1 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
1sidérants individuels, s’isole comme un signal de rupture consommée. Tout homme qui agit, sa pensée est en rupture de bourgeois
2 consommée. Tout homme qui agit, sa pensée est en rupture de bourgeoisie. Jacques Martin, dans sa prison, témoigne pour un ordr
2 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
3: les Illuminations naissent d’une [p. 493] telle rupture. Elles sont le champ même 15 où Rimbaud se livre à l’expérience spir
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Cahier de revendications [Présentation] (décembre 1932)
4t, Plans, Réaction, par leur volonté proclamée de rupture, et plus encore par leurs revendications constructives, révèlent peut
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
5volution française. La volonté, la possibilité de rupture, affirmée par les politiciens marxistes, mais niée en sous-main par l
5 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
6terrestre. Kierkegaard (Journal). La volonté de rupture est l’origine même du christianisme ; c’est pourquoi l’apparition d’u
7onnent d’une autorité que seule leur conférait la rupture initiale, — qu’enfin ils la bénissent, la sanctifient, et en son nom
8it eu cette preuve, aujourd’hui, d’une volonté de rupture, ce témoignage qui chaque fois qu’il est porté, rétablit le christian
9rter le coup ? qui dénoncer ? au nom de quoi ? La rupture ne pourra s’opérer qu’au lieu même où la collusion s’est faite. Or el
10lus le christianisme, qu’elles sont incapables de rupture, qu’elles ont passé au camp de l’ennemi, et depuis si longtemps qu’el
11avec lui-même, de s’arracher le cœur. Il n’y a de rupture possible qu’au nom de l’Évangile 2 . Elle ne peut se produire qu’entr
12a donc la forme et tel sera le premier lieu de la rupture nécessaire : la dénonciation d’une imposture, [p. 912] partout où la
13e la foi dans le langage du bonheur terrestre. La rupture que nous voulons [p. 913] n’aura de conséquences politiques que si no
14s entrée en collusion avec aucune durée, étant la rupture de toute durée. Mais dès lors nous savons le véritable nom de la rupt
15 Mais dès lors nous savons le véritable nom de la rupture, son lieu, son mode et son enjeu total : rétablir à chaque instant le
16! — et tel est aussi le mystère ; car cette seule Rupture effective surpasse absolument nos forces, en même temps qu’elle en ex
6 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
17eux sont les groupements politiques, résolus à la rupture, qui se réclament hautement de leur foi. Les éléments extrémistes de
18des camps de travailleurs. Mais les tentatives de rupture proprement théologiques nous paraissent encore plus significatives et
19que). C’est un document de premier ordre sur la « rupture » à laquelle nous travaillons tous ici. p. 1034 d. « Protestan
7 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
20uis », ou bien « Je chôme », et ce sont autant de ruptures et de séparations hargneuses, de constats d’injustice, d’isolement et
8 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
21’attaquer aux racines vives du désordre. La seule rupture véritable, efficace, est celle que nous opérons au cœur même du systè
22ant, à la construction d’un ordre qui implique la rupture totale avec le désordre régnant. Nous nous engageons donc dans une lu
9 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
23terrestre. Kierkegaard (Journal). La volonté de rupture est l’origine même du christianisme ; c’est pourquoi l’apparition d’u
24onnent d’une autorité que seule leur conférait la rupture initiale, — qu’enfin ils la bénissent, la sanctifient, et en son nom
25it eu cette preuve, aujourd’hui, d’une volonté de rupture, ce témoignage qui chaque fois qu’il est porté, rétablit le christian
26rter le coup ? qui dénoncer ? au nom de quoi ? La rupture ne pourra s’opérer qu’au lieu même où la collusion s’est faite. Or el
27lus le christianisme, qu’elles sont incapables de rupture, qu’elles ont passé au camp de l’ennemi, et depuis si longtemps qu’el
28avec lui-même, de s’arracher le cœur. Il n’y a de rupture possible qu’au nom de l’Évangile 25 . Elle ne peut se produire qu’ent
29a donc la forme et tel sera le premier lieu de la rupture nécessaire : la dénonciation d’une imposture, partout où la chrétient
30e la foi dans le langage du bonheur terrestre. La rupture que nous voulons n’aura de conséquences politiques que si nous posons
31s entrée en collusion avec aucune durée, étant la rupture de toute durée. Mais dès lors, nous savons le véritable nom de la rup
32Mais dès lors, nous savons le véritable nom de la rupture, son lieu, son mode et son enjeu total : rétablir à chaque instant le
