1 1924, Articles divers (1924–1930). Conférence de Conrad Meili sur « Les ismes dans la peinture moderne » (30 octobre 1924)
1derne » (30 octobre 1924) b Lundi soir, dans la salle du Lyceum, M. Conrad Meili parla des écoles qui représentent la peint
2 1926, Articles divers (1924–1930). L’Atmosphère d’Aubonne : 22-25 mars 1926 (mai 1926)
2it pendant quelques nuits la vision étrange d’une salle où les spectateurs étendus en pyjamas sur des paillasses attendraient
3 1927, Articles divers (1924–1930). Conférence d’Edmond Esmonin sur « La révocation de l’Édit de Nantes » (16 février 1927)
3ettres de Grenoble, traita mardi soir à la Grande salle des Conférences, devant un très bel auditoire, est un des plus passio
4 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
4s. Actuellement, Meili achève la décoration d’une salle d’hôtel en collaboration avec Paul Donzé. Qui eût cru que ce paysagis
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
5de. Juxtaposez trente enfants sur les bancs d’une salle d’école, vous n’aurez [p. 30] rien qui ressemble en quoi que ce soit
6 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
6e chanson populaire, et à l’autre extrémité de la salle, par-dessus la rumeur des clients, le violoncelle répond de sa voix p
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
7un ancien couvent. Nous pénétrons dans une grande salle vivement éclairée. Murs chaulés, et de nouveau de hautes voûtes. Une
8utour d’une table et nous voyons, au milieu de la salle, un arbre de Noël aux amples branches rayonnantes, dans une gloire de
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
9rait marquant de l’âme allemande : le choix de la salle, les sujets abordés, jusqu’à la stature du conférencier en témoignent
10aître, a su, par trois fois, tenir en haleine une salle énorme en parlant avec sérieux de problèmes essentiels : c’est une pe
9 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
11Il faudrait aller au bar installé dans une petite salle où trépigne un orchestre russe, et y boire des liqueurs transfigurant
12t comme des reflets sur le parquet, venir par une salle vide où pénètre le ciel pâli. Transparents sous les lumières qui déjà
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
13un ancien couvent. Nous pénétrons dans une grande salle vivement éclairée. Murs chaulés, et de nouveau de hautes voûtes. Une
14utour d’une table et nous voyons, au milieu de la salle, un arbre de Noël aux amples branches rayonnantes, dans une gloire de
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
15tout le monde se réunit en silence dans la grande salle du château. Une douzaine de domestiques, homme et femmes, pénètrent p
12 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
16 prennent leur revanche, dans la laideur de cette salle que le président de la Cour s’obstine à nommer pompeusement « cette e
17ine à nommer pompeusement « cette enceinte ». Une salle carrée, laide de cette laideur pauvre et presque abstraite qui symbol
13 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
18e le crains. Ils criaient, mais restaient dans la salle, où l’on pouvait les applaudir. On les trouvait plus amusants que les
14 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
19ns où se présenteront les grandes découvertes, de salles destinées aux chercheurs de tous les pays, qui viendront se retremper
15 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
20s places de la ville, depuis le matin, et dans 45 salles où les formations d’assaut avaient leur « appel général », des dizain
16 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
21de Pathé-Baby organisée par l’instituteur dans la salle de l’école des garçons. Il me tardait de voir une fois les habitants
22nore, des applaudissements éclatent au fond de la salle. Le jeune orateur électrisé se lance dans une définition vibrante de
23n gros succès. En sortant, nous passons devant la salle du curé, qui donne aussi ce soir une séance de cinéma. On entend rire
24ance à ce qui l’entoure : appartements et grandes salles de châteaux ; chambre encombrée de livres et de papiers ; cuisines pa
25ises l’autre soir sur la conférence à A. — Grande salle de la Mairie, voûtée, peinte en bleu clair. Une table et trois chaise
26asquette. Coups d’œil malicieux aux copains de la salle. Le président se lève : « Messieurs et dames, vous m’excuserez de ne
27e embarrassé. Enfin un type se lève au fond de la salle et demande « s’il n’y a pas des contradictions dans la Bible ». Suit
