1 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
1la plus charmante. On y vit un ouvrier en maillot rouge assis entre un banquier et un philosophe au milieu d’une centaine d’é
2 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
2sertée. Sur les eaux, comme immobiles, des nuages rouges et le vert dur des berges : un malaise montait dans l’air plus frais,
3hant. L’odeur du fleuve est son parfum, le soleil rouge sa douleur. Les bœufs blancs, les roues peintes du char, l’Italie des
3 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
4sparates, aux tiges divergentes, mais qu’un ruban rouge et vert lie par la grâce d’une volonté sans doute divine… p. 3 a
4 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
5es bouquets d’une opulence assez désordonnée, des rouges trop violents éclataient avec un certain mauvais goût au milieu d’har
5 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
6 qu’une femme était assise à notre table, en robe rouge, et très fardée. Elle jouait avec la rose. Les dés roulèrent, pour un
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conte métaphysique : L’individu atteint de strabisme (janvier 1927)
7éclaira d’une rose caresse lumineuse la chevelure rouge d’Urbain, et son nez, lequel, par ses dimensions remarquablement exag
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
8aquet de dix personnes s’engouffrait dans la cage rouge et or et s’élevait, j’éprouvais un petit arrachement, comme préciséme
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
9de discuter avec eux dans leur langue et de crier rouge pour la simple raison qu’ils ont dit blanc ? Pensez-vous [p. 141] com
9 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
10 des bateaux, des nuages, une avenue et ses autos rouges, tout un couchant de grand port de la Méditerranée. Nous nous aimâmes
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
11frères, si je dis : « Avez-vous lu… », vous voilà rouge ; et sur moi les foudres de votre paradis poétique. Si je cite tel au
11 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
12ue de Carinthie. Gérard lui paya quelques œillets rouges en lui expliquant qu’elle devait les donner à la première jolie femme
13ient. Vint à pas pressés une jeune femme, chapeau rouge et manteau de fourrure brune, inévitablement. Et ce qui se passa fut,
12 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
14 et des compteurs à gaz. Mais ils se fâchent tout rouge quand on leur dit que la Suisse est caractérisée, aux yeux de l’étran
13 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
15analyses de textes absurdes où l’on soulignait en rouge tous les mots en « al », tous les verbes déponents ; désormais l’étud
14 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
16ams qui sonnent avec frénésie et les petits taxis rouges qui déferlent sur les boulevards comme une nuée d’insectes affolés. L
17 sont basses, couvertes du haut en bas d’affiches rouges et jaunes et d’inscriptions cascadantes, à l’orientale (on pense au m
18, à l’orientale (on pense au mot bazar, qui sonne rouge et jaune aussi). Soudain se dresse une énorme maison de pierre brune,
15 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
19lier de la Toison d’Or, sur la fourrure du dolman rouge ou jaune, laisse pendre son petit mouton. Aiguillettes, brandebourgs,
16 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
20 leurs petites moustaches militaires, leurs joues rouges, leurs yeux hilares ou bassement mélancoliques. Souvent laids — sauf
17 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
21 personnages ; des êtres gris, marqués d’un point rouge, professeurs, journalistes, spécialistes de tout au monde ; des jeune
18 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
22 v Aux Albert Béguin en souvenir de l’ombrelle rouge de Versailles. Paris la nuit oublie parfois d’être spirituelle, devi
23 vêtu de la gloire d’un pourpoint [p. 162] « plus rouge que rouge ». On assure qu’il possède encore une harpe et un piano prè
24a gloire d’un pourpoint [p. 162] « plus rouge que rouge ». On assure qu’il possède encore une harpe et un piano près des étoi
19 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
25ère du soleil, les dessins, les roses, les lèvres rouges des filles, tout était surprenant, même le sang caillé, le péché et l
20 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
26ue de Carinthie. Gérard lui paya quelques œillets rouges en expliquant qu’elle devait les donner au hasard, à une jolie femme
27ient. Vint à pas pressés une jeune femme, chapeau rouge et manteau de fourrure brune, inévitablement. Et ce qui se passa fut,
21 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
28lier de la Toison d’Or, sur la fourrure du dolman rouge ou jaune, laisse pendre son petit mouton. Aiguillettes, brandebourgs,
