1 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
1cessus est déjà commencé dans les deux dictatures rivales, et rien ne permet encore de prévoir les conséquences politiques qu’i
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
2 rappelle qu’il substitue son arme à celle de son rival. Cela signifie qu’à l’obstacle désiré et librement créé par les amant
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
3ut à son mari. Alidor est contraint d’inventer un rival. Souffrant de ce que plus rien ne le sépare d’Angélique, mais honteux
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
4ns sacrés », c’est-à-dire des élèves des Druides, rival de son oncle Markh, le roi-cheval, et amant d’Essylt, dont on a pu su
5 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
5on la désintégration de l’Europe en nationalismes rivaux, et par helvétisation, au contraire, l’intégration fédérale des natio
6 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
6 du Bâlois Karl Barth, et C. J. Jung demeure sans rival dans la psychologie analytique. Il y aurait certes beaucoup à dire su
7 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
7vision de notre continent en 21 nations sottement rivales, dont aucune n’est plus à l’échelle soit de la concurrence des grands
8 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
8 longtemps que nos pays resteront désunis et même rivaux, ils seront incapables de soutenir la concurrence américaine, incapab
9 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
9était de l’intérêt de nos pays de rester divisés, rivaux, hérissés de barbelés douaniers. Cependant, l’on fait tout pour qu’il
10 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
10taire des Jacobins, va susciter des nationalismes rivaux. Et c’est dans le pays qui aura subi le plus durement l’agression nap
11 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
11 adroit pousseur de ballon, sollicité par un club rival, touche 25 000 dollars pour changer de maillot (Stravinski restant lo
12 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
12taire des Jacobins, va susciter des nationalismes rivaux. Et c’est dans le pays qui aura subi le plus durement l’agression nap
13 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
13 252] des chances de remplacer sa grande et seule rivale, le christianisme ? Du point de vue de la tactique, les Soviets jouen
14 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
14très rares et trop vite démenties par les agences rivales : ce procédé qui obsède encore les foules est périmé. Ce n’est plus l
15 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
15nstrument aveugle d’un autre instinct, qui est le rival de celui dont la violence nous tourmente, que ce soit le besoin de re
16n propos ! Ce que Nietzsche y appelle « instincts rivaux » se ramène en fait à deux possibilités ou puissances rivales en l’ho
17 ramène en fait à deux possibilités ou puissances rivales en l’homme : l’érotisme sexuel et l’amour. Or, ni la passion érotique
18 que Nietzsche suggère comme un possible instinct rival, est la passion de l’âme par excellence. La lutte entre les deux « in
16 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
19 retiré de toi ? Comment a disparu ton éclat sans rival ? Où est la vigueur de ton peuple ? Où, le respect que toutes les nat
20sourds aux appels du Pontife, comme à ceux de son rival le roi de Bohême. Il eut beau joindre à ses prières l’annonce, qu’il
17 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
21. En temps de paix, l’émulation active de tant de rivaux accélère les progrès des sciences et de l’industrie ; en temps de gue
18 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.1. La Révolution Française et l’Europe
22 peut-être, ce moment où la liberté, régnant sans rivale sur les deux mondes, réalisera le vœu de la philosophie, absoudra l’e
19 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
23car deux ligues d’égale force sont nécessairement rivales, et il n’y a pas de rivalités sans guerres. Dès lors chaque puissance
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
24rope un système surnaturel qui ne tolérait pas de rivaux. Dans la mesure où le Christianisme a détruit ou écarté les croyances
21 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
25éenne était tel qu’elle semblait n’avoir point de rivales et qu’elle s’identifiait à la civilisation en général, il était sans
22 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
26nstrument aveugle d’un autre instinct, qui est le rival de celui dont la violence nous tourmente, que ce soit le besoin de re
27n propos ! Ce que Nietzsche y appelle « instincts rivaux » se ramène en fait à deux possibilités ou puissances [p. 12] rivales
28en fait à deux possibilités ou puissances [p. 12] rivales en l’homme : l’érotisme sexuel et l’amour. Or, ni la passion érotique
29 que Nietzsche suggère comme un possible instinct rival, est la passion de l’âme par excellence. La lutte entre les deux « in
23 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
30raver la dissolution du corps européen en nations rivales. Et de fait, la nécessité alléguée par les États colonialistes de s’o
31ésumé, comme suit : L’expansion coloniale d’États rivaux, pour criminelle qu’on veuille la juger, a réveillé en fait les peupl
32ionner leurs forces contre nous : ils sont plutôt rivaux, et l’un est notre allié. Mais vous me direz que la puissance réelle
24 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour un dialogue des cultures [Note liminaire] (avril 1962)
33art, considérée non comme une addition de nations rivales, mais comme une unité de culture, et d’autre part les nouvelles unité
25 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
34ccurrence, puis à la culture des États voisins ou rivaux. Pendant ce temps, le communisme répand sa version schématique et aut
26 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
35 qu’on engage aujourd’hui pour jouer dans un club rival ou même dans l’équipe nationale d’un pays qui n’est pas le leur, sont
27 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
36et de la folie baroque. Mais les Salis eurent des rivaux puissants dans les trois Ligues des Grisons. Chaque village de l’Enga
28 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
37ltures nationales » bien distinctes, autonomes et rivales. Cette conception n’est pas seulement responsable des guerres absurde
29 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
38lui pour lui assurer une avance technique sur ses rivaux. Seuls des hommes de science politiquement “engagés” — et engagés dan
30 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
39ltures nationales » bien distinctes, autonomes et rivales. Cette conception n’est pas seulement responsable des guerres absurde
31 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
40très rares et trop vite démenties par les agences rivales : ce procédé qui obsède encore les foules est périmé. Ce n’est plus l
32 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
41ssait de deux entités indépendantes et au surplus rivales. Leurs sources sont communes, elles jaillissent du même fonds et s’a
33 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
42d’additionner leurs forces contre nous : ils sont rivaux, et l’un est notre allié, si l’autre est le despote que subissent enc
34 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
43ltures nationales » bien distinctes, autonomes et rivales. Cette conception n’est pas seulement responsable des guerres absurde
44oute la terre. Il s’en faut de beaucoup que leurs rivales asiatiques, qu’on dit plus raffinées, aient connu pareille fortune. C
45e fut plus souvent l’agression d’une civilisation rivale, plus primitive et plus brutale, Doriens détrônant la Crète, Germains
35 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
46volonté de s’emparer du pouvoir et de dominer des rivaux — personnes, pays, partis ou producteurs. Le but d’une société europé
36 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
47ontinent européen en États-nations nécessairement rivaux fait échec à toute tentative de libre coopération par-dessus les fron
37 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VII. Programme pour les Européens
48pe, laissons faire nos États désunis, puérilement rivaux et l’un de l’autre craintifs, [p. 161] le pire devient le plus probab