1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1es — dont le grand public reste le témoin souvent sceptique ou railleur. Au cœur de la crise de notre civilisation, il y a un pro
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
2que, insuffisant. Mais un pli de ta lèvre, un peu sceptique, quand mon esprit partait dans le rêve d’un idéal de fortune, idole n
3 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Marguerite Allotte de la Fuye, Jules Verne, sa vie, son œuvre (juin 1928)
3te avant tout — et ce livre le fera bien voir aux sceptiques. Il a aimé la science parce qu’elle ouvre des perspectives d’évasion
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
4lon fut une réussite. La curiosité d’abord un peu sceptique de certains critiques, artistes ou écrivains, s’est muée le soir du p
5 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
5sychologies et leurs ratiocinations plus ou moins sceptiques, plus ou moins édifiantes ? « Dans l’expérience biblique, rien n’est
6 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
6i encore plus à souffrir, car je suis encore plus sceptique que toi… Tu ne crois pas, dis-tu à ces docteurs, mais pourquoi les cr
7 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
7-à-vis de ces divinités, le rôle d’incroyants, de sceptiques ou même d’adversaires. Mais il y a d’autres dieux pour cette espèce-l
8 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
8i encore plus à souffrir, car je suis encore plus sceptique que toi… Tu ne crois pas, dis-tu, à ces docteurs, mais pourquoi les c
9 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
9’un La Rochefoucauld et de l’école des moralistes sceptiques français. Toutes les hypocrisies que ces moralistes ont décelées dans
10 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
10-à-vis de ces divinités, le rôle d’incroyants, de sceptiques ou même d’adversaires. Mais il y a d’autres dieux pour cette espèce-l
11 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
11ié de jeu, et légèrement pris par toute espèce de sceptiques ou d’heureux ignorants, — il est le seul. Et l’on n’en peut sortir sa
12isible, irréfutable, du concret. Mais le jugement sceptique que la raison impersonnelle est incapable de ne pas porter sur le con
12 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
13ais c’est une attitude « scientifique » nullement sceptique ; c’est même, si l’on veut, une façon paradoxale de donner tout leur
13 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
14, par exemple, mais si courtes, de l’opportunisme sceptique. Si nous croyons à cette justice, nous ne pouvons autrement que de co
15s incertains, des douteurs, des craintifs, ou des sceptiques congénitaux ne manqueront pas de me faire remarquer que certains… com
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
16tres des faux dieux et même du Vrai. Cette raison sceptique et purificatrice soutient la bourgeoisie moyen-âgeuse dans sa lutte c
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
17ce, mais dans le fond et dans l’ensemble cynique, sceptique et pessimiste. Facilités virtuelles et pessimisme de fait : ces deux
16 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
18us singent la fureur, ou la révolte, l’indulgence sceptique ou la paix distinguée. Inoffensifs, tous ceux dont l’œuvre n’est pas
17 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
19es. Mon cœur est tourné vers les agnostiques, les sceptiques, les incrédules, les athées, les désespérés (termes qui ne sont pas s
18 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
20nce mais dans le fond et dans l’ensemble cynique, sceptique et pessimiste. Facilités virtuelles et pessimisme de fait : ces deux
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
21aire la même chose ici ? » Pour sa part, il était sceptique. Il pensait qu’en Vendée les choses ne seraient pas si simples, que l
20 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
22s en train de rédiger à temps perdu. Il est assez sceptique sur le résultat de cette entreprise. Pour des raisons que je devine p
21 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
23aire la même chose ici ? » Pour sa part, il était sceptique. Il pensait qu’en Vendée les choses ne seraient pas si simples, que l
22 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
24ères pages) par les procédés de l’humaniste et du sceptique que se vantait d’être Érasme, Luther en vient, de proche en proche, à
23 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
25. Les faux dieux font de faux miracles ; mais les sceptiques et les malins sont destinés à les prendre au sérieux. La foi seule no
24 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
26 de ces recherches 92 et de ces recettes me rend sceptique quant à leur efficacité : elle révèle l’étendue du désastre, sans app
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
27oésie cléricale de l’époque. Un spécialiste aussi sceptique que Jeanroy n’a pas été sans le remarquer. Parlant de la lyrique abst
28ils des rêves écrits ? Les spécialistes demeurent sceptiques. Un littérateur « peu sérieux » imagine alors l’hypothèse d’une influ
29iets à la morale des Parfaits. Mais enfin, dit le sceptique d’aujourd’hui, que peut bien signifier au concret cette « chasteté »
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
30it le romantique français, c’est qu’il demeure un sceptique éloquent, c’est qu’il redoute la naïveté, la vulgarité foisonnante qu
31invoqué s’effrite et se dissout dans une critique sceptique, tandis que les morales s’abâtardissent, et que tout élément « sacré 
32e, et fréquentant d’ailleurs une société des plus sceptiques, Stendhal nous offre un exemple parfait pour l’analyse de la profanat
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
33cherches 194 et de ces [p. 312] recettes me rend sceptique quant à leur efficacité : elle révèle l’étendue du désastre, sans app
28 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
34u terme des époques appauvries de mystère l’homme sceptique se rejette avec passion vers les « aspects nocturnes » de sa nature.
