1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1and les livres se liront-ils d’eux-mêmes, sans le secours des lecteurs ? Quand les hommes se comprendront-ils individuellement 
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les derniers jours (juillet 1927)
2, merveilleuse mécanique sévère et dénuée de tout secours de l’Esprit. Mais un jour viendra où les hommes se révolteront contre
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
3i le Guguss  2 , des bretzels, sa petite amie, au secours ! Car j’ai encore deux mots à dire. Dès qu’une voix s’élève pour mett
4 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
4tes et d’arguments au service de nos passions, au secours de notre misère matérielle. Mais elles ne pénètrent jamais dans l’int
5 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
5ux, que je les comprends trop bien ! J’appelle au secours de ma foi cette Révolution qui me fortifiera contre moi-même. J’appel
6 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
6tes et d’arguments au service de nos passions, au secours de notre misère matérielle. Mais elles ne pénètrent jamais dans l’int
7 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
7 pauvres. Non. Vous me laissez désespérée et sans secours devant le féroce maraudeur rouge. — D’autres sont venus, qui ont rele
8 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
8ose plus sans discussion. Lorsque l’État vient au secours d’une religion, c’est qu’elle est morte. Ou qu’elle n’en a plus pour
9 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
9itiques, à tout propos. J’admire votre « Œuvre du secours d’hiver » 32 mais [p. 39] je remarque que toutes les banderoles roug
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
10 savants, c’est prétendre étudier la nuit sans le secours de la lumière. Le sens du passé n’apparaît qu’aux yeux de qui sait vo
11 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
11 » peut-on lire sur les panneaux de propagande du Secours d’hiver allemand.) On s’efforcera de mêler les travailleurs intellect
12 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
12justement ce cri : « Je crois, Seigneur, viens au secours de mon incrédulité ». L’on eût évité ce grabuge en traduisant dès le
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
13 raisons toutes personnelles de ne pas appeler au secours. Pourtant je suis bien tranquille, je ne l’ai même jamais été aussi a
14 et commencer là. Voilà [p. 53] le secret de tout secours… Pour aider réellement un homme, il faut que j’en sache davantage que
14 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
15, sans la soupçonner », et la laissent enfin sans secours devant l’énigme de sa vie. C’est émouvant… Mais la plupart de nos con
15 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
16t. Mais c’est peut-être se priver [p. 228] de son secours, ou encore la transformer en une menace obscure. Il y a une double pr
16 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
17 raisons toutes personnelles de ne pas appeler au secours. Pourtant je suis bien tranquille, je ne l’ai même jamais été aussi a
17 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
18es places pour ses subordonnées, de s’occuper des secours à donner aux plus pauvres, de les visiter quand elles sont malades (c
19cours politiques, à tout propos. J’admire votre « Secours d’hiver », mais je remarque que toutes les banderoles rouges tendues
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
20malgré lui dans un cadre chrétien, mais privé des secours d’une foi réelle, un tel homme, fatalement, devait sentir en lui s’ex
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
21x puissances antagonistes. Que l’esprit vienne au secours de la chair et retrouve en elle son appui, et que la chair se soumett
20 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
22iproquement. Hors du mythe, je veux dire sans le secours des moyens d’intuition structurelle qu’il nous offre, il n’y a que de
21 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
23extes du plaisir.) Elle risque de nous priver des secours de la raison, comme celle-ci nous avait privés des secours de la reli
24e la raison, comme celle-ci nous avait privés des secours de la religion. Après avoir eu mal à droite, nous aurons mal à gauche
22 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
25s voisins ; deux : ils reçoivent gratuitement les secours de la religion de leur choix ; trois : ils n’ont plus à se préoccuper
23 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
26z pas d’appeler périodiquement l’Amérique à votre secours, quitte à la mépriser sitôt le travail fait. Sachez que les Américain
24 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
27z pas d’appeler périodiquement l’Amérique à votre secours, quitte à la mépriser sitôt le travail fait. Sachez que les Américain
25 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
28 cramponner à ses restes, et même d’appeler à son secours des forces jeunes. Posons-nous donc sans nul cynisme, mais avec sang-
26 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
29les sciences et la philosophie, naquirent sans le secours des experts officiels. Mais l’État est intervenu, des frontières ont
27 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
30e s’assister mutuellement de toutes leurs forces, secours et bons offices, tant au dedans qu’au dehors du pays, envers et contr
31ueur du xvie siècle, Josias Simler — concerne le secours que les uns doivent donner aux autres contre ceux qui les voudraient
32ls cherchent comment ils pourront sûrement donner secours. Leur alliance porte notamment que ceux qui sont appelés au secours n
33ance porte notamment que ceux qui sont appelés au secours n’useront d’aucune fraude et tromperie, ni d’excuse vaine, mais aider
