1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
1 mai 1927. Mieux vaut pécher par ridicule que par scepticisme ; par excès que par défaut. L’enthousiasme trompe moins que le bon se
2 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
2u’au mot de prière.      Orphée perd Eurydice par scepticisme, par esprit scientifique, par doute méthodique, par besoin de définir
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
3its ; 2° qu’ils ne peuvent, en vertu même de leur scepticisme quant à la valeur réformatrice des idées, m’accuser de faire une crit
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
4venir, et vous commencerez à comprendre que votre scepticisme à l’endroit de la forme sociale que nous appelons sans la connaître e
5i s’élabore déjà secrètement, que ce mépris et ce scepticisme sont d’un ridicule écrasant, sous lequel vous ne tarderez pas à périr
5 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
6propreté joliette à un désordre pittoresque, d’un scepticisme poli à une excitation agressive. La simple visite des cafés dans l’un
6 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
7s purifie, une ironie née de la rigueur et non du scepticisme 2 . Le dialogue de Lawrence Sterne et du Recteur Krooks sur Judas et
7 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
8ien. Nous le demandons aussi. (Nous avons même un scepticisme plus profond que le sien à l’endroit des résultats « humains » de tou
8 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
9 vertu d’un dogme), le nationalisme, l’ironie, le scepticisme, le pompiérisme, — mais ils savent que cela est antipathique, alors i
9 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
10ler sur sa jambe de bois. On se demande, non sans scepticisme d’ailleurs, s’il admettra un jour qu’il conviendrait aussi, par exemp
10 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
11justifié d’accueillir leurs « au loup ! » avec un scepticisme réaliste. L’intelligentsia citadine s’est mise tout entière à l’école
11 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
12nue aussitôt. Aussi bien convient-il d’opposer un scepticisme méthodique aux calculs ingénieux des sociologues. Il est d’ailleurs p
12 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
13ler sur sa jambe de bois. On se demande, non sans scepticisme d’ailleurs, s’il admettra un jour qu’il conviendrait aussi, par exemp
13 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
14e croire à quelque [p. 606] chose qui légitime ce scepticisme ou cette « mesure »… Sinon la foi des uns, fatalement, va triompher d
15e Âme du Monde le tient aussi, et jusque dans son scepticisme, lorsque Maurras proclame après Auguste Comte : « Les morts gouvernen
14 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
16e) la conception personnaliste oppose mieux qu’un scepticisme : elle renverse de fond en comble l’ordre des valeurs établies par le
15 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
17romantisme littéraire en même temps que par notre scepticisme religieux. Une telle disposition d’esprit nous incite à séparer ce qu
16 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
18 et le chrétien dans sa paroisse. Elle conclut au scepticisme, et au pessimisme intégral. — « J’ai appliqué mon cœur, — dit l’Ecclé
17 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
19une santé authentique dans sa révolte et dans son scepticisme, tant qu’elle les met au service de l’homme, tant qu’elle combat pour
20tatisme. Dès que l’idéal humaniste qui animait le scepticisme rationnel paraît avoir atteint ses objectifs au gré des ambitions du
18 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
21. Elle a souffert peu de blasphèmes jusqu’ici. Le scepticisme à son égard est encore loin d’être de mode 67 . Et l’on peut se deman
19 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
22oute communication avec le dehors… On sourit avec scepticisme, lorsque je dis que Paris a, lui aussi, son métro. » — Égalité, socié
20 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
23tuel chômeur, je devine chez mon homme un certain scepticisme : « Chômeur ? Allons donc, cela s’appelait bohème de mon temps ! Et p
21 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
24nt réel. Après les cortèges du 14 juillet 1935 Scepticisme et politique. — « J’entends crier de toutes parts à l’impiété. Le chr
22 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
25 a bel et bien dominé tous ces êtres, malgré leur scepticisme ou leurs bravades, dans la mesure où les religions obscures dominent
23 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
26te manière de poser des questions, et de jouer le scepticisme, dans un pays où tant de choses vont de soi. Il nous faut un homme co
24 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
27ous crois infaillible vous aussi ? » Toutefois le scepticisme n’est pas toujours, hélas, une réponse suffisante. La seule réponse d
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
28, ait écrit un traité sur les fées, sans trace de scepticisme ou d’ironie. Nous ne savons presque rien de Shakespeare — mais nous a
29où il vit, sont condamnés par la raison et par le scepticisme général. D’où le besoin qu’il éprouve de justifier ce besoin ; d’où s
26 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
30, avec la vue bornée des [p. 9] « réalistes », le scepticisme et la lâcheté civique. Il est, dans l’histoire des nations, des heure
