1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conseils à la jeunesse (mai 1927)
1ngeras avec appétit une poule au riz arrosée d’un savoureux “demi” de Lavaux. » Seulement, il y a tout de même un ou deux petits
2 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
2de louer dans l’ensemble. C’est la même précision savoureuse dans le rendu de l’esprit d’un texte, mais cela toujours grâce à des
3 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
3 ton naturel de grandeur qui s’accommode des plus savoureux contrastes, coupant court aux élans de pure rhétorique, cet accent do
4 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
4sy, en proie aux tourments bienheureux d’une idée savoureuse et difficile dont je préfère tenir le nom secret, encore un temps, et
5 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
5ugement, mais dégustation, claquements de langue, savoureuse bouillabaisse d’idées, carte des vins commentée, bonhomie et rosserie
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
6épond la dame, vous m’avez donné à manger mets si savoureux que jamais plus ne mangerai rien d’autre ! » et elle se jette par la
7 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
7 ne sais quel printemps platonicien, c’est la vie savoureuse et forte qui figure à leurs yeux le train normal de l’homme. Leur œuv
8 1948, Suite neuchâteloise. VII
8on ressent la vie mieux [p. 71] qu’ailleurs, plus savoureuse et plus présente, je me dis : c’est qu’un vrai lac est un univers clo
9 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
9acustre on ressent la vie mieux qu’ailleurs, plus savoureuse et plus présente, je me dis : c’est qu’un vrai lac est un univers clo
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
10néas en tout ! Nous en respecterons l’orthographe savoureuse. La paix est un subject trivial, je le confesse, mais on ne la pourc
11 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
11ces aimables ou rudes, sentimentales, austères ou savoureuses, cette densité de cultures différentes, et tant d’histoire présente e
12 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
12pitre septième du 1er livre. Traduisons son latin savoureux, cela donne à peu près ceci : L’homme entreprit, dans son cœur incur
13 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
13e chapitre du premier Livre. Traduisons son latin savoureux, cela donne à peu près ceci : L’homme entreprit, dans son cœur incur
14 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
14 ne sais quel printemps platonicien, c’est la vie savoureuse et forte qui figure à leurs yeux le train normal de l’homme. Leur œuv
15. Chœurs villageois, moqués avec tendresse par le savoureux chansonnier vaudois Gilles. Chansons du service étranger, gracieuses
16 de déplorer ses helvétismes ou celtismes parfois savoureux, ni ses fautes (pas plus nombreuses que celles des Parisiens, mais fa
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
17ces aimables ou rudes, sentimentales, austères ou savoureuses, cette densité de cultures différentes, et tant d’histoire présente e
16 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
18ité de l’éloquence vulgaire. Traduisons son latin savoureux, cela donne à peu près ceci : L’homme entreprit, dans son cœur incur