29 leurs petites moustaches militaires, leurs joues rouges, leurs yeux hilares ou bassement mélancoliques. Souvent laids — sauf
22 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
30est plus là. — J’ai poursuivi longtemps le reflet rouge de ses yeux parmi les troncs qui luisaient, faiblement, vers le cœur
31e odeur de hautes tiges croissantes et de fourmis rouges. Dès 9 heures j’ai pu travailler en costume de bain. Buffon préférait
23 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
32uses filent à gauche et à droite entre des hêtres rouges, piquées au loin de massifs éclatants, le gravier d’une allée fait so
24 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
33nteur est vêtu de la gloire d’un pourpoint « plus rouge que rouge ». On assure qu’il possède encore une harpe et un piano prè
34vêtu de la gloire d’un pourpoint « plus rouge que rouge ». On assure qu’il possède encore une harpe et un piano près des étoi
25 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
35l en venir ? Va-t-il à gauche ? à droite ? Est-il rouge, est-il blanc ? Il est contre les communistes et les fascistes, mais
26 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
36elles qui provoquent les désordres et peignent en rouge la révolution. La révolution est créatrice. Mais elle ne crée pas n’i
27 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
37érerait une vision réaliste des choses. Blancs et rouges s’opposent aujourd’hui exactement de la même manière qu’ils s’opposai
28 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
38spérée et sans secours devant le féroce maraudeur rouge. — D’autres sont venus, qui ont relevé mon front de la poussière. Ils
29 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
39ment, c’est excellent ! » À ce coup, je sentis le rouge me monter au front, et j’éclatai : « Non ! non ! et non ! ce n’est pa
30 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
40xactement la vieille opposition des blancs et des rouges, du châtelain et du métayer. C’est par rapport à la menace ou à l’esp
31 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
41ais [p. 39] je remarque que toutes les banderoles rouges tendues au-dessus des rues et qui portent des devises de propagande p
42’harmonie. Il faut au contraire poser à côté d’un rouge vif un vert violent pour que l’ensemble « chante ». Lui. — Belle com
32 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
43 en lettres gigantesques sur des banderoles aussi rouges en Allemagne qu’en URSS. Ce schématisme de « l’édification culturelle
33 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
44oups espacés… Du plafond pendaient cent bannières rouges. La tribune avancée au centre de l’ovale énorme se dressait au-dessus
34 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
45pressionner par la puissance offensive de l’Armée rouge (Pierre Cot dixit), au point d’abdiquer tout sens critique devant les
35 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
46acobinisme. C’est à la France d’allumer le signal rouge qui indique une voie impraticable. Signal de la révolution fédéralist
36 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
47sera bientôt temps de se diriger vers cet autobus rouge qui vient d’apparaître sur le quai. Je me réjouis de ce petit voyage.
48e la colonie de vacances qui défilent en maillots rouges et l’on pousse des « cris séditieux » ; le dimanche suivant, ce sont
49i à côté de vous dans un luxueux fauteuil de cuir rouge ou bleu vif, et qui change de tête plusieurs fois pendant le trajet,
37 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
50us-bois et marines. Quelques tapis sur du carreau rouge. La plupart des fenêtres donnent au midi dans le branchage bleu d’un
51 nus : d’un joli vert bleu très clair. Le carreau rouge a été débarrassé du tapis. J’ai dressé ma table sur des tréteaux. Il
52s ne le trouverez que dans la [p. 140] « banlieue rouge » de Paris, d’ailleurs importé d’URSS, et récemment. On me dit qu’ici
53ine. Elles se plaignent du froid. Le fourneau est rouge, mais la porte donne au nord-ouest, d’où vient le vent le plus glacia
54 bleu de ciel où nagent d’énormes bottes de radis rouges. Tout a son éclat neuf, sa densité, sa légèreté originelles. Les oliv
55a fenêtre. — Qu’est-ce que c’est, Simard ? Il est rouge et boursouflé, tremblant de colère et gesticulant. Il crie : Je l’ai
56des fusils et des bibles, nous serions camisés de rouge, et l’on irait de temps à autre arraisonner les féodaux d’industrie d
38 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
57sance des trusts étatisés, des nouveaux maréchaux rouges, de la suppression totale des libertés culturelles et politiques, etc
