1 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
1uatre anciens Bellettriens célèbrent les rites du Sapin vert. À ce moment apparaît Charles Du Bos, en kimono de soie « capsta
2 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
2rice ; — puis le contraste d’un massif central de sapins et de lacs secrets, cœur noir et tourmenté du continent, — cette régi
3 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
3es qui prient dans des chapelles envahies par les sapins. C’est dans une lettre de l’auteur de la Rose de Thuringe. J’ai répo
4 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
4t il n’y eut plus qu’une piste de terre entre les sapins noirs, la rumeur du rivage et du soleil derrière nous décroissant, tu
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
5re anciens Belletriens 21 célèbrent les rites du Sapin Vert. Ô glossolalies amoureuses, ô sirènes mal défendues, parmi les e
6 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
6ves s’est ainsi réalisé : écrire sur une table en sapin, dans une vaste pièce vide, aux murs nus et aux fenêtres ouvertes, ou
7 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
7tures illuminées en plein midi, dans un parfum de sapin frais. « O Heil’ge Nacht ! », ô sainte nuit d’intimité, où de nouveau
8 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
8ste, je débouche en écartant les branches de deux sapins pleureurs, et je constate que mes hommes ont cessé de creuser leur tr
9 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
9rairies montent jusqu’aux lisières de la forêt de sapins couronnant le Gurten. Toutes les demi-heures, des avions passent, vol
10 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
100 Un vrai Noël. — À chaque porte une couronne de sapin enrubannée, dans chaque maison, près de la fenêtre, un petit arbre où
11 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
11 plaines neutres, forêts de chênes [p. 194] et de sapins. Puis lentement ce paysage intermédiaire se colore, s’illumine et pré
12 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
12 par des boiseries sombres, ornées de branches de sapin de Noël. Et partout, dans tous ces sanctuaires, le même parfum de chê
13 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
13 par des boiseries sombres, ornées de branches de sapin à Noël. Et partout, dans tous ces sanctuaires, le même parfum de chên
14 1948, Suite neuchâteloise. I
14n son cœur le cirque proche des crêtes dentées de sapins noirs, fermer les yeux pendant les treize [p. 15] tunnels, dans le lo
15 1948, Suite neuchâteloise. VIII
15Pour ma part, [p. 84] j’ai trop peu vécu sous les sapins, dans les vallées du Jura. J’y suis né, certes, mais les vraies patri
16u-Van, à travers les grands pâturages parsemés de sapins majestueux et coupés çà et là de murs bas faits de grosses pierres en
16 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
17ues, des épées ? Vous mettrez une petite boîte de sapin que vous appellerez l’urne du scrutin, et de [p. 255] cette boîte, il
17 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
18ux nordiques et rhénans — collines où montent les sapins en bataillons noirs et pensifs s’arrêtant au sommet d’un seul coup —
19ivit au Locle La petite Sirène. Des bataillons de sapins noirs montent la garde sur les flancs de la vallée. Vers la fin du xi
18 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
20, dans des pâturages d’un vert cru, des forêts de sapins, et quelques petits névés enveloppant un pic rocheux à l’extrémité su