1 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
1e calcination a été très profitable à mon âme… Le Sauveur m’a enfin attrapé ; je courais trop vite pour lui, il m’a saisi par l
2 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
2 connaît entièrement dépendant de la grâce de son Sauveur, un homme qui sait que son salut ne dépend pas du monde, comment voul
3 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
3négation d’un mal, et ce n’est pas encore le bien sauveur ! Voici notre erreur perpétuelle : nous peignons notre état un peu pl
4 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
4digieuse se détachant sur le ciel noir désigne le Sauveur en croix : « Il faut qu’il croisse et que je diminue. » C’est donc so
5 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
5re, l’un seulement devient le contemporain de son Sauveur. Ce dernier exemple fait sentir l’échec final de toute méthode histor
6 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
6jamais les mérites acquis, par les souffrances du Sauveur : elles seraient au contraire tout imparfaites si la raison des scola
7rahit. Reprenons donc la page de Bossuet : « … Le Sauveur a-t-il voulu laisser aux hommes à distinguer par leur propre sens ce
8ions-nous donc d’accord ? Lisons plus loin : « Le Sauveur n’a-t-il pas voulu au contraire leur faire voir [aux apôtres] qu’il l
7 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
9la guérison de nos passions viendra de l’État, ce Sauveur anonyme qui assumera le poids de toutes nos fautes, et de la faute in
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
10 Ainsi lamente le Moi spirituel d’un disciple du sauveur Manès, dans l’hymne du Destin de l’Âme. L’élan de l’âme vers la Lumiè
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
11ressant de sa culpabilité morale. Elle se rend au sauveur terrible et le nomme son libérateur dans l’instant même qu’il l’encha
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
12la guérison de nos passions viendra de l’État, ce Sauveur anonyme qui assumera le poids de toutes nos fautes, et de la faute in
11 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
13sèbe, qu’on le coupe en morceaux ! Il a divisé le Sauveur, qu’on le divise lui-même ! » Des rédactions improvisées à la dernièr
12 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
14sèbe, qu’on le coupe en morceaux ! Il a divisé le Sauveur, qu’on le divise lui-même ! » Des rédactions improvisées à la dernièr
13 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
15r les portes de l’Océan pour y faire passer notre Sauveur Jésus-Christ vers ces [p. 151] pays et royaumes lointains jusqu’alors
14 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
16comme l’Être originel, le Créateur du monde et le sauveur d’Israël, mais que le Nouveau Testament révèle au cœur de tous les ho
15 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
17orée de [p. 42] la naissance et de la présence du Sauveur du monde pendant le cours de sa vie mortelle : l’Europe dira que c’es
16 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
18t, les Chrétiens qui se glorifient du nom de leur Sauveur ont sacrifié son crédit et sa dignité à leurs passions du monde aussi
17 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
19ment : demandez aux prêtres. On a évoqué tous les sauveurs, les fondateurs, les protecteurs, les martyrs, les héros, les pères d