1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1ert, dès lors, tout cet appareil psychologique si scolaire ? À donner le change sur la pauvreté d’un art purement formel. Car c’
2 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
2ique pauvre » comme ils disent dans leurs manuels scolaires. Les voler, pour leur apprendre. Et leur manie aussi de situer le par
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
3te, et qui tend à remplacer, grâce à la mentalité scolaire et primaire en particulier, toute connaissance véritable du monde.) L
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
4ne croyions plus aux démons, mais à la Commission Scolaire. Nous n’avions plus de « superstitions grossières » comme celles qui
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
5le-même du régime. L’architecture de nos « palais scolaires » symbolise d’une façon frappante ce qu’il y a de schématique et de m
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
6 en est d’autres qui amoindrissent. La discipline scolaire consiste à faire tenir les enfants immobiles et muets 6 heures par jo
7e que je retire de plus évident de mon expérience scolaire, c’est une grosse vérité que le bon sens m’eût par ailleurs fait voir
8ve soit celui qui supporte le mieux le traitement scolaire ; celui dont la valeur humaine subsiste intacte au milieu des conditi
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
9 des gentlemen et rendait des tommies. La machine scolaire, elle, dévore des enfants tout vifs et rend des citoyens à l’œil torv
10as en demander tant aux gouvernements. La réforme scolaire, politiquement, n’est pas rentable. Il est clair que si le but princi
11entreprendre sur l’heure une véritable révolution scolaire ; car il ne faudrait pas moins pour que l’école rattrape l’époque… Ma
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
12’empêche de comprendre, ici encore, c’est la peur scolaire des mots. Ce terme hindou agace, trouble ou fait sourire les étriqués
9 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
13lle du pays de Vaud : non pas la grecque, qui est scolaire — pour eux — mais la biblique, qui est vivante. Ainsi tous parlent un
10 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
14 pour ne citer que trois choses, une organisation scolaire qu’on peut ne pas aimer mais cohérente et qui existe », M. Daniel Hal
15le silence du cabinet de Delcassé, l’organisation scolaire élaborée par des fonctionnaires laborieux et sectaires derrière les c
11 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
16trouvera p. 257. Théorie du type hégélien le plus scolaire : la signification [p. 431] du premier terme d’une métaphore, selon T
12 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
17nt le savoir. C’est que la caricature officielle, scolaire, académique, parlementaire, encombre tout l’horizon populaire 26 . Le
18semble-t-il, les réveiller. Toute notre formation scolaire et universitaire repose sur une maxime d’autant plus efficace qu’elle
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
19cultivé ». C’est aussi un ensemble de disciplines scolaires. C’est enfin, d’une manière [p. 32] encore plus vague et générale, un
14 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
20sit, on vendit, on gagna de l’argent, les manuels scolaires vantèrent le progrès. [p. 172] Et voilà peu à peu toute une classe as
15 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
21lle du pays de Vaud : non pas la grecque, qui est scolaire — pour eux — mais la biblique, qui est vivante.) Ainsi tous parlent u
16 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
22ui, ces clairs-obscurs sont magnifiques (souvenir scolaire), mais comme ces gens sont laids, ridés, bossus, et n’ont-ils pas la
23oche », que je me formule en vertu d’une habitude scolaire de critique, me touche si peu, ne trouble pas du tout ma bonne consci
17 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
24le ciel vert d’un couchant de banlieue, le groupe scolaire de la mairie communiste découpe une silhouette blanche d’un modernism
18 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
25oche », que je me formule en vertu d’une habitude scolaire de critique, me touche si peu, ne trouble pas du tout ma bonne consci
19 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
26te, et un peu pâlie. C’est avant tout un souvenir scolaire. Nous n’avons guère retenu de son histoire que l’image d’un ermite à
20 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
27lle du pays de Vaud : non pas la grecque, qui est scolaire — pour eux — mais la biblique, qui est vivante.) Ainsi tous parlent u
28tat naissant, rugueux, décapé de toute rhétorique scolaire et de toute explication intellectuelle, atteignant une unité de style
21 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
29es intacts, et si parfaits dans le propret-coquet scolaire 1910 que l’imagination se rend sans condition après la plus rapide re
22 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (fin) (18-19 mai 1946)
30 intactes, et si parfaites dans le propret-coquet scolaire 1910, que l’imagination se rend sans condition après la plus rapide r
