n’a rien à craindre pour sa liberté tant q
41 obsession d’assurances, dans leur mystique de la richesse, dans leur recours à l’idée d’homme moyen pour justifier la revendica
30 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
42 nous dirons que leur œuvre est un hommage que la richesse rend à la pauvreté dont elle a su tirer des sujets populaires. Donc,
31 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
43ophétise le règne du Bonheur, de la Raison, de la Richesse et du Progrès. Et l’on se croit pour autant « révolutionnaire » ou si
32 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
44rt, toutes voiles regonflées, vers le Bonheur, la Richesse, le Progrès. Symbolisés, je le répète, par Stakhanov, l’homme des 100
33 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
45) Si l’on me chargeait de redistribuer toutes les richesses, selon mon expérience et mes petites observations, j’aurais mon plan
34 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
46 dont la femme fait des journées. Considérant que richesse oblige — car je gagne à peu près 1 000 francs par mois — nous avons e
47grès capitaliste est clos. Lyon a drainé toute la richesse indigène de ce département. Et cette richesse à son tour va reprendre
48 la richesse indigène de ce département. Et cette richesse à son tour va reprendre le chemin de l’Orient, d’où vint autrefois le
49 non moins effarantes. Travail, liberté ou union, richesse et pauvreté, tous ces vocables dont nous pensions qu’ils exprimaient
50mêle en particulier à tout échange d’idées sur la richesse, la pauvreté ou le chômage. Mélange extraordinairement irritable de m
51ie. Voilà le modèle de toute simplicité, de toute richesse reçue dans la pauvreté, mais aussi de toute pauvreté préservée dans l
52é, mais aussi de toute pauvreté préservée dans la richesse. (Je ne cède pas à la tentation des parallèles verbaux ou des fausses
35 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
53du prolétariat, résultant de la concentration des richesses terriennes entre les mains du patriciat, posa très vite de graves pro
54ales garantissent la sécurité, l’ordre public, la richesse acquise, et la misère dorée du prolétariat. Mais la pax romana coûte
55gure qui annonce que l’avenir ne fournira pas les richesses escomptées et déjà mises en circulation. Cette crise du xivᵉ siècle e
36 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
56u Rhin. Ancienne ville d’Empire, vieille culture, richesse moderne, de la mauvaise époque. Je la connaissais un peu, par quelque
57 l’endettement monétaire de l’Allemagne, et de sa richesse réelle.   Propagande. — Nous oublions trop souvent que la propagande
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
58eilleux, dont [p. 230] il n’aura jamais épuisé la richesse. L’un posséda mille et trois femmes, l’autre une seule femme. Mais c’
59 croit lire un poète allemand, on va retrouver la richesse du monde… Mais déjà l’homme du xviiie se réveille et se juge ridicul
38 1939, La Vie protestante, articles (1938–1961). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
60u raison de les mettre en garde contre les vaines richesses, les prières des lèvres, les « vêtements étrangers » et les doctrines
39 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
61ce qui sauve. Vous me reprocherez de sacrifier la richesse émouvante du réel ; et moi, je crains que l’ambition scolastico-miran
40 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
62nventorie, avec une sorte d’ardente lucidité, les richesses dont l’ère classique a voulu faire le sacrifice. Ce n’est pas rien !