29 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
35 que l’adversaire fanatisé les défie mieux que le sceptique et les ramène mieux à leur vraie force. Car il ne suffit plus d’entre
30 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
36esprit. C’est l’esprit même d’un Ponce Pilate, le sceptique qui se lave les mains et laisse les choses suivre leurs cours fatal.
37ple, et qu’il ne se laisse pas décourager par les sceptiques professionnels, par tous les paresseux d’esprit qui se prétendent réa
31 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
38appelons les « jeunes » de tous les âges. Que les sceptiques, les fatigués, les amateurs de controverses interminables attendent e
32 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
39C’est l’esprit même d’un [p. 17] Ponce Pilate, le sceptique qui se lave les mains et laisse les choses suivre leur cours fatal. E
40ple, et qu’il ne se laisse pas décourager par les sceptiques professionnels, par tous les paresseux d’esprit qui se prétendent réa
33 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
41s Anges, mais bien la candeur et la crédulité des sceptiques, et l’impardonnable sophisme dont ils se montrent les victimes : « Le
34 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
42es croyants ! Or nous étions devenus d’incurables sceptiques. De même que nous disions, en présence d’un miracle du bien : trop be
35 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
43gie des dictatures ont illustré aux yeux des plus sceptiques et des plus lourds, par des images simples et frappantes, la [p. 194]
36 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du diable I : « Je ne suis personne » (15 octobre 1943)
44es, mais bien la candeur et la crédulité de ces « sceptiques », et l’impardonnable sophisme dont ils se montrent les victimes : « 
37 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
45n du regard le plus sobre, et disons même le plus sceptique, multiplie dans la vie quotidienne les occasions de surprendre l’inco
38 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
46res pages ) par les procédés de l’humaniste et du sceptique que se vantait d’être Érasme, Luther en vient, de proche en proche, à
39 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
47 terme des époques appauvries de mystère, l’homme sceptique se rejette avec passion vers les « aspects nocturnes » de sa nature.
40 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
48u, ni de fromage à trous. Il m’a regardé d’un air sceptique. Il fait fonds sur un reste de bon sens qu’il a cru déceler dans mes
41 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
49libéraux donnent tous les signes de cet optimisme sceptique des vieux routiers de la politique, qui les a perdus en Espagne, en I
42 1946, Politique de la Personne (1946). Préface pour l’édition de 1946
50nnée 1946 ? Les faits ont confirmé les prévisions sceptiques que j’énonçais page 185, mais aussi quelques-uns des espoirs plus loi
43 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
51instant même, sans que nul ne s’en doute. J’étais sceptique, en ce temps-là. Je disais à ce romancier (l’un des meilleurs de l’Al
44 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
52conviction, mais je vis bien qu’elles demeuraient sceptiques, et qu’elles se disposaient à répéter partout les mêmes clichés désab
53 a donc plus qu’à faire l’Europe sans l’URSS. Les sceptiques rejoindront un jour, les défaitistes auront perdu comme il se doit, e
45 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
54uvent élever contre une Fédération européenne les sceptiques, les réactionnaires, les sectaires de la gauche ou du grand capital,
46 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
55dération du continent (peu s’avouent tels) et les sceptiques (dont l’espèce est courante) ne peuvent pourtant pas nier l’existence
47 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
56e vous suivra pas si vous êtes daltoniens, et les sceptiques, alors, pourront bien dire : j’avais raison, voyez l’obstacle ! Ils l
57stacle ! Ils l’auront eux-mêmes suscité. L’œil du sceptique crée les obstacles insurmontables. Il y a deux sortes d’opinion : cel
58si vous ne faites presque rien. Elle laissera les sceptiques parler « au nom des masses », dans l’indifférence [p. 30] générale. E
48 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Cinquième lettre aux députés européens : « Méritez votre nom ! » (19-20 août 1950)
59e vous suivra pas si vous êtes daltoniens, et les sceptiques, alors, pourront bien dire : J’avais raison, voyez l’obstacle ! Ils l
60stacle ! Ils l’auront eux-mêmes suscité. L’œil du sceptique crée les obstacles insurmontables. Il y a deux sortes d’opinions, cel
61si vous ne faites presque rien. Elle laissera les sceptiques parler « au nom des masses » dans l’indifférence générale. Elle laiss
49 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, on vous attend encore au pied du mur ! (4 octobre 1950)
62e vous suivra pas si vous êtes daltoniens, et les sceptiques, alors, pourront bien dire : j’avais raison, voyez l’obstacle ! Ils l
63stacle ! Ils l’auront eux-mêmes suscité. L’œil du sceptique crée les obstacles insurmontables. Il y a deux sortes d’opinion : cel
64 ne faites presque rien. Elle laissera parler les sceptiques parler « au nom des masses » dans l’indifférence générale. Elle laiss