33! — et tel est aussi le mystère ; car cette seule Rupture effective surpasse absolument nos forces, en même temps qu’elle en ex
10 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
34t, Plans, Réaction, par leur volonté proclamée de rupture, et plus encore par leurs revendications constructives, révèlent peut
35volution Française. La volonté, la possibilité de rupture, affirmée par les politiciens marxistes, mais niée en sous-main par l
11 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
36uis », ou bien « Je chôme », et ce sont autant de ruptures et de séparations hargneuses, de constats d’injustice, d’isolement et
12 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
37t pris position dans un numéro spécial intitulé : Rupture entre l’ordre chrétien et le désordre établi. Elle n’en reste pas moi
13 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
38ique, et faisant amende honorable. Ils étaient en rupture de bercail. Maintenant, tout est rentré dans l’ordre, les moutons se
14 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
39s ». Le seul événement extérieur de sa vie fut la rupture de ses fiançailles avec Régine Olsen. Mais son acte, après lequel il
15 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
40is incalculable, si l’homme est un événement, une rupture et une création, un fauteur de nouveauté pure, un poseur de questions
41 le temps pour initier un temps nouveau. De cette rupture, l’Histoire peut témoigner, mais après coup, car les effets seuls son
16 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
42 véritable transcendance. C’est là le point de la rupture avec tout humanisme imaginable — (l’homme sauvé par son progrès).
17 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
43 de qualité ; il n’y a pas une distance, mais une rupture — notre péché. Or, le péché, c’est notre pente naturelle. Et c’est el
18 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
44es. L’un des signes les moins équivoques de cette rupture avec le concret, c’est l’abus du langage « évocateur », vice d’évasio
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
45si Werther se jette dans le suicide à cause de sa rupture avec le monde. Qu’est-ce à dire ? c’est qu’il tombe en soi. Il n’y tr
20 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
46 le point de départ de toute sa réflexion, fut la rupture de ses fiançailles avec Régine. La cause intime de cette rupture nous
47fiançailles avec Régine. La cause intime de cette rupture nous demeure en partie mystérieuse 107  : c’est « le secret » essenti
21 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
48ique, et faisant amende honorable. Ils étaient en rupture de bercail. Maintenant, tout est rentré dans l’ordre, les moutons se
22 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
49le tourment innombrable et obsédant de l’amour en rupture de loi ? Ne serait-ce pas qu’on cherche à s’évader de son affreuse ré
50moins de ces catégories. Renoncements, compromis, ruptures, neurasthénies, confusions irritantes et mesquines de rêves, d’obliga
51e, enfin, n’est-ce que cela ? Un vilain mot ? Une rupture de contrat ? C’est cela aussi, ce n’est que cela dans trop de cas ; m
23 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
52l qu’en Europe. Là où l’Européen voit surtout une rupture créant un désordre social, et la perte d’un patrimoine de souvenirs e
24 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
53 le point de départ de toute sa réflexion, fut la rupture de ses fiançailles avec Régine. La cause intime de cette rupture nous
54fiançailles avec Régine. La cause intime de cette rupture nous demeure en partie mystérieuse : c’est « le secret » essentiellem
25 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
55 sécheresse générale, nécessairement suivie d’une rupture de digues et de l’irruption catastrophique des forces sombres dans la
26 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
56éruptive : les Illuminations naissent d’une telle rupture. Elles sont le champ même 13 où Rimbaud se livre à l’expérience spir
27 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
57s ». Le seul événement extérieur de sa vie fut la rupture de ses fiançailles avec Régine Olsen. Mais l’acte qui résume toute so
58rrait-il faire un acte ? Car l’acte est décision, rupture, isolation, quand l’être même du désespéré consiste dans ses liens, d
59il est un ordre, une Parole reçue d’ailleurs, une rupture de tout drame humain que nous puissions prévoir, désirer et décrire ;