41 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
63de toutes choses. Il est assoiffé de gloire et de richesse, de sa propre gloire, et de sa propre richesse, fussent-elles acquise
64de richesse, de sa propre gloire, et de sa propre richesse, fussent-elles acquises aux dépens de sa famille et de sa cité, aux d
65 libre examen, de crimes, de soif de gloire et de richesses, ou d’expériences telles que la dissection du corps humain, c’est tou
42 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
66ents organisés autour de petites entreprises. Les richesses, elles aussi, se sont tant agrandies qu’elles ont échappé aux regards
67on de l’Europe a plus que doublé en cent ans, ses richesses ont été décuplées, sa production industrielle centuplée, et enfin tou
43 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
68 salut. Gardienne des cols par où s’échangent les richesses, gardienne de l’idéal d’où renaîtra la paix si Dieu le veut, la Suiss
44 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
69p. 73] si l’on peut dire, égoïsme normal, soif de richesses, vulgaire impérialisme ; ce qui est diabolique, c’est d’appeler cela
45 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
70disposition de certains objets — en déplaçant les richesses par exemple — nous supprimerons les causes des maux du siècle. Si nou
71ble : l’idée de succès en soi, de puissance ou de richesse en soi. L’Enfer est là. Mais je voudrais donner un autre exemple des
46 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
72upes organisés autour de petites entreprises. Les richesses, elles aussi, se sont tant agrandies qu’elles ont échappé aux regards
73n de l’Europe a plus que doublé en cent ans ; ses richesses ont été décuplées ; sa production industrielle centuplée. Et le conco
47 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
74agesse et par ton intelligence Tu t’es acquis des richesses Tu as amassé de l’or et de l’argent Dans tes coffres-forts ; Par ta g
48 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
75disposition de certains objets — en déplaçant les richesses, par exemple — nous supprimerons les causes des maux du siècle. Si no
49 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
76s harmonieuse et plus puissante, au travers d’une richesse incomparable de végétations et de poussées adventices. Il semble que
50 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
77s illuminés. L’auberge inspire le respect dû à la richesse et aux coutumes ancestrales, mais Barnabé le réprouvé est en fin de c
51 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
78rènes, ici, n’annoncent encore que l’approche des richesses de la terre… ⁂ Une connaissance intime et personnelle de ce que l’on
79 est au sommet de son élan vers la conquête et la richesse, au comble de sa gloire et de son risque. Elle n’a jamais été moins n
52 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
80es. La science et le progrès vous guident vers la richesse et l’Apocalypse n’est pas votre affaire, invention des méchants Europ
53 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
81icité des ducs. 14 octobre 1943 Vis-à-vis de la richesse des autres, conserver la même liberté que dans sa propre pauvreté, c’
54 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
82 qui se sent « plein dans sa peau » partagent les richesses du désir. Et l’homme a retrouvé son ombre. Suite et fin de la fable
55 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
83 mots qu’on n’ose plus employer qu’au dessert. La richesse ? Voici qu’elle n’est plus à la portée des mains humaines, elle n’est
56 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
84a vie large, toujours plus large devant eux, à la richesse et à la liberté qu’elle leur donnerait ; à une aisance qui va venir.
57 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
85on y tienne plus qu’en France, mais simplement la richesse est « bien vue », tandis qu’elle se cache en Europe. Nul jansénisme n
86a Monsieur, fera l’impossible pour vous cacher sa richesse s’il est riche, sa pauvreté s’il est pauvre, sa vie privée en général
58 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
87r encore ? Comment sortir de cet embouteillage de richesses matérielles ? Il restait à construire des routes. Depuis quinze ans,
59 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
88traire, de sauvegarder leurs qualités propres. La richesse de la Suisse, par exemple, réside dans ses diversités jalousement déf
89 jalousement défendues et maintenues. De même, la richesse de l’Europe et l’essence même de sa culture seraient perdues si [p. 7
60 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
90uropéen tient, plus qu’à l’ordre, et plus qu’à la richesse, et plus qu’au pain qu’il mange à une notion de l’homme, qu’il ne sai
61 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
