1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Miguel de Unamuno, Trois nouvelles exemplaires et un prologue (septembre 1929)
1 les couleurs, ni l’amère volupté des formes. Une sensation de barre d’acier sur la nuque. p. 1164 j. « Miguel de Unamuno 
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2 n’a pas dormi et qui « assiste » à sa vie, à ses sensations, à ses automatismes. En art, la fatigue est un des états les plus ric
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
3on proustienne de la personnalité — « mosaïque de sensations juxtaposées » — qu’il définit sa propre théorie de la « garantie des
4 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
4osante. Cette imparfaite accoutumance au monde de sensations inconnues où nous étions baignés nous promettait pourtant une connais
5 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
5arement —, je parviens à me souvenir de certaines sensations profondes et indéfinies (telle sensation physique de bonheur, dans un
6rtaines sensations profondes et indéfinies (telle sensation physique de bonheur, dans une rue au coucher du soleil, des phares d’
6 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Princesse Bibesco, Catherine-Paris (janvier 1928)
7iers chapitres de Catherine-Paris cette magie des sensations et des rêves de l’enfance et cette féminité du sentiment, du tour de
7 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
8, un certain regard, mais j’ai su en retrouver la sensation jusque dans les choses — et c’est cela seul qui donna un sens au mond
8 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
9autre de ces capitales suffit à vous en donner la sensation : ce que vous pourrez voir durant le reste de votre séjour ne fera qu
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
10 seulement de prier pour moi, car j’ai parfois la sensation que ma misère est plus que je ne peux supporter. La vie humaine me pa
10 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
11 de ce qui nous détruit : Rudolf Kassner donne la sensation à peu près unique en ce temps d’une pensée autoritaire. Entendons que
11 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
12ang qui court ; ainsi de la respiration. Il n’y a sensation que du discontinu. Il n’y a sentiment que de ce qui nous quitte, ou n
13initive il détient plus de réalité que la [p. 27] sensation 5 . Le désir et le regret sont plus certains que le plaisir. Seuls il
12 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
14ard, un certain regard, mais j’ai su retrouver la sensation de ce regard jusque dans des objets — et c’est cela seul qui donne un
13 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
15 service d’un régime de surenchère désespérée des sensations de luxe, dont elle constitue la publicité. Mais il s’agit bien de pla
14 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
16nt eu de pensée raisonnable qu’avec leur première sensation religieuse, et croient qu’on ne peut aller plus loin parce qu’ils ign
15 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
17-moi la paix ! Faites-moi rigoler, donnez-moi des sensations, mais surtout ne vous occupez pas de cela en moi dont je ne veux pas
16 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
18 ordre de problèmes : à savoir la physiologie des sensations et la classification des maladies nerveuses. Pour la psychologie conc
17 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
19 trop d’idées ? Se plaint-on qu’ils aient trop de sensations ? [p. 150] On proteste contre le fait de penser, au lieu de protester
20exclut nullement la nécessité d’avoir beaucoup de sensations, des plus grossières jusqu’aux plus raffinées, ni la nécessité d’agir
21 humaines : un peu plus d’action, un peu moins de sensations, beaucoup moins d’idées, — voilà l’ordonnance prescrite par nos plus
22-moi la paix ! Faites-moi rigoler, donnez-moi des sensations, mais surtout ne vous occupez pas de cela en moi dont je ne veux pas
18 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
23gèrent autant qu’ils peuvent l’intensité de leurs sensations. La littérature populiste, si elle veut rester vraie objectivement, s
19 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
24ant sa mystique. Le ravissement n’est plus qu’une sensation, — n’aboutit pas. On retombe sans cesse au monde de la comparaison, q
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
25mme tous les passionnés, il aime avec témérité la sensation de puissance qu’il éprouve dans le risque. D’où le désir final du ris
26u mot « amer » serait alors celui qui concerne la sensation physique, tenue pour primitive. Il se peut. Mais d’où le sait-on ? Le
27ie, ne cherchera plus dans la mort que la suprême sensation. Et de même, l’amour de la Dame, dès qu’il cessera d’être un symbole
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
28isonnier des apparences du monde, le martyr de la sensation de plus en plus décevante et méprisable — quand Tristan est le prison