39 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
58e la colonie de vacances qui défilent en maillots rouges et l’on pousse des « cris séditieux » ; le dimanche suivant, ce sont
59i à côté de vous dans un luxueux fauteuil de cuir rouge ou bleu vif et qui change de tête plusieurs fois pendant le trajet, d
40 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
60 bleu de ciel où nagent d’énormes bottes de radis rouges. Tout a son éclat neuf, sa densité, sa légèreté originelles. Les oliv
61a fenêtre. Qu’est-ce que c’est, Simard ? — Il est rouge et boursouflé, tremblant de colère et gesticulant. Il crie : « Je l’a
62des fusils et des bibles, nous serions camisés de rouge, et l’on irait de temps à autre arraisonner les féodaux d’industrie d
41 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
63haque jour aux « nationaux » de tel pays ou aux « rouges » du monde entier. D’autant plus que ce magistère ne paraît nullement
42 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
64isible et brusque vie tout près. Nuit des villes, rouge et circulante, pleine de rumeurs, comparable à la fièvre. Plus lucide
65uves de mon journal, je reçois une note à l’encre rouge, signée du correcteur de l’imprimerie. Je la recopie : « “Épicerie et
43 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
66ues commerçantes et des quartiers populaires sont rouges du haut en bas. Seul le palais Rothschild reste nu, scandaleusement n
67ssus des grandes artères, on a tendu des calicots rouge brique portant ce slogan ou « Schlagwort » : La [p. 15] lutte contre
68oisée. La Révolution ne serait-elle qu’une façade rouge pour abriter le petit-bourgeois ? Une campagne de propagande confiée
69 tout de même, à leurs yeux, moins affreux que le rouge. Il n’y a pas eu de massacres. Tout se passe d’une manière progressiv
70les bruns qui avaient le pouvoir, ce seraient les rouges. Ils n’imaginent pas d’autre alternative. De fait, ces « possédants »
71 chef d’une Kameradschaft (compagnie de miliciens rouges). Irréductible, il me l’affirme solennellement. Mais lui aussi se sen
72ver », mais je remarque que toutes les banderoles rouges tendues au-dessus des rues et qui portent des devises de propagande p
73’harmonie. Il faut au contraire poser à côté d’un rouge vif un vert violent pour que l’ensemble « chante ». Lui. — Belle com
74r sur les piliers de publicité d’énormes affiches rouges : « Le Führer parle ! » C’est pour après-demain, à la Festhalle. Les
75ntre de l’ovale, comme une tour carrée, tendue de rouge et violemment éclairée par des projecteurs convergents. Des masses br
76rdement du parterre. « Les camarades que le Front Rouge et la Réaction tuèrent — marchent en esprit dans nos rangs ». J’ai co
77une roue dentée se dressent, énormes, sur le ciel rouge. Au-dessous, une [p. 57] vingtaine de visages d’ouvriers, éclatants d
78ion en Rhénanie. Il s’engage et combat contre les rouges dans un corps franc. Survient l’inflation. Sa pension d’officier ne s
79 jaillit de l’énorme bûcher, illuminant des faces rouges, immobiles. Où est la joie des feux de la Saint-Jean sautés avec des
44 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
80acobinisme. C’est à la France d’allumer le signal rouge qui indique une voie impraticable. Signal de la révolution fédéralist
45 1938, La Vie protestante, articles (1938–1978). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
81it-on, en avant contre les Soviets ! Haro sur les rouges d’Espagne ! Déclarez la guerre à Hitler ! Ils persécutent les Églises
82 des pétroles, qui mène la lutte contre la Russie rouge dans toute la presse qu’il possède en Europe, le fait vraiment au nom
83vraiment sur l’Évangile ? Quand on me dit que les rouges d’Espagne brûlent les églises, je ne dis pas non : ils s’en vantent e
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
84le triomphe de l’épreuve : avant de saisir le fer rouge qui laisse intacte la main de qui n’a pas menti, elle jure n’avoir ja
85 sang de sa blessure le trahit. C’est la « marque rouge » qui met le roi sur la trace de l’adultère. Quant à nous, elle nous
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
86lasphématoire de l’épisode du Jugement par le fer rouge ; b) il remplace la forêt du Morrois par une « Grotte d’Amour », la
87it à saisir à main nue une barre de fer portée au rouge : seuls les menteurs ou les parjures étaient brûlés. On sait qu’Iseut
48 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
88sera donc qu’apparente. Et le jugement par le fer rouge qu’exige la reine, ce sera sa vengeance contre le Dieu du roi, deux f
49 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
89drap du pantalon colle au mollet, les doigts sont rouges sur le fusil luisant. Les gouttes de la visière glissent d’un coup su