23 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
31ord. [p. 91] Nos habitudes latines — ou peut-être scolaires — nous inclinent à juger barbare, sans examen, la préoccupation améri
24 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
32mais aussi dans les établissements d’enseignement scolaires, universitaires et populaires ; 2. D’offrir un lieu de rencontre aux
25 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
33l’histoire suisse prend son départ. ⁂ Les manuels scolaires donnent pour date de naissance à la Confédération helvétique le 1er a
34plus fréquemment citée dans les discours, manuels scolaires et écrits politiques suisses. C’est en effet la clause de la foi juré
26 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
35a plupart des cantons, les manuels et le matériel scolaire sont fournis sans frais aux élèves. Ce régime n’est rendu praticable,
36sses. Elles nomment à cet effet des « commissions scolaires », formées de simples citoyens du village ou du quartier, qui jouisse
27 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
37 s’alimentent dans le souvenir confus des manuels scolaires, eux-mêmes issus des théories hégéliennes du siècle dernier. (Ce n’es
28 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
38 type d’homme qui précisément rédigea nos manuels scolaires, et qui n’a jamais rien inventé 32 . Finalement, de Nietzsche à Speng
29 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À pied d’œuvre (avril-mai 1956)
39uropéenne… dans les établissements d’enseignement scolaires, universitaires et populaires ». Obéissant à ces directives initiales
30 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
40t place à côté des heures et au-delà des périodes scolaires. Là, dans le vif d’une situation locale ou régionale que l’on peut ar
31 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. A. Introduction
41genèse. Tout cela revient à dire qu’à la question scolaire de l’origine d’une civilisation, il nous faudra substituer la questio
32 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
42 type d’homme qui précisément rédigea nos manuels scolaires, et qui n’a jamais rien inventé 68 . Finalement, de Nietzsche à Speng
33 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aux racines de l’Europe de demain (avril 1957)
43 acquis. Il interprétera tout selon ses souvenirs scolaires, devenus pour lui seconde nature, et qui lui sembleront par suite ind
34 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
44 européenne. Cette erreur-là, ce sont nos manuels scolaires qui en sont les principaux responsables depuis un siècle. [p. 9] Il
45vous savez qu’elle subordonne toute son éducation scolaire et universitaire à la [p. 31] seule formation technique. Cette format
35 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
46mais aussi dans les établissements d’enseignement scolaires, universitaires et populaires ; d’offrir un lieu de rencontre aux rep
36 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
47léter ou à prolonger chez les adultes l’éducation scolaire ; 2° les possibilités d’introduire, dans les milieux touchés par l’éd
48notamment. Exécution. Avec l’appui des autorités scolaires et sous la conduite de M. l’Abbé Pfulg, inspecteur de l’enseignement,
49 corps enseignant a incité d’autres organisations scolaires à étudier des projets analogues en Suisse, France, Belgique et Italie
37 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
50 a d’abord l’instruction publique, l’enseignement scolaire par des professeurs qui ne sont pas nécessairement des praticiens de
38 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Henri Brugmans, Les Origines de la civilisation européenne (septembre 1959)
51édification de l’Europe unie, et que des préjugés scolaires retiennent encore, au seuil d’agir. « Civilisation incomparablement d
39 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Neuf expériences d’éducation européenne [Introduction] (décembre 1959)
52tes d’éducation européenne en milieu populaire et scolaire. Ce plan avait été établi par un comité ad hoc d’éducateurs, réuni so
53: choix des régions, communes ou circonscriptions scolaires, — plans détaillés de chaque expérience, — accords avec les organisme
54ute, quatre nouvelles expériences dans le domaine scolaire vinrent s’ajouter à celle de Fribourg, seule prévue au début ; tandis
55ication les noms de 89 d’entre eux ! Les enquêtes scolaires ont touché 880 maîtres et 4 664 élèves, en Suisse, en France et en Be
40 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Neuf expériences d’éducation européenne [Conclusion] (décembre 1959)
56is, peut être généralisée : ainsi dans le domaine scolaire. Oui, encore et surtout, dans la mesure où nous avons trouvé partout
41 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
57nement européen dans les universités, d’éducation scolaire et populaire ; festivals, guildes du livre, et du disque, agences de
42 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