91nsciente de l’unité profonde de l’Europe et de la richesse de ses diversités. 13. Pour développer parmi nos diverses nations le
62 1948, Suite neuchâteloise. IV
92n [p. 45] secrète de sa vie et source de sa vraie richesse. De là sa modestie frappante, sa tolérance acquise non sans luttes, m
63 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
93u stalinisme russe. On sait les motifs invoqués : richesse des USA, conformisme souriant mais implacable, matérialisme, dollar-d
64 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
94u stalinisme russe. On sait les motifs invoqués : richesse des USA, conformisme souriant mais implacable, matérialisme, dollar-d
65 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
95ares, des meubles et des bijoux. De considérables richesses s’accumulèrent ainsi dans les châteaux suisses. Beaucoup aussi revena
66 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
96est, de nos jours encore, la principale source de richesse des Suisses. Leurs traditions artisanales les préparaient à cet effor
97toire, les glaciers, se transformèrent soudain en richesse naturelle. Le « château d’eau » des Alpes centrales devint une source
98ie permirent d’exploiter (grâce à l’une des rares richesses naturelles de la Suisse, l’eau des montagnes) l’aluminium, dont les u
99e mesure, la population entière bénéficie de la « richesse suisse ». Les bâtiments publics : postes, gares, salles d’attente de
100ésuétude et le laisser aller. Cette impression de richesse générale, moins inégalement répartie qu’ailleurs, est-elle confirmée
67 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
101dure couverte de rosée. Je voyais dans toute leur richesse les formes de ma patrie, paisibles et horizontales dans les plaines e
68 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
102jets sacrés, dilapidés ou « réquisitionnés ». Les richesses de Byzance, enfin « mises en commun », furent emportées par l’occupan
69 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
103lle de sauvegarder les diversités qui ont fait la richesse de l’Europe, elle a posé la nécessité de structures supranationales,
70 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
104lle de sauvegarder les diversités qui ont fait la richesse de l’Europe, elle a posé la nécessité de structures supranationales,
105agner par l’exploitation en commun de nos propres richesses ce que nous perdons en apports extérieurs. La Table ronde n’a pas dre
106jets sacrés, dilapidés ou « réquisitionnés ». Les richesses de Byzance, enfin « mises en commun », furent emportées par l’occupan
71 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
107n, cherchant selon les cas, qui la sécurité ou la richesse, qui la puissance ou plus haut encore, le savoir pur ou la beauté. La
72 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
108er son sort ou d’amasser plus de nourriture et de richesses : cette théorie « économique » ou utilitaire suppose un type d’homme
73 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
109nion à nos dépens. Les sources extérieures de nos richesses tarissent. De grands marchés se ferment à nos produits. Des empires c
74 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour les grands festivals de musique l’Europe est faite ! (octobre 1955)
110et unique de la musique européenne, dans toute la richesse de ses diversités régionales et historiques, mais aussi dans toute la
75 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À pied d’œuvre (avril-mai 1956)
111nsciente de l’unité profonde de l’Europe et de la richesse de ses diversités. Et la résolution culturelle, adoptée par le Congr
76 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
112complexes doctrinaux dont on vient de rappeler la richesse en contradictions apparentes. Nos mystiques ne font pas nos mœurs, en
77 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
113er son sort ou d’amasser plus de nourriture et de richesses : cette théorie « économique » ou utilitaire suppose un type d’homme
78 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
114pour un luxe. Mais c’est elle qui a produit leurs richesses. Car ce ne sont pas eux, après tout, qui ont créé les moyens de la pu
79 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
115berté, de sagesse, de sens de la vie. Comme si la richesse était tout. Comme si le vrai but était le bonheur tout fait né de l’a
80 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — d. Problèmes de la personne aux prises avec les mythes
116 l’autre peut permettre à l’esprit d’explorer les richesses mal connues de l’espace et du temps animiques, et d’y trouver de quoi
81 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
117is ces deux vies dénuées et ces deux œuvres d’une richesse inépuisable ; ces deux mythes majeurs de l’amour et leurs épiphanies
118bjet merveilleux, dont il n’aura jamais épuisé la richesse. L’un posséda mille et trois femmes, l’autre une seule femme. Mais c’