29e plaisir, instrument plus ou moins aimable d’une sensation qui enferme l’homme en soi… Je distingue dans la contradiction de Don
22 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
30ant sa mystique. Le ravissement n’est plus qu’une sensation — n’aboutit pas. On retombe sans cesse au monde de la comparaison, qu
23 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
31nts n’est plus alors qu’un moyen de jouir d’une « sensation voluptueuse » (comme dit Moritz) de sa propre dissolution, un moyen d
24 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
32orteurs de boutons Willkie, — ce sentiment, cette sensation physique d’un renversement du destin en faveur de la démocratie. Et p
25 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
33née, il exalte dans l’âme des plus déshérités une sensation de puissance invincible. Il leur répète les vieux slogans du Diable :
34 sont des éruptions volcaniques de passions et de sensations spirituelles provoquées soit par la cruelle déesse de la Misère, soit
26 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
35du Démon dans nos passions ; dans notre besoin de sensations ; dans notre crainte des responsabilités ; dans notre inertie civique
36montrais sa cohérence, plus s’estompait en moi la sensation d’être identique à mes données légales. C’était chaque fois un procès
27 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
37e en un instant, jointe à l’extrême intensité des sensations parfois simultanées de présence et d’absence infinie, créent chez tou
38’orgueil fantastique, comment le distinguer d’une sensation de grâce inséparable de toute vraie passion — et la grâce nous délivr
28 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
39 du Démon dans nos passions, dans notre besoin de sensation, dans notre crainte des responsabilités, dans notre inertie civique,
29 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
40nts n’est plus alors qu’un moyen de jouir d’une « sensation voluptueuse » (comme dit Moritz) de sa propre dissolution ; un moyen
30 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
41 couple réuni. Ils aiment tout ce qui passe, fait sensation, va plus loin et se perd on ne sait où, dans un autre rêve naissant,
31 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
42avant la dernière guerre, nous donnèrent seuls la sensation du Blitz. Ils sont de notre temps d’une manière plus profonde que leu
32 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
43ures de la brume. Mais de nouveau j’ai éprouvé la sensation de pénétrer dans une aire « sacrée », dans un territoire réservé pour
33 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
44 les gratte-ciel, la statue… Je n’ai jamais eu la sensation d’un paysage plus étranger, mais plus étrangement accueillant. Tous c
45e des orgues, de toutes parts. Et de nouveau la « sensation de reconnaissance » m’a saisi. Cette rumeur, cet élan vertical, cet é
34 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
46rejoindrait-on quelque réalité valable, et par la sensation directe du monde tel que le crée [p. 112] l’homme privé de l’Esprit,
47role : « Si le sel vient à perdre sa saveur… » La sensation même de l’irréparable. À moins qu’un seul, ici ou là, n’ouvre les yeu
35 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
48tuition, et la culture du sentiment sur celle des sensations. Un jour ce qui est « en bas » remontera violemment, et ce qui est « 
36 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
49que lorsqu’on la voit de ses yeux, elle donne une sensation directe de la victoire inévitable 13 . Leur répéter chaque jour quels
37 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
50Vous pensez que j’ai cédé au goût américain de la sensation, du biggest in the world. Et de vrai, c’est dans ce pays que la premi
38 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
51rejoindrait-on quelque réalité valable, et par la sensation directe du monde tel que le [p. 54] crée l’homme privé de l’Esprit, l
39 1946, Réforme, articles (1946–1980). Deux lettres sur la fin du monde (29 juin 1946)
52Vous pensez que j’ai cédé au goût américain de la sensation, du biggest in the world. Et de vrai, c’est dans ce pays que la premi
40 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
53 qui décourage l’analyse. Vous ne donnerez pas la sensation du blanc en décrivant les sept couleurs. C’est pourquoi le langage de
41 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
54ur ? Durant quelques moments, l’homme éprouve une sensation de vide, de légèreté et en même temps de lourdeur, comme s’il était u
42 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
55 couple réuni. Ils aiment tout ce qui passe, fait sensation, va plus loin et se perd on ne sait où, dans un autre rêve naissant,
43 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
56orteurs de boutons Willkie, — ce sentiment, cette sensation physique d’un renversement du destin en faveur de la démocratie. Et p
44 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