28le !… je revoyais cette centaine d’hommes dans la salle nue. Leur méfiance ou leur timidité, ou aussi leur fatigue après une
29uageux et sous une trouée d’or, la mer. La petite salle des cours ruraux peut contenir une centaine d’auditeurs. L’orateur do
30é). Quand j’ai projeté sur la paroi blanche de la salle la photo de Kalinine, président de l’URSS, debout dans un champ en co
31mais c’est très long. Aucun bruit de voix dans la salle de la caisse. Le client est-il sorti ? Quel peut bien être le motif d
32aiment pas qu’il y ait d’autres personnes dans la salle quand ils payent ou quand ils touchent de l’argent. C’est qu’ils sont
33rs de venir à la banque. Ici, on a dû faire cette salle d’attente… » Autant que j’en puis juger d’après les propos du gérant,
17 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
34ntretiens qu’il organise le samedi soir, dans une salle attenante au temple, pour les hommes de sa paroisse. [p. 165] « C’es
35evaient de boire leur tasse de café au fond de la salle, dans un coin arrangé en cabinet de lecture. Journaux et illustrés, q
36urgeois… J’ai parlé en plein air, dans de grandes salles publiques, dans une cuisine de paysans, dans un temple, dans un café,
37e paysans, dans un temple, dans un café, dans une salle d’Université… Cui bono ? À qui le bénéfice ? À moi d’abord, très cer
38esque nécessairement l’entretien institué dans la salle se prolonge en conversations pendant qu’on remet son pardessus ou qu’
39s d’une réunion populaire qui s’est tenue dans la salle désaffectée [p. 222] d’un cinéma. (J’avais omis de noter ce fait curi
18 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
40de Pathé-Baby organisée par l’instituteur dans la salle de l’école des garçons. Il me tardait de voir une fois les habitants
41nore, des applaudissements éclatent au fond de la salle. Le jeune orateur électrisé se lance dans une définition vibrante de
42n gros succès. En sortant, nous passons devant la salle du curé, qui donne aussi ce soir une séance de cinéma. On entend rire
43ises l’autre soir sur la conférence à A… … Grande salle de la mairie, voûtée, peinte en bleu clair. Une table et trois chaise
44 [p. 830] Coups d’œil malicieux aux copains de la salle. Le président se lève : « Messieurs et dames, vous m’excuserez de ne
45e embarrassé. Enfin un type se lève au fond de la salle et demande « s’il n’y a pas des contradictions dans la Bible ». Suit
46… » ; je revoyais cette centaine d’hommes dans la salle nue. Leur méfiance ou leur timidité, ou aussi leur fatigue après une
47uageux et sous une trouée d’or, la mer. La petite salle des cours ruraux peut contenir une centaine d’auditeurs. L’orateur do
48é). Quand j’ai projeté sur la paroi blanche de la salle la photo de Kalinine, président de l’URSS, debout dans un champ, en c
19 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
49urgeois… J’ai parlé en plein air, dans de grandes salles publiques, dans une cuisine de paysans, dans un temple, dans un café,
50e paysans, dans un temple, dans un café, dans une salle d’Université. Cui bono ? À qui le bénéfice ? À moi d’abord, très cer
51esque nécessairement l’entretien institué dans la salle se prolonge en conversations pendant qu’on remet son pardessus ou qu’
20 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
52t. Cette tempête autour d’un verre d’eau, dans la salle étouffante de la rue Visconti, nous apprend tout de même quelque chos
21 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
53mais c’est très long. Aucun bruit de voix dans la salle de la caisse. Le client est-il sorti ? Quel peut être le motif de cet
54aiment pas qu’il y ait d’autres personnes dans la salle quand ils payent ou quand ils touchent de l’argent ! C’est qu’ils son
55rs de venir à la banque. Ici, on a dû faire cette salle d’attente… » Autant que j’en puis juger d’après les propos du gérant,
22 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
56(Geste de barrage.) Nous pénétrons dans la grande salle. Ils sont en effet une quarantaine au plus, trois ou quatre en unifor
57annonçaient un appel général du Parti dans les 45 salles de la ville, pour la même heure. Avec tout ce que les trains spéciaux
58s au dehors. Les lampes à arc s’éteignent dans la salle, tandis que des flèches lumineuses s’allument sur la voûte, pointant
23 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
