1 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
1 choses, et l’on sait qu’il suffit de très peu de sel pour rendre mangeables beaucoup de nouilles. Mais voici, par exemple,
2 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
2 un homme… » Un ou deux. Il suffit de très peu de sel pour rendre mangeables beaucoup de nouilles. Mais si le sel perd sa s
3endre mangeables beaucoup de nouilles. Mais si le sel perd sa saveur, serait-ce avec des pamphlets qu’on la lui rend ? Je l
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
4 autre voix intérieure disait : « La bonté est le sel de la vie. L’organisme social demande des sacrifices pour l’amour des
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
5 choses, et l’on sait qu’il suffit de très peu de sel pour rendre mangeables beaucoup de nouilles. Mais voici, par exemple,
5 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
6st-à-dire sans martyrs pour l’enseigner. C’est au sel qu’il faut rendre sa saveur, c’est à lui seul que l’on peut reprocher
6 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
7que c’est là ce qu’ils ont toujours dit. Ainsi le sel perd sa saveur. Les ravages de cette indifférence théologique sont te
7 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
8soleil qui reparaît fait briller des pyramides de sel. Au loin, parmi les lagunes et les marais, pointent de grands clocher
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
9s une dernière prairie verte, étinceler un tas de sel, puis se perdent parmi les vapeurs des marais. Le ciel change avec un
10dents de bicyclette, arrivée d’un bateau, prix du sel, causeries du curé ou de l’instituteur, mariages, décès et naissances
11— Mais il y a d’autres aspects de la question. Le sel ne se vend plus depuis un an, et c’était la ressource principale des
12 pêche. Ils partent pour le marais, vont tirer le sel, font ce qu’ils avaient à faire. Moi je vais à l’écluse, je ramasse d
13il faut pour manger. Ils rentrent d’avoir tiré le sel et mangent la pêche. J’avais ajouté deux ou trois jambes, donc, mais
9 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
14dents de bicyclette, arrivée d’un bateau, prix du sel, causeries du curé ou de l’instituteur, mariages, décès et naissances
15. Mais il y a d’autres aspects de la question. Le sel ne se vend plus depuis un an, et c’était la ressource principale des
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
16ns d’amertume dans la douleur que dans le goût du sel, mais ce que nous désignons dans l’une et l’autre par le même mot, c’
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
17 a de nouvelles perfections. » Ainsi aux mines de sel de Salzbourg, lorsqu’on jette un rameau dans l’eau profonde, on le re
12 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
18êlent. Les grands souffles océaniques, chargés de sel et d’aventure, viennent frapper les verticalités granitiques et argen
13 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
19tian, pagan, nor man. (Hamlet III, 2) Lorsque le sel perd sa saveur, gouverner devient un plaisir, qu’il s’agisse de condu
20l, anti-social, et nuisible aux affaires ? Que le sel de la terre est malsain ? Et que la sagesse démocratique se résume da
14 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
21ccord » 38 . Je lui oppose le Feu des langues, le Sel et l’Huile. Je lui oppose le Pain et le Vin. Je lui oppose aussi les
15 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
22st-à-dire sans martyrs pour l’enseigner. C’est au sel qu’il faut rendre sa saveur, c’est à lui seul que l’on peut reprocher
16 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
23êlent. Les grands souffles océaniques, chargés de sel et d’aventure, viennent frapper les « faces » argentées de l’Empire S
24connais le poids mortel de cette parole : « Si le sel vient à perdre sa saveur… » La sensation même de l’irréparable. À moi
17 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
25t une plaisanterie d’un goût sublime qui perd son sel à être répétée, étouffent d’une seule pensée les explosions cosmiques
18 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
26êlent. Les grands souffles océaniques, chargés de sel et d’aventure, viennent frapper les « faces » argentées de l’Empire S
19 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
27a fin de cette période qu’à la question : « Si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? », les catholiques mod
20 1947, Doctrine fabuleuse. 14. L’eau ou L’esprit de la tempête
28la saveur d’une vie nouvelle. 6. — « Vous êtes le sel de la Terre », leur fut-il dit. Mais l’Esprit danse dans les eaux sal
29mertume, là où l’ivresse est impossible, et où le sel a sa saveur de mort, c’est la vie même de l’Esprit, mort de la vie, e
30anse profonde. Puis il faut vivre sur la Terre au sel aigu. 8. — Pour tous les morts par l’eau amère, où l’Esprit danse dan
31i pour l’homme deux fois né, mort par l’eau et le sel dans la danse, mais ressuscité par l’Eau Vive, il n’est plus d’obole
21 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
32ersonne, et du même coup nos vies n’auraient plus sel ni sens : voilà bien dans sa réalité la menace qui pèse aujourd’hui s
22 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
33e que nous la concevons en Europe : le sens et le sel de nos vies, au-delà du machinal et de l’animal. Quels seront les b
23 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
34e climat est un lieu de dévastation, un désert de sel, rempli de troubles, de guerres, de disputes, de tumultes ; joie et b
24 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
35, hommes de l’esprit, de l’âme et de l’intellect, sel de la terre, et, bien plus que vous ne souhaiteriez le croire : respo
25 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
36age. … Et il y a le Slavisme qui met son grain de sel là-dedans. La politique panslave… C’est gai pour demain ! Je vous dis
26 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
37élus, je rappellerais les paroles de Jésus sur le sel de la Terre et sa saveur. Mais j’ajouterais, paraphrasant Teilhard de
27 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
38ersonne, et du même coup nos vies n’auraient plus sel ni sens : voilà bien dans sa réalité la menace d’aliénation qui pèse
28 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Denis de Rougemont : l’amour et l’Europe en expert (24 décembre 1970)
39e très rares personnes qui seront probablement le sel de la terre ou qui seront quelquefois des criminels. — Revenons à l’E
29 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
40pur est mortel, mais le chlorure de sodium est le sel de nos repas — de nos agapes. Ni répressif ni marcusien, je n’entends
30 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
41nes. Ces pays et ces villes énormes, ces mines de sel, ces fonds océaniques transformés en décharges mondiales, c’est propr
31 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
42t une plaisanterie d’un goût sublime qui perd son sel à être répétée, étouffent d’une seule pensée les explosions cosmiques
32 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
43hez leurs victimes — ces « névrosés » qui sont le sel de la Terre ! Très curieuse omission. — À l’époque où j’écrivais ce