50 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
90haque jour aux « nationaux » de tel pays ou aux « rouges » du monde entier. D’autant plus que ce magistère ne paraît nullement
51 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
91el de l’Europe, la garde montée autour du drapeau rouge à la croix blanche, où le rouge est couleur d’Empire, c’est-à-dire d’
92autour du drapeau rouge à la croix blanche, où le rouge est couleur d’Empire, c’est-à-dire d’union des nations, et la croix s
52 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
93Lewis, chef de la fraction syndicaliste la plus « rouge » des États-Unis. Relativement à la politique extérieure, l’oppositio
53 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
94 déroulait d’immenses serpentins blancs, bleus et rouges. À onze heures, la foule épela ces mots courant sur les murailles du
54 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
95ble ? Auquel ? Celui du Moyen Âge avec ses cornes rouges ? Ou au vrai Diable ? » Ces questions sont inévitables à notre époque
96truites. Car si le Diable est simplement le démon rouge armé d’un grand trident, ou le faune à barbiche de chèvre et à longue
97s victimes : « Le Diable est un bonhomme à cornes rouges et à longue queue ; or je ne puis croire à un bonhomme à cornes rouge
98eue ; or je ne puis croire à un bonhomme à cornes rouges et à longue queue ; donc je ne crois pas au Diable. » C’est tout ce q
99e le grand méchant loup dans le conte du Chaperon Rouge, alors qu’il fera voir ses cornes et sa grimace dans des fantaisies r
55 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
100ocuments, elle allait me démontrer que j’étais un Rouge, pire encore, que j’étais un Blanc… Autour de moi régnait un religieu
101té de leurs agents. Supposez qu’on pourchasse les Rouges. Personne ne sait exactement ce qu’est un Rouge. Ni le chef qui d’ail
102 Rouges. Personne ne sait exactement ce qu’est un Rouge. Ni le chef qui d’ailleurs demeure inaccessible ; ni les chefs de ser
103consignes à la lettre. Votre coefficient signifie Rouge. Vous sentez et pensez comme un Blanc ? Voilà qui rend votre cas pire
56 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
104iers partout, un labyrinthe. Je suivais les tapis rouges, et les lampes rouges, comme lorsqu’on choisit une couleur au jeu de
105inthe. Je suivais les tapis rouges, et les lampes rouges, comme lorsqu’on choisit une couleur au jeu de cartes, rouge ou noir.
106e lorsqu’on choisit une couleur au jeu de cartes, rouge ou noir. J’arrive à la salle de lecture. Il n’y avait que des feuille
57 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
107re nous. Car si le Diable est simplement le démon rouge et cornu des mystères médiévaux, ou le faune à barbiche de chèvre et
108s victimes : « Le Diable est un bonhomme à cornes rouges et à longue queue ; or je ne puis croire à un bonhomme à corne rouges
109ueue ; or je ne puis croire à un bonhomme à corne rouges et à langue queue ; donc je ne crois pas au Diable. » C’est tout ce q
58 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
110pins sur un vert d’eau limpide. Une grande flèche rouge rase les cimes en silence, devient oiseau, devient petit avion luisan
59 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
111e cadeaux enveloppés de papiers brillants, verts, rouge, argent et mordorés. Pourquoi ces échanges éperdus ? Est-ce un souven
60 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
112ssement riche et trop [p. 22] éclairé par ce néon rouge ou bleuâtre qui sera, n’en doutons pas, l’éclairage de l’enfer… Les c
113uvâmes en rentrant une prodigieuse gerbe de roses rouges que V. O. envoyait à ma femme. Plantée au milieu du studio, dans un g
61 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
114drap du pantalon colle au mollet, les doigts sont rouges sur le fusil luisant. Les gouttes de la visière glissent d’un coup su
62 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
115liqueurs, savon, beurre, sucre, pain blanc et vin rouge… Le pain et le vin, symboles de la terre de France, marques sacrées d
116’Espagne, à travers un pays de vignes dont le vin rouge sera bu par les Allemands. Voici Perpignan dans un tourbillon de pous
117rgelès où furent rassemblés les débris de l’armée rouge d’Espagne, — que c’est vieux, et ce n’était qu’un essai : mise au poi
63 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
118ant des kilomètres au-dessus des usines, des feux rouges et des hangars d’avions aux coupoles surbaissées. Paysage de déluge o
119 une cinquantaine de villas blanches, de châteaux rouges ou violets, sur des pelouses vert pomme aux opulents ombrages. Toutes
64 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