34équent le canton n’aurait aucun moyen de demander secours par lettres ni par ambassades, ils ont pourvu à cela, et ordonné par
35, et lorsqu’il sera besoin d’avoir [p. 30] prompt secours, tous les cantons confédérés aideront de toutes leurs forces, comme s
36aient nommément appelés… Ceux qui sont appelés au secours viennent à leurs dépens, sans aucun gage. Seule l’alliance de Berne a
28 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
37s se manifestent dans trois domaines principaux : secours aux chômeurs, protection du travail, politique sociale. On pourrait e
38s d’assurances. Elles ont institué des caisses de secours en cas de maladie, de chômage, de vieillesse, d’invalidité. Elles pro
29 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
39aconter les occasions où Dieu m’a fait sentir son secours. Une chose m’est bien souvent arrivée que je ne puis m’expliquer : qu
30 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
40s de guerre de Vos Altesses, aux quatre vents, au secours ; mais ils ne m’ont pas répondu. Épuisé, je me suis laissé aller au s
31 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
41. Pour qu’il y ait une Europe qui puisse voler au secours de ses peuples colonisés sans demander d’abord à New York une permiss
32 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
42aconter les occasions où Dieu m’a fait sentir son secours. Une chose m’est bien souvent arrivée que je ne puis m’expliquer : qu
33 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — ii. Misère et grandeur de saint Paul
43s alternent leurs motifs, entrecoupés d’appels au secours (« Qui me délivrera de ce corps de mort ? » ou de « ce corps d’humili
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
44ange de mutuels services, les secondes prêtant le secours de leurs armes aux premières qui les aident à leur tour des productio
45une telle abondance qu’on peut avec cela venir au secours des gens qui sont dans les montagnes. 37 En 1679, Robbe, ingénieur
35 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
46s les uns contre les autres ; qu’ils ne prêteront secours ni conseil à aucune conspiration contre l’un d’eux ; et qu’ils s’entr
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
47tale, & pour donner un prompt & suffisant secours aux Princes dans les Monarchies, & aux Magistrats dans les Républ
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
48faut s’entr’aider. Ceux qui fourniront le plus de secours à la société seront donc ceux qui suivront la nature de plus près. Ce
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
49mandé, ô nation, la protection de tes lois et des secours, et toi tu m’as jeté des ordonnances. Et la nation répondra : Madame,
50ont d’accord à s’émanciper. Chacune aura droit au secours des autres, pour toutes les manifestations solennelles et importantes
39 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
51 l’Amérique latine, en 1924, et qu’il obtient des secours internationaux pour les victimes syndicalistes de la dictature de Pil
40 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
52égion, les travaux de spécialistes sont de peu de secours : le temps manque pour les étudier, et ils ne sont pas assez actuels
41 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
53e s’assister mutuellement de toutes leurs forces, secours et bons offices, tant au-dedans qu’au-dehors du pays, envers et contr
54cle de toutes les alliances et ligues concerne le secours que les uns doivent donner aux autres, contre ceux qui les voudraient
55ls cherchent comment ils pourront sûrement donner secours. Leur alliance porte notamment que ceux qui sont appelés au secours n
56ance porte notamment que ceux qui sont appelés au secours n’useront d’aucune fraude et tromperie, ni d’excuse vaine, mais aider
57équent le canton n’aurait aucun moyen de demander secours par lettres ni par ambassades, ils ont pourvu à cela, et ordonné par
58 tel cas, et lorsqu’il sera besoin d’avoir prompt secours, tous les cantons confédérés aideront de [p. 46] toutes leurs forces,
59aient nommément appelés… Ceux qui sont appelés au secours viennent à leurs dépens sans aucun gage. Seule l’alliance de Berne av
42 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
60. Conquis par les Confédérés, qui se portaient au secours de Genève, en 1530, il demeura pendant plus de deux siècles et demi s
43 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
61cupé sa vie durant de l’administration locale, du secours des pauvres et de la commission scolaire. Moyennant quoi l’on ignorai
62ui plaît-il aussi d’entreprendre quelque œuvre de secours, d’adopter en temps de guerre un enfant allemand, un enfant français,
63Il eût fallu se battre contre Hitler, ou voler au secours de Budapest, — de cette ville justement où Barth, vingt ans plus tôt,
44 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
64ne région, les travaux des savants sont de peu de secours : le temps manque pour les étudier, et ils sont bien rarement assez a
45 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
65res, dressent le calendrier, n’est pas d’un grand secours pour notre politique, car les effets de ces techniques, nous le voyon
46 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
66res, dressent le calendrier, n’est pas d’un grand secours pour notre politique, car les effets de ces techniques, nous le voyon
47 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
67 désarmés que nous n’avons aucun plan de premiers secours mutuels, aucune politique commune à moyen [p. 18] et à long terme, et
48 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
68 inclus les agences pour le chômage et les autres secours sociaux, pourraient être accomplies par 15 % des forces de travail au
49 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
69l ne croit pas que « les Américains voleraient au secours des Européens incapables de s’unir : “Pourquoi irions-nous mourir pou