27 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
31aucoup la tolérance, vertu qui naît en somme d’un scepticisme, car elle suppose que la pensée de l’autre, qu’on tolère, ne passera
28 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
32te manière de poser des questions, et de jouer le scepticisme, dans un pays où tant de choses vont de soi. Il nous faut un homme co
29 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
33’auraient pas vu si tôt le jour. Quel que soit le scepticisme qu’on peut garder en présence de ces tentatives d’union « par en haut
30 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
34aucoup la tolérance, vertu qui naît en somme d’un scepticisme, car elle suppose que la pensée de l’autre, qu’on tolère, ne passera
31 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
35respondant à la fatigue, à la sous-résistance, au scepticisme général, combinés avec une espèce de soulagement physiologique. Mais
32 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
36r des programmes n’a d’égale que l’étendue de mon scepticisme quant aux objurgations de la propagande. Aussi bien, je ne prêche pas
33 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
37t alors de croire à quelque chose qui légitime ce scepticisme ou cette « mesure »… Sinon la foi des uns, fatalement, va triompher d
38le tient aussi, notre censeur, et jusque dans son scepticisme, lorsqu’il proclame après Auguste Comte : « Les morts gouvernent les
34 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
39un sourire charmeur à la Charles Boyer, l’aimable scepticisme d’un Anatole France, l’élégance d’une ligne parisienne, l’étiquette d
40, avec pudeur, préférant affecter la blague ou le scepticisme plutôt que de paraître exagérer sa peine. Car il pense d’instinct, co
35 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
41se défendaient contre les attaques successives du scepticisme né de la science cartésienne, de l’historisme, de la philologie, puis
42feu, on cédait les positions trop menacées par le scepticisme. Pour ne donner que deux exemples : on vit le mouvement mystique s’ét
36 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
43 jusqu’au mot de prière. Orphée perd Eurydice par scepticisme faible, par esprit scientifique, par doute méthodique, — manie de déf
37 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
44ritée qu’il lui faudra saisir au vol : le moindre scepticisme la tuerait. Ainsi jetés dans l’improvisation, personne ne peut prévoi
38 1947, Carrefour, articles (1945–1947). Fédération ou dictature mondiale ? (9 avril 1947)
45que l’idée d’un gouvernement mondial se heurte au scepticisme général, et même, pour peu que l’on insiste, provoque une curieuse im
39 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
46ite, notre conscience inquiète et fatiguée, notre scepticisme lucide… ⁂ Il se peut que le portrait de l’Europe que je viens d’esqui
47e nos esprits, l’Europe garde encore l’apanage du scepticisme et de l’esprit critique. Les Églises, autrefois, les redoutaient ; je
48jourd’hui les nourrir, si cet esprit critique, ce scepticisme, s’appliquent aux mystiques de l’État et du Parti divinisé, aux idéau
49iétude, et l’humour et l’esprit de révolte, et le scepticisme rationnel autant que la foi religieuse — et c’est à tel point qu’on s
40 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
50és à réfuter les objections les plus courantes du scepticisme ou des routines politiciennes. [p. 59] L’attitude fédéraliste Les or
51 très importante dans la population, doublée d’un scepticisme assez général chez les gens au pouvoir. Ce qui étonne tous les histor
52 purement négative et qui naît le plus souvent du scepticisme. Chaque nation serait mise au défi de donner le meilleur d’elle-même,
53, à cette fédération de l’Europe ?… » Derrière ce scepticisme en quête d’un sourire complice ou gêné (tant de gens ont une peur ble
41 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
54enues, étriquées dans leurs cadres nationaux ; un scepticisme général quant aux valeurs démocratiques ; l’absence de toute doctrine
55la prudence au dynamisme innovateur, d’un certain scepticisme persistant à la volonté de « bousculer » l’opinion et les gouvernemen
42 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
56 entourés à la fois de sympathies faciles et d’un scepticisme profond. Devant la tâche urgente, mais qui pouvait paraître surhumain
43 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
57outien. On serait tenté d’accuser ces prudents de scepticisme impénitent. En vérité, ils me semblent pécher, bien au contraire, par
44 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
58urs arrière-pensées, dénoncent leur parti pris de scepticisme. Les deux tiers des Européens se déclarent pour l’union, lorsqu’on le
45 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Cinquième lettre aux députés européens : « Méritez votre nom ! » (19-20 août 1950)
59urs arrière-pensées, dénonçant leur parti pris de scepticisme. Les deux tiers des Européens se déclarent pour l’union, lorsqu’on le
46 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, on vous attend encore au pied du mur ! (4 octobre 1950)
60urs arrière-pensées, dénoncent leur parti pris de scepticisme. Les deux tiers des Européens se déclarent pour l’union, lorsqu’on le
47 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
