1 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
1 témoin extrême et décisif dont la mort, comme un sceau d’éternité, attesta dans sa plénitude la primauté de l’acte spirituel
2 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
2c « chargés du rôle d’origine ». L’homme est « le sceau de l’authenticité ». Il est, par son action recréatrice, une étymolog
3 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
3re 45 . C’est le secret dernier de l’acte, et le sceau de l’amour chrétien. III Nécessité du solitaire 1. On appelle l’e
4 témoin extrême et décisif dont la mort, comme un sceau d’éternité, attesta dans sa plénitude la primauté de l’acte spirituel
4 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
5c « chargés du rôle d’origine ». L’homme est le « sceau de l’authenticité ». Il est, par son action recréatrice, une éthymolo
5 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
6ne des vieilles libertés ; et maintenant c’est le sceau des poèmes qu’il dédie « à la gloire de Dieu ». ⁂ Quand on dit chez n
6 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
7, sur la foi des papiers réguliers qui portent le sceau de l’Aigle et des Étoiles. Tant de précautions et tant de garanties l
7 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
8é dressé, à la requête des prénommés, et muni des sceaux des trois communautés et vallées. Fait en l’an du Seigneur 1291, au c
8 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
9utorité, munis des plus larges pouvoirs et de son sceau, le dimanche Reminiscere de l’année 1464 après la nativité du Seigneu
10t décidé ; qu’enfin il ait ses propres armes, son sceau et sa caisse commune, ainsi que ses archives officielles, son syndic,
9 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
11é dressé, à la requête des prénommés, et muni des sceaux des trois communautés et vallées. Fait en l’an du Seigneur 1291, au c
12eu et leur peuple, des responsables disposant des sceaux et rompus à l’usage des traités. Guillaume le Simplet, le Tell de la
13gnes bien droites et artistement dessinées. (Deux sceaux subsistent ; celui de Schwyz, détaché de son ruban, a disparu.) On ne
10 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
14isse, signe des vieilles libertés ; et maintenant sceau des poèmes qu’il dédie « à la gloire de Dieu ». Quand on dit chez nou