50 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
65cte de foi, devant lequel il est permis de rester sceptique… En vérité, l’idée de Progrès ne peut reprendre un sens certain que p
51 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
66surface ces mêmes coalitions ou agglutinations de sceptiques complaisants, de traîtres silencieux, d’inconscients menés par quelqu
52 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
67s sentimentaux ont abusé, et dont se couvrent les sceptiques pour mieux refuser toute action positive, mais qu’il s’agit maintenan
53 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
68e l’URSS et ses partisans, ou entre l’URSS et les sceptiques de l’Occident, ou enfin entre l’URSS et des délégués officiels de tel
54 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
69 son astuce égoïste et finalement, cette anarchie sceptique qui, lorsque se perdra la révérence à l’égard des dieux et des lois,
55 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
70et représenter la Vérité. Chrétien conséquent, ou sceptique, l’Occidental n’est pas dans ce cas. Buts occidentaux du progrès L’
56 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
71and elle ne s’arrête pas à l’envie. Cependant les sceptiques ne désarment pas. Ils nous disent : « Bon ! admettons que, vue de trè
57 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
72ose à beaucoup d’esprits qu’elle laissait naguère sceptiques. Comment le CEC envisage-t-il de faire face aux nouvelles possibilité
58 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
73suisse-français C. F. Ramuz. Ce dernier se montra sceptique. Je l’entends encore dire : « Vous aurez la première année 500 abonné
59 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
74sombre et tendu d’un Vico, voici un hédoniste, un sceptique indulgent, épris d’observations exactes, qui conclut également en fav
60 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
75[p. 176] d’abord sympathique puis de plus en plus sceptique que Gentz consacre la partie essentielle de son essai : Le troisième
61 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
76donnent tout entiers, la réserve ou le criticisme sceptique leur est une attitude presque étrangère. Sans doute, y a-t-il là une
77t, par conséquent, les races, est, par cela même, sceptique du haut en bas de l’échelle, tantôt animée de ce scepticisme mobile,
62 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
78 tenir en mai. C’était peu clair, Rappard restait sceptique. Retinger lui offrit alors de présider la séance plénière sur les que
63 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
79de la Science, il faut bien que les lévites, même sceptiques quant aux fins de leur religion, administrent les rites et donnent le
64 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Campagne pour l’Europe des citoyens (septembre 1964)
80européenne ? Pour sortir du cercle vicieux où les sceptiques se croyaient enfermés, des militants de l’Europe librement fédérée —
65 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
81de la Science, il faut bien que les Lévites, même sceptiques quant aux fins de leur religion, administrent les rites, donnent leur
66 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
82politique de l’Europe. Avec Jean Guéhenno, plutôt sceptique, Stephen Spender et quelques autres, nous avions même tenté d’élabore
67 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
83, plus divisée devant le péril, plus angoissée et sceptique à la fois. Mais il n’est pas moins vrai que pour la première fois, da
68 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
84de la Science, il faut bien que les lévites, même sceptiques quant aux fins de leur religion, administrent les rites, donnent leur
69 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
85sprits de tous ces siècles. Limites ? — Mais les sceptiques nous demandent alors où elle s’arrête. L’URSS en fait-elle partie jus
86cte de foi, devant lequel il est permis de rester sceptique… En vérité, l’idée de progrès ne peut reprendre un sens certain que p
70 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
87éralisme : dans les esprits seulement, disent les sceptiques. Mais s’il ne se produit pas là d’abord, il n’y a pas de chance qu’il
71 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
88’événement, sur le présent, a de quoi rendre très sceptique sur la valeur des prévisions en général, du point de vue de la pure c
72 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
89opes à secouer leur [p. 335] torpeur fataliste et sceptique. Mais je crois davantage à la douce violence de la tendresse des jeun
90r notre part, de l’échec du colonialisme, je suis sceptique. Il se peut que le Tiers Monde ne désire imiter qu’un Occident domina
73 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
91r notre part, de l’échec du colonialisme, je suis sceptique. Il se peut que le Tiers Monde ne désire imiter qu’un Occident domina
74 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Annexes
92 proche avenir européen. Contre toute attente des sceptiques et des réalistes du reste de l’Europe, l’Espagne a restitué en fait e
75 1979, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979)
93 proche avenir européen. Contre toute attente des sceptiques et des réalistes du reste de l’Europe, l’Espagne a restitué en fait e