82 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
119Gide était économiste. L’économie s’occupe de nos richesses, production et répartition. Admettons que « l’impudicité » selon l’Év
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
120ant par son organisation, ses lois, ses arts, ses richesses, État maritime et colonisateur, la Crète des Minos répand le culte d’
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
121urd’hui. Petit continent, qui possède le moins de richesses territoriales… nous ne sommes riches que d’emprunts. Tel est néanmoin
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
122ritoire sous mandat. Par leur superficie et leurs richesses, ces États devront être d’importance à peu près égale, pour assurer e
123té à proportion chacun de leurs révenus & des richesses de leurs Peuples… XII. — On ne changera jamais rien aux onze Articles
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.6. En marge des grands plans, l’utopie prolifère
124rre, ce sont les Arts, parce qu’ils procurent les richesses qui sont les nerfs de la Guerre. Cet esprit très moderne, et sobre,
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
125nées… et doubler, pour ainsi dire, nos véritables richesses de part et d’autre. 113 Enfin ce trait final : dans un fragment la
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
126ue nous cultivons l’Amérique & c’est avec les richesses de l’Amérique que nous trafiquons en Asie. L’Univers n’offrit jamais
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
127on ? Cette différence de lumière, de moyens ou de richesses, observée jusqu’à présent chez tous les peuples civilisés, entre les
128e industrie créatrice de jouissances appelait les richesses de tous les climats, et l’on voyait s’échanger la pourpre de Tyr pour
129 son commerce, à l’étendue de sa navigation, à la richesse de ses monumens, aux arts et à l’industrie de ses habitants, tout ce
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.4. Pendant ce temps, l’Amérique du Nord…
130Europe nous vaudront un surcroît de puissance, de richesse et de science. L’idée se répand de plus en plus que les régimes tyran
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
131rendait compte que l’industrie, le commerce et la richesse étaient en réalité des biens communs, qui, même si on les trouvait en
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
132 autant que l’échange des produits et denrées, la richesse et le bien-être général de l’humanité. Qu’il n’ait pas eu lieu jusqu’
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
133elles nations. Et cependant c’est justement cette richesse, cette diversité qui fait de l’Europe ce qu’elle est, qui lui donne l
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
134ercer la tyrannie chez les autres ; la gloire, la richesse qu’elle attend la distraient de la honte qu’elle subit, et, pour se l
135et qui menacent sa qualité la plus spécifique, la richesse infiniment variée de son esprit. C’est bien un lieu commun de répéter
136rtie… L’historien ne peut que se réjouir de cette richesse et laisser tous les appétits de victoire aux partisans de telle ou te
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
137fantômes d’immenses navires qui furent chargés de richesse et d’esprit. Nous ne pouvions pas les compter. Mais ces naufrages, ap
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
138ours plus fortes, à des risques multipliés, à une richesse et à une plénitude de possibilités terribles et grandes, qui s’offren
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
139e. Elles expliquent l’abondance, la variété et la richesse humaine de nombreux types d’Européens, depuis les Irlandais jusqu’aux
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
140simples instruments, chargés de leur procurer les richesses dont ils avaient soif. En Amérique du Nord, [p. 372] les descendants
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
141ent à rivaliser avec l’Europe en population et en richesse et à développer des civilisations qui leur sont propres, où enfin les
142 n’affecte sérieusement le pouvoir de création de richesse, et que l’ancien continent est passé par des crises de ce genre beauc
143ope moderne, c’est l’anglais qui offre le plus de richesses à qui veut écrire de la poésie. Je le crois pour ma part. Et j’en voi
144de ces langues a apporté sa musique propre, et la richesse poétique de l’anglais consiste surtout dans la variété de ses élément
145sme espagnol dans T. S. Eliot. Inépuisable est la richesse des interrelations possibles. Et puis il y a le jardin des formes lit
146s ou les motifs narratifs. Enfin, il y a toute la richesse des figures que la littérature a créées et qui peuvent indéfiniment p
100 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
147is ces deux vies dénuées et ces deux œuvres d’une richesse inépuisable ; ces deux mythes majeurs de l’amour et leurs épiphanies