58 suivants : unification du savoir, par un système scolaire perfectionné sous la direction d’une sorte d’académie internationale 
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
59cés par Renan et par Nietzsche) d’un nationalisme scolaire. Le problème des colonies ne fut pas posé : elles ne se révoltaient p
44 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
60 entre ces éléments. Le problème de la discipline scolaire par exemple. En faut‑il plus ou moins ? Faut‑il rétablir les punition
61e propos deux déviations du sens de la discipline scolaire, que j’ai observées à mes dépens quand j’étais sur les bancs de l’éco
45 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
62e manière non moins frappante dans les programmes scolaires d’autres pays communistes, tels que la Pologne ou l’Allemagne de l’Es
63 joué par les masses apparaît dans les programmes scolaires… On insiste sur le fait que l’histoire d’une société est celle des cl
46 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
64 Prusse, dans lequel il attaque les récentes lois scolaires anti-polonaises. Il fournit aux rédactions des nouvelles, des échos,
47 1963, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Mais qui est donc Denis de Rougemont (7 novembre 1963)
65guer, définir à tout prix ? C’est une idée un peu scolaire. Comment définirait-on Nietzsche ou Kierkegaard ? Si l’on veut absolu
48 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Campagne pour l’Europe des citoyens (septembre 1964)
66recteurs et inspecteurs chargés de l’organisation scolaire, et enfin les enseignants eux-mêmes. Partout, jusqu’ici, l’intérêt té
49 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.1. Puissance du mythe
67 Ægidius Tschudi (xvie siècle) jusqu’aux manuels scolaires de mon enfance, en passant par l’Histoire des Suisses de Jean de Müll
50 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
68e postes et d’administration, d’un uniforme ennui scolaire. Le Palais fédéral, siège du gouvernement et des Chambres à Berne, sy
51 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
69e directement sur un long corridor froid de style scolaire. Leur traitement, d’ailleurs soumis à l’impôt, ne permet qu’un train
52 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
70nt l’exaltant panorama. Des maisons sages, un peu scolaires, des gens en gris, des gens en brun défilent, des visages s’immobilis
71peuple souverain de la région, dans cette égalité scolaire que créent en Suisse les bancs de bois peints en faux bois jaune clai
72ocale, du secours des pauvres et de la commission scolaire. Moyennant quoi l’on ignorait qu’il obtenait de ses éditeurs les droi
73ure européenne, est une simple illusion d’optique scolaire. Elle se dissipe comme brume au soleil à la lumière de l’Histoire. La
74[p. 228] n’est pas au-delà de la plate correction scolaire, dans un usage plus libre ou insolite de la langue littéraire qu’il v
75entre huit et douze ans, grâce à la fréquentation scolaire qui introduit l’enfant dans un nouveau milieu où il fait l’apprentiss
76ntentions politiques de la méthode : « La machine scolaire dévore des enfants tout vifs et rend des citoyens à l’œil torve » ; l
77ose qui répondît mieux à ce but que notre système scolaire actuel. » Hélas, en 1942, Edmond Gilliard (qui avait été l’éditeur de
78e Lausanne ») ne voyait d’autre remède au marasme scolaire que dans une « révolte » allant jusqu’au « droit au chahut » et à cel
79me dépasse quelque peu la Suisse et ses autorités scolaires : il met en cause l’Occident tout entier 119 . L’autre attitude ou tr
53 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
80enfants de Guillaume Tell ! » — enfin les manuels scolaires jusqu’à nos jours. Mais avant même que la publication des chroniques
54 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
81ocale, du secours des pauvres et de la commission scolaire. Henri-Frédéric Amiel n’eut même pas à choisir un pseudonyme. Quelqu
55 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
82per une place importante dans tous nos programmes scolaires. Car s’il est vrai comme le dirait Pascal que le principe de toute mo
56 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
83sol, confession religieuse et monnaie, programmes scolaires et fiscalité, idéal politique et réalités industrielles, et les régir
84fiscaux et policiers, mais aussi ecclésiastiques, scolaires, universitaires, et plus tard économiques, sous l’hégémonie d’une seu
57 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
85discipline militaire, des esprits par les manuels scolaires, des curiosités par la presse à grand tirage et ses agences officieus
86tionnées par nos habitudes visuelles et les atlas scolaires (une couleur par pays) « Comment allez-vous découper vos régions ? »
58 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
87stingués par des couleurs plates, comme les atlas scolaires nous le faisaient croire. Le continent européen, c’est aux États-Unis
59 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
88nement européen dans les universités, d’éducation scolaire et populaire ; festivals, guildes du livre, et du disque ; agences de