59 de Wagner peut être impunément repris devant des salles émues en toute sécurité ; si forte est la certitude générale que pers
24 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
60. Vous l’éprouverez sans doute comme moi dans les salles d’actualités, à considérer le public quand passe le film des funérail
25 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
61autres brumes, dernier îlot d’un autre monde, une salle éclairée, un public dont j’ignorais et le visage et les soucis, et de
62la neige, d’autres hommes seraient assis dans une salle bien chauffée, et je leur parlerais de la culture… Quel sens pouvait
26 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
63Je vois des gens qui hésitent entre deux types de salle de bain, l’une coûtant 300 fr. de plus que l’autre, et qui se désabon
27 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
64ur au jeu de cartes, rouge ou noir. J’arrive à la salle de lecture. Il n’y avait que des feuilles de papier blanc sur les tab
28 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
65as, on erre dans un bain de vapeur, cherchant les salles réfrigérées où l’on entre le souffle coupé et d’où l’on ressort avec
29 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
66rs. Je vais parfois les regarder dans les grandes salles populaires de Broadway, où des centaines de jeunes filles en jupes tr
67ur rêver, pour danser. Ils rêvent dans toutes les salles de cinéma. Ils marchent dans la rue en chantonnant leurs mélodies tou
30 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
68ropéen d’avant la guerre, projeté dans une petite salle de rétrospective, à New York, me semble en comparaison fait de bric e
69comme il entraîne ! Je rentre après cela dans une salle de Broadway : tout y marche et ronronne comme un moteur de luxe, tout
31 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
70pèce de journal d’attente, — comme on parle d’une salle d’attente. Entre deux trains, entre deux œuvres, mais surtout : — ent
32 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
71agages, noirci d’humidité (il fait une chaleur de salle de bain) et les dimensions ont changé… Tout le monde regarde du même
33 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
72e de bâtir. Beaucoup passent leurs nuits dans des salles d’attente, sachant qu’il ne vient plus de trains, dormant le long des
73 Nicolas de Flue à Carnegie-Hall, la plus grande salle de concerts de la ville. Triomphe de la musique d’Honegger. Salué pou
34 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
74un petit restaurant, au bas de Madison Avenue. La salle étroite et profonde paraît vide. Il doit être environ neuf heures et
75 seuil : va-t-on me servir encore ? Au fond de la salle, deux hommes et une femme attablés causent et boivent. L’un des homme
76e micro. Cependant que s’affairent dans la grande salle centrale d’anciens collaborateurs des Nouvelles Littéraires, du Collè
77e, apparaît vers cinq heures au fond de la grande salle. Il vient nous prêter sa voix noble, agrémentée d’un léger sifflement
78in de causer. Trente machines à écrire dans cette salle, en contrepoint avec deux télétypes, visières vertes aux fronts sous
79as, on erre dans un bain de vapeur, cherchant les salles réfrigérées où l’on entre le souffle coupé et d’où l’on ressort avec
35 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
80eux en Europe !) Il y a des chambres, et même des salles de bain. Mais comment dormirais-je cette nuit ? J’arrive au rendez-vo
81c’était bien, finalement, Lord Cecil… Un tiers de salle, un ton d’obsèques officielles mais sans tristesse. Ce fut une glorie
36 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
82eux en Europe !) Il y a des chambres, et même des salles de bain. Mais comment dormirais-je cette nuit ? J’arrive au rendez-vo
37 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
83c’était bien, finalement, lord Cecil… Un tiers de salle, un ton d’obsèques officielles mais sans tristesse. Ce fut une glorie
38 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
84in, et toute l’église apparaît transformée en une salle de banquet silencieux. Partout, des chœurs en robe, des fleurs, des c
39 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
85rs. Je vais parfois les regarder dans les grandes salles populaires de Broadway, où des centaines de filles en jupes très cour
86, pour danser. [p. 22] Ils rêvent dans toutes les salles de cinéma. Ils marchent dans la rue en chantonnant leurs mélodies tou