60 nous puissions prévoir, désirer et décrire ; une rupture et une vision. La présence de l’absolu dans la sobriété parfaite et i
28 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
61 Réforme au sein de l’Église traditionnelle, sans rupture violente (surtout en Suède). Un contenu nouveau, calviniste ou luthér
29 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
62ce au détriment du sens ; de la tricherie ; de la rupture des liens. Et depuis lors, je vais criant : Renouez-le ! Renouez- le 
30 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
63t-elle, si nous nous suicidons au lendemain d’une rupture ou d’une trahison, c’est simplement que nous n’aimons pas à rester se
64 ne saurait être, comme chez nous, la douloureuse rupture d’une longue intimité, celle-ci n’existant pas en règle générale. Aux
65tal de souvenirs et d’habitudes communes, dont la rupture du couple entraînera la perte. En Amérique, tout cela pèse bien peu a
31 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
66Dans cet équilibre tendu, et sans cesse menacé de rupture au profit de l’un ou l’autre de ses éléments, réside le risque origin
67Le seul fait qu’un accord unanime — au lieu de la rupture trois fois risquée — ait couronné ces débats passionnés, est un résul
32 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
68cien idéal des libertés impériales. Plutôt qu’une rupture avec l’Empire, c’était comme on l’a écrit « un refus de s’intégrer à
33 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
69s. Le seul événement extérieur de ce drame fut la rupture de ses fiançailles avec Régine Olsen, crise initiale qui libéra le ja
70faut garder tout en essayant de le faire deviner, rupture des fiançailles, enfin dénonciation éclatante d’une usurpation que to
71s les deux cas. Kierkegaard s’est expliqué sur la rupture de ses fiançailles avec Régine. Il s’est expliqué, peut-on dire, dans
72ailles et l’analyse interminable des motifs de la rupture. Shakespeare, au contraire, ne motive guère l’attitude d’Hamlet à l’é
34 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
73oyances inspiratrices. Si tant de négations et de ruptures, tant de refus de prendre la suite de quoi que ce soit, de ressembler
35 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
74pénétré de conceptions du type oriental. C’est la rupture avec cet « Orient »-là, consécutive à la Renaissance, et consommée dè
36 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
75hisme concret, sans issue, conduisant à l’idée de rupture nécessaire. Comment dire la vérité dans le monde communiste ? — Le p
37 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
76ne tension toujours menacée de relâchements ou de ruptures, lorsque l’un de ses pôles vient à faiblir ou subitement se laisse ab
38 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
77 nouvelle du temps des hommes, est née de la même rupture des grands rythmes cosmiques et des fatalités astrologiques, et de la
78un avatar ni de l’épiphanie d’un archétype. Cette rupture du Cercle cosmique livre l’homme à l’imprévisible, c’est-à-dire à la
39 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
79pénétré de conceptions du type oriental. C’est la rupture avec cet « Orient »-là, consécutive à la Renaissance, et consommée dè
40 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
80 nouvelle du temps des hommes, est née de la même rupture des grands rythmes cosmiques et des fatalités astrologiques, et de la
81un avatar ni de l’épiphanie d’un archétype. Cette rupture du Cercle cosmique livre l’homme à l’imprévisible, c’est-à-dire à la
41 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
82’est plus seulement transmission mais critique et rupture s’il le faut ; qui n’est plus seulement initiation mais invention. Ce
42 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
83s. Le seul événement extérieur de ce drame fut la rupture de ses fiançailles avec Régine Olsen, crise initiale qui libéra le ja
84faut garder tout en essayant de le faire deviner, rupture des fiançailles, enfin dénonciation éclatante d’une usurpation que to
85s les deux cas. Kierkegaard s’est expliqué sur la rupture de ses fiançailles avec Régine. Il s’est expliqué, peut-on dire, dans
86ailles et l’analyse interminable des motifs de la rupture. Shakespeare, au contraire, ne motive guère l’attitude d’Hamlet à l’é
43 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
87 ses œuvres, comme autant de justifications de la rupture et d’assurances de sa fidélité. « Qui comprendra cette contradiction
88pourvues de péripéties extérieures. Pour l’un, la rupture des fiançailles, l’attaque finale contre l’Église et la mort à quaran