60 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
89per une place importante dans tous nos programmes scolaires. Car s’il est vrai comme le disait Pascal que le principe de toute mo
61 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
90 sait bien qu’elle subordonne toute son éducation scolaire et universitaire à la seule formation technique. Cette formation obli
91 culture générale dans nos programmes d’éducation scolaire et universitaire. Car cela reviendrait à opposer l’arbre et le fruit
62 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
92re existence qu’administrative dans les faits, et scolaire dans les esprits. Les États-nations en tant que tels n’ont rien appor
93ème du nationalisme comme résultat de l’éducation scolaire nous amène à poser le problème d’une éducation pour l’Europe. Comment
94croire qu’éducation civique signifie connaissance scolaire d’institutions et de constitutions dont on ne montre pas le fonctionn
63 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
95discipline militaire, des esprits par les manuels scolaires, des curiosités par la presse à grand tirage et ses agences officieus
96tionnées par nos habitudes visuelles et les atlas scolaires (une couleur par pays) « Comment allez-vous découper vos régions ? »
64 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
97 de « cultures nationales », en dépit des manuels scolaires, il n’y a que des divisions tout arbitraires opérées après coup dans
65 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
98 de « cultures nationales », en dépit des manuels scolaires, il n’y a que des divisions tout arbitraires opérées après coup dans
66 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe et le sens de la vie (25-26 avril 1970)
99 de « cultures nationales », en dépit des manuels scolaires, il n’y a que des divisions tout arbitraires opérées dans l’ensemble
67 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
100rtant avancé que par eux… ». Et contre la volonté scolaire d’imposer le même rythme et le même ennui disciplinaire à tous, il en
101hui le proclame  23 . Car, écrit-il, « le système scolaire obligatoire représente finalement pour la plupart des hommes une entr
102marades compétents ou d’aînés, que par obligation scolaire. Un système de location facile des instruments éducatifs, doublé d’un
103 moderne : … Son imagination, soumise à la règle scolaire, se laisse convaincre de substituer à l’idée de valeur celle de servi
104 le processus de la révolution [p. 87] sociale et scolaire que j’appelle : elle n’est ni de gauche ni de droite, elle n’oppose a
105’État du Wisconsin n’a pas prouvé que l’éducation scolaire officielle était indispensable pour faire un bon citoyen… », la Cour
106 Cour suprême acquitte un père accusé d’objection scolaire. 28 Les amish vont pouvoir élever leurs enfants dans leurs propres
68 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut dénationaliser l’enseignement [Entretien] (8 décembre 1972)
107ains pédagogues, pour ne pas parler des autorités scolaires, n’ont apprécié qu’à demi la réédition des Méfaits, soit qu’ils se se
108s. Or rien n’est plus faux : j’en veux au système scolaire, dont les instituteurs sont victimes, et qu’ils perpétuent malgré eux
109ritiques semblent s’adresser surtout à un système scolaire très centralisé, comme le système français. Conviennent-elles vraimen
110administration. La réalité, c’est tout le système scolaire. Mais ils ne peuvent jamais faire face à ce problème. Il faudrait qu’
69 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
111e prétendues « cultures nationales », les manuels scolaires justifient les pires chauvinismes, fauteurs de deux guerres mondiales
112entrations et de spécialisations.) b) Les régions scolaires (d’enseignement primaire, secondaire, technique et professionnel) son
113vite mobilisées dans ce domaine et les programmes scolaires paraissent peu conciliables en tant qu’ils traduisent des schémas uni
70 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
114oyance de ses sujets, par l’entremise des manuels scolaires, n’est en fait qu’une forme politique récente, et cette forme se révè
71 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
115s multipliés, légaux et financiers, à l’éducation scolaire aux trois degrés et à la formation professionnelle ; tout cela défini
72 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
116 produit de l’inconscient, autant que des manuels scolaires, la projection de nos narcissismes dans un fantasme collectif et la d
73 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
117[p. 244] du tabac, la méfiance envers l’éducation scolaire. Or, ces traits sont communs également à la plupart des sectes, école
74 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
118même les fleuves s’arrêtaient sur nos « croquis » scolaires) ? Il ne dépend souvent que de l’enseignant (surtout s’il a l’appui d
75 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
119les crises de tous ordres, économiques, sociales, scolaires, politiques, et les violences qui en résultent. Le chaos le plus grav