57avant la dernière guerre, nous donnèrent seuls la sensation du Blitz. Ils sont de notre temps d’une manière plus profonde que leu
58, une énumération, un bombardement de faits et de sensations, ou bien leur juxtaposition sans liens logiques, peuvent y suffire, p
59era moins embarrassé d’informations en vrac et de sensations brutes, recherchées et subies jusqu’au point de provoquer une réactio
45 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
60provoqua, lors du Congrès, ce qu’on appelle une « sensation », en proposant que soit élue dans les six mois, par le suffrage univ
46 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
61s déductions qu’elles tirent à coup sûr de chaque sensation renouvelée. On ne peut plus arrêter cette bêtise déchaînée. Mais un p
62mesure même où il tend à frustrer notre besoin de sensations. Or ce besoin ne pouvant être avoué comme tel, on dira que mon plan n
47 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
63ne, l’Angleterre n’étant pas nommée ni impliquée. Sensation dans la presse, mais aucune suite concrète. Une année plus tard, à Mo
48 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
64 de ce qui nous détruit : Rudolf Kassner donne la sensation à peu près unique en ce temps d’une pensée autoritaire. Entendons que
49 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — c. Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
65t certitude) fournit la preuve de l’esprit, et la sensation celle du corps, la preuve de l’âme est l’émotion. Les mythes, phénomè
50 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
66des apparences [p. 141] du monde, le martyr de la sensation de plus en plus décevante et méprisable — quand Tristan est le prison
51 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
67 de ce qui nous détruit : Rudolf Kassner donne la sensation à peu près unique en ce temps d’une pensée autoritaire. Entendons que
52 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
68mpe n’est rien, le désir non-comblé n’est pas une sensation, mais l’émotion trouve en elle-même et dans la seule intensité, sa pr
69te que par la pensée, mais à travers le monde des sensations, lorsque au-delà des corps à notre échelle, au-delà du domaine de l’i
70se flétrir. [p. 256] Correspond au Corps et à la sensation. (« Toute chair est comme l’herbe. » Amour de la chair pour ce qui la
71e fonctions fondamentales de C. G. Jung : pensée, sensation, intuition, sentiment, bien que placées ici dans une succession diffé
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
72appendice occidental de l’Asie. Cela fit naguère sensation. Il s’agit en réalité d’un lieu commun des géographes depuis des sièc
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
73et les yeux ne peuvent suffire à la multitude des sensations ; qui sait si un voyageur comme moi ne s’asseoira pas un jour sur de
55 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
74re et ne peuvent pas même mourir ! Et toute cette sensation, je l’ai vécue dans ce rêve ; les rochers et la mer, les rayons obliq
75de larmes. J’étais heureux, je m’en souviens. Une sensation de bonheur encore inéprouvé traversa mon cœur, jusqu’à la douleur ; c
56 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
76isonnier des apparences du monde, le martyr de la sensation de plus en plus décevante et méprisable — quand Tristan est le prison
57 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
77 qui m’empêcha de penser au saut et d’avoir cette sensation horrible de trac au creux de l’estomac ». Signal, saut, manipulations
58 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
78ne, l’Angleterre n’étant pas nommée ni impliquée. Sensation dans la presse, mais aucune suite concrète. Une année plus tard, à Mo
59 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
79 la thèse d’Otto Rahn — j’indique seulement cette sensation de reconnaissance enfiévrée qui m’a toujours saisi devant les ruines
60 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
80rté ou de manque de liberté (« La liberté est une sensation. Cela se respire », écrivait Paul Valéry — donc cela ne se mesure pas
61 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
81, détruisant forêts et collines, ou [p. 26] cette sensation de bonheur animique et physiologique, que rien ne mesure et qui vaut
62 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
82erté ou de manque de liberté (“La liberté est une sensation. Cela se respire” — écrivait Paul Valéry — donc cela ne se mesure pas
63 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
83rté ou de manque de liberté (« La liberté est une sensation. Cela se respire », écrivait Paul Valéry ; donc cela ne se mesure pas
64 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
84 sont des éruptions volcaniques de passions et de sensations spirituelles provoquées soit par la cruelle déesse de la Misère, soit
65 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
85 ces alternances d’éréthisme et d’anorexie, cette sensation comparable au vertige d’impuissance de chacun devant les catastrophes