120ommence. Falaises immenses et striées de tous les rouges de la terre jusqu’au bleu pur, contemplées de la terrasse du cimetièr
65 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
121eu vert — cinq secondes de révolution — et le feu rouge — six ou sept secondes. Tout ce qu’embrasse mon regard, tout est fait
66 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
122que des nègres et quelques cavaliers en redingote rouge. Et puis nous avons ralenti pour prendre une petite route sinueuse où
123uelée tombe par morceaux, les coussins de velours rouge sont moisis. Nous redescendons. Le ciel est devenu noir. Du portique,
67 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
124pins sur un vert d’eau limpide. Une grande flèche rouge rase les cimes en silence, [p. 213] devient oiseau, devient petit avi
125 Robert. Plusieurs églises dominent de leur masse rouge les maisons de bois ou de brique d’un seul étage. Je remarque un grou
126nes du soir, s’étagent en silhouettes sur le ciel rouge. Une radio clame Amapola, plus fort que tout, dans la cour où les dra
127 enveloppés de [p. 231] papiers brillants, verts, rouges, argent et mordorés. Pourquoi ces échanges éperdus ? Est-ce en souven
68 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
128ux où la lumière fait ses grands jeux de tous les rouges au bleu de plomb. Aux approches de l’Irlande vient la nuit. Derrière
129ent d’être objectif ! Elle adore ces rideaux trop rouges, ces meubles blancs, et ce grape-fruit. Ils la vengent, croit-elle, d
69 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
130ion est très excitée par l’annonce que les vaches rouges de la contrée sont devenues blanches à la suite de la première expéri
70 1946, Lettres sur la bombe atomique. 11. Tous démocrates
131xcuse et de prétexte cousu de fil blanc ou de fil rouge aux politiques les plus contradictoires et parfois les plus tyranniqu
71 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
132ant des kilomètres au-dessus des usines, des feux rouges et des hangars d’avions aux coupoles surbaissées. Paysage de déluge o
133eu vert — cinq secondes de révolution — et le feu rouge — six ou sept secondes. Tout ce qu’embrasse mon regard, tout est fait
134nes du soir, s’étagent en silhouettes sur le ciel rouge. Une radio clame Amapola, plus fort que tout, dans la cour où les dra
135 Robert. Plusieurs églises dominent de leur masse rouge les maisons de bois ou de brique d’un seul étage. Je remarque un grou
136uelée tombe par morceaux, les coussins de velours rouge sont moisis. Nous redescendons. Le ciel est devenu noir. Du portique,
72 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
137x où la lumière fait ses grands jeux, de tous les rouges au bleu de plomb. Aux approches de l’Irlande vient la nuit. Derrière
138t d’être objectif ! » Elle adore ces rideaux trop rouges, ces meubles blancs, et ce grapefruit. Ils la vengent, croit-elle, d’
73 1946, Combat, articles (1946–1950). Tous démocrates (22 mai 1946)
139xcuse et de prétexte cousu de fil blanc ou de fil rouge aux politiques les plus contradictoires, et parfois les plus tyranniq
74 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
140eu vert — cinq secondes de révolution — et le feu rouge — six ou sept secondes. Tout ce qu’embrasse mon regard, tout est fait
75 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
141be par morceaux, les [p. 283] coussins de velours rouge sont moisis. Nous redescendons. Le ciel est devenu noir. Du portique,
76 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
142e cadeaux enveloppés de papiers brillants, verts, rouges, argent et mordorés. Pourquoi ces échanges éperdus ? Est-ce en souven
77 1946, Réforme, articles (1946–1980). À hauteur d’homme (1er juin 1946)
143se sur le noir parce qu’il vient de perdre sur le rouge en se disant que peut-être, cette fois-ci… Il est admis à l’étranger
78 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
144nsignes de leur grade académique, longs capuchons rouges, jaunes, bleus ou violets, attachés sous le rabat et pendant sur le d
79 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
145e) sont vêtus de robes et de barrettes de velours rouge, et siègent en demi-cercle dans le fond du chœur, séparés de l’autel
146ritable miniature de Livres d’Heures. Pourquoi ce rouge et cette dorure ? Cela fait bien, et c’est « traditionnel ». Ils n’on
80 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
147us voici attablés devant des sandwiches au caviar rouge. Et là, tout recommence. Même jeu qu’au déjeuner. Ni l’un ni l’autre
81 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
148 déroulait d’immenses serpentins blancs, bleus et rouges. À 11 heures, la foule épela ces mots courant sur les murailles du Ti
82 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
