1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1rais bien aussi un « Nietzsche » à fond plat. Des saules se penchent vers l’eau lente. Sur l’autre rive qui est celle d’une lo
2 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
2rais bien aussi un « Nietzsche » à fond plat. Des saules se penchent vers l’eau lente. Sur l’autre rive qui est celle d’une lo
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
3muse un jour à effeuiller une [p. 243] branche de saule sur un ruisseau, attachant une idée à chaque feuille que le courant e
4 choses d’aussi peu de valeur que mes feuilles de saule. » Le reste de la page, admirable, jusqu’aux fameux orages désirés 16
4 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Souvenir de la paix française (15 mars 1941)
5du vers la vallée de l’Yerre, qui coule entre des saules et des peupliers blancs. Il faisait lourd et doux, le goudron de la r
5 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
6s vers la vallée de l’Yerres, qui coule entre des saules et des peupliers blancs. Il faisait lourd et doux, le goudron de la r
6 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
7c d’un bleu violent où nagent des cygnes sous les saules pleureurs, s’élèvent les résidences d’été des « vieux » milliardaires
7 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
8es, sur un tertre entouré d’un ruisseau, piqué de saules pleureurs et de chênes dorés. Quatre chambres fleuries d’abondants ch
8 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.5. Les étymologies
9ec euboea) il peut aussi signifier « bon pour les saules » c’est-à-dire « bien irrigué ». Le saule régit le cinquième mois de
10ur les saules » c’est-à-dire « bien irrigué ». Le saule régit le cinquième mois de l’année sacrée 23 et il est associé à la
11thien d’Europe était Hellotis, qui évoque Helice (saule) ; Hellé et Hélène sont un seul et même personnage divin. Callimaque,
9 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
12pente de Villeneuve à Montreux, palmiers, tennis, saules pleureurs dans l’eau sombre… Été ce matin à la commission économique,
10 1968, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Hölderlin dans le souvenir des noms splendides (1968)
13le et sa rivière « avec ses prés charmants et les saules des rives ». Neckar imaginé comme enfance perdue, mais aussi comme ai