40 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
87ropéen d’avant la guerre, projeté dans une petite salle de rétrospectives, à New York, me semble en comparaison fait de bric
88entraîne ! [p. 71] Je rentre après cela dans une salle de Broadway : tout y marche et ronronne comme un moteur de luxe, tout
89sion. Ou à cet autre fait que, dans le jargon des salles de rédaction américaines, un reportage s’appelle [p. 92] une « histoi
90in, et toute l’église apparaît transformée en une salle de banquet silencieux. Partout, des chœurs en robe, des fleurs, des c
41 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
91 séparé du divorce que par le temps de changer de salle, et c’est le même juge — passant par l’autre porte — qui légalisera l
42 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
92arle devant un micro, et la voix me revient de la salle : « The task before us, at this congress, is not only to raise the vo
93vant nous, tout autour de nous, dans cette grande Salle des Chevaliers, qui est celle d’un très vieux Parlement, mille person
94 [p. 128] Tout à l’heure, nous avons traversé la salle en procession, Churchill et sa femme conduisant. Il y avait des fleur
43 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
95r les États-Unis d’Europe. Le 7 mai 1948, dans la Salle des Chevaliers du Parlement néerlandais, s’ouvrait le Congrès de l’Eu
96ux, nous avions tenu nos séances dans une modeste salle d’hôtel. À Rome, on nous offrit le Palais de Venise et toutes ses sal
97 on nous offrit le Palais de Venise et toutes ses salles immenses, restées vides depuis la fuite du dernier locataire. L’une d
98eur, et les séances plénières eurent lieu dans la salle même du Grand Conseil fasciste, sur les murs de laquelle on avait sub
44 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
99u’à nos jours dans les foyers suisses et dans les salles d’école, le souvenir de trois députés des cantons fondateurs de la Co
45 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
100 suisse ». Les bâtiments publics : postes, gares, salles d’attente de tramways, les installations d’éclairage et de téléphone,
46 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
101u Testament que le salon du petit bourgeois ou la salle de jeu des enfants aux décisions les plus terribles de la réalité la
47 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
102t de se tenir dans la même ville et la même noble Salle des Chevaliers. Le Congrès de 1948 avait pour mission de donner le co
48 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
103ue composée avant l’an 1900 : tous les soirs, les salles étaient pleines. Il y a là, semble-t-il, un bel encouragement pour ce
49 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
104s moyens de l’érotisme sont la littérature, les « salles obscures », les arts plastiques (dont la photographie), la musique po
50 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
105u Testament que le salon du petit bourgeois ou la salle de jeu des enfants aux décisions les plus terribles de la réalité la
51 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
106viter des discussions au sujet des préséances, la salle pourrait être ronde et comporter diverses entrées et sorties pour emp
52 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
107en commun si la table sera ronde ou carrée, si la salle aura plus ou moins de portes, si un tel plénipotentiaire aura le visa
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
108nbee, l’histoire universelle est comme une grande salle d’hôpital comptant vingt et un lits. La plupart des occupants sont dé
54 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
109ngrès des Fédéralistes européens. Au sortir de la salle, je fus présenté à un personnage d’âge indéfinissable, appuyé sur une
110ent. Puis il réunit tout son monde dans une belle salle, retourne s’asseoir à sa petite table, commande une fine à l’eau, et
55 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
111mande un passeport européen. Et il suggère que la salle des séances de la Diète européenne soit ronde, et non carrée, et perc
56 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
112étage. Je pousse des portes et me trouve dans une salle de théâtre, vide de sièges. Groupes de jeunes filles assises sur le p
113atin, j’assiste à une classe de creative writing. Salle meublée comme un salon. Le professeur (qui est un poète) s’assied sur