149nsignes de leur grade académique, longs capuchons rouges, jaunes, bleus ou violets, attachés sous le rabat et pendant sur le d
150e) sont vêtus de robes et de barrettes de velours rouge, et siègent en demi-cercle dans le fond du chœur, séparés de l’autel
151éritable miniature de Livre d’Heures. Pourquoi ce rouge et cette dorure ? Cela fait bien, [p. 111] et c’est « traditionnel »…
83 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
152sa large cheminée de briques, ses volets bleus ou rouges, son jardin sans rocaille ni clôtures. Et je parle des maisons d’ouvr
153dans le bon temps pour avoir un bifteck et du vin rouge. Ils ne lisent pas tous Pascal, vous non plus. Ils décorent luxueusem
84 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
154nes du soir, s’étagent en silhouettes sur le ciel rouge. Une radio clame Amapola, plus fort que tout, dans la cour où les dra
85 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
155 ma tête, un large dais carré, tout tendu de soie rouge et or. J’appuie ma tête contre les plis d’un lourd rideau de velours
156 dossier des fauteuils. Cette nuque très large et rouge, c’est Ramadier ; cette nuque placide et blonde, [p. 126] c’est van Z
86 1948, Suite neuchâteloise. V
157a Suisse ; mais dans l’Europe, que devient ce fil rouge que je croyais tenir ? Où vont se perdre les sentiers de la mémoire,
87 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
158, ou plutôt n’y répond que par la bande, la bande rouge qui orne le livre : « C’est une grande folie de croire qu’on peut êtr
88 1949, Réforme, articles (1946–1980). « Êtes-vous partisan du rapprochement franco-allemand ? » (29 janvier 1949)
159oup de préjugés, datant de l’époque des pantalons rouges et non pas de l’occupation. p. 4 h. « Êtes-vous partisan du ra
89 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
160s paragraphes mais l’ordre de bataille de l’Armée rouge.
90 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
161que ce qui n’y est pas : il voit que ça n’est pas rouge, et que ça n’est pas anglais. Il distingue un ensemble de pays peu sû
91 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
162 bref délai, les trois cents divisions de l’Armée rouge. D’une part, on peut penser qu’au point où nous en sommes, il n’y a p
92 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Lettre aux députés européens (15 août 1950)
163 paragraphes, mais l’ordre de bataille de l’armée rouge. p. 1 m. « Lettre aux Députés européens », Journal de Genève,
93 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
164que ce qui n’y est pas ; il voit que ça n’est pas rouge, et que ça n’est pas anglais. Il distingue un ensemble de pays peu sû
94 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Cinquième lettre aux députés européens : « Méritez votre nom ! » (19-20 août 1950)
165 bref délai, les trois cents divisions de l’armée rouge. D’une part, on peut penser qu’au point où nous en sommes, il n’y a p
95 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, n’oubliez pas l’exemple de la Suisse (3 octobre 1950)
166 paragraphes, mais l’ordre de bataille de l’Armée rouge. p. 1 j. « Messieurs, n’oubliez pas l’exemple de la Suisse »,
96 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, on vous attend encore au pied du mur ! (4 octobre 1950)
167 bref délai, les trois cents divisions de l’armée rouge. D’une part, on peut penser qu’au point où nous en sommes, il n’y a p
97 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
168ur traversant lentement la chaussée, des crachats rouges de bétel sur le trottoir, et ces moignons de bras charmants et menaça
169 Au fond de l’ombre, un autel s’illumine. Étoffes rouge et or derrière la statuette, bijoux, fleurs, menues verroteries, et d
98 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
170 parmi les ruines. Les tanks soviétiques, l’Armée rouge, la police « populaire » ont tiré sur les ouvriers qui avaient osé se
171es Soviétiques viennent de renouveler ce Dimanche rouge de 1905 où le Tzar fit tirer sur la foule qui marchait vers le Palais
99 1953, Le Figaro, articles (1939–1953). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (25 juin 1953)
172 parmi les ruines. Les tanks soviétiques, l’Armée rouge, la police « populaire » ont tiré sur les ouvriers qui avaient osé se
173Europe ait connu depuis 1905 ; depuis ce Dimanche Rouge, où le tsar fit tirer sur la foule qui marchait vers le Palais d’Hive
100 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
174s militaires et l’insolence des envoyés de l’Asie rouge. Et voici la deuxième victoire : pendant des mois, l’Europe ne fera p
175s », puisque ce serait fermer l’Europe aux armées rouges. Au lendemain de Diên Biên Phu et des humiliations de Genève, l’Europ