61ne elle-même doit aujourd’hui se réjouir d’un tel scepticisme, voir en lui son meilleur allié contre les mystifications totalitaire
48 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
62ne elle-même doit aujourd’hui se réjouir d’un tel scepticisme, voir en lui son meilleur allié contre les mystifications totalitaire
49 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
63d’autre part, c’est elle qui manifeste le plus de scepticisme et de réticences lorsqu’on lui propose les plans d’une fédération de
50 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
64 quelques mois, à partir de l’automne dernier. Le scepticisme, qui paralysait les réactions à cet effort d’union, se mue en opposit
51 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
65rs de paix » diffusées par Moscou, un peu plus de scepticisme des élites, un peu plus de discrédit jeté par elles-mêmes sur les ins
52 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
66uirez l’obstacle qu’il faut redouter le plus : le scepticisme et l’inertie des masses. Au contraire, en refusant le Projet, ou pire
53 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
67nsible aux tribuns littéraires, accueille avec un scepticisme amer nos plus éloquents hommes d’État. Il fallait donc d’une part app
54 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
68nsible aux tribuns littéraires, accueille avec un scepticisme amer nos plus éloquents hommes d’État. Il fallait donc d’une part app
55 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
69s purifie, une ironie née de la rigueur et non du scepticisme. Le dialogue de Lawrence Sterne et du Recteur Krooks sur Judas et la
56 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
70s purifie, une ironie née de la rigueur et non du scepticisme. Le dialogue de Lawrence Sterne et du Recteur Krooks sur Judas et la
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
71ard avec son habituelle courtoisie, mais non sans scepticisme. Il écrit à l’Abbé, en 1715 : [p. 120] J’ai fait enfin quelque effo
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
72 du haut en bas de l’échelle, tantôt animée de ce scepticisme mobile, qui impatient et lascif, saute d’une branche à l’autre, tantô
73épendante de la volonté », tout cela n’est que du scepticisme fardé, la paralysie de la volonté qui se déguise. Je me porte garant
74tional, comme la véritable école et le théâtre du scepticisme dans ce qu’il a de plus attrayant. La force du vouloir, la force de v
59 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
75tisme, de sa tolérance et de son penchant pour un scepticisme indulgent, en un mot de sa bonté naturelle. Et cela peut, en certaine
60 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
76te plus encore, s’agissant du projet européen. Le scepticisme dominait, et comme on tient pour réaliste, en politique, les partis p
77uire l’une après [p. 7] l’autre les objections du scepticisme invétéré (ou faut-il dire traditionnel ?) qui tendait à paralyser non
61 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
78une forme schizoïde de la pensée, et conduit à un scepticisme croissant quant aux fins dernières de la recherche et quant à la vale
62 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
79une forme schizoïde de la pensée, et conduit à un scepticisme croissant quant aux fins dernières de la recherche et quant à la vale
63 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
80te plus encore, s’agissant du projet européen. Le scepticisme dominait, et comme on tient pour réaliste, en politique, les partis p
81ent réduire l’une après l’autre les objections du scepticisme invétéré (ou faut-il dire traditionnel ?) qui tendait à paralyser non
64 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
82 entourés à la fois de sympathies faciles et d’un scepticisme profond. Devant la tâche urgente, mais qui pouvait paraître surhumain
65 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
83s vite, et la jeunesse actuelle accueille avec un scepticisme amer nos plus éloquents bavardages. Il fallait donc d’une part approf
66 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
84une forme schizoïde de la pensée, et conduit à un scepticisme croissant quant aux fins dernières de la recherche et quant à la vale
67 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
85ouveraineté nationale absolue, qu’une attitude de scepticisme intégral, tempérée par un souci de clinicien : le partisan de l’État-
68 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
86ence, analogue au rejet d’une greffe, réaction de scepticisme qui cache probablement une certaine anxiété, ou la peur, et qui expli
69 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
87 union possible de l’Europe. J’ai dit souvent mon scepticisme à l’égard de l’Europe des États, que j’ai nommée une « Amicale des mi
70 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
88iquement) quand cela se présente. Mais il n’a que scepticisme à l’endroit d’un régime qui serait fondé sur la coopération civique,
71 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
89être le Néant qui, par non-être, néantit 42 . Mon scepticisme, ainsi, serait une preuve de l’existence précisément qu’il met en dou
72 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
90urs arrière-pensées, dénoncent leur parti pris de scepticisme […]. Messieurs les Députés, vous le savez bien, vous n’êtes pas de vr