114es lettres sur une affiche. « À 3 heures, dans la Salle de Bal, D. de R., président du Congrès pour la liberté de la culture,
115 elle croit que c’est fait… À 3 heures, la grande salle est pleine ; et l’on me conduit sur l’estrade. Fragments d’interventi
116z pas ma permission pour aimer les Russes ! » (la salle croule.)      Un couvent laïc. — Près de Stanford, autre université
117nt. Un club-house domine la colline : restaurant, salles de réunions, piscine, en style champêtre ultramoderne. Tout autour, s
57 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
118 accueilleraient le touriste à l’entrée de chaque salle : Guillaume Tell, père de la plus vieille démocratie, ce petit peuple
58 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
119es. (Seules n’auront pu varier les dimensions des salles de la Sorbonne, où déjà les étudiants s’écrasent une heure avant les
120oupe de bâtiments contient la bibliothèque et les salles de colloques. La commune, gouvernée par le recteur, jouit d’un statut
59 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
121es. (Seules n’auront pu varier les dimensions des salles de la Sorbonne, p. ex. où déjà les étudiants s’écrasent une heure ava
122oupe de bâtiments contient la bibliothèque et les salles de colloques. La commune, gouvernée par le Recteur, jouit d’un statut
60 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
123atmosphère à la fois fastueuse et rude des hautes salles carrées qui occupent le centre de chaque étage et autour desquelles s
61 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
124se suisse. Les bâtiments publics : postes, gares, salles d’attente de tramways, les installations d’éclairage et de téléphone,
62 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
125ys, dans les trains et dans les bureaux, dans les salles de conseils d’administration et dans les cafés, sur les billets de ba
63 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
126 accueilleraient le touriste à l’entrée de chaque salle : Guillaume Tell, père de la plus vieille démocratie, ce petit peuple
64 1966, Preuves, articles (1951–1968). André Breton (novembre 1966)
127e, apparaît vers cinq heures au fond de la grande salle. Il vient nous prêter sa voix noble, agrémentée d’un léger sifflement
128in de causer. Trente machines à écrire dans cette salle, en contrepoint avec deux télétypes. Visières vertes aux fronts sous
65 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
129une table, oui, mais sur une scène, et face à une salle archicomble. Je n’ai en main qu’un texte encore plus condensé qu’à mo
130 Congrès. À Londres, le 26 avril, dans une petite salle du palais de la Chambre des Communes, je me vis en présence d’un grou
131 parle dans un micro, et la voix me revient de la salle : “The task before us, at this congress, is not only to raise the voi
132vant nous, tout autour de nous, dans cette grande salle des Chevaliers, qui est celle d’un très vieux Parlement, mille person
133présidents et rapporteurs, nous avons traversé la salle en procession, Churchill et sa femme conduisant. Il y avait des fleur
134 Duncan Sandys désirait me voir d’urgence dans la salle des Chevaliers, où la séance plénière de la section économique prenai
135lques secondes toutes les lumières. Au fond de la salle, près de l’entrée principale, je trouvai Duncan et son beau-frère Ran
136eeland, qui étaient à la tribune. Dans une petite salle près de l’entrée, nous nous assîmes à six ou sept, et après dix minut
137x de la main afin que personne ne se lève dans la salle. J’eus une faible revanche (mais seulement d’amour-propre), pendant q
138 décembre 1948, ils avaient tenu à Rome, dans les salles du Palais de Venise, un grand congrès riche en péripéties dramatiques
66 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
139r les États-Unis d’Europe. Le 7 mai 1948, dans la Salle des Chevaliers du Parlement néerlandais, s’ouvrait le Congrès de l’Eu
140s [p. 7] avions tenu nos séances dans une modeste salle d’hôtel. À Rome, on nous offrit le Palais de Venise et toutes ses sal
141 on nous offrit le Palais de Venise et toutes ses salles immenses, restées vides depuis la fuite du dernier locataire. L’une d
142eur, et les séances plénières eurent lieu dans la salle même du Grand Conseil fasciste, sur les murs de laquelle on avait sub
67 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.3. Conclusions sur l’avenir et la liberté de la culture