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
89ns. Elle est conservatrice, et elle accomplit les ruptures les plus radicales. Elle connaît la paix du recueillement religieux,
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
90ccrocher à un passé quelconque. Parfois aussi, la rupture résulte d’un choc entre l’Est et l’industrialisation importée de l’Ou
91ui dans le domaine culturel se traduisent par une rupture d’autant plus brutale avec toutes les traditions : tel ou tel produit
46 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
92 ses œuvres, comme autant de justifications de la rupture et d’assurances de sa fidélité. « Qui comprendra cette contradiction
93pourvues de péripéties extérieures. Pour l’un, la rupture des fiançailles, l’attaque finale contre l’Église et la mort à quaran
47 1963, Preuves, articles (1951–1968). Une journée des dupes et un nouveau départ (mars 1963)
94ient de lire, j’ai ressenti comme une blessure la rupture du 29 janvier, c’est à cause de l’enquête menée par Encounter auprès
48 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
95 perpétuité », a subsisté sans variations et sans rupture jusqu’à nos jours. Devenue lentement invisible dans la complexité et
49 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
96 meilleur, le plus actif et le plus déchirant, la rupture et la découverte, l’évasion qui se mue en invasion, tandis qu’entre l
97rent de ses données natives et par une volonté de rupture. On ne saurait lui reprocher cette nouvelle tactique conformiste, pui
98. Carl Gustav Jung, dans le même temps (après sa rupture avec Freud), redécouvrait le phénomène religieux dans toutes ses dime
50 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
99uvre Vivaldi, Monteverdi, les Flamands. Ainsi, de rupture en révolution, l’art occidental renoue et enrichit sa tradition, la r
100nt date, marquant un tournant, une nouveauté, une rupture, un nouveau départ, etc. C’est l’équivalent de l’histoire événementie
51 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
101 de l’UEF aient décidé ce jour-là d’annoncer leur rupture éclatante avec « l’ancien personnel politique », et leur volonté d’as
102l’inverse, qui était ce que redoutaient en cas de rupture les fédéralistes hollandais et anglais : la mainmise de la droite lib
52 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
103uvre Vivaldi, Monteverdi, les Flamands. Ainsi, de rupture en révolution, l’art occidental renoue et enrichit sa tradition, la r
104nt date, marquant un tournant, une nouveauté, une rupture, un nouveau départ, etc. C’est l’équivalent de l’histoire événementie
53 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.8. Il n’y a pas de « musique moderne »
105oyances inspiratrices. Si tant de négations et de ruptures, tant de refus de prendre la suite de quoi que ce soit, de ressembler
54 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
106ique, et faisant amende honorable. Ils étaient en rupture de bercail. Voici venir le temps des vrais dangers, c’est-à-dire des
55 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Les grandes béances de l’histoire (printemps 1974)
107 à « l’atomisation sociale », c’est-à-dire à « la rupture de tous les liens particuliers entre les hommes, qui ne sont plus ten
56 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
108mme » à l’homme régénéré, il est décrit comme une rupture, comme une métamorphose subite. Saul de Tarse devient Paul l’Apôtre d
109ernité » d’une époque, — « modernité » au sens de rupture de la tradition, d’où les condamnations répétées de l’Église contre l
110e « bond en avant » (marquant ainsi sa volonté de rupture avec le passé, non plus d’évolution harmonieuse). Puis il parlera de
57 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
111in de paille sur le chameau surchargé au point de rupture… Il devient chaque année plus visible que le complexe État-nation — A
58 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
112utre, c’est l’absence de rythmes vivants, ou leur rupture fréquente et arbitraire. En d’autres termes, c’est la mécanisation de
59 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
113ue au monde, d’une nation qui s’est constituée en rupture de passé et pour l’avenir 181 . Goethe l’en félicitait dans un poème
114es pères le furent 182  ». Mais les Américains en rupture de passé n’ont pu faire autrement que d’improviser sur table rase. Le
60 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
115a conjonction de l’explosion démographique, de la rupture des équilibres habitués, de la [p. 154] destruction des forêts, du la