143se termina le 30 mai 1952 par une conférence à la Salle Pleyel. Des deux courts textes ici reproduits, le premier introduisai
68 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
144oupe de bâtiments contient la bibliothèque et les salles de colloques. La commune, gouvernée par le Recteur, jouit d’un statut
69 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.8. Il n’y a pas de « musique moderne »
145ue composée avant l’an 1900 : tous les soirs, les salles étaient pleines. Il y a là, semble-t-il, un bel encouragement pour ce
70 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
146 de ce siècle, la musique était confinée dans les salles de concert, séparée de sa vie, j’entends des cadres architecturaux, d
71 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Confrontation des régions transfrontalières [Note liminaire] (été 1972)
147’Europe, les séances plénières ayant lieu dans la salle de l’Assemblée consultative. Avec l’autorisation des organisateurs, n
72 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
148 sur une terrasse d’auberge, sur un pré, dans une salle de bal du seul hôtel. Depuis, Molden et ses amis 1 — qui n’étaient e
149Le 12 octobre à 9 h du matin, dans une très vaste salle décorée de fresques de la somptueuse Fondation Cini, j’ai introduit l
150 communautaire, sommé de dire aux militants de la salle ce qu’ils devaient et pouvaient faire, il revint à la tribune, se tut
73 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
151s’était fait protestant, et qui écrivait dans les salles du British Museum, pour le New York Daily Tribune (grand organe du ca
74 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
152erritoire de trois départements 53 . Voix dans la salle : « Pourquoi faut-il absolument de grandes centrales ? On dirait que
75 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
153s au-dehors. Les lampes à arc s’éteignent dans la salle tandis que des flèches lumineuses s’allument sur la voûte, pointant v
76 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
154 l’Hôtel de Ville, l’école, le théâtre ou quelque salle publique. Et les tensions bi- ou multilatérales entre les entités sym
77 1977, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La réponse de Denis de Rougemont (1977)
155toutes affaires cessantes, à peine sorti de cette salle. Une seule ombre au tableau : l’idée que les trois réalisateurs de l’
78 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
156la création ne se trouvent pas seulement dans les salles des musées d’ethnographie, écrit Paul Klee ; elles sommeillent égalem
79 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
157lais de TV, des cars de police (vides), voire une salle de musée d’histoire exaltant les victoires d’un tyran, d’une part, — 
80 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Université par l’Europe et vice-versa (hiver 1979)
158ique des scolastiques. Ils se réunissent dans des salles exiguës, déménagent de quartier, voire émigrent dans une autre ville
81 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
159fasciste, il m’aurait attaqué ou aurait quitté la salle. Une certaine honnêteté régnait alors dans le milieu intellectuel. S’
82 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
160un petit restaurant, au bas de Madison Avenue. La salle étroite et profonde paraît vide. Il doit être environ neuf heures et
161 seuil : va-t-on me servir encore ? Au fond de la salle, deux hommes et une femme attablés causent et boivent. L’un des homme
83 1984, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Philosophie et énergie nucléaire : une mise au point (28 juin 1984)
162n de la Confédération jusque dans nos cuisines et salles de bains. » Je n’ai pas à entrer en discussion avec un directeur qui
163conférence dont voici le début : Dans cette même salle, à cette même place, au mois de juin 1958, il y a donc un peu plus de
84 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
164is prononcé sous le dais majestueux de cette même salle des Chevaliers — le Ridderzaal — qui fut le siège de notre manifestat
165u grand escalier de l’université qui conduit à la salle où se tient l’assemblée, le premier rencontré se trouve être Coudenho
166rc, en face du Palais de l’Europe, fut aménagé en salle de parlement pour les séances du conseil contestataire. Tous les fédé
167, par exemple — occupaient les trois quarts de la salle, les premiers rangs étant réservés aux députés de l’Assemblée dont on